Saturday Night Fever : folie totale disco avec Fauve et Nicolas

Fauve Hautot a quitté ses petits panneaux de juge, Nicolas Archambault son Québec natal pour mettre la fièvre aux Parisiens-nes puis à toute la France avec Saturday Night Fever, le spectacle musical.
Ce jeudi, soir de première au Palais des Sports, le disco l’a emporté et le public s’est levé. On prédit une même ambiance chaque soir de l’année 2017.

Disco party tous les soirs

La Fièvre du Samedi Soir est le spectacle tant attendu qui va nous sortir de notre torpeur, nous faire oublier les Présidentielles.
L’histoire tient en deux lignes et est connue par un grand nombre de spectateurs-trices. L’intérêt du spectacle est à trouver du côté de la géniale troupe (danseurs, chanteurs), des numéros de danse et de la présence d’un éclat incroyable : Fauve ! 

Fauve : dancing queen

Autant l’entrée de Tony (Nicolas Archambault) est discrète, fond de scène, sans grand effet. Autant celle de Stéphanie (Fauve Hautot) imprime la rétine. L’écran géant s’ouvre et dans un nuage de fumée, la silhouette de la célèbre danseuse de #DALS apparaît.
Après, il sera tout simplement impossible de la lâcher des yeux. Même si certaines de ses tenues sont disco-kitschs, dès qu’elles sont en mouvement sur son corps, elles deviennent tout autres.
Le charme de Fauve, son talent et sa gentillesse – car c’est une vraie gentille à la différence de pas mal d’artistes – rayonnent d’un bout à l’autre du spectacle.
Son solo sur la boule à facettes est sexy à souhait. 

Nicolas : révélation made in Québec 

Nicolas Archambault est l’autre atout sex-appeal du show.
Les premiers rangs retiennent leur souffle quand le dieu de la scène se prépare à sortir. Les spectatrices des balcons regrettent de ne pas avoir de jumelles ou de ne pas avoir fait une folie et pris la première catégorie.
Parce que Nicolas n’a pas froid aux yeux, ni aux abdos. Il apparaît en slip noir avec une aisance irréprochable. Après les pecs d’Olivier Dion dans Les 3 Mousquetaires, place à ceux de Nicolas Archambault. Ils font déjà parlés d’eux sur les réseaux. 

Ambiance disco inventive 

Les bonnes idées ne manquent pas dans cette production.
La piste-scène est un formidable décor. Plateau en forme de vinyle qui tourne sur lui-même, écran géant, écran voile, avancées sur les côtés. Le show déborde littéralement de la scène.
La scénographie est astucieuse car elle n’isole pas Monty (Gwendal Marimoutou), le MC-conteur du spectacle
, ni les chanteurs qui ont une totale liberté de mouvement et ont une pleine aisance.
Les parents de Tony (Lionnel Astier et Agnès Boury) apparaissent sur grand écran et offrent de bons moments de rires.
Rajoutez à tout cela boules à facettes et puissants projecteurs, vous n’aurez plus qu’une envie c’est de vous lever de votre siège pour danser. C’est d’ailleurs ce qui vous sera proposé pendant l’entracte.

Saturday Night Fever c’est des numéros de danse enfiévrés, un rythme de ouf, des jeux de lumière disco, une troupe géniale & des chanteurs au top.

Bref, le début d’une success story, totalement immanquable, à Paris et dans toute la France !

Saturday Night Fever, le spectacle musical

mise en scène : Stéphane Jarny
Scénographie : Stéphane Roy
avec Fauve Hautot, Nicolas Archambault, Gwendal Marimoutou, Fanny Fourquez, Vinicius Timmerman, Stephan Rizon Nevedya, Flo Malley, Julien Lamassonne…

jusqu’au 30 avril 2017

au Palais des Sports, Dôme de Paris
34 Boulevard Victor
75015 Paris

jeudi, vendredi, dimanche à 20h
samedi à 20h30
matinées : samedi et dimanche à 15h

et en tournée dans toute la France à partir du 13 mai 2017 : Épernay, Amneville, Amiens, Lille, Dijon, Orléans, Toulouse, Marseille, Bordeaux, Lyon, Nice, Montpellier, Albertville, Limoges, Caen…

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *