Kasabian de cris et de fureur: concert au Zénith de Paris

Retour en force du groupe Kasabian au Zénith, pour un concert unique à Paris à l’occasion de la promo de leur dernier album Velociraptor.

Vous aviez pourtant été prévenus, non? Kasabian n’a pas son décibelmètre dans sa poche. Ce mardi, le groupe a embarqué le Zénith dans un trip rare, comme seul un festival d’été pourrait nous le donner.

Dès l’entrée sur scène, les projecteurs ne vont pas lacher le public. Lumières rasant la foule, projos braqués frontal pour un fond de l’oeil, les Britanniques jouent dans la même cour qu’un Daft Punk ou un Chemical Brothers.
Les gradins se lèvent pour l’arrivée du charismatique Tom Meighan sur Days are forgotten.

Nerveuses et d’une redoutable efficacité, les compositions sont taillées pour exalter les foules. Si bien que la première partie du show ne lachera aucune note de repis.

Les airs hypnotisent, comme cette intro aérienne du titre ID.

Dans la tourmente rock, un tee-shirt survole la foule quand une ceinture finit de rendre l’âme dans les toilettes pour hommes (preuve à l’appui avec la photo postée sur la page FB du blog).

Deux « ballades » plus tard pour dégourdir les oreilles et c’est reparti pour une salve tonitruante. Beaucoup de « fuck » au cours de la soirée adoucis par des « Merci Paris. »

Et ne croyez pas que Kasabian soit le fournisseur officiel des bad boys et autres gars sportifs en survêt ou débardeur comme ce soir. Vous n’en reviendriez pas de voir le nombre de couples d’amoureux se bécoter pendant les chansons.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *