KID WISE le groupe qui prend aux tripes – INTERVIEW & premier album L’Innocence

Kid Wise c’est avant tout un premier titre qui prend aux tripes : Hope. Une voix et un tempo électro hypnotisants. C’est fort, audacieux et entêtant. Les membres de ce jeune groupe venant du sud, Toulouse, ne comptent pas les kilomètres depuis quelques mois pour participer à de grands festivals. Leur maitrise de la scène nous ferait presque oublier que leur tout premier album L’Innocence vient tout juste de sortir.

De cet album gorgé de belles promesses, il en est question dans cette interview où Vincent, guitariste, et Nathan, basse, partagent leurs premiers souvenirs.
Notre rencontre s’est déroulée en backstage du Fnac Live 2014 et a été entrecoupée de pluie. Il paraitrait qu’à chacun de ses concerts en extérieur, Kid Wise serait accompagné de gouttes d’eau plus ou moins nombreuses. A vérifier donc cette année.

Kid Wise groupe band music Augustin Charnet et Clément Libes concert Fnac Live 2014 Hôtel de ville photo united states of paris blog
United States of Paris : Quelle est l’ambiance de votre tournée ?

Vincent : Le public n’a pas idée de ce que cache cette tournée. Le batteur vient juste de passer le bac donc on jouait surtout le week-end jusqu’à juin. J’espère maintenant que nous allons pouvoir enchainer des concerts sur une ou deux semaines.
L’ambiance est à notre image : festive !
Y’a des moments où l’on dégoupille après 14 heures de van, par exemple. Parfois, on ne se supporte plus…
Nathan : Cet été, on a fait beaucoup de kilomètres : Lausanne, Vieilles Charrues, Fnac Live à Paris… On repasse toujours à Toulouse à cause des semaines de battement. C’est en ça que ce n’est pas une vraie tournée, car c’est un peu éparpillé dans le temps. On peut faire 1 500 kilomètres en deux jours !
On est 6 potes avec notre ingé son. Donc on déconne beaucoup mais on s’épuise du coup, beaucoup aussi.
Vincent : Quand je m’isole dans le tour bus, c’est à l’approche d’une grosse date pour décompresser et me déconnecter. Et j’écoute un style que personne n’aime, donc je suis obligé de m’isoler : hardcore.

Avez-vous déjà une date marquante ?
Nathan : Nous avons un très bon accueil à chaque fois. Les Vieilles Charrues, c’était fou avec ce grand parterre devant nous.
Vincent : On a été accueillis comme des pros par l’équipe. Cette fois, les techniciens ont déchargé notre van. Alors que d’habitude, on s’en charge nous-mêmes.
Nathan : On a eu la chance de partager la scène avec le rappeur Disiz. On a fait une impro une heure avant de monter sur scène pour le titre Hope. Un grand moment.
Vincent : Ce sont les rencontres aussi qui sont fortes, en plus des frissons sur scène. Comme une personne formidable de l’accueil à Lausanne. A Festival Panoramas à Morlaix, c’était la rencontre avec Jabberwocky. On s’est trouvé des points communs alors que je pensais l’inverse quand je les écoutais. On a la même mentalité. Je leur ai demandé comment ils vivaient le fait d’être soutenu par Virgin Radio. Et la réponse : « on ne comprend pas ce qui nous arrive alors que l’on a sorti qu’un titre. » C’est un peu pareil pour nous, mais à une autre échelle.
Nathan : Hope nous a permis de faire des dates incroyables.

Vincent Dinis guitariste groupe Kid Wise music band concert Fnac Live 2014 musique photo by United States of Paris Blog

Comment a été conçu le titre Hope ?
Vincent : Kid Wise était, au départ, le projet solo du chanteur Augustin parce qu’il voulait faire un truc électro, en parallèle du groupe que nous avions. Hope, on l’a composé en cours de musique, on était dans la même classe. Ce titre était totalement différent à l’origine: acoustique, des parties de piano et guitares somptueuses. Quand on a intégré Kid Wise, je trouvais dommage de ne pas sortir Hope et Augustin me l’a renvoyé en version électro.
Au début, je lui ai dit que je ne l’aimais pas. Après plusieurs écoutes, je me suis rangé à l’avis général. Et maintenant j’aime cette version.
Ce titre a donc failli ne jamais sortir à cause de mon refus.
Nathan : Le clip est sorti avant l’EP. Il a été fait en DIY avec les réalisateurs Truman and Cooper, à la maison de campagne d’Augustin en Corrèze. On a fait ça avec zéro budget. On dormait 2 heures par jour pour tourner en lumière naturelle. On se levait à 4 heures du mat’ et se couchait à 2 heures.
Ça a été fait avec les tripes et ça se ressent. L’accueil a été assez inattendu.
Vincent : On a eu aussi des bonnes surprises comme des gens qui nous écrivaient : « j’ai vu votre clip et ensuite écouté votre EP et Hope n’est pas mon titre préféré. »

Image de prévisualisation YouTube

Quel lien avez-vous avec le Labo de Curiosités ?
Vincent : Si on est là, c’est grâce à l’équipe du Labo. Avec Augustin, on venait à Paris avec notre ancien groupe pour des plans un peu foireux. On payait, cher, pour jouer ici. On venait en train avec tout notre matos : pédaliers, guitares…
Petit à petit, le Labo a entendu parler de nous. Il a beaucoup aimé notre premier titre Kid enregistré sous Kid Wise. Et ils nous ont invités au mois de mars 2013. Ils nous ont offert un shooting photo.
Nathan : Je venais juste de rentrer dans le groupe. Le concert au Labo était mon 2e concert. Ensuite on a enchainé sur l’International, puis un concert en appartement où on a rencontré nos managers, Michaël et Quentin, via au Labo.

Image de prévisualisation YouTube

Avez-vous un qualificatif pour décrire le premier album L’Innocence ?
Vincent : Éclectique et hybride.
Nathan : Cet album ça sera une sorte de livres avec plusieurs chapitres et une suite logique.
Vincent : Je le vois plus comme un film mosaïque. En fait, j’ai regardé Cloud Atlas récemment (réalisé par Andy et Lana Wachowski) : il y a des histoires qui n’ont rien à voir ensemble et pourtant qui se croisent et sont réunis à la fin. Pour notre album, aucun morceau ne se ressemble mais il y a une ligne directrice. La sortie est prévue début 2015.

Nathan Davrinche-Hamet basse choeurs groupe Kid Wise musc band festival fnac live 2014 concert  musique photo by United States of Paris Blog
Quels sont les coulisses de L’Innocence ?

Nathan : Une minorité de titres était déjà écrite. Quand on a eu le feu vert pour enregistrer l’album, on n’avait que 3 semaines, voire 1 mois avant l’entrée en studio. Alors que l’on n’avait pas conçu la moitié du disque. On s’est enfermé en studio de répét pratiquement tous les jours. On est parti d’idées d’Augustin et du groupe et on a travaillé et joué ensemble. L’album s’est construit comme un lego.
Vincent : Précision. Au début, on avait envie de faire des morceaux qui plaisent… On est parti dans plusieurs directions. On a débuté la pré-production d’un morceau, on était chez le violoniste. Et on s’est arrêté et j’ai dit : « c’est nul ! ». On a donc fait table rase de tout pour repartir sur une base « innocente ». Des morceaux ont été composés à 4h du matin le soir du nouvel an quand on était tous arrachés. Des moments ont été captés.
Quand on composait pour composer, ça ne fonctionnait pas. On a composé l’album avec nos tripes, plus qu’avec notre tête. L’album est en fait un djam !

Nathan et Vincent ont tenu à faire une dédicace à Colours in the Streets avec qui Kid Wise à partager la scène du Bar Entrance à Bordeaux.

Kid Wise, premier album L’Innocence
sortie le 2 mars 2015
(Def Jam /The Wire Records)
Format CD et double vinyle

Concert le 8 avril à la Maroquinerie
Tournée en France : Bordeaux, Toulouse, Strasbourg… 

Share

Une réflexion au sujet de « KID WISE le groupe qui prend aux tripes – INTERVIEW & premier album L’Innocence »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *