Archives de catégorie : Dernières infos

Galeries Nationales du Grand Palais – Exposition Odilon Redon vu par…

Cette semaine, changement de style. Ce n’est pas un portrait que je vous propose. Mais plutôt de découvrir et de partager le regard que portent quelques-uns de nos hôtes étrangers sur un artiste  largement célébré aux Galeries nationales du Grand Palais. Je les ai rencontrés à l’occasion de  l’exposition événement consacrée à l’oeuvre du peintre Odilon Redon.

L’exposition prend, depuis début juillet, ses quartiers d’été au Musée Fabre de Montpellier et ce jusquau 16 octobre 2011. En bonus exceptionnel,  vous pourrez prolonger votre immersion dans l’univers foisonnant de l’artiste grâce à la visite de la bibilothèque de l’Abbaye de Fontfroide.

http://www.dailymotion.com/video/xhxkt8

Share

John Pham: un Californien sur la butte

Image de prévisualisation YouTube

Je vous propose de rencontrer un jeune dessinateur américain, venu de Los Angeles, qui a profité d’une tournée de dédicaces en France pour découvrir Paris. Il est considéré par la critique comme le  fils spirituel du grand dessinateur, Chris Ware.

John Pham a choisi d’emprunter les sentiers parallèles à la découverte de quelques librairies indépendantes, bien de chez nous et d’arpenter les  rues moins fréquentées par les cars de touristes.

Avant sa dédicace chez Bd Spirit, je n’ai pas pu m’empêcher de lui proposer de savourer la plus belle vue sur Paris, depuis les marches du Sacré Cœur.

Son dernier album : Sublife 2
Editions Cambourakis

Share

Tony Cragg : le flegme british

Un anglais ne manquant pas de patience, était de passage à Paris à l’occasion du vernissage de son exposition au Musée du Louvre.
Lors d’une séance de dédicaces à la Librairie Flammarion du Centre Pompidou, Tony Cragg s’est prêté, de bonne grâce et sans rechigner, au jeu de la rencontre avec les geeks d’art (oui c’est comme en BD mais en pire).

Ce jour-là, les pires stratégies étaient de mises : amadouer le sculpteur en lui demandant une photo tout en lui fixant les règles « Thank you Mr Cragg, mais on les refait à la lumière ! », ne pas faire partie des premiers à demander la dédicace, car « passer le groupe, on pourra toujours lui demander plus ». Et oui, pourquoi ne pas lui demander un dessin sur une innocente feuille blanche délicatement posée sur une page de son dernier ouvrage ?

Passée la surexcitation d’un fan prêt à débourser 450 euros pour un tirage de tête, l’artiste esquisse donc au premier du groupe une petite structure à main levée, rendant jalouse toute l’assemblée. Manque de bol, il ne la signera pas. Il sera donc bien difficile de fixer à ce dessin une quelconque valeur.

Le second geek, qui avait « fermé (son) cabinet plus tôt pour venir », a prévu plus large : trois feuilles sont présentées avec le livre. Cette fois, Tony Cragg se fera plus joueur encore: ce sera une série de signatures. Intérêt zéro pour le collectionneur.

Le troisième aura lui ce qu’il mérite : un gribouillis peu délicat représentant une paire d’yeux affublée d’une chevelure sans aucune finesse. Bref, une petite horreur sur un beau livre.

Heureusement que les beaux yeux d’une jeune admiratrice auront fait oublier à Tony Cragg le peu de délicatesse de certains « amateurs » d’art.

Share

Draw me Paris with Rich Tommaso

Quelle idée! Faire dessiner, dans un froid polaire, un artiste américain de passage  Paris! J’avoue que, des fois, j’ai de bien curieuses inspirations. Mais j’avais deux arguments de taille: tourner en lumière du jour et en profiter pour lui faire découvrir la fontaine Niki de Saint Phalle.

C’était donc le premier séjour dans la capitale pour Rich Tommaso, jeune dessinateur de bande dessinée, de retour d’un festival bien connu.
Il m’a consacré un peu de temps, juste avant une séance unique de dédicaces à Paris,  à la Librairie Super Héros.

Le lendemain de ce tournage, il prenait aussitôt son avion pour les States, sans avoir pu profiter de tous les charmes de la capitale. A-t-il eu le temps de visiter la Tour Eiffel? Le suspense est entier.

Rich a promis qu’il reviendrait dans les prochains mois pour deux semaines de visites  intensives. Avant ce retour, je vous conseille la lecture de son dernier “Peter et Miriam”. Une drôle d’évocation de l’amitié entre deux jeunes sur fond de cinéphilie aiguë.

http://richtommaso.com

Image de prévisualisation YouTube

Share

Invasion d’Ecossais à Montmartre – Scottish invaders in Montmartre

Image de prévisualisation YouTube

Exceptionnellement, je ne vous propose pas un portrait mais une virée à plusieurs. Face à une telle déferlante de kilts et de cornemuses venus d’Ecosse, envahissant les rues de Montmartre comme chaque année, l’improvisation était de mise.

La tentation était trop grande de  ne pas embarquer, pour l’occasion,  my very good friend Hermine. L’Ecossais pouvant être très farouche, en milieu étranger et parmi ses compatriotes, vous comprendrez qu’il me fallait  une touche féminine pour l’amadouer.
Vous pourrez ainsi comparer à loisir notre niveau d’anglais et surtout noter la qualité de notre accent.

Au programme, et dans le désordre: une main baladeuse de Michou – il est toujours aussi incorrigible- une exclu avec  le George Clooney scottish, un blaireau, des pompiers, plusieurs  mollets poilus,  une adorable Patricia et un grand restaurateur.

Bref du glamour, du suspense et de l’incongru. Qu’attendez-vous pour lancer la lecture?

Promis, retour au portrait pour la prochaine vidéo.

Share

John Agee, créateur de bijoux Américain à Paris: the very first one – An American in Paris

Ma caméra a croisé la route, jeudi dernier, d’un créateur de bijoux américain, installé à Paris depuis 5 ans. Originaire du Texas, John Agee tient boutique en plein cœur de Saint Germain des Prés.

Le regard qu’il porte sur Paris, son parcours ainsi que le récit des plus belles rencontres faites en France sont un vrai régal.

Voici le concentré d’une visite complice d’un Américain à Paris. Une matinée unique passée avec un homme de cultures juste avant l’ouverture de sa boutique.

Je le remercie chaleureusement de m’avoir accordé pleine confiance pour ce premier portrait et d’avoir accepté l’exercice de la première interview filmée en Français dans le texte.

Avis à tous : le rêve le plus cher de John est qu’une de ses compatriotes l’actrice Marisa Berenson franchise la porte de sa boutique. Si l’un de vous peut arranger l’affaire ou si Henry-Jean Servat lit ses lignes, merci de me prévenir en avance pour que je puisse immortaliser cette rencontre.

Image de prévisualisation YouTube

Boutique John Agee Paris
11, rue Jacob 75006 PARIS

Share