Archives par mot-clé : France

D-Day Academy : visiter les plages du débarquement avec passion

Blogtrip avec Intercités sur les plages de Normandie, accueillis et guidés par la D-Day Academy !
Grâce à Jean-Pierre Benamou, nous avons passé une journée riche d’histoires, d’émotions et d’anecdotes sur ce qui reste la plus grande reconquête du XXe siècle : le débarquement de Normandie.

 

D-Day Academy

Et dès notre arrivée à la gare de Bayeux, le ton est donné.
Pour nos déplacements de la journée, nous avons droit à un transport de troupe G.M.C et un Command Car d’époque : le même que celui du Général Patton !

D-Day Academy

C’est un peu tape-cul mais ça met dans l’ambiance… Normal : pas de clim et pas de coussin !
Direction Saint Laurent-sur-mer et Omaha Beach, 40 minutes de secousses et d’air frais. Heureusement, les routes sont en meilleur état qu’en 1944 !

Pourquoi Bayeux comme base de départ ? Outre le nœud ferroviaire de la région, la ville a été la capitale française jusqu’à ce que Paris soit libérée. Bayeux était l’épicentre de la reconquête. Une ville hôpital avec 4 000 lits sous tentes pour soigner les blessés. Mais aussi la première ville de tourisme dès sa libération, avec la recherche des souvenirs, comme les objets oubliés par les Allemands, tout comme la première ville de commerce pour le réapprovisionnement en nourriture.

Des visites passionnantes par un passionné

Jean-Pierre est plus qu’érudit sur cette période de notre histoire.
Normal, il beigne dedans depuis des années. Ces véhicules américains, il les a récupérés de l’entreprise de son père. Ces camions ont servi à reconstruire le tissu économique français jusqu’à ce que les constructeurs nationaux puissent produire à nouveau. Il y en a eu jusqu’à 100 000 débarqués à cette époque.

L’association D-Day Academy regroupe des chercheurs-archéologues comme les appelle Jean-Pierre, toujours prêts à découvrir de nouveaux documents, de nouveaux faits.

D-Day Academy

C’est avec cette passion de transmettre que nous posons le pied sur Omaha Beach, là où les Américains se sont fracassés sur les collines ultra protégées de Colleville-sur-mer.

D-Day Academy

Face à la Manche, houleuse ce jour-là, notre conteur arrive à nous transmettre le désarroi des GI’s pris au piège des défenses allemandes. Avec des photos, des cartes et son émotion, on se sentirait presque revenu en arrière, sous le sifflement des balles et les explosions d’obus.

On apprend au passage que seule la porte avant des barges de débarquement était en acier et que leurs flancs étaient en bois. On frémit en imaginant la faible protection.

D-Day Academy

D-Day Academy

Émotion et hommages à ceux qui sont tombés

Le plus impressionnant, c’est cette carte de la Baie de Seine qu’il déroule devant nous.
Elle référence les 687 épaves de navires coulés dans cette période. “Ils renferment pour l’éternité près de 500 corps, ce qui fait de la Baie de Seine un espace funéraire naturel.” Il est d’ailleurs formellement interdit de plonger dans ces épaves.

D-Day Academy D-Day Academy

Avant de quitter la plage, nous plantons dans le sable une croix rehaussée du coquelicot anglais, symbole du souvenir des hommes abattus en ce lieu. La croix sera emportée par la marée, rejoignant les corps reposant dans la mer. Instant de recueillement.

D-Day Academy

Notre convoi reprend la route, le cimetière américain de Colleville.

Cette enclave de territoire américain en France est là où repose les dépouilles des GI’s qui n’ont pas survécu à l’assaut d’Omaha Beach.
Lorsque l’on pénètre dans ce cimetière, un premier hommage est rendu aux 1 500 disparus dont les corps n’ont pas été retrouvés.

D-Day Academy D-Day AcademyIl n’y a pas d’ordre précis d’inhumation dans ce mausolée. “La seule règle, les frères sont enterrés côte à côté.” nous confie Jean-Pierre.
Plus de 9 000 hommes reposent face à la Manche.

D-Day Academy

D-Day Academy

Et si, lors de votre passage, vous voyez une inscription recouverte de sable, c’est que la famille d’un défunt est venue récemment. La poignée de sable récupérée à Omaha Beach permet de raviver la mémoire du soldat mort loin de chez lui.

D’ailleurs, le Général Lesley J. McNair a eu la visite de sa petite-fille de 72 ans, une semaine avant notre venue. Il est enterré auprès de son fils, mort lui aussi sur le front normand.

D-Day Academy

McNair était chef d’état-major du quartier général de l’US Army, le commandant en chef de toutes les armées américaines. Il est mort sur le front, sous les bombes de son propre camp, lors d’un raid trop proche des lignes de combats. Des bombardements alliés qui, après ça, auront lieu 500 mètres en avant des lignes pour éviter les pertes.

D-Day Academy

Et des petites histoires passionnantes et tristes, Jean-Pierre de la D-Day Academy, en connait beaucoup. Laissez- le vous les conter lors de votre visite.

Le projet fou des Anglais pour Arromanches

Les bombardements alliés préparant l’invasion ayant détruits de nombreuses infrastructures, il a fallu penser au ravitaillement des troupes.
Si les Anglais avait prévu un mois de réserves, assurer le déchargement du matériel et des rations pour la suite était essentiel.

D-Day Academy

C’est là que qu’entre en jeu le port artificiel d’Arromanches-les-bains sur le site de Gold Beach. Un projet fascinant !

Des centaines de blocs de béton de 8 000 tonnes ont été acheminés depuis la Grande-Bretagne et assemblés pour former une jetée de 10 kilomètres de long. Elle devait protéger les infrastructures aménagées pour recréer un port.
Si l’idée pharaonique était brillante, son rendement a été moindre que les bateaux ferry gros porteurs US.

D-Day Academy D-Day Academy D-Day Academy

Mais la solidité du projet est telle que les blocs de bétons sont encore visibles entre Arromanches et Ver-sur-mer.

Avec Jean-Pierre, on partage aussi des histoires moins connues. Car si les Américains se sont fracassés sur Omaha Beach, à quelques kilomètres de là, c’est que les Allemands tenaient la position. Ils ont résisté aux assauts.

D-Day Academy

Les Anglais sur Gold Beach ont eu plus de chance. Si c’est bien l’armée allemande qui protégeait les plages d’Arromanches, les bataillons étaient composés de soldats enrôlés dans les camps de prisonniers du front de l’est. Préférant servir l’envahisseur contre des conditions de vie meilleure. Mais ils se sont rendus plus rapidement, plutôt que de mourir au combat.

D-Day Academy : une redécouverte de l’Histoire

Jean-Pierre Benamou et ses acolytes sont des puits d’histoire petite ou grande sur ces batailles qui ont ramené la liberté sur les plages normandes puis dans toute la France.
Avec eux, on découvre que beaucoup de produits actuels existaient déjà en 1944.

D-Day Academy

Dernière anecdote, un peu incroyable : chaque année la Manche rejette encore un ou deux corps américains et dix à douze corps allemands.
Une façon pour nous de garder à l’esprit la violence des combats qui se sont déroulés en Normandie.

On aurait aimé partager plus qu’une journée avec l’équipe de la D-Day Academy et avec Jean-Pierre…

D-Day Academy

Plus d’info sur les excursions et les programmes sur le site de l’association.

Share

Cap sur les plages du débarquement en train et à prix malins

En cette année de commémoration du 75ème anniversaire du 6 juin 1944, nous avons testé l’offre combinée Intercités, train + bus, proposé par la SNCF.
À partir du 29 mai et jusqu’au 1er septembre, pour un prix modéré, partons  découvrir les plages du débarquement.

Intercités

Une offre estivale avec Intercités

Au départ de la Gare Saint-Lazare, c’est un voyage par le rail, direction Bayeux,  puis par la route, en bus, en une seule réservation, à partir de 18€.
Avec deux destinations possibles avec cette formule : Arromanches-Les-Bains et Colleville-sur-Mer.
Pour nous, ce blog trip aura une saveur supplémentaire : les véhicules historiques de la D-Day Academy assurent nos déplacements.

Intercités

La Normandie : théâtre de guerre

Intercités est alors le moyen parfait de (re)découvrir une tranche d’Histoire.
A Saint-Laurent-sur-Mer, nous foulons la plage Omaha Beach, ou Bloody Omaha, et visitons son musée à deux pas. Les témoignages des GI’s sont prenant à lire.
IntercitésIntercités

Perché sur les collines de Colleville, le cimetière américain nous accueille pour un moment de recueillement sur les tombes des soldats qui ont combattu sur cette plage lors de l’assaut.

Intercités Intercités

A Arromanches, c’est l’histoire du projet fou du port artificiel anglais que nous découvrons. Un passage dans le musée qui lui est consacré nous donne plus de détail sur ce projet fou.

Intercités

Sur les hauteurs de la ville, la mer nous dévoile un panorama magnifique sur les vestiges de ce port qui ont résisté aux marées.

Intercités

Et pour finir de nous replonger dans La bataille de Normandie, le film composé d’archives proposé par le cinéma 360° permet de bien conclure cette visite mémorielle.

Intercités

Pour ceux qui veulent donc vivre les cérémonies du 75ème anniversaire du débarquement, l’Office du tourisme des plages du débarquement organise la 13ème édition du D-Day Festival Normandie. Du 25 mai au 16 juin 2019, plus de 160 manifestations seront proposées aux visiteurs des sites historiques de la côte normande.

Ce voyage a aussi été l’occasion de discuter quelques minutes avec David, notre contrôleur du jour.

Être contrôleur : dur mais passionnant

David a en effet la passion de son métier, de ses voyages en train, du service rendu et peu importe la situation.
Quand le premier jour le départ du train est à 6h, le lendemain il peut être à 5h et le jour d’après à 4h. Ça c’est dur.
Et même si au quotidien les différents avec les clients peuvent être usants, j’aime faire ce métier.

Intercités

Ah au fait, sur les Intercités les contrôleurs, ne vont pas par paire.

Nous sommes deux dans le train, le conducteur et moi. Alors quand il faut gérer 600 passagers, dans ces moments-là, c’est pas facile. Un fois, il nous est arrivé de tomber en panne dans une zone sans réseau mobile, ni pour le conducteur, ni pour les passagers, ni pour moi. C’était stressant pour tout le monde. On avait du mal à avoir les infos et les passagers ne pouvaient pas communiquer.”

Donc pour faciliter la communication d’urgence, David vient de recevoir un nouvel équipement mobile. Il permet de se connecter à une sorte de facebook interne auquel tous les acteurs gérant une panne ont accès. Car un message type SMS nécessite moins de puissance réseau qu’un appel vocal. Pratique et utile.

David a donc en charge la sécurité du voyage. Au départ du train, il remonte les wagons pour s’assurer que les portes mécaniques des wagons CORAIL soient bien verrouillées.Intercités

Sur cette ligne, il y a beaucoup de touristes anglais ou américains. Les Américains sont habitués à avoir des arrêts en gare de 15 minutes. Ils se font surprendre par nos deux minutes d’arrêt. On a eu beaucoup de problème de sécurité car, du coup, ils descendaient au moment où le train redémarrait. Maintenant, on fait les annonces en anglais minimum 10 minutes avant l’arrivée à quai.”

Et, oui le métier de contrôleur ne s’arrête pas à verbaliser les voyageurs. 🙂

Alors, si vous prévoyez de vous rendre sur les plages du débarquement cet été, peut-être préfèrerez-vous le train.

Les plages du débarquement avec Intercités

Offre train + bus à partir de 18€
Du 29 mai au 1er septembre 2019

Et toute l’année, retrouvez les offres spécifiques à la Normandie sur le site de la SNCF.

Share

De Paris à New York : Rassemblement Je suis Charlie – I am Charlie

Cher(e)s ami(e)s, du blog  comme nous vous avez dû être bouleversé(e)s par la triste actualité qui à secouer notre pays ces derniers jours. Nous avions aussi envie de partager cette vague solidaire #JeSuisCharlie qui déborde de la France.

Ce billet n’aurait certainement pas été écrit et posté si notre équipe n’était pas en ce moment séparée par plus de 5000 km.

Touchés par le rassemblement qui s’est organisé à New York, dans le Washington Square Park, nous publions ici quelques clichés pris si loin de Paris.

Je suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC Wolinski drapeau Bleu blanc rouge FranceJe suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC Wolinski France Je suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC statue de la liberte France Je suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC est charlie NYCestCharlie FranceJe suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC crayon France Je suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC jesuisinfidele France Je suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC Christine Lagarde FranceJe suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC France crayon Je suis Charlie JeSuisCharlie Charlie Hebdo hommage reccueillement Washingtown Square New York NYC France Morts de rire
Nous partageons également des photos prises ce samedi 10 janvier le long du boulevard Richard Lenoir à Paris et devant le siège de Charlie Hebdo où l’émotion était palpable au milieu des centaines d’anonymes présents et de ce violoncelliste qui faisait résonner Bach sur ces cordes.

Je suis Charlie JeSuisCharlie siège Charlie Hebdo hommage reccueillement parisJe suis Charlie JeSuisCharlie siège CHarlie Hebdo hommage reccueillement paris violoncelle musique

Je suis Charlie JeSuisCharlie siège Charlie Hebdo hommage reccueillement paris pays monde canada Je suis Charlie JeSuisCharlie JeSuisAhmed CHarlie Hebdo hommage reccueillement paris police GIGN RAID Je suis Charlie JesuisCharlie Boulevard Richard Lenoir Paris Jesuisahmed

United States Of Paris est Charlie…

Share

Sochi : Déjeuner français avec le porte drapeau français Jason Lamy-Chappuis et Annette pour Merci Maman ! Jeux Olympiques de Sotchi 2014

 Ce vendredi, le porte drapeau de l’équipe de France lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Sochi 2014 est à l’honneur au Parc Olympique.
A deux pas du Galaxy Studio, P&G célèbre Jason Lamy-Chappuis et sa mère, Annette, vrai soutien pour le jeune athlète et médaillé d’or aux JO de Vancouver.
Le pavillon est, en effet, dédié à l’accueil des parents et famille des athlètes.

Image de prévisualisation YouTube

Lors d’un déjeuner entre Français, j’ai eu droit à un tête-à-tête avec le couple de la journée pour partager cette expérience des jeux en Russie au cours desquels, Jason a participé aux épreuves de combiné nordique en individuel et en équipe.

L’entrée dans le Stade Olympique est bien sûr l’image la plus spectaculaire qui a marqué le skieur. Un Graal après une longue attente et après avoir serpenté dans les couloirs de ce gigantesque navire dédié au sport. L’ambiance sonore à l’arrivée était impressionnante pour le jeune athlète et l’ensemble de la délégation.
Pour l’anecdote, juste avant l’entrée des membres de l’équipe de France, un bénévole russe les a menacé de ne pas les laisser entrer dans le Stade s’ils ne chantaient pas une chanson. Ils ont donc entonné la Marseillaise avec une complicité incroyable. La fierté d’être Français était dans le coeur de notre sportif.

Côté spectateurs et spectatrice privilégiée sa maman, Annette, ne se remet toujours pas du bruit impossible quand les athlètes russes sont entrés en piste ce soir-là, avec la vibration des gradins en plus.
Ne connaissant pas l’alphabet cyrillique, elle a eu le stress de l’attente prolongée de voir son fils en piste, plus habituée comme nous à l’ordre alphabétique classique. Si bien que son attention n’a pas faibli de toute la soirée.

Concernant sa participation à ces jeux, Jason n’a pas de sentiment d’échec, pas de regrets non plus, juste une déception ne pas avoir décroché une médaille. Il retient de très belles images : en haut du tremplin, la chaine de montagnes russes, le podium du slalom géant avec Missillier et Pinturault, “exceptionnel !”
A la question de savoir s’il perçoit quelque chose avant et pendant chaque saut, il répond : “les sifflets de maman, sur la barre d’élan, tout en haut du tremplin !” Après avec le vent, plus aucun son n’est perceptible avec le casque.

Annette retient aussi la rencontre avec les autres familles d’athlètes Français et étrangers et la complicité qui s’est installée avec certaines d’entre elles. Comme avec les parents de Charlotte Kalla, fondeuse suédoise et la mère de la patineuse artistique italienne médaillée de bronze, Carolina Kostner. Ayant tous et toutes connus déception et grands bonheurs, il n’est pas nécessaire de beaucoup de mots pour connaître l’état d’esprit de chacun après chaque épreuve.

Enfin, Jason confirme que Sochi est un lieu fait pour les athlètes, le village olympique est très bien situé et les transports sont efficaces.
Annette, sa mère, se rappelle encore ce que ses collègues lui disaient avant son départ pour la Russie : “Tu vas vraiment aller là-bas ?”
Et finalement, les contrôles de sécurité déployés sur les différents sites et dans les transports ont rassuré spectateurs et familles de sportifs dès leur arrivée.

Jason est prêt à nous surprendre encore. Rendez-vous très prochainement avec le champion olympique.

Share