120 battements par minute

120 battements par minute : film fort au casting parfait !

Film fort et poignant. 120 battements par minute change le regard que l’on pouvait avoir sur ce groupe de militants.es qui étaient aussi enragés, passionnés qu’utopistes. Une œuvre essentielle pour nous trentenaires qui ne savions pas tout de l’engagement et de ce que nous devons, au fond, aux hommes et aux femmes d’Act Up Paris.

120 battements par minute

Robin Campillo nous fait assister aux débats où s’organisaient tous les combats, toutes les prises de position et les débriefs d’Act Up Paris.
Un amphithéâtre, des dizaines et dizaines d’histoires particulières, de raisons d’être présent.e et d’opinions distinctes.

Ça se fighte, ça se soutient, ça s’aime, ça se déteste. Toutes ces particules individuelles forment un mouvement qui a fait bouger les mentalités dans les années 90, fait progresser la recherche. Un mouvement qui a utilisé la provocation, avec une audace folle et une rage de vivre, le tout avec une vraie conscience politique chevillée au corps.

Étonnamment, on se prend à rire de certaines saillies, de mots d’esprit alors que le virus du sida fait des ravages et affaiblit considérablement certains corps.

120 battements par minute

« Nous étions des gosses ! »

Le réalisateur Robin Campillo, qui a intégré Act Up en 1992, confie lors de l’avant-première Les Inrocks au Centre Pompidou : « on s’affrontait ensemble avant de passer à l’action.«  
Sa volonté n’était pas « d’imiter des gens qui ont existé mais de faire entendre la musique des voix de l’époque« .

Il a mené un casting de longue haleine pour choisir ses interprètes. Certains comédiens ont attendu 9 mois pour faire partie de l’affiche. Robin a aussi organisé des sessions de répétitions intenses avec improvisations et réécriture de certains dialogues. Pendant le tournage, il a masqué les fenêtres pour que cet amphi « soit une boîte blanche » pour que les comédiens donnent leur meilleur.

120 battements par minute

Chacun a une participation d’une justesse folle. Sophie (Adèle Haenel) est brute de forme, râleuse, bagarreuse. Sean (Nahuel Perez Biscayart) est fragile, virulent et déterminé face à un Nathan (Arnaud Valois) aussi paumé, volontaire que sincère. Thibault (Antoine Reinartz) et Eva (Aloïse Sauvage) tentent tant bien que mal d’assurer l’ordre, d’adoucir les esprits et de garder le sens du combat continu.

120 battements par minute nous a pris aux tripes sans pathos, avec une force rare. Bien sûr, on pleure. Mais l’intensité du récit et du jeu d’acteurs donne un souffle incroyable de courage, d’amour et de liberté en sortant de la salle.

120 battements par minute

120 battements par minute

de Robin Campillo
avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel, Antoine Reinartz, Félix Maritaud, Mehdi Touré, Aloïse Sauvage, Simon Bourgade

Sortie le 23 août 2017

Festival de Cannes : Grand Prix 2017, Prix FIPRESCI 2017 et Queer Palm 2017
Prix François Chalais 2017

Image de prévisualisation YouTube

Bande originale de 17 titres composés par
Arnaud Rebotini

inclus le remix de
« Smalltown Boy » de Bronski Beat

Disponible :
le 23 Août en Digital
le 1 Septembre en CD + Vinyl
(Because Music)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *