SLAVA’S SNOWSHOW : dans les coulisses du spectacle à sensations

Les clowns russes sont de retour à Paris, pour nous apporter un supplément de neige qui risque une nouvelle fois de nous manquer pour Noël. Le Slava’s Snowshow, source d’une euphorie contagieuse aussi bien pour les petits que pour les adultes, est à l’affiche du Trianon jusqu’au 4 janvier 2015. Les premières dates affichent complet mais il reste encore des places sur plusieurs représentations. Courrez, réservez, riez, pleurez.

Affiche spectacle Slava s Snowshow by Slava Polounine clown russe au Trianon de Paris tournée en France
Bulles de savon, nuages de fumée, ballons sautillants, tonnes de confettis : tous ces ingrédients ludiques participent au pouvoir hautement attractif de ce périple du clown Slava, accompagné de drôles de partenaires de voyage.
Nous avons eu la chance de passer derrière le rideau de scène du Trianon pour accéder aux coulisses du show, juste après la représentation en matinée, ce samedi. Ici, règne une ambiance surréaliste entre deux représentations. Des enfants courrent et chahutent, les clowns sont habillés de noir, une figure historique du cirque de Moscou, Alexandre « Sacha » Frish, garde ses chaussures de scène de 50 centimètres de long pour arpenter les couloirs. L’ambiance est familiale et chaleureuse, le verre de vodka est proposé généreusement. Ça parle russe, anglais, français. A voir ce qui se passe en coulisses, on comprend mieux les origines de l’incroyable tourbillon qui se produit tous les soirs.

Clown Robert Saralp slava snowshow spectacle russe russian show photo_by_mushimoro

Moment rare, le patriarche Slava étant retenu à Moscou, il nous est autorisé de rencontrer un des interprètes qui partagent la scène. C’est Robert Saralp, un quadra aux cheveux ras, souriant, bon vivant qui nous accueille dans la loge des clowns. Dans l’autre pièce, Sacha se change tout en gardant une oreille attentive à notre dialogue.

En anglais dans le texte, Robert le Caucasien nous invite à voir le spectacle en soirée : « ce n’est pas le même spectacle, les réactions ne sont définitivement pas les mêmes en matinée pour les enfants et le soir avec une majorité d’adultes. » Il poursuit en russe, plus à l’aise et sèche à répondre à notre première question à savoir depuis combien de temps joue-t-il dans ce spectacle ? Il demande à la mémoire vive de la troupe, Sacha, répond : « 17 ans ! » En rappelant que le Slava’s Snowshow a fêté son jubilé de 20 ans en 2013. Robert de rajouter en riant : « J’étais à la source ! »
Angel Clown Greez Slava s Snowshow snow show pectacle clown Trianon de Paris tournée en France Russie
Robert confesse se sentir plus proche du clown vert (qui fait partie des Greenz) que du jaune, pourtant plus emblématique. Ce personnage, il se l’approprie totalement mais quand il s’agit d’interpréter le jaune, il joue son histoire à lui à travers ce personnage atypique : « le Slava’s Snowshow est un vrai spectacle dramatique et pas seulement un spectacle de clown. Je suis un acteur dramatique, je ne suis pas un clown. Ce qui est passionnant c’est de pouvoir jouer toute la dramaturgie mondiale dans ce seul personnage de clown vert, silencieux. »

Pour la suite de l’interview, Sacha se lève pour répondre à notre question sur les origines du clown vert dont la légende voudrait qu’il vienne du Nord de la Russie. Avec une voix incroyable : « je vous invite à prendre le livre majeur d’Alexandre Soljenitsyne, L’Archipel du Goulag, qui parle des répressions staliniennes.  Beaucoup de gens voient dans le clown vert toute la souffrance du peuple russe. » Avant de rajouter : « Slava que je connais depuis 53 ans et 15 jours a fait cette traversée de souffrance pendant la période soviétique. » 

Sacha passionné et l’oeil pétillant n’affiche aucune lassitude à remonter sur scène aussi souvent qu’il le souhaite : « j’ai travaillé pendant 20 ans au cirque de Moscou et chaque soir j’étais sur une chaise et je tombais. Mais chaque soir, je tombais différemment. » 

Image de prévisualisation YouTube

Grimés, chapeautés, les comédiens sur scène sont difficilement reconnaissables et identifiables par les spectateurs. La répartition des rôles, chaque jour en coulisses, décrite par Robert est assez surprenante : « La plupart du temps c’est Slava qui décide, mais il nous arrive de faire des blagues et de dire que c’est le premier qui a pris le costume qui jouera le rôle. Aujourd’hui nous avons deux spectacles, et nous ne savions pas qui jouerait dans le premier et qui jouera dans le second jusqu’au dernier moment. »

Photo by Oleg Lugovskoy
Photo by Oleg Lugovskoy

« Je joue avec le même plaisir tous les jours »
Et que lui apporte de partir en tournée et de remonter sur scène chaque soir : « u
n million de fois je me suis posé la même question sur ce que j’étais et je suis en train de faire, si c’est pour cela que j’étais destiné. Pour un homme, c’est important de faire ce que tu aimes professionnellement. Ça permet d’aboutir à quelque chose dans la vie. Et pour cette vie-là c’est dans mon karma que d’être sur scène. Quand j’étais jeune je ne me suis jamais posé la question de savoir ce que j’allais faire de ma vie. Dieu merci, tout de suite après l’école, j’ai été admis dans la meilleure école de théâtre de Moscou. »
 Slava Polounine Polunin clown loge des clowns Trianon Paris spectacle Slava s snowshow photo by United States of Paris blog

Il fait la connaissance de Slava Polounine lors d’un festival en Russie. Le patriarche qui voit Robert et ses partenaires sur scène les invite dans son « Académie internationale des Fous » (centre culturel et théâtral à Saint-Pétersbourg) à travailler pendant un an. A son retour du Cirque du Soleil, Slava crée le Slava’s Snowshow et invite Robert à faire un essai pour le clown vert. Il n’y avait que deux personnages au début : le jaune et le vert.

« Nous sommes dans un climat créatif et d’échange »
Le spectacle est fait de plein de petits détails.
Et l’artiste nous confirme qu’il y a beaucoup de nouveautés par rapport au départ : « des choses ont disparu depuis car elles ne fonctionnaient plus, comme un numéro avec des sifflets (numéro de clown un peu trop classique) et un numéro avec une poupée pour introduire la séquence coeur transpercé par les flèches de l’amour. »

Robert porte un regard tendre sur le créateur de la troupe, Slava Polounine, figure patriarcale à l’ancienne : « Ce qui est très rare aujourd’hui, en plus d’être un clown de talent entouré d’artistes talentueux, Slava est un très bon chef d’orchestre. Il est intuitif et sait très bien associé les artistes qui s’entendront sur scène. Ce qui permet une bonne ambiance, évitant toutes les intrigues, rivalités dans une troupe. J’apprends aussi bien pour mon métier et qu’humainement. »

« Ce que j’ai appris ce sont les relations avec les comédiens, le respect et l’attention, peu importe le talent de chacun. Slava prend soin de nous – la plupart du temps en Russie les metteurs en scène sont des dictateurs – lui n’use pas les gens. »

En fin d’interview, un mystère restera entier, celui portant sur le nombre d’interprètes femmes du spectacle. Ni Robert, ni le manager ne voulant nous renseigner sur ce point. Le clown n’aurait pas de sexe dit-on.

Rappelons que ce spectacle est conseillé aux enfants à partir de 8-9 ans. Certains plus jeunes peuvent ne pas apprécier les facéties de la troupe. Comme cette fille de VIP âgée de 3 ans, arrivée en retard avec ses parents ce samedi après-midi et qui effrayée face à Slava : « j’ai peur maman« . Le couple était le seul de l’assemblée à partir au bout de 15 minutes de spectacle. Shame !

SLAVA’S SNOWSHOW 

Prolongations jusqu’au 4 janvier 2015

Au Trianon
80 Boulevard de Rochechouart
75018 PARIS

du mardi au samedi
matinées le samedi à 16h et dimanche 13h et 17h
et matinées supplémentaires pendant les vacances de Noël

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *