Archives de catégorie : Musique

Live report, chronique, interview…

CONCERT Ayo et Cyndi Lauper, duo original de Jazz à Vienne

Deux voix ont enchanté le public du Festival Jazz à Vienne ce vendredi. Devant un théâtre antique archicomble, comptant 8 000 passionnés, les deux têtes d’affiche de cette soirée Ayo et Cyndi Lauper se sont retrouvées le temps d’un duo inédit autour de Time after time.

Portée par un soleil couchant et chauffant, Ayo  fait son entrée sur How many people, titre phare de son dernier opus Billie-Eve. D’abord intimidée par la vue imposante de ce public réparti dans toute la hauteur du site, la chanteuse sait imposer très vite son aura à une soirée qui n’a plus grand rapport avec le jazz.

Plus habituée, comme elle l’avoue, aux festivals bruyants et alcoolisés, Ayo est surprise par l’écoute et ce public venu en famille. Effectivement, il n’estpas rare d’avoir à ses côtés un bambin chahuteur ou composant des avions en papier avec le programme du Festival.

La jeune chanteuse, 30 ans tout juste, touche par sa générosité et une énergie communicative, notamment avec I’m gonna dance ou ses envolées de samba ou hip-hop. Mais son charme atteint un nouveau niveau, après le rappel, avec son hommage à Michael Jackson. Gantée, chapeautée, Ayo offre toute sa grâce à I want you back, si bien qu’il est difficile de la voir partir une fois entonné Down on my knees. D’autant plus quand le titre prend ici une toute autre dimension, plus aérienne, après le matraquage médiatique qui nous avait conduit à une relative overdose.

Après une telle force, la nuit tombée, l’attente est fébrile quant à la présence de l’artiste pop américaine. Pas d’entrée de star. Une rose à la main posée sur le devant de la scène pour conjurer le sort, Cyndi Lauper entonne son premier titre bluesy de la soirée. A contre-temps, râleuse contre l’équipe d’éclairagistes qui avait laissé Charlie Musselwhite son harmonica-man dans l’ombre, la soirée semble mal engagée.

Et pourtant, la chanteuse se laisse attendrir par les bondes ondes de la soirée. Et puis, elle av une excuse: le stress de son « premier festival de l’été ».

Toute pardonnée, elle nous surprend par ses hommages aux blues, synonymes de « retour aux sources aux premières années », de sa carrière. Elle se trémousse et reprend du mordant avec Early in Mornin’, Cross Road et son « tribute to » Albert King avec Down don’t bother me. Mais elle n’oublie pas pour autant ses hits. Les mains se lèvent vite pour battre la mesure de She Boop, Good enought ou encore Change of heart.

Elle ose même The world is stone acappela, rapidement interrompu. S’apercevant que, malgré le texte scotché au sol, sans accompagnement musical la tentative est périlleuse.

Mais la surprise vient de son duo improvisé pour l’incontournable Time after time. Ayo savourant le concert dans les coulisses rejoint la démoniaque Cyndi. A nouveau intimidée par la présence de l’icône 80’s, Ayo savoure ce moment unique, rare pour les festivaliers habitués à l’enchaînement de sets sans échange entre artistes.

Le temps file et la queen Lauper reprend la route de sa tournée après un True Colors qu’elle associe à un hymne aux libertés, récemment touchée par la légalisation du mariage gay à New York. Le point levé, elle offre une version intime à ce tube dans un duo appalachian dulcimer –sorte de harpe américaine – et harmonica saisissant.

Share

Jacno Future sans Elli : hommage et concert

Ce jeudi, Cité de la Musique, premier jour du Festival Days Off. Pour l’hommage rendu à Jacno, il manque deux femmes sur scène. Elli Medeiros, la complice de toujours et Brigitte Fontaine interprète de la reprise Je vous salue Marie. Malgré ces absentes, l’heure est à la fête.

Jean-Charles de Castelbajac ouvre la soirée par un texte sur l’homme et l’ami. Deux facettes d’un artiste hors du commun, fantasque et visionnaire.
Docteur Denis et Mister Jacno. Le couturier nous rappelle quelques éléments du lexique à la Jacno: “classieux” – il l’était assurément – et “rongeur” pour qualifier noblement un taxi.

Alex Beaupain suivi de Thomas Dutronc ouvre une suite de reprises, plus ou moins sages, plus ou moins révérencieuses.


Mais le public attendait Le couple de la soirée, reformé pour l’occasion. Et oui, Benjamin Biolay retrouvait la belle Chiara Mastroianni pour le titre D’une rive à l’autre. Tout en pudeur, on renoue avec le souvenir de ce duo qui tournait, il y a quelques années déjà, en France pour accompagner le disque: Négatif.
Chiara est timide, toujours. Et elle touche droit au coeur, à chaque fois.

Aussitôt, Jacques Higelin prend le relais avec un texte de son cru. Il redonne vie au  “Capitaine Jacno” disparu. Dans une envolée dense et  enflammée, Higelin découvre une part poétique du compositeur et  producteur.

Ensuite, Miossec et Les Valentins, Etienne Daho se succèdent. Et Dominique A donne pleine mesure à la modernité de Jacno avec Je t’aime tant. Un texte qu’il aurait pu écrire mais dont il est, ce soir, l’interprète saisissant de maîtrise.

Le bal des interprètes se finit avec la furieuse joliesse de Coming Soon pour un For you revigorant. La soirée est finalement trop courte. L’hommage aurait pu être plus long encore. Dans les années 80, la fête ne finissait jamais.

Share

Concert TOM JONES diabolise Jazz à Vienne & Matt Dusk

Semaine grand écart. Tout juste sorti de l’euphorie d’Arcade Fire au Zénith, j’ai pris un train express pour le sacre de Tom Jones à Jazz à Vienne.

Faut bien savoir que les vieux crooners, ça court pas les rues. Il y aurait bien Paul Auka. Mais il a un sourire trop artificiel pour être honnête.
Et puis Tom Jones ce sont des souvenirs, plutôt décalés et un organe sans pareil.

Comme beaucoup de trentenaires, je l’ai découvert dans la série Le Prince de Bel-Air lors d’une apparition surréaliste en Dieu le père entonnant son hymne:  It’s not unusual. Sans oublier une participation en guest-star inégalée dans le film de Tim Burron, Mars Attacks!

Et ce mercredi, heureux de constater que je n’étais pas le seul “jeune” de la soirée, dans les gradins et aussi sur scène avec la présence, en première partie, du canadien Matt Dusk. Un petit jeune qui minaude à n’en plus finir. Tout est tellement sous contrôle – costume serré avec chaussures vernies, choucroute de cheveux gominés, sourire de tombeur – que l’on pourrait croire à un retour violent dans les années 50.

Matt a décidemment les atouts pour être un pur crooner pour grand-mères, avec ses petites chansonnettes qui sentent bon le miel: My little miracle is you. Mais pas sûr qu’il fasse chavirer le coeur des plus jeunettes.

Passée cette jolie guimauve laquée, le public n’en pouvait plus d’attendre le King.
Tom Jones fait alors son entrée sur un très rock Burning Hell. On ne devine que sa silhouette. Ce soir, il sera démoniaque pour mieux nous accrocher à sa voix. Et quelle voix! Avec les années, sa passion pour le Dom Pérignon, il n’a rien perdu de ce coffre.

Les petits pas du crooner sur les premières chansons laissaient à penser que l’âge avait marqué quelques points. Mais Tommy est un diesel, et il s’échauffe tout au long du concert. Son regard espiègle ferait perdre le nord à un pigeon voyageur.

D’anecdotes sur les reprises de Jerry Lee Lewis aux éclats de rires, l’esprit et le déhanché d’Elvis le guettent. Notamment quand il s’agit de reprendre Run on.

Passé minuit, Tommy finit par venir à bout d’un public qui peine à quitter son siège. Vient alors le dernier titre, devant un parterre debout. Ce sera un Kiss retentissant avant le salut final.
Le public sort du Théâtre antique revigoré, avec l’idée qu’il n’est peut être pas prêt de revivre une rencontre aussi intense avec le crooner made in England.

Share

Concert le groupe ARCADE FIRE surchauffe le Zénith de Paris

Il a fallu attendre presque un an pour revoir Arcade Fire sur scène à Paris. Ce mardi, dans un Zénith surchauffé, les huit membres du  groupe ont fait oublier le concert du Rock en Seine édition 2010 écourté pour cause de pluie.

Arcade Fire Zénith Paris concert live

Je n’étais pas le seul à vouloir ma dose d’Arcade Fire pour l’été. Car un été sans Arcade Fire, c’est comme un Nice sans personnes âgées. Ca se supporte mais il manque quand même un peu truc.

Et le public était aux aguets. A la demande de Win Butler, les gradins ne se sont pas fait prier pour se lever aux premières notes de Keep the car running, deuxième titre de la soirée. Les mains se sont levées  pour battre la mesure, oubliant éventails et autres appareils photo ou téléphonnes. Car c’est plutôt rare une fosse de concert sans un paquet d’écrans lumineux tentant de capter un bout de musique ou voulant faire une photo nette.
Les fans s’étaient bien donnés le mot: il ne fallait pas rater une miette ou un accord de ce show millimétré.

Pas de paroles superflus non plus, les titres se sont enchaînés dans une frénésie tonitruante.
Le groupe nous a gratifié, au passage, d’une rareté: Vampire / Forest fire, que l’on n’avait pas entendu depuis 2005. Les décibels ont monté d’un niveau avec Month of May, de leur dernier opus The Suburbs pour ne plus faiblir jusqu’à l’éclat final de Régine Chassagne avec Sprawl II.

Arcade Fire poursuit son tour de France avec le Main Square d’Arras, Les Eurockéennes de Belfort et les Déferlantes à Argeles-sur-mer.

Share

Live-report Concert PENDENTIF, MORNING PARADE & Francesqa à la Flèche d’Or

Vendredi soir, nouveau rendez-vous de l’Inrocks Indie Club à la Flèche d’Or. Le programme est alléchant : 4 groupes sont invités à célébrer la fin de semaine.

On commence par une amusante découverte avec les Français de Pendentif.  Les textes de haute volée, comme : « je me sens trop bien dans ta ville du coup je vais rester chez toi ! » ou « Vengeance tardive » augurent d’un set joyeusement naïf, rythmé et bon enfant. L’aspect chorale de la bande avec échange d’instruments en cours de set, fait forcément penser à Arcade Fire. Pour l’heure, nos petits Frenchies sont encore un peu timides mais ont de l’énergie à revendre.

En contre-point, Morning Parade prend le relais. Les 5 compères sont plus sombres, une classe haut dessus, car aguerris à la scène et donnant de leur personne : le chanteur sue à grosses goutes. Une première date en France pour ces musiciens venus d’Harlow, in England.  Les titres fiévreux s’enchaînent, l’énergie ne faiblit pas, à l’image de l’imparable A&E.

Pour le 3e set, je me sens d’un coup un peu plus seul. La salle s’est un peu vidée et en me retournant, je constate que le public a rajeuni. Je ne rêve pas : des adolescentes ont pris place pour savourer la pop romantique de Francesqa. Un groupe aux allures faussement « bad boy ». Ca va aux toilettes avec un air grave avant d’entrer sur scène, ça boit une canette de coca entre deux titres. Seul le piercing sur la narine droite du chanteur pourrait indisposer belle maman.
Pour l’heure, ils sont encore bien jeunes et n’ont pas le charisme de The Killers qu’ils essaient d’imiter.

La tête d’affiche : The Leisure Society offre une fin de partie aux accents lyriques et léchés. Ne doutons pas de les voir  revenir à Paris pour prouver une nouvelle fois de l’étendue de leur chant.

www.myspace.com/morningparade  un titre gratuit à download

Retrouvez Morning Parade au Festival les Inrocks, le 4 novembre à Lille et le samedi 5 novembre 2011 à la Cigale

Share

Live-report : Le coeur de Madjo – concert à la Cigale

Ce Vendredi soir. Madjo, pour son retour à Paris, sur la scène surchauffée de la Cigale, a “le coeur qui bat… de joie“.

Après s’être offert un joli tour de France et avant d’être un des beaux éclats des prochaines Francofolies de la Rochelle, Madjo nous revient plus assurée mais tout aussi sensible.

Dans une sorte de veste-kimono à la Castelbajac, la jeune chanteuse a montré la pleine maîtrise de son talent. Transfigurant certains titres  par de belles envolées et déployant les instrus sur d’autres, on a la douce sensation de redécouvrir les chansons de son tout premier album.

De coups de grâce aériens (Insomnia) à des jeux de rythmes fiévreux (Trapdoor in a wall) grâce au Beat-box de Julien qui l’accompagne, le charme de Madjo fait chaviré. Nous gratifiant, au passage, d’une reprise de Where did you sleep last night? unplugged.  Notre oreille se prendrait même à rapprocher certaines tonalités de Feist, tant la détente de cette jeune artiste va droit au but.

Depuis, la tigresse et  joyeuse bande formée composée aussi de Claire et Joro, est repartie sur les route, avant, on lui souhaite, un bel Olympia en guise d’apothéose.

Web: www.myspace.com/madjomusic

Share

Zazie joue les Olympiades

Zazie c’est un peu comme une vieille copine. On l’aime toujours, bien qu’on l’ait perdue de vue et que l’on ne sache plus trop ce qu’elle fait. Alors quand votre meilleur pote vous appelle en panique pour l’accompagner au concert de la belle quadra, vous n’allez pas refuser. En souvenir des bons moments que vous avez passé avec elle.

Pourquoi les renier? Après tout “Rue de la Paix”, “Larsen” (qu’elle n’a pas chanté) ou encore “Zen” faisaient bien partie de la bande-son de votre adolescence.

 Revenue à plus petite échelle, après un Bercy et trois Zénith, le cocon-Olympia convient à merveille au retour sur scène de la chanteuse espiègle.

En deux heures bien calibrées, elle alterne, en compagnie de ses 4 musiciens, un nouveau titre – de son concept album à 6 cd – et un tube. Les premiers titres un peu obscurs, car peu connus voire jamais entendus ont du mal à trouver écho. Même le duo avec Mademoiselle K laisse un peu froid. Alors que celui composé avec Philippe Paradis congèle sur place.

C’est assez surprenant mais le public, ce soir-là, ne connait pas les nouveaux titres et ne trépigne pas sur son siège (la fausse est assise) à leur écoute. Alors quand viennent les incontournables “Aux armes citoyennes”, “Oui” ou encore “Tout le Monde”, c’est comme une libération. Le public se lève et chante à tue-tête.

Alors bien sûr il y a quelques tubes dans ce dernier album:  “Etre et avoir” ou Chanson d’amour mais ils n’ont pas encore la charme émotionelle d’un petit “Cheese”.

Web: www.myspace.com/zazieonline

Share

Un joli brin de Zaza… Fournier

Le mois de mai voit le retour dans la lumière de la belle Zaza Fournier, après une pause de plus d’une année, histoire de recharger les batteries après une tournée de 200 dates et de trouver l’inspiration pour le nouvel album, Regarde-moi.

Ce jeudi soir, les fidèles parmi les fidèles s’étaient massés au 104 pour retrouver la diablesse, redevenue sauvage, car intimidée et émue de cette toute première date.

Finis les robes colorées et les fleurs dans les cheveux. La Zaza 2011 se fait plus glamour, habillée de noir, veste cintrée et cheveux montés en banane.
Fini aussi la solutide de la scène, quatre musiciens remplacent l’Ipod.

On peut entendre dans le public: “Ca sent les années 80 !”. Oui, sans doute quand on écoute “Qu’est-ce que ça te fait ?” qui va flirter du côté de Lio. Mais Zaza ne boude jamais le rétro.

Pour le moment, il est encore dur, pour elle comme pour le public, de faire de trop longues infidélités à ce bel ami l’accordéon. Sans doute parce qu’on n’oublie pas qu’il nous a touché en plein coeur. Mais gageons que ces nouvelles chansons prendront leur plein envol au cours de la tournée et que le goût du vodka fraise nous révèlera mille délices.

Zaza Fournier
album Regarde-moi 

Share

Kumi Solo sinon rien – adorable chanteuse japonaise installée à Paris

Après deux tournages reportés pour cause de mauvais temps, un nouveau rendez-vous était ENFIN pris avec Kumi Solo, une fois le soleil de retour.

Image de prévisualisation YouTube

L’adorable chanteuse japonaise installée à Paris et auteur de l’album Cheap Pop Song et guest de la webtv Konbini nous ouvre les portes de son Paris.

J’avais, pour l’occasion, sorti  le grand jeu pour ce tournage: nous étions trois acolytes pour accompagner ce joli brin de chanteuse nippone dans les rues de Paname.
Connaissiez-vous l’histoire du bar Le Cyrano Place de Clichy? Que savez-vous de la musique électro japonaise? Savez-vous comment on prononce Paris en japonais?
Toutes les réponses et bien d’autres sont à retrouver dans cette vidéo.

Web: www.myspace.com/kumisoloproject

Share

Holden emballe le Zèbre

Le retour du groupe Holden sur la scène parisienne est célébré par 3 soirs au Zèbre de Belleville. Des soirées festives en perspective pour annoncer la sortie de leur Essentiel, marquant « 10 ans de bons et loyaux services » dixit Armelle, le beau brin de voix du duo.

Car Holden nous gratifie d’un best-of, une compilation beaucoup plus généreuse que celles d’autres artistes, tous plus feignants les uns que les autres. Ainsi, nous n’avons pas droit à un ou deux titres inédits mais à 14 raretés. Armelle et Mocke nous gratifient de titres gardés secrets, d’expérimentations datant de leur séjour à Dublin à l’origine de leur union artistique, de morceaux ne trouvant pas tout à fait leur place sur le nouvel album.

Ces titres ont d’ailleurs une large place au cours du concert. On découvre avec plaisir un étonnant Mérinos, l’étrange douceur du Dernier pas ou encore un très rock Billy Boy Story.

Bien sûr, il manque dans ce set les beaux succès du groupe : C’est plus pareil ou Ce que je suis. Mais on se console avec une version aérienne de Madrid, expérimentée lors de la tournée new-yorkaise l’été dernier. Vous ne le saviez peut-être pas mais Holden a ses adeptes à l’étranger. Après le Chili, leurs balades ont séduit le public du Moma.

Web : www.watusa.fr
www.myspace.com/holdenfrance

Share