Marvin Jouno

Marvin Jouno sublime l’intime avec Sur Mars #interview

Marvin Jouno nous revient changé, bouleversé par la vie et bien décidé à partager ces récits d’explorateur de l’intime.
Sur Mars emporte avec son élégance folle, un song writing parfait et des compos entêtantes. 

INTERVIEW MARVIN JOUNO 

Marvin Jouno

UsofParis : Être aimé par des hommes, des femmes anonymes, est-ce facile à gérer ?

Marvin Jouno : C’est très perturbant. Il y a un côté magique de voir que tu touches des gens et de voir une communauté hyper-réactive. Ça me touche énormément.
Et je passe aussi beaucoup de temps avec des gens que je ne connais pas. Parfois, j’ai du mal à comprendre le principe d’autant que je suis quelqu’un de très solitaire. Je compte mes amis sur les doigts des deux mains. J’adore les tête-à-tête; j’adore voir les gens. On est dans un monde qui me propose une communication très différentes.
Je m’évertue à m’occuper de mes réseaux et à répondre à tous ceux qui m’écrivent.

Des échanges heureux ?

Oui ! Comme le groupe Facebook : Marvin Jouno et nous. Je ne sais pas pas si je peux dire que j’en suis fier. En tout cas, c’est une jolie communauté, menée par des gens que je trouve intelligents, cultivés.
Avec eux, parfois l’échange est stimulant intellectuellement.
J’ai besoin d’alliés de ce type. Il y a suffisamment de détracteurs comme ça. 🙂

Écrire, chanter, ça aide à vivre ? Ou au contraire, ça peut bouleverser la vie ?

Je suis partagé à nouveau. Je me suis vraiment réalisé artistiquement. Ça faisait des années que je me cherchais, ainsi que mon média. Et Intérieur Nuit a apporté beaucoup de choses et aussi pas mal bousculé. J’ai passé 3 ans assez mono-obsessionnel. Je ne pensais qu’à mon album. J’ai un peu oublié ma vie. Je me suis réfugié aussi, j’avais une bouée.
Et heureusement, j’avais un objectif et un but à atteindre avec ce deuxième album, vu ce qui m’arrivait sur le plan intime.
Parfois, je me dis que je n’ai pas choisi une voie simple. Je me livre beaucoup et je me soumets au jugement d’autrui en permanence. Alors que je déteste être jugé. 🙂

La musique, les tournées, ça peut fatiguer une relation amoureuse, une relation amicale ?

Sur le plan amical, vu que je travaille avec des amis, ça renforce. Il n’y a pas eu de tensions. Il y a un esprit très familial.
Après, sur le plan amoureux, est-ce que ça abîme ? Certainement !

Ce n’est plus un couple que tu formes mais un trio avec la musique.

Oui, ça prend beaucoup de place. C’est pour ça que ça fait 3 ans que je suis tout seul.
Je suis en couple avec mon disque. On va bientôt se séparer à priori. 🙂

Image de prévisualisation YouTube

Quand a débuté l’écriture ?

Je n’ai pas composé pendant un an. Mais j’ai pris beaucoup de notes. Je vivais à droite à gauche, dans l’est parisien et j’étais toujours avec mon tél. J’écrivais par rapport à ce que je traversais sur le plan personnel. Mais je ne figeais pas ça sous forme de paroles. Au bout de 9 mois, 1 an, j’ai tout étalé sur mon ordi, en essayant de mettre dans des cases, les thématiques.
J’ai ciblé une quinzaine de textes que j’ai mis en forme. Mais j’attendais d’avoir la compo.

Très rapidement, il y avait trois figures féminines centrales au projet. Je n’avais que ça à raconter car c’était en train de me chambouler complètement. Trois espèces de figures de deuil aussi. Je voulais parler de ces trois femmes, c’était une obsession.

Qui sont-elles ?

J’ai mis fin à une très longue et belle histoire d’amour de 10 ans. J’ai cru un amour longue distance impossible. J’ai fini par perdre ma mère d’une longue maladie.
Le sol s’est dérobé sous mes pieds. C’était trois années particulières.
J’ai appelé l’album Sur Mars parce que j’avais l’impression d’être sur une autre planète.
L’impression d’être en terrain hostile, terrain inconnu, d’être mis à l’épreuve.

Clap de fin m’a vraiment accroché, un vrai titre pop.

Je voulais commencer par un clap de fin. Je reprends l’auditoire là où je l’ai quitté, à la fin du tournage du film. Je parle du retour après tournage, je n’ai pas du tout envie de rentrer.
C’était la chanson manifeste. Le nœud central des bouleversements à venir.
Je lutte souvent pour trouver la bonne composition pour le bon texte. Car je n’écris pas beaucoup. Je ne lâche pas le texte tant que je n’ai pas trouvé le bon décor, la bonne lumière.
Il y a une notion de transition avec Intérieur Nuit.

Image de prévisualisation YouTube

Danse m’obsède totalement !

C’était une récréation. Sachant qu’en apparence, il est léger mais il n’est pas.
Mais je l’exprime dans un décor acidulé. Ça a été une soupape dans ma période de création. Pendant la tournée d’Intérieur Nuit, on a beaucoup dansé avec Agnès, après les concerts, en province. Comme j’ai composé ces titres, seul, en Bretagne, j’avais cette envie de sortir pour danser.
C’est un titre qui a redonner l’envie à toute l’équipe et aussi l’axe de l’album, un peu comme une DA (direction artistique).

Où es-tu allé chercher ces petits bouts sonores qui pimentent tes titres ?

J’ai été marqué par deux albums : Blond(e) de Frank Ocean et le deuxième album de Bon Iver. Ça évoquait pour moi le journal intime, le carnet de bord. Ce n’est que de la matière que j’ai prise avec mon téléphone : des messages qu’on m’a laissé, des choses enregistrées dans l’avion, dans la rue. Tout est vrai !
La seule exception, le début du titre On refait le monde.
Ça a un caractère hyper cinématographique : le sample de voix, l’échantillon. C’est comme si Sur Mars était un film sans image.

Le final de Danse ?

Je suis sur le balcon d’Agnès, en train de fumer. Et un homme passe en bas de chez elle, avec un caddie et une sono. On ne savait pas ce qu’il chantait, ce qu’il hurlait. A priori, c’était “Je t’aime, mon amour“. Je voulais le mettre en épilogue de Danse, quelque chose de libérateur, d’un fou, d’un peu alcoolisé.

Les bidouillages vocaux viennent de ce que tu écoutes ?

J’ai beaucoup écouté de hip-hop trap music. Je trouve que c’est un témoignage de l’époque.
Je voulais que mon disque soit daté. Que dans 20 ans, on puisse dire Sur Mars est sorti en 2019 ! Quitte à ce que ça vieillisse mal. C’est un instantané de ces 3 années de ma vie. Et c’est un choix esthétique qui m’a ouvert plein de perspectives. Parfois, je fais juste des vocalises et on a la sensation que c’est un instrument alors que c’est ma voix.

Marvin Jouno

Agnès Imbault qu’a-t-elle apporté à l’album  ?

C’est la personne courageuse qui est venue me voir dans ma retraite. Elle est venue me voir 4 fois, en Bretagne, pendant 1 an.
Je compose toujours dans mon coin, Agnès arrive. Avec son grand bagage, elle améliore les accords, propose d’autres choses. C’est une partie de ping pong et une co-composition sur la plupart des titres.
Et après, on apporte notre matière à Angelo qui va réaliser.

La scène te manque ?

Oui, ça me brûle ! 🙂
J’ai commencé la scène en ultra novice. A ne pas savoir où prendre le plaisir et quel était mon personnage. Je me suis révélé au fur et à mesure.
C’est certainement l’endroit sur terre où je m’épanouis le plus.
J’ai hâte de reprendre. Comme si j’avais fait ce disque pour refaire de la scène. J’ai de grandes ambitions pour ce live.

Si tu pouvais réformer le monde, que ferais-tu ?

Je travaille sur le clip d’On refait le monde. Et je piétine encore car je n’ai pas la réponse. Ce “on” général c’est comme si je n’en faisais pas partie. Je fais partie d’une génération déjà compromise. Je mise tous mes espoirs sur la jeunesse. J’espère qu’ils auront la réponse.
C’est une chanson avec beaucoup de questions.
J’aimerais avoir la réponse, mais je suis parti sur Mars. 😉

Interview by Alexandre

Marvin JOUNO
nouvel album : Sur Mars
(Un plan simple / Sony Music)

sortie le 25 janvier 2019

CONCERTS :
13 juin à Nantes
13 juillet aux Francofolies de La Rochelle

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.