Archives par mot-clé : interview

AVBE : un premier EP “Dawn” musicalement abouti – #Interview

AVBE (prononcé aube), Raphaël Olivier, c’est un beau gosse qui vient de sortir un EP : Dawn.
On pourrait s’arrêter à son physique et ses yeux bleus qui rappellent le lac Michigan qui enserre Chicago, sa ville de cœur et de vie.
Mais non ! AVBE ce n’est pas que cette façade. Ce sont des choix musicaux assumés, une passion pour la musique qu’il transmet. Passion qui rythme sa vie depuis ses 3 ans, dans une famille qui se consacre à la musique.

Son titre Where I go nous a conquis à la première écoute. Et les six autres titres de son EP Dawn ( et ceux disponibles sur Youtube) sont tout aussi créatifs et accrocheurs.

Alors, on n’allait pas se priver de passer un moment en tête à tête à discuter musique avec lui. Une rencontre en mode terrasse chauffée, avant son retour outre-Atlantique.
Franchement, on a kiffé ce moment d’échange !

Avbe
Selfie interview pour USofParis

USofParis : Pourquoi avoir choisit Chicago ?
Avbe : C’était un peu un concours de circonstances. En fait j’ai bougé là-bas quand j’avais 15 ans. J’allais aller à New-York comme plein de Français qui bougent à l’étranger. Et en fait moi et ma mère, qui est musicienne aussi, on a eu cette occasion de partir là-bas à ce moment-là. En plus c’était les années lycée, les années où tu te constitues beaucoup. J’ai vraiment eu un coup de cœur avec cette ville, un truc identitaire. C’est marrant parce que j’ai passé un peu de temps à Los Angeles et quand je suis retourné dans cette ville, je me suis dit « C’est Chicago, il n’y a plus de question ! ».
À la base on voulait faire une année blanche, et cette année s’est transformée en trois ans. C’est vraiment un choix qu’on a fait tous les deux.
Tu connais cette ville ?

Oui, j’y suis déjà allé il y a quelques années. J’avais enchainé après une visite à New-York. C’est une ville qui a une âme particulière.
C’est un peu plus ancré que New-York. Los Angeles c’est l’entertainment, l’industrie.
Chicago est la troisième plus grande ville américaine mais c’est la première vraie ville américaine. C’est la ville du Midwest, du milieu des États-Unis. Et pour avoir une expérience américaine, il me semble que c’est un très bon point de départ. Une ville magnifique qui évolue très bien. Mais elle se gentrifie énormément.
C’est l’énergie américaine qu’on connaît bien.

Chicago
Vue Chicago @ USofParis

Mais pour moi ça a été surtout des rencontres. Des jeunes comme moi qui ne se posaient pas la question de faire de la musique. Ça s’est fait organiquement, naturellement. Ça a été vraiment le point d’entrée.
J’ai débarqué là-bas, je parlais un anglais niveau collège. Et les trois premiers mois, j’ai écouté comment les gens parlent, parce qu’avant tout, c’est un truc social. C’est pas juste le verbe et la conjugaison. L’idée c’est : « qu’est-ce que tu dis à quel moment ? ». Je m’imprègne de ça et au bout d’un moment je deviens très américain…
J’adore le base-ball, le foot américain. Ma copine est folle de foot américain. Je me fais les matchs du PSG à 13h et après on se fait les matchs de foot américain.

Avbe

Du coup tu vis depuis tes 15 ans à Chicago ?
Oui depuis 2012, ça fait  8 ans.
Quand j’ai eu mon bac,  je suis revenu en France. Je me tâtais à aller à Princeton, mais j’ai eu l’opportunité de venir au CNSM de Paris. Et du coup j’ai fait trois années complètes en France. Et après est revenu cet appel des États-Unis .
J’y suis retourné de plus en plus. Et maintenant j’ai la carte verte, je suis résident là-bas, je repars dans 3 jours.

Malgré la situation sanitaire ?
Oui, mais à Chicago ça se passe mieux qu’à Paris. C’est surtout dans les états du Sud que c’est la merde.

J’ai beaucoup aimé l’énergie de Where I go , cette chanson aurait presque pu faire un tube de l’été !
Ouais, ça devait être un titre de l’été.
J’aurais voulu le sortir début Juillet. Mais on a tourné le clip au début de l’été, donc c’était impossible de le faire à ce moment-là. Et à partir du moment où je sortais ce titre, il fallait la campagne de l’EP. Malheureusement c’était trop tôt.
Mais je l’ai sorti début septembre et  je suis très heureux car il a été

Where I go a l’esprit des six titres que l’on retrouve dans l’EP : un coté soleil. Après j’en ai que je préfère plus que d’autres comme Stick to itDown ou Sunflowers.
D’ailleurs s
ur Down il y a un truc plus particulier avec les cuivres ?
Oui c’est mon père au saxophone (Sylvain Beuf, NDLR)
Et  Stick to it et Sunflowers ne sont pas sur l’EP. Mais c’est gentil !

Et si tu as aimé Stick to itMoon en est très proche. Ce qui est intéressant dans ce morceau c’est que j’ai vraiment expérimenté au niveau du sound design. J’ai de la chance de faire de la musique pure. Sampler des trucs des machins, j’ai vraiment expérimenté.

C’est ce qu’il y a dans Sitck to it, beaucoup de voix samplées ?
En fait toutes les voix c’est moi. Que j’ai repiquées dans tous les sens,  je les ai pitchées.

Qu’est-ce que t’a apporté ta formation classique au CNSM?
Le CNSM a été une expérience très profonde pour moi.
Ça a été un immense cadeau car on est que sept de pris dans ce département. Je l’ai été guitare jazz et je faisais de la composition en option.
D’ailleurs mon chef de département jazz me disait « Passe moins de temps avec l’équipe de composition ». Moi je l’envoyais un peu se faire foutre car j’adorai ça.
Ça a été une grande pression. Car tu as ce côté élite très français des écoles supérieures. En fait au bout d’un an, je savais que j’allais arrêter. Je savais qu’il fallait que je me lance. Pour faire de la musique, pas en parler.

Tu me disais que tu aimes les arrangements sur Down, mais avec du recul, je les dois à mon prof du CNSM, François Théberge qui est un monstre musicien, qui nous a donné des trucs genre l’unisson sur la mélodie. Tu me parlais aussi de Sunflowers, et bien la mélodie c’est le même thème sur plein d’octaves et d’instruments différents. Ça donne une force à la mélodie. C’est un de ses conseils que je vais porter toute ma vie. C’est avant tout la mélodie qui est importante.

Avbe

Il y a un vrai rapport différent à la musique entre les Etats-Unis et la France ?
Il y en a plusieurs. La première qui me vient à l’esprit c’est l’approche la musique.
En France on est plus dans le style, l’esthétique, la scène en générale : la scène classique ou jazz. L’ensemble de jazz qui se produit sur une scène nationale ne pourra pas se produire au Zénith.
Il n’y pas cette question d’être au service de la musique contrairement aux Etats-Unis. On peut écouter n’importe quoi. C’est une vraie différence.
La musique européenne est profondément influencée par son histoire. Très établie par les écoles classiques.
L’autre différence c’est que la musique américaine vient de l’esclavage en partie et comment les esclaves ont métamorphosé cette culture. Et d’un autre côté toute la musique folk, la musique blanche, vient plus des traditions irlandaises et européennes.

Aux Etats-Unis, il y a un côté très brut dans la musique, ancrée dans la terre, dans l’histoire.
Quand tu écoutes un blues de Robert Johnson des années 30, il reste sur l’accord tant qu’il n’a pas fini sa phrase. Et ça c’est vraiment un héritage africain.

Et aussi aux Etats-Unis quand tu as une différence, c’est excitant : on te dit de la développer. En France, la différence est plus vue comme une problème.
Je l’ai un peu vu quand j’ai fais mon récital de fin de première année au CNSM. J’ai pris mon parti de jouer mes morceaux de jazz avec un son de country. Et je crois avoir fait un truc hyper honnête.  La première chose qu’on m’a dit c’est «  tu es hors des clous ». C’était un reproche.

Tu parles de musique de films, quel est ton compositeur préféré ? 

Ça paraît très touriste de dire ça mais il faut le citer : c’est John Williams. Ça reste une base parce qu’il a réussit le coup de maître de faire les plus grands thèmes d’Hollywood que l’on connaît, tout en ayant un niveau d’orchestration et une finesse dans l’écriture digne d’un Stravinsky. J’ai eu la chance de voir ces partitions écrites à la main, tu vois les détails qu’il y met.
J’adore aussi les musiques d’Alexandre Desplat qui écrit pour énormément de films par an.

Ma dernière claque, c’étaient les bandes originales des films de Paul Thomas Anderson.
En fait le compositeur c’est Jonny Greenwood, le guitariste de Radiohead, et qui écrit du symphonique comme un grand. Il a fait ses trois derniers films et notamment The Master, qui date de 2008.

Tu écoutes sa musique sans le film et les textures qu’il trouve sont juste extraordinaires. C’est une grosse inspiration pour moi.
Du coup tu comprends pourquoi Radiohead est génial en fait. C’est que lui, tout comme Thom Yorke, sont des gens qui ont cette ouverture d’esprit : ils sont capables de passer du jazz au symphonique ou au rock .
C’est des vrais artisans de la matière.

 Et est-ce qu’il y a un réalisateur pour qui tu voudrais composer ?
C’est une très bonne question ! Extrêmement complexe parce que tu en dis un, tu as envie d’en dire dix mille.

C’est aussi une question de feeling ?
Oui ! La relation entre un compositeur et un réalisateur est quelque chose de très profond et personnel. Il faudrait que je m’entende humainement avec lui.

Bizarrement j’aurai envie de te dire, mais ça paraît totalement absurde parce que j’ai regardé toutes ses interviews : j’aurai adoré composer pour Orson Welles. Ça va être un peu complexe ! Il était tellement fou, génial et travailleur.
En fait, on aurait bu des coups, beaucoup de coups ensemble ! On aurait énormément mangé et fumé pleins de cigares.
Netflix vient de sortir son film The other side of the wind. C’était trente ans de travail. Il ne l’a jamais fini, il est mort avant. Musicalement, j’aurai adoré mettre une patte là-dessus.

Ton top 3 musical du moment ? 

  • Les terres noires et leur album  Les forces contraires
  • Luc Ferry : Schopenhauer: la philosophie en podcast, c’est monstrueux surtout quand tu fais tes courses aux Etats unis
  • The 1975 : Notes on a Conditional Form

Une chanson pour séduire ?
Herbie Hancock  : Butterfly.

C’est les années 70’s, c’est hyper smooth. Et il y a un son de bongo qui est comme un son de  baleine.
Si tu veux pécho c’est top il y a un solo de clarinette basse au milieu. Il fait 15 minutes, tu as 100% de chances que ça marche.

Une chanson pour rompre ?
J’écoute mes chansons ! (rires).
Bon Iver, le premier album For Emma, Forever Ago, c’est un album majeur, un immense chef d’œuvre. C’est très dark,  tu l’écoutes tu n’en sors plus.

Une chanson que tu pourrais écouter en boucle ?
Ma mère quand j’étais gamin, elle écoutait les suites de Bach. Ça m’a influencé. C’est pour ça que j’ai fait du violoncelle.
Il y a ces morceaux classiques qui sont si bien écrits. C’est comme le nombre d’or de la musique.
Mais moi, le morceau qui me touche le plus c’est le premier mouvement du quatuor en Fa de Ravel. Tu écoutes ça et c’est toutes les unités de temps en une fois. C’est extraordinaire.

Un artiste pour lequel tu pourrais faire des folies pour le voir
J’ai envie de te citer des gens morts… Voir Ravel et fumer un cigare avec lui. Et même Jimmy Hendrix.
Mais ça ne serait pas temps les plus gros artistes en terme de vente. Je donnerais beaucoup pour voir dans les immenses jazzmen qui vont partir comme Wayne Shorter, qui est un immense saxophoniste de jazz qui a 90 ans. Le voir encore une fois.
Ou un artiste, qui est le plus grand, et je  fais tout pour le voir quand il passe quelque part : c’est  Bill Frisell : c’est le plus grand guitariste pour moi.

Une musique pour Chicago ?
Je vais t’en donner une qui a été enregistrée à Chicago et qui est pour moi une des plus belles de tous les temps. C’est un vieux blues chanté par un immense artiste. : Parchman Farm de Mose Allisson. C’est le son de Chicago. 

 Une musique pour Paris ?
Une musique que j’aime beaucoup écouter quand j’atterris en avion : Le tombeau de Couperin de Ravel, une pièce pour piano seul. Notamment le premier mouvement. Écoute ça la prochaine fois, ça va te faire chialer.

Si vous aimez l’univers de Avbe, foncez découvrir son EP Dawn.
Vous ne serez pas déçus.
On le redit : on a adoré les mélanges des styles !
#Enjoy !

Avbe
Couverture de l’EP Dawn

Avbe : EP Dawn

Disponible sur toutes les plateformes et en support physique

Share

André Manoukian : interview autour du Chant du périnée #Passionnant

Après avoir assisté à sa conférence musicale Le  chant du périnée, André Manoukian nous a accueilli dans son antre de création, en plein coeur de Paris.
Quarante-cinq minutes d’interview, de partage et de découverte.
Nous avons parlé jazz, composition, solfège, histoire, philo, catharsis, transmission et de Gilles Deleuze, bien évidemment.
Compte-rendu à bâton rompu !

André Manoukian
Selfie exclu pour USofParis

USofParis : Est-ce que ce sont les interviews données pour la sortie de votre album Apatride qui vous ont inspirées pour ce spectacle ?

André Manoukian : En fait, dans tous les concerts que je fais, je parle entre les morceaux. Jusqu’à ce qu’on me dise : « C’est formidable ce que tu racontes ! Ça mériterait un spectacle en soi ! » Donc du coup, j’ai compilé tous les sujets qui me tiennent à cœur.

Ma rencontre avec le chant, c’est en studio, avec une chanteuse de jazz qui vient improviser. Et ça va être une révélation absolue, je vais passer du côté féminin de la force !
Puis quand je suis arrivé à Boston, pour mes études, je me rends compte que toutes les bases de l’impro tiennent sur une demi-feuille de papier…

Ensuite, je rencontre un musicien classique qui me dit : « Tu sais, autrefois, tous les musiciens étaient des improvisateurs. »
Donc je m’aperçois qu’on a sciemment “désappris” une technique dans l’histoire de l’humanité, dans un but de contrôle. Tout à coup, c’est le compositeur qui devient le patron et vous, les musiciens, vous ne vous exprimez plus. Vous n’êtes plus que des lecteurs de notes.

Et puis ensuite, il y a le chant. L’aspect trouble entre le sacré et le sucré. Les grecs appelaient l’une la musique d’Apollon, et l’autre la musique de Dionysos. Il n’y avait pas de jugement chez les grecs.
Parfois, on a juste envie de danser, de boire des coups, de s’oublier et de retrouver son animalité. Et puis l’autre qui vous élève vers une forme de méditation. Après, ça va se dévoyer avec Platon et avec les chrétiens. Ils vont dire : « Il y a la musique de Dieu et la musique du diable », jusqu’au gospel.

Je raconte un peu tout ça. Le prétexte, c’est que je ne peux plus travailler avec des chanteuses, j’en ai marre de tomber amoureux d’elles…

C’est fini les chanteuses ?

Non mais tu rigoles ? J’ai fait un album avec 120 chanteuses ! Impossible… Mais de temps en temps, c’est bon de se retirer, de se faire une détox pour replonger avec plus de gourmandise…

On a vu ce goût du partage entre les morceaux dans le concert Apatride au Trianon.

C’était une manière de me guérir, de me sortir de toutes ces histoires mises bout à bout, c’est la quête d’un musicien. Pour aller où ? Pour aller vers la liberté, vers la liberté d’improviser.

Parce que la musique, ça peut aussi être terriblement hiérarchisé.

Encore plus maintenant avec internet. Avec tous les compositeurs qui sont avant moi, j’arrive et il va falloir que je fasse quelque chose de nouveau. A chaque fois, on croit que c’est impossible, que c’est une cause perdue, mais pourtant on y arrive. Et ça, c’est le miracle de l’inspiration.

C’est de tout ça dont je voulais parler dans le fond. C’est une rêverie à voix haute d’un musicien qui, entre deux morceaux, essaye de piger.André Manoukian

C’est ça qui est bien dans cette conférence. C’est que novice en musique comme musicien, on découvre des nouvelles choses, de nouvelles histoires.

Il y a un bouquin que j’adore, c’est Vendredi ou les limbes du Pacifique de Michel Tournier. C’est la vie de Robinson Crusoé mais analysée par le spectre de la psychanalyse.
Il va essayer de reconstituer la civilisation dans son île jusqu’au jour où Vendredi met le feu à des barils de poudre. Tout ce qu’avait construit Robinson explose. Alors, Vendredi lui dit qu’ils peuvent vivre avec la nature sans la domestiquer, en communion.

Le jazz c’est l’africain esclave qui découvre la musique classique et qui va la dynamiter pour en faire quelque chose de fabuleux. Qui va lui redonner ce truc de jeu, un peu drôle, de rythme, d’invention. Parce qu’en Afrique, il y a cette tradition de call and response : quelqu’un se met au centre et fait ce qui lui passe par la tête et les autres répètent. Et comme ça, on va construire un récit à plusieurs. C’est ça le jazz.

La musique, elle n’aime pas qu’on l’enferme. C’est en Orient qu’elle est en train de se redévelopper.

Quand on voit le succès incroyable d’un Ibrahim Maalouf, qui remplit 15 000 personnes à Bercy, en jouant de la trompette de jazz. Ben c’est quoi, ben c’est l’Orient ! C’est par là que les choses sont en train d’arriver, parce que ce sont de nouveaux sons, de nouveaux jouets, de nouveaux modes.

Donc du coup toutes ces histoires sont vraies dans cette conférence ?

Oui ! Pour rigoler je dis aux gens que c’est vrai à 60 %. Mais en fait, c’est vrai à 100 %.

C’est sûr que quand je dis que le jazz est né quand on a coupé la tête de Robespierre, c’est retracer un chemin. Mais ce chemin est vrai. On coupe la tête de Robespierre, le lendemain les parisiens font la fête et inventent une danse de dingue, une danse de joie, qui s’exporte dans les colonies de Louisiane. Les esclaves africains s’en emparent et ça va donner le ragtime qui va donner le jazz. C’est une manière d’illustrer un chemin pour qu’on s’en rappelle mieux.

C’est pour ça que j’aime beaucoup Gilles Deleuze car il parle de rhizomes. C’est un jeu de racines. Il n’y a pas de début et pas de fin. Je crois que j’ai une pensée rhizomique.

André Manoukian

Y a t-il un lien entre musique et psychanalyse, un lien cathartique ?

Ça c’est dans le blues. Le blues c’est tout d’un coup je n’en peux plus. Je vais exprimer ma peine en jouant. Et du coup je vais faire deux choses : extérioriser ma peine et en faire une œuvre musicale, harmonieuse, quelque chose de beau. Et quand je vais l’écouter, ça aura deux fonctions : l’expulser de moi, en faire un objet qui devient agréable à écouter, qui raconte ma souffrance et qui m’en guérit. C’est comme une auto-catharsis.

Du coup, l’acte musical, c’est l’antidote à ça. C’est le raconter et le transformer. La catharsis dans la musique, c’est capital.

Quand je dis dans mon spectacle que Beethoven se fait larguer et qu’il écrit La sonate au clair de lune, c’est encore plus chouette qu’avec des mots ! Parce que les mots, ils ne vont qu’au psychanalyste, et il vous prend du pognon. Là, c’est le contraire. On peut gagner un pognon avec sa tristesse tout en faisant une belle mélodie et un bon texte.

Certains artistes ne sortent de bons albums que lorsqu’ils sont tristes.

Mais tous !
Phil Collins, quand il va faire son premier album qu’il va vendre à des millions d’exemplaires, c’est parce que sa femme le largue. Ou quand John Lennon chante Julia, c’est pour sa mère. Ça nous prend tous.

Vous êtes divers, on vous retrouve un peu partout à la fois. Vous laissez-vous guider ?

Oui, je suis un skieur. Je prends les reliefs et puis je tourne autour. J’ai un défaut que j’essaie de corriger mais je n’y arriverai jamais : je ne sais pas dire non !

Si on reste dans son monde et dans ce qu’on aime, on se sclérose très vite. Un musicien a toujours besoin d’être ouvert sur les autres. Il y a un moment où moi-même j’ai cru que j’avais les recettes. Et c’est là que ça commencé à ne plus marcher.
Après Liane Foly, j’ai voulu refaire la même chose avec des chanteuses. Et je n’y suis plus arrivé car c’était un moment de grâce. C’était notre rencontre à nous, dans un certain contexte, une certaine époque.

Mais je me suis plongé dans mes racines arméniennes. Et il n’y a pas que des névroses, il y a une capacité d’adaptation. Et quand je parle de ma grand-mère dans le spectacle, en disant qu’elle a inventé la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), c’est à dire parler le langage de l’autre pour se faire comprendre par l’autre. C’est parce que c’était une question de survie. Quand elle dit à l’officier turc « Comment tu peux faire ça au nom de ta foi ? », parce que le mec est pieux, elle le touche en plein cœur. Et il va la protéger par la suite.

J’ai hérité de ça. Instinctivement, je jauge la personne en face de moi. Je vois ses codes et j’essaie de parler un peu comme lui.
Ayant conscience de ces choses-là, j’ai qu’une envie, c’est d’essayer de partager une musique, le jazz que j’aime le plus au monde. J’essaie de simplifier le jazz, sans l’abîmer.

André Manoukian

C’est ça le secret pour mettre des mots sur les émotions aussi bien que vous le faites ?

Les mots sur les émotions, il faut aller dans la métaphore. C’est la seule solution parce que c’est compliqué. Ça, je l’ai appris aussi à la télé. Par rapport au gamin qui est là devant toi. Il a seize ans, Il a du talent mais il n’est pas prêt. Tout d’un coup, il est évalué et tu as des pros qui lui disent : « Ça c’est bien, ça travaille le un petit peu, ça c’est une voix de garage, n’essaie pas de chanter comme lui, tu as ton truc. »

Mais le mec repartait avec la banane même s’il avait quatre non.

Et si tu vois les master-class d’un chef, il y en a, des métaphores : « Beethoven, il est désespéré, il veut se suicider, alors je veux l’entendre dans ton violon.» Tout à coup, le mec, il pige.
D’ailleurs, je conseille de regarder les master-class de Leonard Bernstein. Il dit « Toute ma vie il fallait que je transmette, que j’enseigne parce qu’en enseignant, j’apprends. Et je dois tellement à mes maîtres. »

Et quand tu te retrouves face à un môme, c’est pareil. Même s’il n’a pas de notions de musique et que tu sens qu’il y de la musique en lui, tu ne peux pas le laisser comme ça. Il faut qu’il te comprenne : donc, métaphore !

Petit quizz rapide pour terminer !

 Une chanson, un morceau pour séduire une femme ?

Je vais aller dans Harry rencontre Sally, Harry Connick Jr. qui dit It had to be You, il n’a que toi, comme ça tu la rends unique .

Une chanson, un morceau pour séduire un homme ?

J’ai envie de lui parler de l’introduction du Tannhäuser de Richard Wagner, parce que d’un coup, c’est des accords majeurs, une marche en avant.

Une chanson, un morceau pour se marier ?

Dans la bande originale de La Ligne Rouge de Terence Malick, il y a des sons d’enfants du Pacifique. C’est le plus beau chant qui soit, c’est d’une pureté incroyable.

Une chanson, un morceau pour séparer ?

Les torch songs, c’est pas ça qui manque ! On ne va pas aller sur Ne me quitte pas.

Jeane Manson : Avant de nous dire adieu.

Une chanson, un morceau pour s’évader ?

Un bon Philip Glass, un truc répétitif, mais ça peut être un peu abscond pour certains.
Non, plutôt le Chamam.  C’est une musique argentine, des indiens Guarani. Et tout à coup, tu as l’impression que tu as toutes les tribus du monde qui se réunissent dans une musique qui te touche. Et il y a un bandonéoniste d’origine ukrainienne Chango Spasiuk, allez-y. C’est des musiques qui te prennent au cœur et qui te donnent de l’espoir en les Hommes.

Quel morceau ou chanson pourriez-vous écouter en toute circonstance sans jamais vous lasser ?

Brad Mehldau, son premier album The art of the trio . C’est vraiment son chef d’œuvre.

Le chant du Périnée

Le chant du périnée

Conférence psycho-érotique pianotée
de André Manoukian.
Tous les lundi à 20h
Jusqu’au 30 décembre 2019
Théâtre de l’Oeuvre

55 rue de Clichy
3 cité Monthiers
75009 Paris
Share

Toulouse-Lautrec Résolument moderne : Notre avis en quatre tableaux et vidéos

L’exposition Toulouse-Lautrec du Grand Palais porte un sous-titre résumant parfaitement l’artiste : Résolument moderne.
Pour beaucoup, Toulouse-Lautrec c’est principalement des affiches et quelques portraits célèbres.
Pourtant, le réduire uniquement à cela ne serait pas lui rendre hommage tant son travail est prolifique. Les quelques 200 œuvres exposées au Grand Palais pour cette exposition temporaire en sont la preuve…
À cette occasion, Danièle Devynck, conservatrice en chef, nous sert de guide !

Lautrec Grand Palais

La première chose qui surprend dans cette exposition, c’est la scénographie ouverte et épurée. Nous sentons bien que l’afflux de visiteurs a été pris en compte. Une excellente chose, nous respirons  en nous disant que nous pourrons pleinement apprécier.

Et puis, nous plongeons dans la vie de Toulouse-Lautrec…

Toulouse-Lautrec : l’humain avant tout !

La peinture de Toulouse-Lautrec est une peinture énergique. Elle respire la vie. À l’instar de ses portraits où il capte parfaitement l’instant. C’est ce qui rend son travail unique pour son époque.

Toulouse-Lautrec
Monsieur Fourcade

Comme le souligne Danièle Devynck : “Il est toujours aussi fascinant. Ça repose sur le fait que Lautrec est intéressé par la vérité de l’humain. Dans son regard sur les autres, il y a des choses qui sont particulièrement présentes : une grande perspicacité, une acuité du regard, un sens de l’observation qui font qu’il va immédiatement saisir, capter l’individu qui est en face de lui par delà le masque social. Et l’authenticité de son regard, et donc de sa démarche qui met au service de son regard, est toujours perceptible par nos contemporains.”

Dans le lit

C’est cela qui captive dans la peinture de Toulouse-Lautrec.

En compagnie de Danièle  Devynck, conservatrice en chef et Directrice du musée Toulouse-Lautrec d’Albi, partons à la découverte de quelques toiles du Maître.

L’expo du Grand Palais en quatre œuvres : décryptage

C’est grâce sa grande passion pour le japonisme et tous les courants d’avant-garde comme le synthétisme ou le divisionnisme de Seurat que Toulouse-Lautrec dynamite les codes de la composition.
Et notamment ceux de la perspective comme dans cette toile : Au cirque Fernando (écuyère)

Impossible ne pas faire un tour dans l’univers très connu de Montmartre avec le tableau  : Au Moulin Rouge.
“Dans les scènes de maisons closes, ou dans certains portraits de femmes, il y a une forme de tendresse. Un regard qui n’est jamais dans le jugement moralisateur, notamment vis à vis des prostituées. Il témoigne de ce qu’il voit, il est assez distant pour ne pas porter de jugement.”
– Danièle Devynck

Outre ses portraits de femmes, Toulouse-Lautrec aime peindre ses amis, et surtout son cousin : Le Docteur Tapié de Céleyran. Nous retrouvons dans ce tableau l’acuité à saisir l’humain qu’avait l’artiste, même en arrière plan.

Le tout dernier tableau de chevalet de Toulouse-Lautrec est une mise en scène. Mais avec Un examen à la Faculté de médecine, il arrive à percer les sentiments, à retrouver l’émotion d’un moment malgré la reconstitution. Humain comme toujours.

https://youtu.be/roo6IBAtEzg[

Une exposition dense et complète

Passer les portes du Grand Palais, c’est se confronter à l’intime de Toulouse-Lautrec. C’est aussi se défaire des a priori sur l’artiste, comme l’évoque Danièle Devynck: “Tout le mythe autour de Lautrec (son handicap, ses origines aristocratiques, sa vie à Montmartre…) fait parfois un petit peu d’ombre à la lecture de son œuvre. Dans cette exposition, on met cela à sa juste place : tout cela existe mais l’œuvre de Lautrec, c’est bien plus que cela. On essaye de réinscrire cette œuvre en montrant sa pertinence, sa force et en montrant toutes les voies nouvelles qu’Henri de Toulouse-Lautrec va ouvrir.”

Toulouse-Lautrec
Salon de la rue des moulins

Toulouse-Lautrec

Une nouvelle fois, le Grand Palais nous livre la découverte dans son ensemble d’un artiste sous toutes ses facettes. Qu’elles soient reluisantes ou moins glorieuses, elles font parties d’un tout et offrent un regard complet et authentique sur Toulouse-Lautrec.
À ne pas manquer donc…

Toulouse-Lautrec
Allégorie Un enlèvement

Toulouse-Lautrec : Résolument Moderne

Jusqu’au 27 janvier 2020

Lundi, jeudi et dimanche de 10h à 20h
Mercredi, vendredi et samedi de 10 à 22h
Fermeture hebdomadaire le mardi

au Grand Palais
3 avenue du Général Eisenhower 
75008 Paris

Share

The band JOSEPH, a road movie album on the roads of life

The band JOSEPH is one of our crush of this year! A group formed in 2014 by Natalie Schepman and her twin sisters Allison and Meegan Closner.
The trio’s name is a tribute to their grandfather Jo and the town of Joseph in Oregon. The 3 sisters present us their 3rd album Good Luck, Kid. This new album is wanted like a road movie. It is at the same time intimate and intense.

The 13 tracks take us on the roads of life while questioning us on the choices that it is essential to have as an adult. An album definitely more pop but which does not lose the bulk of the group: the voices.
The trio master them to perfection, the harmonies are just perfect and takes us away completely. We cannot wait to discover the group live!

JOSEPH the band’s interview

Groupe joseph

USofParis: Did you use to sing all together since you were kids ?

Natalie: Surprisingly no! I am the oldest and I was always the one wanting to sing and be the center of attention. It wasn’t until we were adults in our twenties and I was playing music solo that I realized they could sing and how much better we would be together than I was on my own. I had a friend say “You don’t seem like you love your own music. What do you need to do to want to run it into people’s hands?” So I texted them on my way home from Chicago, “Want to be a band with me?

What’s the best advice given by your grandfather?

In the 80’s I gave up smoking, drinking, and wild women. My life has been boring ever since.” – Jo Hallam

Who write the music? The lyrics? How do you work together?

We write almost everything together and with other writers. Sometimes it starts with a melody Meegan sang in sound check that we got on voice memos. Sometimes it’s just a feeling that Allie starts talking about and I will start playing guitar while she sings whatever words and melody comes to mind. But other times we go into a room with a writer and start completely from scratch. In that case it might start with “What’s on your mind today?

Your sound has evolved. It is less « guitary », less acoustic than your precedent album. Where did the change in your sound come from?

After touring with a band on this last album cycle it opened our eyes to how big things can sound when you have drums, bass and electric guitar behind you. We wanted to write songs that would feel amazing live. We wanted the louder parts to be even louder and we knew that would make the quiet moments even more powerful.

Our team really really love Fighter. What is the secret of this beautiful song?

Thank you! I think the secret is that it’s honest. It’s a song we sing to each other to stay in the fight when it’s hard. Also Meegan is a dynamite singer and she amazes me. 🙂

Image de prévisualisation YouTube
You just released the track Good Luck, Kid. How did you write it, what is the meaning behind this song?

This song is the only song on the album I wrote mostly alone. It was one of those that came tumbling out. When I entered my thirties I felt like everything changed and I was less certain of things I thought I knew. It’s like that saying, “The more you learn the less you know.” The world looks so different now than it ever has in my whole life and while I was explaining all this to my husband Chris, he said “It’s like the universe just stopped the car, tossed you the keys and said, “Good luck, kid.” And I knew that was the title.

I loved it because it reminded me of a technique my best friend Julie uses in her work as a therapist. It’s called Lifespan Integration Therapy and it is a process of connecting the adult you to the child you that still exists within you. I imagine this song is my adult self comforting that little girl me, acknowledging how hard things are but believing in her and reminding her she can do it.

What is your most personal song on your forthcoming album?

We each lead four songs on this album so I think we each have one that feels the most personal to us, but I think the most intimate and raw song on the whole album is a song Meegan sings called Revolving Door. This song doesn’t try to offer a happy ending. It’s a snapshot of the confusion and heartbreak you feel when you are betrayed by someone you love.

Is it difficult for a women group to evolve in the musical industry?

In some ways, yes! Naturally, in a society built on listening to men sometimes there is an extra hurdle to overcome to be heard. That said, we happen to work with an incredible team of men and women who work tirelessly to get our music in people’s hands and we have a fantastic audience who listens to us both because we are women and also regardless of that fact.

Joseph band

Which country you are the more excited to visit during your tour?

Oh wow! Well, since I am talking to you I will tell you we are VERY excited to come back to France. Our uncle, Jeff Hallam, has lived there for years (he’s also a musician there, Brisa Roche, Dominique A etc.) and he and his partner have a little son only a few years old. So, since I have a French cousin I’ve been learning French and I am excited to practice!

What kind of music are you listening to when you are on tour, in the tour bus?

Lizzo! Aways Lizzo. And Muna.

What is your favorite song ever?

Fix You by Coldplay because it makes me cry every time and it sums up the meaning of life: being together.

What makes you laugh the most?

Each other! 🙂

Interview by Joan and Alexandre

The band Joseph

JOSEPH
new album: Good Luck, Kid

(ATO Records / [PIAS])
Share

Biche, le groupe qui fait encore l’amour après 6 ans de mariage #interview

5 garçons composent le groupe BICHE porté par la voix d’Alexis Fugain. Le tout premier album, La Nuit des Perséides, est le fruit de nombreuses années passées sur les routes de France. Car Biche a fait ses classes sur scène avant d’entrer en studio. Le résultat est une pépite de songwriting à la française. Rencontre lors du passage remarqué du groupe à Rock en Seine 2019.


INTERVIEW groupe BICHE 

Groupe Biche
Selfie exclu usofparis

UsofParis : C’est votre look qui m’a tapé dans l’œil avant d’écouter votre musique. L’imagerie de vos clips est-elle réfléchie ? Vous piquez vos fringues à quelqu’un ?

Alexis Fugain : C’est marrant, nous avons eu ce sujet de discussion un peu plus tôt dans la journée.
Non, pas franchement. Sur les photos de presse, on essaie de s’accorder, on trouve des vieux pulls.
Brice : On s’est inspiré des imageries 60’s, cosy, avec des gens dans des intérieurs très designés qui font des jeux de société le dimanche.
Thomas : Il y a un effet de groupe. On aime tous cette esthétique 60’s-70’s. Il y a une émulsion de groupe très naturellement.

Les critiques sont super élogieuses pour votre 1er album. Est-ce mérité ?

Carol : C’est difficile à dire.
Mais nous sommes hyper heureux de la réception de l’album. Surtout qu’il a mis un peu de temps à maturé. On était un peu à poil. Et on est super touchés !

Une phrase, des mots qui ont touchés juste pour décrire votre musique ?

Alexis Fugain : Ce qui m’a fait plaisir c’est qu’il a souvent été question de quelque chose « à la française »
Ça me tient particulièrement à cœur. Car je chante en français. Et le projet a vraiment été pensé comme une création française.
Brice : On a eu aussi « pop giscardienne » ! 🙂 Ça nous a interpelés ! Je ne sais pas comment le prendre.
Carol : C’est mon préféré !

Image de prévisualisation YouTube

Pensez-vous comme moi que le titre L’Essor est votre chef-d’œuvre ?

Merci déjà !
Thomas : En tout cas, les chefs-d’œuvre ne sont que des tentatives heureuses !
Carol : Frédéric Nietzsche ! 🙂
Alexis Fugain : C’est le morceau qui a été fait le plus instinctivement, le plus rapidement. Et c’est celui qui à terme me donne envie de continuer à procéder comme ça.
Thomas : Généralement les derniers morceaux composés sont généralement les plus naïfs. Pour Phoenix, dans Wolfgang Amadeus Phoenix, Girlfriend a été composé en dernier. C’est l’un des plus directs. C’est une belle porte d’entrée en tout cas pour nous.
Brice : On se sent aussi plus relâchés quand on a fait tout un album. Il manque quelques titres. On est alors un peu plus légers.

L’Essor a été écrit en groupe ?

Alexis Fougain : C’est le seul morceau que j’ai écrit tout seul. Enregistré seul avec l’aide de Vincent, notre ingé son. En live, on se l’est réinterprété d’une façon vraiment différente. Ça c’est un travail de groupe.
Et sur scène, il a la patte de tout le monde.

Quelles sont vos 1ères impressions de live ?

Carol : L’histoire de Biche est un peu particulière. Ça fait 6 ans qu’on joue ensemble.
On a fait beaucoup de lives. On se connait très bien. Pour nous, c’est la manière dont on s’exprime le plus justement. Et dont on rend compte de la cohésion de groupe. C’est toujours un exercice le live, mais c’est du plaisir.
Alexis Fougain : On fait en sorte qu’il n’y est pas tant de contrôle que ça sur scène. C’est beaucoup plus sauvage qu’en enregistrement. Ça cogne un peu plus. Car on aime ce genre de concert. C’est un vrai lâcher-prise.

Des titres sont-ils vraiment différents en live ?

Alexis Fougain : Des morceaux ont vraiment changé. L’Essor ou As-tu peur du matin ont beaucoup changé.
Il y a des choses qui marchent très bien sur un album. Mais quand on les joue en live, il faut les réarranger.
Thomas : C’est toujours un peu compliqué. Il y a toujours un risque de proposer un recueil de chansons. Et de passer un peu à côté d’un effet vraiment live où il y a de la vie. Le contre-pied à tout ça, c’est proposer quelque chose de plus fourni, qui s’évade du format de chansons.

Groupe Biche

Pensez-vous que vous deviendrez fous un jour ?

Alexis Fougain : J’en suis persuadé. Devenir un peu névrosé, y’a moyen. Mais j’aime bien, je me laisse aller.
Thomas : J’espère que je tendrai vers la sagesse plutôt que la folie.
Alexis : Mais la folie peut être une forme de sagesse ! Jean-Michel Nietzsche !

Qu’est-ce qui vous fait le plus rire collectivement ?

Alexis Fougain : Les situations du quotidien que l’on prend en photo parfois.
Carol : En fait, on a un grand album photo secret qui compte près de 600 photos. Elles sont toutes issues du quotidien. Mais on ne poste que des photos du groupe qui sont potentiellement drôles.
Brice : Cocasses !
Alexis Fougain : C’est très cocasse. 🙂 Mais qui ne font rire que nous !
Carol : Et un jour nous en ferons peut-être un grand album à un seul exemplaire que l’on vendra très cher.
Quand on est un peu tristes ou déprimés, on regarde ça.

Un groupe c’est une histoire d’amour. Quel couple êtes-vous au sein du groupe Biche ?

Carol : On est un couple très fusionnel, sensuel. Au niveau des câlins.
Alexis Fugain : Très tactiles !
Carol : On est aussi un vieux couple, avec ses petites habitudes. On se comprend, on se parle beaucoup. Et qui fait encore l’amour après 6 ans de mariage.
Alexis : Et c’est vrai !

Interview by Alexandre

groupe biche

BICHE 
album La nuit des Perséides 
(Banquise Records)

Tournée en France : 
4 oct : Lille
24 oct : Bordeaux
19 décembre : Amiens

CONCERT à Paris, le 26 février 2020 à La Maroquinerie

Share

Groupe JOSEPH, album road movie sur les routes de la vie #Interview

Le groupe JOSEPH est notre coup de cœur de cette rentrée ! Un groupe formé en 2014 par Natalie Schepman et ses deux sœurs jumelles Allison et Meegan Closner. Le nom du trio est un hommage à leur grand-père Jo et à la ville de Joseph dont il est originaire dans l’Oregon. Les 3 sœurs nous présentent leur 3ème album Good Luck, Kid, un disque voulu comme un road movie à la fois intime et intense.


Et c’est vrai que les 13 titres nous emportent sur les routes de la vie tout en nous questionnant sur les choix qu’il est indispensable de faire adulte. Un album résolument plus pop mais qui ne perd pas l’essentiel du groupe : les voix. Le trio les maîtrise à la perfection, les harmonies sont juste parfaites et nous emporte complètement. On a qu’une hâte, découvrir le groupe en live !
Et ça tombe bien JOSEPH sera en concert à la Boule Noire à Paris le 9 novembre 2019.

#CONCOURS Inside

Interview groupe JOSEPH

Joseph band
selfie
USofParis :  Aviez-vous l’habitude de chanter toutes les 3 ensemble lorsque vous étiez enfant ?

Natalie : Étonnamment non ! Je suis la plus âgée et j’ai toujours été celle qui voulait chanter et être au centre de l’attention. Ce n’est que lorsque nous avons eu la vingtaine et que je jouais de la musique en solo que je me suis rendu compte que mes sœurs pouvaient chanter aussi. Et combien nous serions mieux ensemble que moi toute seule. Un ami m’a dit : « Tu ne sembles pas aimer ta propre musique. Qu’est-ce que tu devrais faire pour vouloir la mettre entre les mains des gens ? » J’ai donc envoyé un texto à Allison et Meegan en revenant de Chicago : « Voulez-vous faire un groupe avec moi ? »

Quel est le meilleur conseil de votre grand-père ?

« Dans les années 80, j’ai arrêté de fumer, de boire et les femmes sauvages. Depuis ma vie a été ennuyeuse ! » Jo Hallam

Qui écrit la musique ? Les paroles ? Comment travaillez-vous ensemble ?

Nous écrivons presque tout ensemble et avec d’autres auteurs. Parfois, cela commence par une mélodie que Meegan a chantée lors d’un sound-check et que nous avons en mémo vocal. Parfois, c’est juste un sentiment dont Allie commence à parler et je vais commencer à jouer de la guitare pendant qu’elle chante les mots et la mélodie qui lui viennent à l’esprit. Mais d’autres fois, nous allons dans une pièce avec un auteur et partons complètement de zéro. Dans ce cas, cela pourrait commencer par : « Qu’est-ce qui est dans ton esprit aujourd’hui ? »

Votre son a évolué. On entend moins les guitares, c’est moins acoustique que votre précédent album. D’où vient le changement de votre son ?

Après avoir tourné avec un groupe pour l’album précédent, nous avons compris à quel point les choses peuvent bien sonner lorsque vous avez la batterie, la basse et la guitare électrique derrière vous. Nous voulions écrire des chansons qui sonneraient incroyablement bien en live. Nous voulions que les parties les plus fortes soient encore plus fortes et nous savions que cela rendrait les moments de silence encore plus puissants.

Image de prévisualisation YouTube
On adore énormément Fighter. Quel est le secret de cette belle chanson ?

Merci ! Je pense que le secret est que c’est honnête. C’est une chanson que nous chantons les uns aux autres pour rester dans la bataille quand c’est difficile. Et puis Meegan est une « dynamite singer » et elle m’épate ! 🙂

Vous venez de sortir le titre Good Luck, Kid. Comment l’avez-vous écrit, quelle est la signification de cette chanson ?

Cette chanson est la seule chanson de l’album que j’ai écrite en grande partie seule. C’est l’une de celles qui déboulent comme ça. Quand je suis entrée dans la trentaine, j’ai eu l’impression que tout changeait et que j’étais moins sûre de ce que je pensais savoir. C’est comme si on disait : « Plus tu en apprends, moins tu en sais. »
Le monde a l’air si différent maintenant qu’il ne l’a jamais été de toute ma vie et, alors que j’expliquais tout cela à mon mari Chris, il a dit : « C’est comme si l’univers arrêtait la voiture, te jetait les clés et disait : “Bonne chance, gamin !” » Et je savais que c’était le titre.

J’ai adoré parce que cela me rappelait une technique que ma meilleure amie Julie utilise dans son travail de thérapeute. C’est ce qu’on appelle la thérapie d’intégration de la durée de vie et c’est un processus qui permet de connecter l’adulte à l’enfant qui existe encore en vous. J’imagine que cette chanson est pour moi un adulte réconfortant cette petite fille, reconnaissant combien les choses sont difficiles, mais croyant en elle et lui rappelant qu’elle peut le faire.

Quelle est votre chanson la plus personnelle de ce nouvel album ?

Nous avons chacune dirigé quatre chansons sur cet album, donc je pense que nous en avons chacune une qui nous semble la plus personnelle. Mais je pense que la chanson la plus intime et la plus brute de tout l’album est une chanson que Meegan chante, intitulée Revolving Door. Cette chanson ne cherche pas à offrir une fin heureuse. C’est un aperçu de la confusion et du chagrin que vous ressentez lorsque vous êtes trahi par quelqu’un que vous aimez.

Est-il encore difficile pour un groupe de femmes d’évoluer dans l’industrie musicale aujourd’hui ?

À certains égards, oui ! Naturellement, dans une société fondée sur l’écoute des hommes, il y a parfois un obstacle supplémentaire à surmonter pour être entendu. Cela dit, nous travaillons avec une équipe d’hommes et de femmes incroyables, qui travaille sans relâche pour mettre notre musique entre les mains des gens. Et nous avons un public fantastique qui nous écoute à la fois parce que nous sommes des femmes et aussi indépendamment de ce fait.

Quel pays êtes-vous le plus enthousiasmé de visiter pendant votre tournée ?

Oh wow ! Eh bien, puisque je vous parle, je vous dirai que nous sommes TRÈS excitées de revenir en France. Notre oncle, Jeff Hallam, vit là-bas depuis des années (NDR il est également musicien, Brisa Roche, Dominique A. etc.), et lui et son partenaire ont un petit garçon âgé de quelques années à peine. Donc, depuis que j’ai un cousin français, j’apprends le français et j’ai hâte de pratiquer !

Quel genre de musique écoutez-vous lorsque vous êtes en tournée, dans le tour bus ?

Lizzo ! Toujours Lizzo. Et Muna.

Quelle est ta chanson préférée ?

Fix You de Coldplay parce que cela me fait pleurer à chaque fois et résume le sens de la vie : être ensemble !

Qu’est-ce qui te fait le plus rire ?

Les unes, les autres.

Interview by Joan et Alexandre

Groupe Joseph

JOSEPH
Nouvel album : Good Luck, Kid

(ATO Records / [PIAS])

 

CONCERT à la Boule Noire, Paris, le 9 novembre 2019

 

CONCOURS

Des album promo sont à gagner ici !! Pour en gagner un et le recevoir chez soi, rien de plus simple. Il suffit de remplir le formulaire en ligne.

Bonne chance à tous et toutes !

Concours CD promo Jospeh
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share
Share

Le groupe Accident s’offre un Dernier voyage génial & fantaisiste

Le groupe Accident est un duo aussi attachant que décontracté de la paire de tongs. Les deux cousins Jérémy Monteiro et Laurent Maudoux ont dégainé un Dernier Voyage (EP 6 titres) aussi surprenant, estival qu’entrainant. Pour leur retour, ils ont pactisé avec un tout jeune label Little John. Interview des deux gaillards. 

Interview groupe ACCIDENT

groupe Accident
selfie exclu UsofParis

UsofParis : Jérémy, 3 adjectifs et un défaut pour décrire Laurent ?

Épicurien, j’ai pas l’adjectif pour sens de l’amitié, et cool et un défaut : c’est un geek trop relax qui désaxe.

Laurent, 2 adjectifs et 2 défauts pour décrire Jérémy ?

Le number one overcool nuclear spiritman .Et deux défauts : il est perfectionniste et il est addict des chemises à fleurs !

Qu’est-ce qui est à l’origine de votre choix de devenir musiciens, chanteurs ?

Laurent : Finir dans le Top 50 , être riches, boire du champagne à gogo, comme tout le monde, on n’y est pas encore mais par contre on est passés chez Jacky (Platine 45).
Jérémy : coucher avec des filles, faire la fête tout le temps et être vu comme un mec à la cool par tout le monde.

Quel a été le détonateur pour relancer Accident, après cette longue absence ?

Jérémy : Accident ne s’est jamais vraiment arrêté, on compose et écrit tout le temps mais le projet était en dormance depuis 2010, on a profité d’une compatibilité d’emploi du temps pour relancer la machine.

Pour Feu Chatterton, un groupe est un couple. Quel type de couple êtes-vous ?

Jérémy : Fusio
Laurent : nnel !

Image de prévisualisation YouTube

La nonchalance dans vos derniers clips : minimum de paroles pour Dernier Voyage, transats et tongs pour Amour, Gloire et Beauté… est-elle 100 % volontaire et assumée ?

Jérémy : il faut que la musique transpire ce que nous sommes, c’est ce qui donne la personnalité, la singularité sinon c’est raté. Tout ce que nous faisons est 100 % volontaire et assumé. Dans Amour, Gloire & Beauté, on introduit un peu d’humour mais sans tomber dans le second degré non plus. On se balade sur le fil du rasoir, c’est assez intéressant et casse-gueule à la fois mais ça fonctionne sur ce titre. Pour le public, ça peut être un peu déroutant, l’auditeur perd ses repères, c’est plutôt marrant.

Laurent: Exactement, c’est une des marques de fabrique d’Accident, un côté satirique et second degré tout en restant fidèle à nos codes musicaux.
Pour Dernier voyage, le peu de paroles est un parti-pris, il a même failli être instrumental, les textes ici n’avaient pas besoin d’être long et abondant, il fallait rester silencieux, percutant et vrai dans le texte, de l’ordre d’une épitaphe.

Vous êtes des hommes qui ont le goût du risque ? Ou vous avez passé l’âge ?

Laurent : Faut prendre des risques, à tous les niveaux, à tous les âges, c’est notre côté Jonathan et Jennifer Hart.

Comment composez-vous ? Ensemble ou séparés ?

Laurent : Pour la composition, on commence à travailler plutôt chacun de notre côté, Jérémy sur la musique, la mélodie et moi plutôt sur l’écriture.
Cette phase passée, on fait des sessions ensemble où on bosse vraiment les morceaux,  on fait des arrangements sur le son et on peaufine le texte et on les finalise tous les deux.

Le titre Déjà vu. Déjà fait m’a fait penser à Gainsbourg à la 1ère écoute, c’est une hallucination de ma part ?

Laurent : Non, tu n’as pas eu d’hallucination auditive. Je comprends.
Mon grain et timbre de voix doivent s’en rapprocher, ce n’est pas voulu mais inconscient, je pense. En tous cas c’est un de mes plus grand modèles, maîtres ….

Image de prévisualisation YouTube

Êtes-vous déjà tombé amoureux d’un instrument de musique ?

Jérémy : Je suis pas trop bidouilleur dans l’ensemble, quand je passe trop de temps sur une machine ou un instrument je perds le fil de la composition.
Laurent : Le sampler oui, à l’époque j’ai passé des nuits entières sur mon sampler, enfin avec. Une petite pensée pour toi ZOOM ST224.

Une chanson qui peut rendre ivre à force de trop l’écouter ?

Jérémy : Je finis toujours par m’écœurer quand j’écoute un titre en boucle et pourtant je le fais systématiquement ! Je dirai «Beau comme toi» de NéoBoris.

Laurent : Régine, Reine de la nuit, à écouter bien à point.

Interview by Alexandre 

groupe Accident

ACCIDENT

maxi EP 6 titres Dernier Voyage
(Little John, le label)

Dispo en CD et en vinyle
Et sur les plateformes 

Share

Le Roi Lion – Rencontre avec les voix françaises : Debbouze, Bensetti, Sila

Anne Sila (Nala), Rayane Bensetti (Simba) et Jamel Debbouze (Timon) font partie du casting des voix françaises du film Le Roi Lion de Jon Favreau. C’est lors d’une conférence de presse que nous avons pu partager avec eux leur expérience de doublage d’un film Disney mais aussi leur avis sur le nouveau live action de la firme américaine.

Petit retour 25 ans en arrière pour commencer, avec les souvenirs de la première fois où les comédiens ont vu le film d’animation original Le Roi Lion.

Pour Rayane Bensetti, « C’est le premier film que j’ai vu dans ma vie. Ça a été mon film préféré pendant très longtemps. J’ai grandi avec, je l’ai vu 10 000 fois. Aujourd’hui, d’être Simba c’est un rêve de gosse. ».
Anne Sila : « Je ne me souviens pas forcément de la toute première fois, mais je l’ai vu un millier de fois ce film. Je le connais par cœur. Ça fait partie des histoires qui touchent tout le monde quel que soit ce que l’on a vécu. »

Le roi lion 2019Jamel Debbouze « Je me souviens très bien. J’ai tout fait pour voir ce film. Un ami a payé sa place au cinéma Le Grenier à Sel et a ouvert la porte de secours afin qu’on puisse le voir. C’était un événement tellement incroyable, tout le monde en parlait, on ne pouvait pas passer à côté. »

La première fois qu’ils ont vu les images du remake

Jamel était scotché : « On a tous vu des images de ce film (avec les bandes-annonces). C’est incroyable, j’ai rarement vu un truc pareil au cinoche ! Ça défie les lois de l’apesanteur ce film 😀 Non mais c’est vrai, on voit des animaux parler, vivre, se mouvoir… La première fois, l’histoire m’avait frappé et là c’est un degré de plus. »

Pour Rayane Bensetti : « Normalement, on voit la première scène en anglais, on lit le texte. On apprend un peu le texte et on doit enregistrer un peu les intonations. J’étais tellement choqué par le film que je ne regardais même pas le texte. J’étais captivé par le film. »

Le roi lion 2019

Jamel qui a l’habitude de voir et de doubler des films d’animation, ne tarit pas d’éloges sur le travail de Jon Favreau « Le rendu est incroyable ! Souvent on peut s’acharner à faire un bon personnage et à négliger un peu les décors. Là tout est travaillé à la perfection, dans les moindres détails. On est un peu perdu au départ, on ne sait pas où on est tellement c’est réel. Le plus dur c’est d’avoir donné de l’âme à ces personnages. C’est ça le plus compliqué. Ils ne sont pas réels. Les yeux sont très forts, le pelage est fou. Je n’ai jamais vu ça. »

Réactions quand on leur a proposé de doubler Le Roi Lion 2019 ?

Anne Sila« Quand on m’a parlé de faire la voix de Nala, je me suis dit que c’était une blague. Pour rigoler, j’ai chanté la chanson à Boualem Lamhene (le Directeur artistique en charge du doublage et des adaptations Disney) et en fait ce n’était pas une blague. Je n’arrive pas à y croire encore. »

Jamel Debbouze« J’ai fait sur ce film ce que je n’ai jamais fait avant. Je voulais absolument être dans cette distribution. C’est vrai que j’ai une histoire avec Disney, depuis 1999 avec Dinosaure. C’est une maison que je connais très bien. Je ne voulais pas passer à côté de ce classique qui est un monument donc j’ai saoulé Boualem, j’ai accroché un post-it par jour chez lui, dans sa voiture, partout où cela pouvait se coller. Il n’était pas chaud car il fallait chanter et je ne sais pas chanter. J’ai pris des cours de chant et j’ai passé 20 heures à me faire humilier par une dame que je ne connaissais même pas 🙂 J’ai donné tout ce que je pouvais car j’avais vraiment envie de le faire. »

Ont-ils pu improviser avec leur personnage ?

Rayane« Il faut vraiment respecter ce qu’ont fait les Américains. Ça va jusqu’aux intonations. »

Jamel« J’ai rajouté une phrase en arabe, à vous de la trouver. J’espère que ça ne va pas trop décevoir Disney 🙂
C’est la première fois de ma vie que j’accepte ça. Je ne devais pas être moi mais Timon. C’était compliqué car j’ai toujours tendance à improviser. Boualem a été intransigeant, il ne voulait pas qu’on sorte du texte et qu’on colle à la réplique. Il m’a dit : « 
C’est un classique, c’est pas le film à ta mère ! »Le roi lion 2019

Rayane Bensetti a trouvé la voix de Simba après avoir doublé tout le film !

« Je ne m’attendais pas à ce que cela soit si compliqué. J’ai eu un déclic qui est arrivé à la fin du film. J’ai fait tout le film avec ma voix. À la fin, lors du combat entre Scar et Simba, Simba dit la phrase qu’on connait tous « Pars loin et ne reviens jamais », il y a un énorme plan sur Simba et j’ai fait une voix un tout petit peu différente. J’ai eu un déclic ! Et je me suis dit « C’est ça la voix de Simba ! » Mais j’avais déjà fait tout le film avec une autre voix ! Au final, on a tout refait avec cette voix-là. »

Le doublage, c’est aussi jouer avec son corps

Anne Sila nous partage son expérience : « Quand la lionne bougeait, je faisais en sorte d’avoir le mouvement quand je parlais, sinon c’était bizarre. Mais j’ai trop pris ça au sérieux. Ades moments, il fallait que j’arrête de bouger 🙂 »
Pour Rayane Bensetti : « Simba a plein de moments où il force et il faut donc jouer avec le physique même si ce n’est que de la voix. »

Un journaliste a pointé du doigt la ressemblance physique du duo Timon et Pumba avec le duo de comédiens, ce qui n’a pas manqué de faire réagir Jamel Debbouze : « Vous êtes en train de dire que j’ai la tête d’un suricate ?! 🙂 Il faut qu’on ressemble un peu aux personnages pour les incarner, ça passe aussi par là. Je dois avouer avec plaisir que j’ai un petit air de suricate et Alban Ivanov c’est vrai qu’on dirait un sanglier. Tout le monde s’accorde à dire que c’est évident 🙂 Alban je le connais depuis tout petit. On a des automatismes. J’avais vraiment l’impression d’être Timon et Pumba pour de vrai. »

Le roi lion 2019

Souvenir qu’ils gardent de cette expérience

Pour Anne Sila et Rayane Bensetti, c’est indéniablement le moment où on leur a proposé de faire partie de l’aventure.
Pour Jamel Debbouze : « Il y avait un truc un peu sentimental. Je n’étais pas censé chanter et j’ai chanté… et je vais continuer. En plus, j’ai fait ça avec mon ami d’enfance Alban. Il y a plusieurs moments où je me suis dit j’adore ma vie. »

Le roi lion 2019

Le Roi Lion c’est aussi sensibiliser à la protection des lions

Disney a lancé une campagne il y a 25 ans. En lançant une campagne internationale qui s’appelle Protect The Pride avec deux objectifs.
Se mobiliser d’un point de vue financier, Disney a fait un don de 1,5 millions de dollars à l’association Lion Recovery Fund. Et sensibiliser le grand public sur ce sujet.
En France, un bracelet Simba éco-conçu et solidaire est vendu 5 euros.  Pour chaque bracelet, 1 euro est reversé à l’association Panthera pour la protection des lions au Sénégal.

By Joan

LE ROI LION 2019
de Jon Favreau

avec les voix françaises de Jean Réno, Anne Sila, Rayane Bensetti, Jamel Debbouze, Alban Ivanov, Sabrina Ouazani

en salle le 17 juillet 2019

Share

La chanteuse BRUNE explore le “Sombre Animal” #interview

Presque 10 ans après son premier album éponyme et ses tubes Rupture song, Paris et Cheveu blanc, la chanteuse BRUNE est de retour pour nous dévoiler son Sombre Animal. Et nous ne boudons pas notre plaisir !

Les dernières années ont été l’occasion de travailler, de tester,  d’expérimenter la musique. Notamment en formant le duo Cavale avec son complice de toujours Valentin Montu.
C’est nourrie de toutes ces expériences que Brune nous propose de découvrir son nouvel album. Un disque résolument plus électro mais qui garde une essence pop/rock.
On ne vous cache pas que c’est en live qu’il faut découvrir cette artiste. L’occasion d’apprécier les morceaux qui ont été arrangés dans un esprit beaucoup plus rock, avec des guitares notamment, tout en mêlant habilement l’électro. Un vrai régal !

chanteuse brune

INTERVIEW / BRUNE

USofParis : Il y a 9 ans on te découvrait avec ton premier album Brune. Tu viens de sortir Sombre Animal. Que s’est-il passé pour toi pendant cette période ?

Brune : J’ai fait un duo avec Valentin Montu, réalisateur de mes albums. On a créé le duo Cavale. Une musique un peu plus pointue, un peu plus travaillée, avec des machines, des synthés, etc. Ça m’a permis de faire des mélodies un peu différentes et d’avoir une écriture un peu plus poétique. On a sorti un EP en 2016.

Tu écris et composes ?

Oui généralement je prends un piano ou une guitare et je fais mes petites démos, mes petits arrangements tous pourris 🙂 et après Valentin met en forme. Sur cet album, Valentin et moi avons composé ensemble 2 chansons. Pour Cavale, on a fait différemment, lui venait avec des instrus et je posais des mélodies dessus et un texte.

chanteuse brune

Pourquoi autant de temps pour composer un nouvel album de Brune ?

La vie ! Puis, j’ai l’habitude de bosser avec Valentin. J’ai attendu qu’il soit un peu dispo pour faire le deuxième album avec lui. Ce sont aussi des choses qui prennent du temps, il faut trouver l’argent, la bonne période. Et c’est vrai qu’on ne voit pas le temps filer. J’ai eu un enfant aussi.

En septembre 2017, tu as sorti le premier single intitulé Cyclones, en indépendant.

Oui, j’ai voulu quitter ma maison de disque car le nouveau directeur artistique voulait changer complètement mes arrangements. J’ai pris des risques car j’aurais pu sortir mon deuxième album mais je ne suis pas prête à tout. Je fais de la musique qui me touche, sincère. J’ai eu des propositions par la suite qui ne me correspondaient pas donc je me suis dit : « Tant pis je m’assume ! Je dis non pour le moment et je sors ma musique moi-même ».

chanteuse brune
Photo du clip, exclue © US of Paris
Pourquoi Cyclones comme premier extrait ?

Je trouve qu’elle représentait bien l’album et elle montrait bien une évolution musicale. Je cherchais aussi à faire un clip sur une chanson et je me disais que sur celle-ci il y aurait quelque chose de cool à faire. Puis, en avril, nous avons sorti Rien n’est grave en single qui a été en playlist sur RFI. Là nous allons bientôt lancer un autre single accompagné d’un clip.

Sur ton premier disque, il y avait Rupture song, sur celui-ci Cyclones, les relations amoureuses compliquées t’inspirent ?

Oui, c’est un sujet inépuisable 🙂 Dans Cyclones, je parle de ces gens que l’on n’arrive pas à quitter. On essaie mais finalement on reste. Et je me dis que si l’on reste c’est qu’il y a forcément une raison ! Rupture song était un titre tout aussi triste mais avec une musique plus joyeuse, histoire de garder de l’optimisme 😉

chanteuse brune
Photo du clip, exclue © US of Paris
C’est celui qu’on a le plus entendu en radio au final à l’époque.

Oui c’est vrai et cela a été une vraie chance ! Rupture song, je l’avais écrite car justement je trouvais que mon album était trop triste. J’avais un complexe du fait de faire des choses sombres. Je l’aime beaucoup mais ça ne reflétait pas l’album. Certaines personnes parfois étaient déboussolées quand elles venaient me voir en concert car tout n’était pas joyeux comme Rupture song. Et puis nos lives étaient plus rock !

Image de prévisualisation YouTube
Le clip tu l’as pensé, imaginé, avec Mélanie Dagnet la réalisatrice ?

Je n’ai jamais vraiment d’idées visuellement, je laisse cela à d’autres. Je l’ai contactée, elle m’a proposée une vision qui m’a plu et c’était parti.

Peux-tu me parler un plus de la conception de l’album ?

Cette fois-ci, nous sommes plutôt partis de boucles, de sons de synthétiseurs, de sons de machines de Valentin. Ensuite, il a rajouté des guitares et la batterie est arrivée par-dessus, mais elle prend moins de place. Grégory Jacques a assuré les batteries, c’est un très bon ami et je joue avec lui depuis 15 ans. Il y a aussi quelques chansons que j’ai composées à la guitare au départ. C’est de la pop électronique, du pop rock. Plus électronique que le premier album et il n’y a pas de chanson avec du piano. Je l’ai laissé tomber.

Alors que c’est ton instrument de prédilection !

J’ai arrêté car je n’aime pas être assise derrière un piano. Même si je maîtrise moins la guitare, j’aime bien la liberté que cela apporte. Puis, de temps en temps, je joue du synthé quand même.
En concert, je joue même de la basse ! J’adore !

chanteuse brune

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour cet album ?

Ce que je vis. C’est ce que je disais à Valentin d’ailleurs : « Mon dieu cet album tourne autour de mon nombril quand même ! ».  Je ferais en sorte que le troisième parle d’autre chose 🙂 . Mais quand j’ai fait écouter Cyclones à plusieurs copines, elles se sont vachement reconnues là-dedans. Ça m’a fait plaisir que ça trouve un écho chez d’autres.
Je parle d’amour, de deuil, de souvenirs, de cette envie de lâcher prise, de vouloir se sentir mieux.

Image de prévisualisation YouTube
Tu aimes donc les chansons sombres. Qu’écoutes-tu en ce moment ?

J’écoute beaucoup un groupe de nanas de Los Angeles : Warpaint. Et la dernière fois, j’ai partagé sur Facebook : La méditation de Thaïs de Jules Massenet, j’adore cette musique très mélancolique. Elle me fait pleurer à chaque fois que je l’écoute.

Ton dernier coup de cœur musical ?

Billie Eilish ! J’adore ses sons, sa voix. Elle me fait penser à Tricky.

chanteuse brune

Ton dernier concert ?

Celui qui m’a le plus marquée c’est celui de Alabama Shakes, j’avais l’impression d’être plongée dans une autre époque !
Le dernier concert que j’ai vu est celui de Bazbaz, plein de bonnes ondes, ça fait du bien !

Le duo de tes rêves ?

C’est peut- être bateau mais je vais te dire Alain Bashung, j’aime bien sa voix rocailleuse, grave et sensuelle.

La chanson que tu aurais aimé avoir écrite ?

Enjoy the silence de Depeche Mode, elle me fait vibrer à chaque fois que je l’écoute.

Interview by Joan

 

BRUNE
Nouvel album Sombre Animal
(Warrior Record)
Share

Alex Hepburn en interview : on a parlé Things I’ve seen, Bruno Mars, James Arthur

Alex Hepburn nous revient avec un nouvel album, Things, I’ve seen ! 
6 ans après son Turn Around et son tube Under, la jeune chanteuse londonienne est prête à conquérir de nouveau les charts avec sa musique qui mélange soul, blues et hip-hop. Sa voix rauque et cassée nous fait totalement chavirer avec ses sonorités rétro et ses textes très sensibles.

#Concours inside

Alex Hepburn
selfie exclu UsofParis

 

Image de prévisualisation YouTube

INTERVIEW / ALEX HEPBURN

USofParis : Ton nouvel album est moins pop que ton premier album, il est beaucoup plus soul et blues. Est-ce que c’est flippant pour toi ce changement de direction ?

Alex Hepburn : Ça me stresse un peu, mais cela fait tellement longtemps que je suis un peu comme une nouvelle artiste. Je reviens à la raison de pourquoi j’ai fait de la musique, sans intervention de label ou de directeur artistique. On m’a laissée partir faire mon truc et j’ai ramené ce que j’aime.

Le succès très soudain de ton premier album a été facile à gérer ?

On m’a fait venir en France pendant 5 mois. J’avais un appartement dans le 18e, on venait m’y chercher, on allait travailler et on m’y ramenait. Je ne connaissais personne à Paris, je n’ai pas vraiment vu l’effervescence. Je ne marchais même pas dans la rue. J’ai commencé à comprendre lorsque j’ai fait les festivals et les concerts. On se rend compte lorsque les gens commencent à chanter tes textes. En fait, ça ne m’est jamais monté à la tête car je n’ai jamais vraiment été exposée à tout ça.

Comment as-tu travaillé à la création de ce 2e album ?

J’ai écrit des histoires qui me sont arrivées, personnelles, toujours honnêtes. Dès qu’il y a quelque chose, je l’écris. Concernant les prod’, j’ai essayé de sous-produire afin de laisser plus de place à la voix. C’était assez difficile parce que tu te bas contre les réalisateurs.
J’ai trouvé un réal’ qui croit plus en la voix. Pour lui, elle est un instrument et surcharger les productions distrait de la voix et des textes. Je suis d’accord. Ce qu’il a essayé de faire, c’est qu’au lieu de jeter tout « in the kitchen sink », il en a fait un berceau. On a coproduit des titres ensemble et on a fait le minimum afin de laisser vivre la voix, l’émotion, comme un berceau pour la chanson. Si je suis revenue à la soul, c’est qu’elle était présente quand j’ai commencé la musique. J’avais envie d’aimer à nouveau ce genre. Quand tu deviens célèbre, les gens parfois perdent l’âme et ils oublient pourquoi ils font ce qu’ils font. Je ne voulais pas arriver à ça. C’est important d’aimer la musique.

Il y a une attente de ta part afin d’avoir le même succès qu’avec Under ?

Tout le monde voulait un Under numéro 2. Et moi j’étais plutôt : “si ça ne vient pas, ça ne vient pas.” Je pense que Warner aurait vraiment aimé que je fasse un Under 2, le public aussi. 🙂

Tes chansons ont l’air très positives à l’écoute, mais lorsqu’on se penche sur les textes c’est totalement différent.

Alex Hepburn : Même si mes chansons semblent positives, elles sont toujours sombres. If you stay est un titre que j’aime beaucoup, il est très triste. Je dis : « j’ai pas envie que tu restes parce que je sais que tu vas me quitter », c’est pas positif du tout. Ça vient de mes peurs d’abandon, c’est un mix de plein de choses. C’est comme la vie, il y a de bons et mauvais côtés. Dans mes albums, tout est honnête, je ne veux pas raconter du « bullshit » ou la vie de quelqu’un d’autre. C’est pour ça que les gens qui m’envoient des titres, je ne peux pas les interpréter. Même les reprises, je galère à les chanter.

Ce n’est pas trop dur en concert de devoir chanter ces chansons qui te rappellent forcément ces souvenirs ?

Non, parce que tous les jours j’ai ce bagage avec moi. Il ne part jamais, il est toujours là. Ça fait qui je suis.

Comment as-tu rencontré James Arthur ?

On s’est rencontré lors d’un concert privé en Sardaigne. Il m’a parlé cash à l’aéroport. J’étais énervée car il avait gagné aux NRJ Music Awards. Apparemment c’était très serré, c’était soit Impossible (le titre de James Arthur) soit Under. Pour lui c’était une reprise, moi une de mes compositions. Donc ça m’a mis un peu les boules. Quand on s’est rencontré, il était à l’entrée de l’aéroport, il a baissé ses lunettes et il a dit « Mlle Hepburn… ». Je lui ai répondu : « Ne me parle pas ! » et je suis passée comme ça devant lui. Il m’a dit « Reviens ici faut que je te parle… ». Il m’a alors demandé quel était mon problème, je lui ai expliqué. On s’est charrié et on s’est super bien entendu ! 🙂

De cette rencontre est né le duo Burn me alive. 

James Arthur habite pas loin de chez moi à Londres. Il a eu un moment où ça n’allait pas bien, je l’ai appelé et je lui ai dit de venir au studio pour écrire. On cherchait des sujets d’écriture, il m’a raconté sa vie. Il m’a dit qu’il avait eu beaucoup de galères. Je lui ai raconté la mienne. Il y a un sujet sur lequel je n’arrivais pas à parler c’était le suicide de ma sœur. Je n’ai pas eu les couilles de le faire sur le premier album et je ne me sentais pas de le faire sur le second. James m’y a poussé. On a fait ce titre Burn me alive qui parle des gens qu’on laisse derrière lorsqu’on se suicide. C’est un titre très important, avec un message fort. Ça permet de discuter avec les gens sur le sujet. Je ne pense pas que les gens ont le choix de le faire ou pas. Si tu as envie de ne plus être là tu as le droit. Mais c’est plutôt de penser aux conséquences d’un tel acte, aux gens qu’on laisse derrière. C’est important d’en parler.

Coup de cœur pour Cease Fire, elle parle de quoi cette chanson ?

Je l’ai écrite avec un pote, Adrien. On s’est trouvé avec Tinder :-). On ne s’est pas du tout plu, mais il s’avère qu’on a sympathisé et qu’il est écrivain. Nous avons écrit ce titre ensemble. Cease Fire parle d’une relation que j’ai eue. Tu sais quand tu arrives à un point dans une relation où tous les mots sont comme des balles, parce que ça ne marche plus. Quand tu es dans le : qui peut faire le plus de mal à l’autre.

Tu as fait la première partie de Bruno Mars à Hyde Park en 2018, mais aussi ses premières parties lors de sa première tournée européenne en 2011. Tu dis qu’il t’a donné des conseils. Lesquels ?

J’étais très roots. J’avais l’habitude de m’allumer un joint avant de monter sur scène. Sur sa tournée européenne, on n’avait pas le droit d’en avoir. Donc je m’allumais une clope et je prenais un shot de whisky, ça m’aidait contre la peur de monter sur scène.
Un jour, Bruno Mars est venu me voir. Il m’a dit de jeter cette cigarette. Il a vu mon verre, il m’a demandé ce que c’était. J’ai répondu « Du jus de pomme » 🙂 il m’a répondu « Bullshit! » et m’a ordonné de le jeter aussi. Il m’a demandé si je m’échauffais avant de monter sur scène, ce que je faisais comme exercice. Je n’en faisais aucun. Je n’avais jamais fait de grosses scènes, les précédentes on me prenait et on me jetait sur la scène comme ça 🙂
Il m’a donc appris à faire des échauffements de voix et finalement c’est devenu une hygiène de vie. Depuis, je fais du sport, je ne fume plus, je fais des exercices vocaux.

Quel est ton dernier coup de cœur musical ?

J’adore Bad Bunny, c’est un rappeur. J’adore tout ce qui est rythmique, la batterie est un de mes instruments préférés. C’est un rappeur trap. Il chante en espagnol. Mais pour moi, c’est comme quand les Français écoutent un titre anglais. Je comprends sa musique, je suis connectée, sans comprendre ses textes.

Le dernier concert que tu aies vu ?

Bruno Mars à Hyde Park.

Ton duo rêvé ?

Ça peut paraître stupide et cliché, mais peut-être quelqu’un comme Eminem.
Quelqu’un qui a vraiment souffert et qui peut apporter quelque chose de hip hop, qui a du vécu.

La chanson que tu aurais aimé avoir écrite ?

It’s A Man’s Man’s Man’s World de James Brown.

Interview by Joan

 

Alex Hepburn
Nouvel album Things I’ve seen 
(Warner Music France)

sortie le 19 avril 2019

 

 

CONCOURS 

OH LA LA ! Des EP promo (5 titres) If You Stay d’Alex Hepburn sont à gagner ici ! 

Pour participer au tirage au sort, il suffit de remplir le formulaire en-dessous. Et surtout ne pas hésiter à nous laisser un petit commentaire. ON ADORE !

Alex Hepburn
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share