Archives par mot-clé : voyage

Photo du mois #87 : le village

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Marie-Paule de proposer le thème : le village

Destination Conques pour son abbatiale et ses vitraux contemporains réalisés par l’artiste Pierre Soulages.
Un très beau village d’Aveyron qui prend bien la lumière du soleil, un souvenir d’été inoubliable. 

Conques

Pour découvrir le merveilleux des blogueurs participants, c’est par ici :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Angélique, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cocazzz, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Julia, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Nanouk, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Travelparenthesis, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente

Share

D-Day Academy : visiter les plages du débarquement avec passion

Blogtrip avec Intercités sur les plages de Normandie, accueillis et guidés par la D-Day Academy !
Grâce à Jean-Pierre Benamou, nous avons passé une journée riche d’histoires, d’émotions et d’anecdotes sur ce qui reste la plus grande reconquête du XXe siècle : le débarquement de Normandie.

 

D-Day Academy

Et dès notre arrivée à la gare de Bayeux, le ton est donné.
Pour nos déplacements de la journée, nous avons droit à un transport de troupe G.M.C et un Command Car d’époque : le même que celui du Général Patton !

D-Day Academy

C’est un peu tape-cul mais ça met dans l’ambiance… Normal : pas de clim et pas de coussin !
Direction Saint Laurent-sur-mer et Omaha Beach, 40 minutes de secousses et d’air frais. Heureusement, les routes sont en meilleur état qu’en 1944 !

Pourquoi Bayeux comme base de départ ? Outre le nœud ferroviaire de la région, la ville a été la capitale française jusqu’à ce que Paris soit libérée. Bayeux était l’épicentre de la reconquête. Une ville hôpital avec 4 000 lits sous tentes pour soigner les blessés. Mais aussi la première ville de tourisme dès sa libération, avec la recherche des souvenirs, comme les objets oubliés par les Allemands, tout comme la première ville de commerce pour le réapprovisionnement en nourriture.

Des visites passionnantes par un passionné

Jean-Pierre est plus qu’érudit sur cette période de notre histoire.
Normal, il beigne dedans depuis des années. Ces véhicules américains, il les a récupérés de l’entreprise de son père. Ces camions ont servi à reconstruire le tissu économique français jusqu’à ce que les constructeurs nationaux puissent produire à nouveau. Il y en a eu jusqu’à 100 000 débarqués à cette époque.

L’association D-Day Academy regroupe des chercheurs-archéologues comme les appelle Jean-Pierre, toujours prêts à découvrir de nouveaux documents, de nouveaux faits.

D-Day Academy

C’est avec cette passion de transmettre que nous posons le pied sur Omaha Beach, là où les Américains se sont fracassés sur les collines ultra protégées de Colleville-sur-mer.

D-Day Academy

Face à la Manche, houleuse ce jour-là, notre conteur arrive à nous transmettre le désarroi des GI’s pris au piège des défenses allemandes. Avec des photos, des cartes et son émotion, on se sentirait presque revenu en arrière, sous le sifflement des balles et les explosions d’obus.

On apprend au passage que seule la porte avant des barges de débarquement était en acier et que leurs flancs étaient en bois. On frémit en imaginant la faible protection.

D-Day Academy

D-Day Academy

Émotion et hommages à ceux qui sont tombés

Le plus impressionnant, c’est cette carte de la Baie de Seine qu’il déroule devant nous.
Elle référence les 687 épaves de navires coulés dans cette période. “Ils renferment pour l’éternité près de 500 corps, ce qui fait de la Baie de Seine un espace funéraire naturel.” Il est d’ailleurs formellement interdit de plonger dans ces épaves.

D-Day Academy D-Day Academy

Avant de quitter la plage, nous plantons dans le sable une croix rehaussée du coquelicot anglais, symbole du souvenir des hommes abattus en ce lieu. La croix sera emportée par la marée, rejoignant les corps reposant dans la mer. Instant de recueillement.

D-Day Academy

Notre convoi reprend la route, le cimetière américain de Colleville.

Cette enclave de territoire américain en France est là où repose les dépouilles des GI’s qui n’ont pas survécu à l’assaut d’Omaha Beach.
Lorsque l’on pénètre dans ce cimetière, un premier hommage est rendu aux 1 500 disparus dont les corps n’ont pas été retrouvés.

D-Day Academy D-Day AcademyIl n’y a pas d’ordre précis d’inhumation dans ce mausolée. “La seule règle, les frères sont enterrés côte à côté.” nous confie Jean-Pierre.
Plus de 9 000 hommes reposent face à la Manche.

D-Day Academy

D-Day Academy

Et si, lors de votre passage, vous voyez une inscription recouverte de sable, c’est que la famille d’un défunt est venue récemment. La poignée de sable récupérée à Omaha Beach permet de raviver la mémoire du soldat mort loin de chez lui.

D’ailleurs, le Général Lesley J. McNair a eu la visite de sa petite-fille de 72 ans, une semaine avant notre venue. Il est enterré auprès de son fils, mort lui aussi sur le front normand.

D-Day Academy

McNair était chef d’état-major du quartier général de l’US Army, le commandant en chef de toutes les armées américaines. Il est mort sur le front, sous les bombes de son propre camp, lors d’un raid trop proche des lignes de combats. Des bombardements alliés qui, après ça, auront lieu 500 mètres en avant des lignes pour éviter les pertes.

D-Day Academy

Et des petites histoires passionnantes et tristes, Jean-Pierre de la D-Day Academy, en connait beaucoup. Laissez- le vous les conter lors de votre visite.

Le projet fou des Anglais pour Arromanches

Les bombardements alliés préparant l’invasion ayant détruits de nombreuses infrastructures, il a fallu penser au ravitaillement des troupes.
Si les Anglais avait prévu un mois de réserves, assurer le déchargement du matériel et des rations pour la suite était essentiel.

D-Day Academy

C’est là que qu’entre en jeu le port artificiel d’Arromanches-les-bains sur le site de Gold Beach. Un projet fascinant !

Des centaines de blocs de béton de 8 000 tonnes ont été acheminés depuis la Grande-Bretagne et assemblés pour former une jetée de 10 kilomètres de long. Elle devait protéger les infrastructures aménagées pour recréer un port.
Si l’idée pharaonique était brillante, son rendement a été moindre que les bateaux ferry gros porteurs US.

D-Day Academy D-Day Academy D-Day Academy

Mais la solidité du projet est telle que les blocs de bétons sont encore visibles entre Arromanches et Ver-sur-mer.

Avec Jean-Pierre, on partage aussi des histoires moins connues. Car si les Américains se sont fracassés sur Omaha Beach, à quelques kilomètres de là, c’est que les Allemands tenaient la position. Ils ont résisté aux assauts.

D-Day Academy

Les Anglais sur Gold Beach ont eu plus de chance. Si c’est bien l’armée allemande qui protégeait les plages d’Arromanches, les bataillons étaient composés de soldats enrôlés dans les camps de prisonniers du front de l’est. Préférant servir l’envahisseur contre des conditions de vie meilleure. Mais ils se sont rendus plus rapidement, plutôt que de mourir au combat.

D-Day Academy : une redécouverte de l’Histoire

Jean-Pierre Benamou et ses acolytes sont des puits d’histoire petite ou grande sur ces batailles qui ont ramené la liberté sur les plages normandes puis dans toute la France.
Avec eux, on découvre que beaucoup de produits actuels existaient déjà en 1944.

D-Day Academy

Dernière anecdote, un peu incroyable : chaque année la Manche rejette encore un ou deux corps américains et dix à douze corps allemands.
Une façon pour nous de garder à l’esprit la violence des combats qui se sont déroulés en Normandie.

On aurait aimé partager plus qu’une journée avec l’équipe de la D-Day Academy et avec Jean-Pierre…

D-Day Academy

Plus d’info sur les excursions et les programmes sur le site de l’association.

Share

Cap sur les plages du débarquement en train et à prix malins

En cette année de commémoration du 75ème anniversaire du 6 juin 1944, nous avons testé l’offre combinée Intercités, train + bus, proposé par la SNCF.
À partir du 29 mai et jusqu’au 1er septembre, pour un prix modéré, partons  découvrir les plages du débarquement.

Intercités

Une offre estivale avec Intercités

Au départ de la Gare Saint-Lazare, c’est un voyage par le rail, direction Bayeux,  puis par la route, en bus, en une seule réservation, à partir de 18€.
Avec deux destinations possibles avec cette formule : Arromanches-Les-Bains et Colleville-sur-Mer.
Pour nous, ce blog trip aura une saveur supplémentaire : les véhicules historiques de la D-Day Academy assurent nos déplacements.

Intercités

La Normandie : théâtre de guerre

Intercités est alors le moyen parfait de (re)découvrir une tranche d’Histoire.
A Saint-Laurent-sur-Mer, nous foulons la plage Omaha Beach, ou Bloody Omaha, et visitons son musée à deux pas. Les témoignages des GI’s sont prenant à lire.
IntercitésIntercités

Perché sur les collines de Colleville, le cimetière américain nous accueille pour un moment de recueillement sur les tombes des soldats qui ont combattu sur cette plage lors de l’assaut.

Intercités Intercités

A Arromanches, c’est l’histoire du projet fou du port artificiel anglais que nous découvrons. Un passage dans le musée qui lui est consacré nous donne plus de détail sur ce projet fou.

Intercités

Sur les hauteurs de la ville, la mer nous dévoile un panorama magnifique sur les vestiges de ce port qui ont résisté aux marées.

Intercités

Et pour finir de nous replonger dans La bataille de Normandie, le film composé d’archives proposé par le cinéma 360° permet de bien conclure cette visite mémorielle.

Intercités

Pour ceux qui veulent donc vivre les cérémonies du 75ème anniversaire du débarquement, l’Office du tourisme des plages du débarquement organise la 13ème édition du D-Day Festival Normandie. Du 25 mai au 16 juin 2019, plus de 160 manifestations seront proposées aux visiteurs des sites historiques de la côte normande.

Ce voyage a aussi été l’occasion de discuter quelques minutes avec David, notre contrôleur du jour.

Être contrôleur : dur mais passionnant

David a en effet la passion de son métier, de ses voyages en train, du service rendu et peu importe la situation.
Quand le premier jour le départ du train est à 6h, le lendemain il peut être à 5h et le jour d’après à 4h. Ça c’est dur.
Et même si au quotidien les différents avec les clients peuvent être usants, j’aime faire ce métier.

Intercités

Ah au fait, sur les Intercités les contrôleurs, ne vont pas par paire.

Nous sommes deux dans le train, le conducteur et moi. Alors quand il faut gérer 600 passagers, dans ces moments-là, c’est pas facile. Un fois, il nous est arrivé de tomber en panne dans une zone sans réseau mobile, ni pour le conducteur, ni pour les passagers, ni pour moi. C’était stressant pour tout le monde. On avait du mal à avoir les infos et les passagers ne pouvaient pas communiquer.”

Donc pour faciliter la communication d’urgence, David vient de recevoir un nouvel équipement mobile. Il permet de se connecter à une sorte de facebook interne auquel tous les acteurs gérant une panne ont accès. Car un message type SMS nécessite moins de puissance réseau qu’un appel vocal. Pratique et utile.

David a donc en charge la sécurité du voyage. Au départ du train, il remonte les wagons pour s’assurer que les portes mécaniques des wagons CORAIL soient bien verrouillées.Intercités

Sur cette ligne, il y a beaucoup de touristes anglais ou américains. Les Américains sont habitués à avoir des arrêts en gare de 15 minutes. Ils se font surprendre par nos deux minutes d’arrêt. On a eu beaucoup de problème de sécurité car, du coup, ils descendaient au moment où le train redémarrait. Maintenant, on fait les annonces en anglais minimum 10 minutes avant l’arrivée à quai.”

Et, oui le métier de contrôleur ne s’arrête pas à verbaliser les voyageurs. 🙂

Alors, si vous prévoyez de vous rendre sur les plages du débarquement cet été, peut-être préfèrerez-vous le train.

Les plages du débarquement avec Intercités

Offre train + bus à partir de 18€
Du 29 mai au 1er septembre 2019

Et toute l’année, retrouvez les offres spécifiques à la Normandie sur le site de la SNCF.

Share

Porto Vintage : pourquoi déguster ce vin haut de gamme ?

C‘est lors d’une dégustation particulière consacrée à l’exceptionnelle année 2016 que nous avons succombé aux autres facettes de la production de Porto : le Vintage !
C’est un type de vin encore méconnu des Français. Il est pourtant le joyau de la région du Douro, avec un cahier des charges strict. Pour en faire un vin d’exception et faire chavirer nos palais.

Porto Vintage

Porto : une vallée pour origine

C’est à l’est de la ville qui lui a donné son nom, dans la vallée du fleuve Douro, que le vin de Porto grandit et mature.
Depuis 2001, la vallée du Douro, ses terrasses et ses paliers, est classée au Patrimoine de l’humanité par L’UNESCO.

Ce sont les Anglais, friands de breuvages liquoreux, qui ont développé cette vinification particulière qu’est le Vintage.
Élaboré avec une seule et unique récolte de raisins, le Porto Vintage, est donc toujours millésimé. Et c’est après deux à trois ans d’élevage qu’il est mis en bouteille.
Ces vins particuliers sont l’expression d’un terroir, propre à chaque vigneron et même chaque parcelle. Ce sont des capsules d’une saison, d’une année qui sont destinées à évoluer durant 15 à 20 ans en bouteille. Un vrai vin de garde, donc, qui peut accompagner tout un repas. Pour certains, son vrai caractère émergera encore beaucoup plus tard, au bout de 30 ans.

Porto Vintage

Vintage 2016 : une cuvée hors norme

Oui, pour l’Institut des vins de Douro et de Porto (IDVP), l’année 2016 est d’une qualité exceptionnelle. Lors de notre découverte de ces vins haut de gamme, nous avons passé en revue dix Portos cuvée 2016, avec chacun sa particularité.

Porto Vintage

A vrai dire, il n’a pas été facile pour nos palais novices de décrypter toutes les subtilités de chaque vin. Même avec l’accompagnement des dix producteurs présents.
Saveurs de cassis, fruits rouges ou pain d’épices dominent bien évidement chacun de ces Portos.
Et à travers toutes ces saveurs, trois appellations ont fait vibrer un peu plus nos papilles lors de cette soirée.Porto Vintage

Poças 2016 par Manoel D. Poças Junior

Sa belle robe violette tranche avec les autres vins. Les raisins de ses vieilles vignes le rendent assez gourmand en bouche. Ce Porto Vintage dégage donc une bonne puissance. Sa fraîcheur finale est surprenante. Tous ces éléments réunis lui donnent un bon équilibre.

Porto Vintage

Quevedo 2016 par Vinoquel

Ce domaine familial produit du Porto depuis 1889. Issu de cépages traditionnels, sa couleur rubis reflète parfaitement des notes de prunes. Le sol de schiste et une exposition ouest (avec un soleil tout l’après-midi) renforcent le caractère de ce Porto. Tous ses arômes se dévoilent à la dégustation pour notre plaisir gustatif.

Porto Vintage

Quinta de la Rosa par la Quinta de la Rossa

A l’opposé du Quevedo, les vignes de cette appellation bénéficient d’un ensoleillement uniquement le matin. Autres singularités : les raisins sont encore foulés aux pieds et sa fermentation est stoppée un peu plus tard que pour ses camarades. Du coup, ce vin est un peu moins doux. Il est bien équilibré en bouche et ses notes de cerise noire titillent délicatement le palais.

Les Porto Vintage offrent une autre palette de goûts et de douceurs incomparables avec leurs petits frères “grand public”.
Une rencontre inédite qu’il vous faut faire pour un repas ou un apéritif rehaussé.

Porto Vintage
Quinto de la Rosa : vieillissement de 10 ans

Vous êtes séduit par le Porto Vintage ? Prolongez votre voyage au Portugal avec des vins encore plus vieux et délicats.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Share

Gare Saint-Lazare : les secrets du monument classé

Une gare c’est forcément un décor chargé d’histoires.
Et la Gare Saint-Lazare ravit tout passionné de vieilles pierres, d’architecture ou de courants artistiques.
De la passerelle de l’Impératrice, aux vitres peintes par un ancien cheminot, des verrières incroyables à l’escalier monumental, visite du monument parisien qui accueille 450 000 passagers.
Combien font vraiment attention au patrimoine qui les entoure quotidiennement ?
Saviez-vous que l’arche est l’emblème de la gare ? 

Gare Saint Lazare

Des verrières de 150 ans 

C’est en prenant de la hauteur que l’on comprend l’évolution de la Gare Saint-Lazare. Ce n’est pas une halle mais plusieurs qui ont été construites les unes après les autres. Pourquoi ?
Parce que les trains se sont allongés, il fallait donc prolonger les verrières pour protéger les voyageurs. Et le trafic a augmenté, la construction de nouveaux quais était donc évidente.
Particularité : la charpente est extérieure. Ce qui confère à l’ensemble une épuration esthétique à l’intérieur.
Ces verrières historiques – les plus anciennes datent de 150 ans – vont avoir droit à leur cure de jouvence. Le défi est de taille : 5 ans de travaux sans nuire au flux des trains et donc au confort des usagers.

Gare Saint Lazare

Passerelle de l’Impératrice

C’est un des décors secrets de la Gare Saint-Lazare qui est dévoilé notamment lors des Journées du patrimoine. Mais tout le monde peut le voir de l’extérieur depuis le parvis.
Cette passerelle condamnée qui relie la Gare à l’actuel Hôtel Hilton était utilisée par les bourgeois et autres voyageurs prestigieux et internationaux quand prendre le train et le bateau était encore un luxe. Ces voyageurs avait l’avantage, à la descente de leur train, de pouvoir se rendre directement à leur hôtel – qui s’appelait Terminus, à l’époque et appartenait à la SNCF – sans avoir à croiser la foule dans la rue.
La Passerelle est associée à l’Impératrice Eugénie qui l’aurait empruntée.
Ce décor va bientôt accueillir un commerce. Il serait question d’un bar à champagne. La lumière et l’attrait patrimonial sont ses atouts !

Gare Saint Lazare

Gare Saint Lazare

Verres peints par un cheminot artiste

C’est d’autres étonnantes découvertes que l’on peut faire en gare. Au niveau des quais, levez les yeux. Des destinations normandes mais aussi internationales se dévoilent à vous.
Ce ne sont pas des vitraux mais bien des verres peintes avec passion par un artiste cheminot, Charles Sarteur en 1930 et redécouvertes en 2012.
On y reconnait Caen, Le Havre, Dieppe mais aussi Londres parce que, par le passé, les voyageurs étaient pris en charge sur la totalité de leur voyage.
Emmanuelle Chailley, la directrice de la Gare Saint-Lazare, souhaite valoriser ce patrimoine en ajoutant des sources de lumière.
En attendant, il est possible de rêver aux villes desservies par Saint-Lazare.

Gare Saint Lazare

Une première et de nouveaux espaces 

Preuve que la Gare ne vit pas dans le passé.
Elle accueille depuis quelques mois la salle de sport haut de gamme L’Usine. Une première dans une gare ! Au total, 1 600 m² sont dédiés à la culture du corps. Elle accueillera entre 2 000 et 2 500 abonnés.

Enfin, j’ai pu visiter un plateau nu qui attend d’accueillir très prochainement un restaurant ou une brasserie. En plus de l’espace, la lumière est aussi un atout pour ce nouveau lieu qui sera accessible par un bel escalier qui n’est pas encore accessible au public.

Gare Saint Lazare

BONUS 
Saviez-vous que Juste Lisch, l’architecte en charge de l’agrandissement de la Gare Saint-Lazare a posé sa signature discrètement ? Non sur la façade mais sur une sculpture.
Cette signature est à trouver du côté de l’escalier monumental.

A lire : Gare Saint-Lazare, l’envers fascinant du décor 

Gare Saint Lazare
Entrée de métro dite La Lentille
Share

Photo du mois #77 : Trophée

Alors Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de LaTribu de Chacha de choisir le sujet : Trophée.

Eté 2017 à Berlin.
On m’a parlé de Teufelsberg et de ses radars abandonnés aux graffeurs depuis de nombreuses années.

Eté 2018 retour à Berlin.
Alors en route pour les 3,5 km de marche et de montée pour accéder à cette station américaine abandonnée. Une balade en forêt avec crapaud sauvage, verdure chatoyante et moustiques en pagailles. 🙂
Cela faisait donc un an que je voulais découvrir ce site. Et une fois devant les grilles, les jours d’ouverture ont été modifiés sans préavis… #Frustration !

Du coup, j’ai suivi le chemin autour du site derrière les barrières. Et au détour d’un virage, là, derrière les cimes des arbres : mon trophée. La plus haute tour du complexe de Teufelsberg trône en majesté, comme une consolation.

Teufelsberg

Pour découvrir d’autres surprenants trophées, faites-un tour sur les autres blogs participants :
Josette, Tambour Major, Chiffons and Co, Morgane Byloos Photography, Lau* des montagnes, Giselle 43, Christophe, Pat, Escribouillages, Pilisi, Nanie, Sandrin, Danièle.B, Lavandine, Xoliv’, Renepaulhenry, Blogoth67, Laurent Nicolas, Philisine Cave, écri’turbulente, Betty, J’habite à Waterford, magda627, Julia, Alexinparis, Mamysoren, Krn, Sous mon arbre, La Tribu de Chacha, Gilsoub, Mirovinben, Weeteweete, Nanouk, Gine, Nicky, Pink Turtle, FerdyPainD’épice, Lilousoleil, Josiane, El Padawan, Frédéric, Céline in Paris, Akaieric, Dr. CaSo, Travelparenthesis, Jakline, Cricriyom from Paris

Share

Château de Voltaire à Ferney : superbe rénovation pour indispensable visite

Rénovation complète du Château de Voltaire qui a été la dernière résidence de l’écrivain pendant 20 ans. Un cadre de vie devenu lieu de mémoire d’un penseur qui suscite toujours l’admiration, si ce n’est la passion, à travers les siècles et le globe. Un grand nombre d’Américains serait venu au cours des premières semaines après la réouverture du monument.
Accessible en bus depuis Genève, Ferney est une ville plus qu’accueillante, comme l’écrivain en son temps. 

Château de Voltaire Château de Voltaire

Voltaire en son château

Ma relation avec Voltaire fut finalement brève : Candide, les Lumières, la rivalité avec Jean-Jacques Rousseau.
Le redécouvrir à travers ce monument de la ville de Ferney a réveillé en moi mon intérêt pour l’auteur et l’homme qu’il a pu être. Et puis, une personnalité qui a comme particularité, entre autres, d’avoir refusé à son époque la visite d’un jeune compositeur en tournée européenne nommé Mozart, ça force le respect. 🙂

Qui sait que Voltaire avait appris à parler en rime ? Saviez-vous qu’il appréciait l’art de la controverse et qu’il traduira Shakespeare qu’il découvrit lors d’un voyage en Angleterre.

Château de Voltaire

La mise en espace du Château de Voltaire révèle l’influence que Voltaire avait sur le monde : accueillant nombre d’invités venus le rencontrer ou lui demandant de l’aide.
C’est aussi l’évocation de son écriture qui est mise en avant. L’écrivain a sans cesse enrichi ses écrits, annotant, rajoutant des mots, des phrases dans ses livres pour les rééditions successives de ses écrits.
Le château a une vraie importance dans la biographie de son hôte. “Les plus grands combats de Voltaire ont été dirigés ici” comme nous le confirme l’administrateur du Château, François-Xavier Verger.

Et sa conception de la cité idéale en incitant les initiatives locales, en participant à l’essor de sa commune est née ici-même à Ferney.

Chateau de VoltaireChâteau de Voltaire

Château de Voltaire : heureuse rénovation

Ce qui est incroyable c’est la documentation qui a traversé les siècles : plans, maquette, échantillons de tissus, gravures, inventaire… Ces éléments ont permis de restituer ce qu’était le château à l’époque de Voltaire.
La rénovation n’a donc été que plus fidèle.
Bien sûr, la bibliothèque n’est plus – acquise pas l’impératrice Catherine II après la mort du “patriarche de Ferney“, elle se trouve à Saint-Petersbourg. Certains murs sont tombés, la chambre a changé de place mais l’évocation n’est pas fantaisiste pour autant.

La façade a retrouvé son éclat.

Le deuxième étage qui n’est pas accessible au public réserve de très belles pièces qui pourront accueillir chercheurs, étudiants, dans des conditions optimales.

Le jardin offre différents points de vue sur le monument tout en proposant un cadre paisible. Car il est bon de faire une pause avant ou après la visite, de prendre le temps de la contemplation.
Peut-être que l’inspiration de l’auteur viendra vous titiller l’esprit et qui sait révélera l’auteur qui sommeille en vous.

Une chose est certaine : l’attraction de ce beau décor sur ses visiteurs. Il ne fait aucun doute que j’y retournerai.

Château de Voltaire

BONUS : Voltaire s’était fait construire un tombeau, en forme de pyramide, accolé à une église. Son nom, sur la façade, est plus gros que celui de Dieu juste en-dessous.
Finalement, il ne séjournera pas dans cette dernière demeure. Ses restes seront transférés au Panthéon. Saviez-vous qu’il y est le plus ancien pensionnaire ?

Château de Voltaire

Château de Voltaire
Allée du Château
01210 Ferney-Voltaire
Tél. 04 50 40 53 21 

Ouvert tous les jours 
sauf le 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre

site officiel : www.chateau-ferney-voltaire.fr

Château de Voltaire

Share

Pâtisseries new-yorkaises : nos 4 adresses alléchantes à Manhattan

À New York, en bon européen on tente toujours de manger en mode healthy.
Mais on craque toujours, avec plaisir,  pour quelques douceurs et viennoiseries grasses ou très sucrées.

Lors de notre dernier périple dans la Big Apple, l’équipe a testé 4 petites perles de pâtisseries new-yorkaises qui vous feront oublier Dunkin’ Donuts, Manoglia Bakery et même les Cronuts de Dominique Ansel.
Subtilité, gourmandise et tradition avec Eileen’s Special Cheesecake, Supermoon Bakehouse, Besfren et Little Pie Company.
Partant pour notre tour des pâtisseries new-yorkaises ?

Supermoon Bakehouse

En une visite, cette pâtisserie au design épuré est devenue le phare de nos mâtinées.
Impossible de ne pas s’y arrêter pour y dégoter une viennoiserie qui rivalise avec le savoir-faire français, mais twistée en mode Kawaii.

Donut Gelée de Litchi

Côté donuts, si celui à la Gelée de Litchi est très agréable, on mettra un gros cœur créatif à celui au sésame noir et fruit de la passion.

Donut Sésame noir et fruité de la passion

Les croissants sont haut de gamme (et grand format), aussi fin que les meilleurs de notre côté de l’Atlantique.  Et le gros plus c’est les versions fourrées comme le Matcha-citron à l’intérieur vert émeraude.

Mais le Spécial wknd est définitivement hors catégorie.
Lors de notre séjour, c’est un Toasté dôme de mousse au chocolat avec un cœur de caramel au beurre salé, des touches de gelée aux fruits format cube.

Et pour les réfractaires du sucré, il y a aussi un croisant jambon-fromage et la version tourte épinard doublement dorée au four.
A vous de les tester !

Prix : de 3,75 $ à 8 $

Supermoon Bakehouse
120 Rivington Street
New York, NY, 10002

Eileen’s Special Cheesecake

A quelques rues de Supermoon (et 15 min de marche à pied  ;-), vous trouverez les cheesecakes d’Eilleen’s.
Oubliez tout de suite les parisiens Berko ou Rachel’s, aucune adresse parisienne et même new-yorkaise ne pourrait tenir la comparaison.

Avec environ 28 parfums différents, il faut prendre son temps et ne pas être accompagné d’un(e) balance pour assurer un choix judicieux.
Dans tous les cas, ce sera toujours le bon !

Tous fondent en bouche et le sucre est toujours bien dosé. Alors inutile de réfléchir trop longtemps.

On a jeté notre dévolu sur le cheesecake Pumpkin (courge) : un parfait mélange de sucré/salé, le cookie (Oreo) savoureux, le Blackberry (mûre) et sa gelée de fruits qui ne coule pas sur les doigts quand on le mange dans le métro. Et sans oublier le Salted Caramel (caramel salé) aussi doux que gourmand.

Si vous souhaitez faire une cheesecake party un soir, vous pouvez commander un grand format (avec aussi des gluten-free, des sugar-free ou au tofu )

Prix : 3,50$ pour les individuels

Eileen’s Special Cheesecake
17 Cleveland Place
New York, NY 10012

Little Pie Company

Une vraie Apple Pie de tradition, c’est ce que promet Little Pie Company.
Petit détour dans Hell’s Kitchen entre la 9e et la 10e avenue pour plonger la cuillère dans la Old Fashionned Apple Pie.


Après quelques mots en français échangés avec la serveuse, un sourire (chose devenue rare à New York), la tarte nous est servie tiède dans une assiette et plusieurs cuillères pour partager.

Premier coup de cuillère, la masse de l’Apple Pie décompresse. Avec plaisir, on détache une portion de ce dessert. Les goûts sont parfaits, les pommes fondantes. Les papilles sont ravies. Surtout que côté sucre, c’est très light.

On recommande tout de même de prendre une portion pour deux, sauf si vous n’avez pas fait de pause dej.  🙂
Sinon les différentes recettes sont servies à la part.

Prix : entre 9,5$ et 12 $ la tarte portion

Little Pie Company
424 West 43 Street
New York, NY 10036

Besfren

En descendant la 5e avenue, à deux pas de l’Empire State building, on tombe sur Besfren : une pâtisserie moderne empreinte de l’esprit du quartier : Koreantown.

Au départ, on est attiré par les glaces au matcha ultra photogénique.
Et puis, on se laisse séduire par le gâteau nuage, une sorte de donut ultra léger avec un nappage au choix.
On a choisi framboise-camomille, un mélange subtil et très savoureux.

Besfren
315 5th Avenue
New York, NY 10016

Et vous, quelles sont vos bonnes adresses de pâtisseries new-yorkaises ?

Share

L’épopée du canal de Suez : remarquable aventure au cœur du monde à l’Institut du monde Arabe

1869. L’Égypte se prépare à un grand bouleversement : l’inauguration d’une voie maritime permettant de relier l’Europe à l’Asie sans contourner l’Afrique. Une véritable révolution ! L’Institut du Monde Arabe retrace les dessous d’un des projets les plus fous de notre monde moderne. De son histoire antique jusqu’à la percée d’une deuxième tranchée en 2015, L’épopée du canal de Suez nous permet de mieux comprendre les enjeux d’un canal dont l’histoire ne fait que débuter.

L’exposition s’ouvre sur l’inauguration du canal de Suez à Port-Saïd, le 17 novembre 1869. Parmi les milliers d’invités conviés à cette occasion figure l’impératrice Eugénie. Le faste et la somptuosité exigés par le Khédive et vice-roi d’Égypte Ismaïl Pacha nous saisissent d’emblée. Cet événement représente l’entrée de son pays dans une ère moderne et indépendante. Il est donc crucial.

épopée du canal de Suez

Une histoire ancienne

En raison de sa position géographique stratégique, la percée du canal de Suez n’est finalement que l’aboutissement de nombreux autres projets ayant vu le jour au cours de l’Histoire. Tout commence il y a près de 4 000 ans avec Sésostris III. Il crée un canal entre le Nil et la mer Rouge afin de faciliter le commerce. Au fil du temps, il fut ensablé, modifié, prolongé, délaissé avant d’être détruit au VIIIe siècle pour éviter une invasion maritime.

épopée du canal de Suez

Par la suite, l’exploitation de l’isthme a été envisagée à de multiples reprises, sans succès. Il faut attendre l’accord de 1854 entre le diplomate français Ferdinand de Lesseps et le roi d’Égypte Saïd Pacha pour aboutir à l’élaboration du canal que nous connaissons.

Une prouesse technique

Entre les conditions météorologiques, les contraintes géographiques et la pénibilité du travail, des dizaines de milliers d’Égyptiens réquisitionnés périssent. Profitant de l’essor technologique de l’époque, de nombreuses machines innovantes sont alors créées de façon à améliorer les conditions de travail. Au terme de dix années de travaux colossaux, le chantier s’achève enfin.

Néanmoins, sa position stratégique dérange…

épopée du canal de Suez épopée du canal de Suez

Une source de convoitise

Peu de temps après, face à son déficit important, l’État égyptien est contraint de céder ses parts de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez. Suite à leur rachat par la Grande-Bretagne, l’Égypte se trouve ainsi sous tutelle financière franco-britannique.

Face à une occupation étrangère de la zone du canal de Suez, sa reconquête devient une priorité nationale.

épopée du canal de Suez

C’est chose faite le 26 juillet 1956 lorsque Gamal Abdel Nasser annonce la nationalisation du canal. Alors, les relations internationales avec l’Égypte deviennent houleuses et de nombreuses guerres s’ensuivent jusqu’en 1975 dans le but d’obtenir le contrôle de cette zone géographique privilégiée.

Un pari pour l’avenir

Régulièrement élargi ou creusé, le canal atteint son record d’affluence en 2008. Il se voit même doublé en 2015 dans le but de faciliter le croisement des bateaux. Son importance est telle qu’il est la troisième source de revenu du pays.

Situé au centre du monde et lien tangible entre les civilisations, le canal de Suez n’a donc pas fini de nous surprendre !

Bonus : de nombreuses activités sont proposées en lien avec l’exposition : visites guidées, concerts, conférences, ateliers pour ravir petits et grands !

by Jean-Philippe

épopée du canal de Suez

Exposition L’épopée du canal de Suez

Jusqu’au 5 août 2018

du mardi au vendredi de 10h à 18h
samedi et dimanche de 10h à 19h

À l’Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
75015 Paris
Tél : 01 40 51 38 38

Share

Origines @ Jardin du Luxembourg : la force naturelle de la Terre

Les expos du Jardin du Luxembourg sont le plus souvent l’occasion d’en prendre plein les yeux, à travers des voyages en photographies. Avec Origines d’Oliver Grunewald, on se prend une grande claque visuelle.
Énergie, couleurs, passion et écologie sont les maitres-mots du photographe.

Origines

En 80 photos, c’est une rétrospective de 35 ans de travail qui s’affiche sur les grilles du Palais du Luxembourg, pour un projet né il y a 7 ans.

Origines : la Nature dans l’obturateur

Après ses études aux Gobelins, il a fallu peu de temps à Olivier Grunewald pour se rendre compte que c’était la nature qui l’obnubilait avant tout.
Cette exposition Origines, est l’occasion de mettre en avant sa passion pour les forces de la Nature, les énergies de la Terre et les beautés géologiques.

Origines
Photos © Olivier Grunewald

A travers 35 ans de reportages, avec des clichés réalisés en argentique à la chambre photographique jusqu’au numérique pour ces dernières années, le photographe transcende les forces de la nature.

Et ce n’est pas un exercice facile, même en mode 2.0.
Mais l’artiste applique toujours sa devise : “La photo c’est une tranche de vie” : attendre le bon moment,  la bonne ambiance et la bonne lumière, même en numérique…
Toucher et capturer un instant unique.

Origines

“Ce qui est fascinant, c’est de voir que la Terre vit”

Et avec Olivier Grunewald, on reste bouche-bée face à ces décors qui vivent, vibrent !
Il faut dire aussi que les tirages réalisés par le labo Phidap sont magnifiques. Sur certaines photos exposées, on a  la sensation de relief alors qu’elles ne sont qu’en 2D. Les contrastes noir/couleurs sont bluffants.
#Exceptionnel !

Origines
Photo © Olivier Grunewald
Origines
Photo © Olivier Grunewald
Photo © Olivier Grunewald

C’est fou d’être si proches de la force de la nature par ces images, et c’est si rare d’avoir quasiment des frissons devant des vues si énergiques et si humblement réalisées.

Origines

Photo © Olivier Grunewald

Origines
Photo © Olivier Grunewald
Origines
Photo © Olivier Grunewald

Avant tout c’est l’humanité du photographe qui séduit. Lui qui est l’un des 3 ou 4 spécialistes mondiaux de la photo de volcan et force le respect : “avec la nature, on est hors de notre contrôle.”

Et pour ceux qui ne pourraient venir à Paris, rendez-vous sur le site dédié.
#Classe

Exposition Origines

de Olivier Grunewald

du 17 mars au 15 juillet 2018

Grilles du Jardin du Luxembourg
Rue de Médicis
75006 Paris

Exposition gratuite

Share