Archives par mot-clé : exposition

Les bolides de Ralph Lauren au Musée des Arts décoratifs

Si l’on suit la version officielle nous présentant l’exposition L’art de l’automobile, chefs d’oeuvre de la collection Ralph Lauren, il est question de nous faire goûter à un élan altruiste et insoupçonnable de la part de Ralph Lauren – le créateur pas le polo – qui nous offre la vision unique d’une partie de sa collection personnelle de bolides.

Le vernis est tellement beau. Le cadre d’abord : ce sont les salles majestueuses du Musée des Arts décoratifs qui reçoivent. Les photos de presse : un Ralph tout sourire. Les pièces: ici une Jaguar XKSS datant de 1958, grise, tout en courbes, là une Ferrari 250 Testa Rossa, de la même année, d’un rouge perçant.

Tout est tellement parfait que l’on a du mal à ne pas sentir comme un léger vent de marketing bien ficelé. Surtout quand on se souvient que la marque s’est implantée au cours de l’année dans un hôtel particulier du boulevard Saint-Germain.

Et là, on se prend à rêver : pourquoi dans son immense générosité, le bon Ralph n’aurait pas offert aussi l’entrée de l’exposition pour que chacun puisse se régaler et se pâmer devant ses petits jouets de grand garçon gâté?

La qualité de la sélection est indéniable. Approcher pareilles merveilles de mécanique peut très vite donner le vertige – en imaginant leur prix, en entrevoyant la maintenance que nécessite pareilles bêtes. On a envie de toucher. On imagine le confort de l’assise, la sensation au volant sous nos mains gantées.

Toutefois, aucune frustration possible pour le passionné car il pourra aussi se délecter de la symphonie des moteurs, en prenant place dans une salle dédiée à ces effets sonores.

Ici, l’automobile est élevée au grade le plus noble de l’objet design. Un objet qui prendra une place non négligeable dans votre living.

 Exposition jusqu’au 23 août 2011
Musée des arts décoratifs de Paris

Share

Exposition Stanley Kubrick : le cinéaste de tous les possibles à la Cinémathèque Française

A l’entrée de l’exposition que lui consacre la Cinémathèque Française, deux citations du cinéaste Stanley Kubrick  frappent l’œil: « La meilleure formation en matière de films c’est d’en faire un » et « si on peut l’écrire ou le penser, on peut le filmer ».

Dès le tout premier film, Stanley Kubrick s’est donné les moyens de son art : une documentation minutieuse (des étagères entières pour le projet Napoléon),  une maitrise totale de la préparation et du matériel technique, une exigence déployée sur le tournage (1 ans ½ de tournage pour Eyes Wide Shut) et la précision d’un compositeur au montage.

Au-delà de ces faits connus des cinéphiles, le visiteur fait un véritable pèlerinage, approchant des objets cultes, effleurant le maître à chaque détour, tout en renouant le fil de ses émotions de cinéma.

Le cœur de tout passionné de Kubrick doit être bien accroché car des pièces majeures sont au rendez-vous : la hache et les costumes des sœurs jumelles de The Shining, le costume d’Alex, héros d’Orange Mécanique,  quelques esquisses du Docteur Folamour, une cuirasse de Spartacus, un élément de décor de 2001, l’Odysée de l’Espace.

Avec cette exposition, le cinéma deviendrait presque palpable tant la documentation présentée est exceptionnelle, allant de notes préparatoires avec dessins du maître à des essais photographiques de l’actrice Sue Lyon, révélation du film Lolita.

Cette exposition est aussi l’occasion de croiser le regard touchant de la femme du cinéaste, Christiane, rencontrée sur le tournage des Sentiers de la gloire et qui l’aura croqué à l’occasion de tournages ou de moments plus intimes.

Exposition Stanley Kubrick
A la Cinémathèque Française jusqu’au 31 juillet 2011

Share

Exposition Andrée PUTMAN à l’Hôtel de ville Paris: la lumière sur le tard

A l’heure du jeunisme à gogo, il est bon de prendre un peu le large. Mais sans quitter Paris.  Les Justin Beiber (17 ans), Lady Gaga (24 ans) ou autres Alexandre Bompard (38 ans),  nous feraient presque oublier que la consécration peut arriver sur le tard. Preuve en est : la carrière tout en nuance et en progression de la designer Andrée Putman.

A 53 ans, elle pensait avoir passé l’âge, qu’il n’était plus question de faire carrière. Après avoir pourtant été successivement directrice artistique, révélatrice de talents ou encore ardent soutien d’un retour en grâce des designers des années 20 et 30, tombés dans l’oubli.

Face à ce constat, elle choisira de créer sa nouvelle agence, Ecart, car elle croit vouloir se mettre en retrait de l’euphorie créatrice.

Un très bon carnet d’adresses plus tard. Et un nouveau séjour à New York avec la commande du réaménagement de l’Hôtel Morgans : le style Putman prend une nouvelle dimension. Le damier devient sa marque de fabrique, son visage et sa blondeur ses plus belles cartes de visite. Désormais, elle ne quittera plus la lumière. Warhol et Pierre et Gilles l’immortaliseront.

L’exposition que lui consacre l’Hôtel de ville revient sur les créations les plus emblématiques (une maison à Tanger pour Barbie Dombasle et Ken BHL, un piano Pleyel, des meubles en carat, un sac Vuitton aérien) et des portraits au graphisme savamment étudié.

Avec Putman, le design est une véritable écriture contemporaine. Le créateur une égérie et une personnalité sur laquelle il est judicieux de spéculer.

Share

Le Musée du quai Branly invite les femmes d’Orient

Les parisiennes ont enfin trouvé une concurrente à leur hauteur. Ne cherchez pas de l’autre côté de l’Atlantique. Si les américaines avaient du style ça se saurait.
Non, c’est dans l’évocation d’un Orient passé que la concurrence peut se percevoir. Jusqu’au 15 mai 2011,  les parisiennes pourront se frotter à des influences de couleurs, de parures et d’inventivité, venues de Palestine, Syrie, Jordanie ou  du désert du Sinaï.

Le trouble est évident quand on interroge nos souvenirs des défilés de Christian Lacroix et que l’on ose comparer le travail de broderie de ces tuniques venues de pays chauds avec les créations du couturier. L’ensemble semble se  connecter, s’échanger dans un autre temps qui n’est déjà plus tout à fait le nôtre.

Il fallait bien un metteur en scène, un complice. C’est donc tout naturellement que le grand couturier s’est associé à ce projet aux multiples influences : le noir de Soulages, les premières impressions du jeune voyageur qu’il était découvrant les atouts de ces femmes. Son parrainage est aussi pertinent que subtil : aucune pièce signée de sa main ne sera présentée en parallèle.

Reste un regret : ne pas voir ces habits de fête et de cérémonie en mouvement. On peine à imaginer les teintes colorées des tuniques chahutées par les rayons du soleil, le trouble de ces voiles dissimulant un visage ou encore le son de ces pièces de monnaies soulignant un coup ou un poignet.

Les costumes et parures exposées ici dépassent le symbole même de religion auxquels ils sont associés, invitant à une échappée poétique en terres sensibles.

Web: www.quaibranly.fr

Share