Pâques à Paris et Lyon : tendances 2013 coccinelle, mouton, tortue et oeuf en chocolat ou confiture de lait

Easter eggs everywhere in Paris.
Find the new chocolate creations by french « chocolatiers » in Paris and in Lyon.

 Avez-vous remarqué ?
Cette année, les animaux en chocolat et autres oeufs ont désormais des prénoms.
Pour Pâques 2013, vous connaîtrez sinon la traçabilité du cacao, tout du moins l’identité du personnage ou de la figure que vous allez faire croquer à vos enfants.

A l’instar de ce couple de moutons baptisé Frisoton et Frisette de la Maison du chocolat. Sous leurs airs d’Azalée, la vache du Manège enchanté, croquant une fleur, le premier est au chocolat noir et le second au lait.
Bon à savoir, leur laine chocolatée cache 25 grammes de garniture.
A offrir en duo ou en single.

 Un saut de mouton plus loin, retrouvons Pâquin et Pâquinette chez Dalloyau, un joyeux couple décliné, comme le précédent, en chocolat noir et au lait.
Le petit plus -qui peut faire toute la différence pour un gourmand patenté – c’est la confiture de lait. Et là, le coeur s’emballe. On se demande pourquoi ça ne nous avait jamais été proposé avant et quel argument, mis à part le prix, pourrait nous faire reculer.

 Ne quittons pas la rive pour autant et retrouvons le chocolatier Richart qui nous avait éclatés l’année dernière avec ses chocolats smiley. Pour 2013, retour à la nature. Grand bol d’air avec ce demi-oeuf coccinelle.

Rue du Bac. Maison Chapon. Notre indétrônable coup de coeur qui garde tout son mystère sur la saveur particulière de l’alliage du chocolat et de pépites de citrons verts et jaunes confits.
Une tortue – plus originale – remplace la poule de l’année dernière.

Malgré notre nouvelle sollicitation  nous n’avons pas été amené à croquer un bout, plutôt que de repartir avec un oeuf entier ! Nos foies sont fragiles en ces périodes charnières.

 Le chocolatier Patrick Roger, quant à lui, excelle dans les sculptures monumentales en chocolat. A défaut de trouver un acheteur, elles ont un pouvoir d’attraction assurée 24h/24h. Pour les admirer mieux vaut préférer la nuit pour ne rien manquer du spectacle – souvent altéré par les rayons du soleil sur la vitrine.
Il n’est pas déplacé de trouver un clin d’oeil au peintre Salvador Dali, récemment célébré à Pompidou, et à ses montres molles. Ici, un oeuf mou laisse indifférent un trio de poules.

Nous ne pouvions pas terminer ce tour d’horizon totalement subjectif – et aucunement rétribué en paquets garnis ou autres espèces – par la chasse aux oeufs ultra-bobo-parigot-rigolo organisé par Colette.
Mercredi dernier, dans un lieu révélé 1 heure seulement avant la battle, quelques familles, des groupes d’amis et pas mal de célibataires se sont attaqués aux buissons et arbustes des Jardins des Tuileries.
A la découverte de l’oeuf blanc, les portes du Saint Graal s’ouvrait à vous dans la cantoche de la boutique, avec un cadeau surprise !
L’équipe, off ce jour-là, est partie bredouille au bout d’une demi-heure de quête frénétique, convaincue qu’une bonne partie des 200 oeufs cachés avaient été découverts dès l’annonce du lieu et qu’avec ça, certains touristes sont partis avec sans comprendre la règle du jeu.

Seul bémol, l’absence d’un DJ-set qui aurait rendu la chasse aux oeufs encore plus hype qu’elle ne paraissait.

 Dernière minute : Pâques en version lyonnaise !
A deux pas du quartier ultra tendance du moment baptisé Confluence: une pâtisserie offre pour les festivités pléthore de propositions autour des figures habituelles de Pâques.
Le chocolatier Pépin en envoie plein les yeux entre poules à la taille de votre choix, gâteaux avec lapin et sa carotte, friture en chocolat.
Et l’ultime surprise qui vous saute à l’oeil est ce trio d’oeufs à trois variantes: pomme verte (mousse mascarpone à la manzana, brunoise de pommes) , Pina Colada (mousse coco et Rhum, brunoise d’ananas poêlé) et chocolat (mousse chocolat, perles chocolatées, coulis de passion). L’enveloppe croquante laisse place à des sensations crémeuses.
Le sablé qui sert de socle solide est un peu sec face au craquant de ces mini-oeufs de dégustation.

Nous finissons la visite avec les poules stylées à souhait, voire design.
C’est au chocolatier Bernard Dufoux que l’on doit cet autre trio, classe.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *