Tous les articles par United States Of Paris

Exposition Des jouets et des hommes – Galeries nationales Grand Palais

Ce serait donc « l’exposition de Noël » avant l’heure, annoncent journalistes et premiers visiteurs. Il n’est pourtant pas question de trouver des idées pour remplir notre liste de cadeaux à envoyer au Père Noël.

L’exposition Des Jouets et des hommes est avant tout un prétexte pour se replonger dans nos souvenirs d’enfance et surtout ceux de nos parents et grands-parents.

Dans ce terrain de jeu muséal que nous proposent les Galeries nationales du Grand Palais, le visiteur se plait à observer l’infinie inventivité – d’artisans, inventeurs, artistes ou scientifiques – déployée pour satisfaire les aspirations des petites têtes brunes, blondes ou rousses, à travers les siècles.

Les mystères de certaines créations interpelent, rendent perplexe et amusent. Par exemple, comment ne pas résister aux minois de ces deux athlètes précoces que votre grand-mère aurait sûrement serré dans ses bras, alors qu’elle était une toute jeune enfant?

Comment aussi ne pas s’interroger sur les motivations de ce père de famille qui a offert à sa fille de 8-9 an, à la fin des années 40, la reconstitution de deux salles du service de nourrissons d’un hôpital – avec lits, infirmières et poupons.

Et quid du réel attrait des petites filles pour un babyfoot Barbie?

Les objets de marque ou sous licence exclusive, type Star Wars ou Batman, côtoient de véritables oeuvres à roulettes, à poils ou en bois, comme ces inventions mécaniques ayant pris forme dans les mains de Fernand Martin. Mais aussi des toiles de maîtres comme La nuit de Noël du peintre Gustave Doré.

Pas de chronologie dans ce parcours joliment régressif et enchanteur. Les commissaires ont opté pour un jeu de thématiques bon enfant: animaux, filles, garçons, robots, quand je serai grand(e) je serai…

Blance neige et les 7 nains figurines Des jouets et des hommes
Dans ces salles un peu trop sages, où se déploient nombre d’objets inertes, se niche un trublion de premier ordre en la personne de Pierrick Sorin. Artiste vidéaste, tel un garnement facétieux et irrespectueux, l’artiste-vidéaste fait de ses petites scénettes de véritables bouffées d’air. Incongrues, décalées ou féériques, comme cette cheminée hommage à Orson Welles, les images de ce nantais inspirent.

Signalons la belle initiative de l’auteur-réalisateur Samuel Doux associé aux Films du Balibari et à Irwigo, qui a confectionné un webdoc des plus réjouissants sur l’artiste: Des jouets, un Sorin. Une autre manière de poursuivre l’aventure une fois rentré chez soi.

En dernier recours, il vous restera toujours le choix, plus classique, d »opter comme le critique de cinéma, Michel Ciment, pour le catalogue de l’expo. Bleu pour les garçons et rouge pour les filles!

 Exposition Des jouets et des hommes jusqu’au 23 janvier 2012
Galeries nationales du Grand Palais

Share

Théâtre : Claude Rich dans L’Intrus à la Comédie des Champs Elysées

On l’avait quitté, il y a deux ans, majestueux en Mazarin dans Le Diable Rouge au Théâtre Montparnasse. Aux côtés d’un public subjugué, son épouse Catherine Rich, spectatrice, vibrait alors chaque soir face à ce jeu unique. Claude Rich est de retour, cette fois à la Comédie des Champs Elysées, pour une pièce du même duo de créateurs que la précédente: un texte d’Antoine Rault et une mise en scène de Christophe Lindon.

Alors qu’Eddy Mitchell, du haut de ses 69 ans, vient tout juste de quitter la scène, l’acteur de la Mariée était en noir ne pense toujours pas à la retraite, alors qu’il a fêté en début d’année ses 82 ans. Preuve en est ce nouveau rendez-vous qu’il nous offre depuis le 8 septembre.

L’Intrus est donc ce jeune homme incarné par Nicolas Vaude qui apparaît en pleine nuit à un scientifique vieillissant, Henri (Claude Rich). Très vite il est question de mort, de maladie, de course contre le temps et d’un pacte. Serions-nous en face de Méphistophélès? Le doute est constant tout au long du récit.
Les temporalités se confondent, la tonalité de la pièce est douce-amère.

Autant on retrouve avec plaisir le comédien tour à tout râleur, rêveur ou facétieux autant l’histoire peut laisser perplexe.
Il n’est effectivement pas rare de lutter contre un léger assoupissement en milieu de dialogues. A cause de l’ennui? Peut être. A cause d’un manque de rythme? Sûrement.

Et si tout simplement l’attrait pour la problématique de la pièce n’était finalement pas aussi passionnant que nous pouvions le penser? Le récit d’Antoine Rault ne nous offre malheureusement que peu de surprises et de très rares échanges de haute volée.

Reste à vous faire une opinion et surtout à ne pas rater une nouvelle occasion de voir ou revoir un grand comédien sur scène.

L’Intrus à la Comédie des Champs Elysées
Avec Claude Rich, Nicolas Vaude, Jean-Claude Bouillon, Delphine Rich et Chloé Berthier.

Share

Rutger Hauer: Interview One night in Paris à L’Etrange Festival

Invité de la dernière édition de L’Etrange Festival, au Forum des Images, l’acteur culte des films Blade Runner et de Hitcher, Rutger Hauer, a savouré standing ovation et bain de foule que son public français lui a réservé.

Image de prévisualisation YouTube

De l’aveu même de l’acteur, il ne participe que très rarement aux festivals. Non qu’il refuse les invitations. Mais voyageant constamment,  il ne veut donner son accord sans pouvoir l’honorer. Ce samedi soir, les festivaliers étaient  donc chanceux de pouvoir passer cette nuit avec lui. De leur côté, les journalistes avaient aussi été nombreux à vouloir approcher ces yeux bleus mythiques, au cours d’une série d’interviews accordées au compte-goutte.

3 films au programme. Un inédit The Mill and the cross, qui laisse encore dubitatif une nuit de sommeil passée. Et deux pépites incontournables: La Chair et le sang (de Paul Verhoeven) et Hitcher (de Robert Harmon).

Se prêtant au jeu de la présentation pour le premier film, l’acteur regrettera de ne pas avoir pu présenter le makin-of en bonus au programme. Les joies culinaires l’ont, au passage, fait chavirer au point d’oublier son second rendez-vous et surtout le premier débat organisé avec le public en fin de séance.

Il se rattrapera, en fin de soirée, avec Hitcher dont il se plait à rappeler qu’il n’avait  jamais lu un scripte de film qui soit resté aussi fidèle à l’écran, une fois le film tourné.

Le temps d’une séance de dédicaces, Rutger Hauer a répondu aux questions décalées à souhait de la fine équipe d’ United States of Paris.

Share

Daniel Radcliffe on Broadway: How to succeed in business without really trying

Broadway. Every evening, Daniel Radcliffe provokes the same madness at his exit of stage. The proof in the exclusive video of the french crew, United States of Paris.

Daniel Radcliffe, acteur de la saga Harry Potter, fait le bonheur de centaines de jeunes filles en fleur chaque soir à Broadway. Il est à l’affiche, depuis février dernier, de la comédie musicale : How to succeed in business without really trying.

Image de prévisualisation YouTube

Au-delà de la qualité de ce « musical » revival à souhait, d’une scénographie ingénieuse et des acteurs partageant la scène – l’excellent John Larroquette en tête – l’argument majeur pour attirer les foules est, vous l’aurez bien deviné, la présence du jeune acteur britannique.

D’autant plus qu’en le « musical » est associé, plus ou moins indirectement, à l’exposition Harry Potter, à deux rues de là.

Après avoir régalé ses fans de sa nudité toute juvénile et velue dans Equus, pièce anxiogène immorable, Daniel pousse pour la première fois la chansonnette sur scène.

Et il faut bien avouer que le jeune homme de 22 ans – seulement ! – à tous les talents. En plus d’un sourire ravageur, il joue, danse et chante avec un réel entrain.

La pièce étant de haute volée sur le plan de la comédie, le jeu de l’acteur ne peut qu’être une partie de plaisir pour lui comme pour nous.

Mais le spectacle n’est pas que dans la salle. Aussi étrange que cela puisse paraître, il est aussi sur le trottoir. La sortie de scène de l’artiste est spectaculaire pour un visiteur habitué à ses vedettes hexagonales – Depardieu ou Sophie Marceau n’en aurait pas autant. Elle est comparable à une première de cinéma qui se répéterait inlassablement tous les soirs.

Barrières et cordons de sécurité jaunes, policiers, gardes du corps, gros bolides et cris hystériques sont le lot des responsables sécurité du théâtre.

C’est une première aussi pour Broadway semble-t-il. Car à la demande de la production, ces mêmes agents ont pour consigne de vérifier que les chasseurs et chasseuses d’autographes aient bien leur billet du jour pour le spectacle afin de pouvoir se faire piétiner et transpirer en chœur à l’approche de la star.

La fan lambda a droit, quant à elle, a moins de considération et doit arriver au moins trois bonnes heures avant pour être aux premières loges.

Un agent de sécurité habitué des sorties de stars –Denzel Washington, par exemple – ne se remet toujours pas de la passion de ces hordes de fans.

Daniel Radcliffe n’est donc pas au bout de ses surprises. D’ici à fin décembre, il aura sans doute d’autres occasions de s’inquiéter de la passion immodérée de ces jeunes filles pour sa modeste personne.

Share

Dimanche à Rock en Seine : Anna Calvi, Miles Kane, Lilly Wood and The Prick

Dernier jour de concerts dans le Domaine national de Saint-Cloud pour le Festival incontournable de Rock en Seine.
Dans le désordre. Une consécration: Lilly Wood and The Prick. Une femme fatale: Anna Calvi. Une scène trop petite pour Miles Kane. Une révélation: les normands de Concrete Knives.

Ca sautille fort et ça s’embrasse ce dimanche. Preuve avec le Frànçois belle gueule et ses acolytes du groupe The Atlas Moutains. Joyeux et besogneux, cette bande de gars envoie une pop légère et festive qui frise quelques références à MGMT.

Passé ce premier bain, personne ne pouvait manquer le triomphe de Lilly Wood and The Prick sur la scène de la Cascade. Un retour aux sources pour le groupe.Rock en Seine était, il y a 2 ans, leur tout premier festival. La belle et mutine Nili Hadida saute de joie et ne boude donc pas son plaisir de savourer la vue de son public agrandi. Elle lance des regards complices à Benjamin Cottin, plus qu’enthousiaste  lui aussi. Ils nous offrent au passage une reprise de L.E.S Artistes de Santigold (anciennemment Santogold) transfigurée.

Sauts encore et en choeur cette fois avec le premier concert de Simple Man au Festival. Un rock made in Montréal qui laboure les terres françaises avec fougue et grosse déconne entre les chansons. Les 5 gars sont visiblement plus qu’en joie de moucher leur public.

Mais la découverte se fait au même moment du côté de l’industrie où Concrete Knives balance le son, histoire de faire oublier leurs paires québécois. Et ils y arrivent haut la main. C’est survitaminé, relevé et inspirant. Un groupe à suivre avec attention lors de leur prochain passage à Paris.

Après toute cette énergie, on reste pantois devant le retour improbable et inutile de The La’s et la curiosité de ce groupe de filles aux cheveux décolorés nommé Cherri Bomb.

Avec son faux air de Liam Gallagher, dans la coupe de cheveux et les mimiques, Mister Miles Kane nous réveille de notre torpeur. La fosse est décidemment bien trop petite pour lui. Les festivaliers se sont tassés pour ne rien rater du phénomène britannique.

Aussitôt fini, la diablesse Anna Calvi prend le relais. »Le rouge lui va si bien ». Le public reste accroché au magnétisme de son rouge à lèvres et de sa voix. Le trouble vient aussi de sa remarquable assurance. Armée de sa guitare, rien ne peut la retenir. Seuls ses remerciements sont plus timides et plus maladroits. De bonnes raisons de craquer encore plus.

Début de soirée et Archive clôture cette 9e édition, sans réelle surprise. Les voix des nouveaux chanteurs nous font toujours autant regretter Craig Walker.

Que nous réserve la prochaine édition? Nous sommes impatients de lancer les premiers pronostics.

Share

Samedi à Rock en Seine : Artic Monkeys, Blonde Redhead, CocoRosie, Austra

Pluie clémente pour la deuxième journée de Rock en Seine. Dépaysement garanti avec les soeurs CocoRosie. Sexy Sushi scande : « A mort Artic Monkeys ! ». Lady Gaga a trouvé son pendant canadien avec la chanteuse d’Austra. Vous êtes vous extirpés du songe Blonde Redhead ?

Les premières goutes du début d’après-midi freinent l’arrivée sur le site et jettent un sérieux doute chez certains. Pour beaucoup de festivaliers, la programmation débute en douceur par le projet solo de Gruff Rhys, leader du groupe Super Furry Animals. Entre airs rythmés et balades, le gallois crée un sas de décompression pour mieux savourer les riches heures de cette nouvelle journée.

Blonde Redhead Kazu Makino Rock en Seine Festival Saint Cloud 2011
Un second flot arrive pour la pop planante de trio composant Blonde Redhead. Les fans se laissent porter par la voix et la grâce de Kazu Makino, virginale. On la préfère sans guitare, ni clavier pour que rien ne puisent nuire à ses mouvements et son jeu de scène. Certains ont même emmené leur ours en peluche pour mieux rêver.

On nous avait promis la pluie et elle arrive finalement sur les notes du Corps Mince de Françoise. Les retrouvailles avec deux soeurs Kemppainen, Emma et Mia, est moins festif que prévu. Mais leur pop dancefloor et leur énergie communicative secouent  les parapluies et font frémir les ponchos à  3 euros.

Tout premier festival des canadiens d’Austra menés par une Katie Stelmanis très manuelle. Les bras en l’air, bracelets dorés aux poignets, elle a quelque chose de cérémonieux. Les rythmes  de Lose it et Beat and The Pulse emportent dans une transe. L’échange avec le public est sommaire. Pas de temps à perdre à parler, le groupe enchaîne les airs électro dans une danse minimaliste.

A 19h10 précises, les soeurs CocoRosie nous offrent un numéro de charme orientalisant. Costumées et grimées comme à l’heure habitude, elles offrent des sonorités que le festival, en 9 éditions, n’a jamais entendues.

Ensuite, on aurait cru que Keren Ann souffrirait de l’incontournable Interpol, déjà sur la grande scène lors de son entrée. Les fans n’ont pas boudé leur plaisir de s’envoyer ses airs pop-rock ciselés. Elle ne boude pas son plaisir de son audience exceptionnellement plus rock.

Alors que Wu Lyf  fait une sortie scène en queue de poisson: on sort, on revient, on ressort… Sexy Sushi se lance dans une bataille féroce avec le quatuor d’Artic Monkeys. Leur techno relevée et déchainée aura raison de l’entrain de leur public.

Share

Vendredi à Rock en Seine: CSS, The Kills, Biffy Clyro, Yuksek et Foo Fighters

Premier jour de l’édition 2011 du festival Rock en Seine. Retour gagnant de CSS, The Kills et Foo Fighters qui jouera les prolongations. Une nouvelle scène. Un budget de 6 millions d’euros.
Deux bonnes claques avec Biffy Clyro et Yuksek. Quelques goutes de pluie, un peu de boue. En fin de soirée, deux blessés étaient à dénombrer: la chanteuse de CSS et l’appareil photo d’une festivalière dont le zoom restait bloqué.

Panne de Ligne 10 oblige, la journée commence pour beaucoup de festivaliers par l’entrée en force du groupe écossais Biffy Clyro. Policés sur les photos officielles, les membres du trio balancent leur chemise pour assurer un set viril et vitaminé.  Tous tatouages dehors, ils réchauffent avec des  rythmes fiévreux à la croisée du grunge et du rock.

 Ensuite, virage sur la scène de l’industrie avec les petits frenchies de The Feeling of Love qui peinent à convaincre le public. Il leur faudra encore quelques bonnes heures de route pour pouvoir assurer un set à la hauteur.

Exit Young the Giant remplacé par Wolf Gang, sur la nouvelle scène de Pression Live. Ce dernier a l’air tout droit sortie des années 80, preuve l’écharpe blanche autour du cou du leader. Au final, les sonorités pour ados ne convainquent pas.

La tension et la fureur montent d’un cran avec le retour des tonitruants brésiliens de CSS. Lovefoxxx, la leadeuse du sextet nous emporte littéralement dans ses acrobaties et autres cascades. Dans un joyeux mélange électro-break dance, elle envoie une décharge festive jubilatoire et lance une vibrant « let’s dance like snakes ». En fin de concert, elle saute une dernière fois dans la fosse, cette fois,  pour donner la tracklist du show à ses fans. Manque de chance, dans son élan et à cause de la hauteur de la scène,  elle se tort la cheville. Sortie de scène grimaçant dans les bras de secouristes.

Passé le bling-bling et ultra référencé rappeur hiphopeur Kid Cudi, qui sent le Kanye West à plein nez, on retrouve avec un max d’envie  le retour de The Kills après le mariage glamour de Jamie Hince avec sa belle Kate Moss. Toujours aussi magnétique Alison Mosshart électrise littéralement les foules. A la manière d’une danseuse contemporaine, ses gestes, ses balancés de cheveux sont une vraie chorégraphique aussi poétiques qu’essentiels dans le charme de ce duo.

Et pour finir, deux choix cornéliens. Le premier: Foo Fighters ou Yksek? Les plus jeunes festivaliers, ados et tout jeunes adultes préfèrent la révélation électro française. Et ils n’ont pas tort.

Le deuxième: Paul Kalkbrenner ou Death in Vegas? Ce dernier ne surprend plus depuis quelques années, le public préfère le DJ berlinois. Son show parfait nous fait regretter nos très chers Daft Punk.

Share

Spectacle Chantal LADESOU et beaucoup plus encore : « J’ai l’impression que je vous plais »

Qu’elle soit aux Bouffes Parisiens ou en tournée, Chantal Ladesou se donne chaque soir un malin plaisir à provoquer, en débordant gravement du cadre. Irrésistible en quinquagénaire n’assumant pas son âge, elle attire un public venant en nombre.

Dans la catégorie humoristes féminines bien vulgos et assoiffées de sexe, Chantal Ladessou est en très bonne place. Elle est entre Elisabeth Buffet – en tête, elle devrait recevoir une palme – et Karine Lyachenko, en 3e place, actuellement à l’affiche de la pièce Pauvre France avec Bernard Ménez.

Après le Théâtre Rive Gauche, Bobino, les Bouffes Parisiens, la voici à l’Olympia. Consécration ? Pas tout à fait, puisqu’elle reprend du service en plein été. Certainement pour les touristes en mal de sensations fortes. Et pas la peine de tirer jusqu’à Mickey Mouse à Marne la vallée, avec elle, ils auront leur dose.

 Ne serait-ce qu’avec son tour de chauffe dans la salle. Les premiers rangs et les strapontins sont en ligne de mire. Elle repère assez vite le mec à chauffer, l’homo complice et la petite amie à dézinguer direct.

Ce soir-là, Aznavour est dans la salle, au centre d’une rangée. Impossible pour elle de l’approcher. Mais l’imitation qu’elle fera de lui n’aura que plus de saveur face au modèle original. Le chanteur est dit-on un inconditionnel de l’humoriste. Il n’est pas le seul.

Chantal Ladessou excelle dans l’art de parler de séduction, de frustration, de désir inassouvi ou de sexe avec perfidie et délectation. On l’aimerait tous et toutes comme bonne copine. Avec elle, les problèmes de cœur, d’adultère et autres tracas trouveraient vite pleine résolution.

Chantal Ladesou
spectacle :  J’ai l’impression que je vous plais…

en tournée et à l’Olympia le 22 et 23 février 2014

Share

Un billet pour Paris-Delhi-Bombay au Centre Pompidou

Dépaysement garanti au Centre Pompidou où l’on célèbre l’art indien contemporain et les incidences d’un pays mythique sur les artistes français.
Ici point de Bollywood, de clichés qui sentent bon l’Inde, de sari ou d’ocres multicolores ou d’encens qui feraient tourner la tête.

Il y aurait bien un collier de bienvenu, mais celui-ci est tranchant car composé de multiples lames de rasoir.

Pompidou propose un dialogue inédit entre artistes français et indiens. Les premiers explorant les multiples influences de ce pays sur leur conception artistique, les seconds expérimentant l’infinité des champs de leur discipline. Pour ces derniers, tout est à inviter et à expérimenter. La transgression, la question du genre – féminin ou masculin –, la réinterprétation des codes culturels sont au cœur de leurs préoccupations.

Les oeuvres frappent, amusent, déroutent ou enchantent. Les associations se laissent apprivoiser à travers ce ballet d’installations. Et pourtant aucune œuvre ne partage la même problématique que sa voisine.

Ainsi, les pointures de l’art contemporain Subodh Gupta et son magasin d’ustensiles de cuisine, Pierre et Gilles offrant leur réinterprétation du Dieu Hanuman, Orlan avec son « drap-eaux hybridés » ou encore Jean-Michel Othoniel sublimant la sonorité du verre par sa sculpture-instrument de musique, côtoient de jeunes pousses à suivre de près.

On découvre ainsi avec fascination le travail de l’argentin, Leandro Erlich, proposant une chambre parisienne au décor bourgeois dont la fenêtre donne sur une rue grouillante de Bombay. L’art a aussi pour dessin de sensibiliser. Preuve avec le duo d’artistes indiens Thukral & Tagra qui souhaite, par ses toiles représentant des couples s’enlaçant en dessous d’une couverture, rappeler la nécessité pour la jeunesse indienne de se protéger face aux dangers du virus du sida.

Tant d’autres installations, sculptures et expériences artistiques se télescopent dans une scénographie épurée.

L’interaction, quant à elle, est à rechercher en sous-sol du musée. Vous pouvez vous faire tirer le portrait à la manière de JR, photographe célébré pour ses installations urbaines. Et rapportez chez vous des contenus inédits créés pour l’occasion par les artistes. L’ensemble acceptable grâce à un mur de clés-USB mises à dispo de tous les visiteurs.

Exposition Paris-Delhi-Bombay…
Au centre Pompidou jusqu’au 19 septembre 2011

Share

Exposition La planète mode de JEAN PAUL GAULTIER de la rue aux étoiles au Musée des Beaux Arts de Montréal

Le Musée des Beaux Arts de Montréal offre ses grands espaces pour une rétrospective à grand spectacle au couturier et artiste français JPG, le surréaliste Jean Paul Gaultier, créateur du parfum à succès Le Mâle.


Les Québécois nous offrent une belle leçon d’exception culturelle. Ils ont été les premiers à dégainer pour rendre hommage au plus talentueux de nos artistes.  On ne peut que les remercier de cette brillante initiative qui fera halte à Dallas, San Fransico, Madrid et Rotterdam. Et dont on s’impatiente d’une présentation à Paris.
Face à cette incertitude, sachez que le prix du billet d’avion Paris-Montréal pour découvrir l’exposition est largement remboursé. Tant le choc est présent dans chacune des salles présentant les pièces majeures des ateliers JPG.

Imaginez un peu : le corset légendaire de Madonna, les tenues de scène de Kylie Minogue ou Mylène Farmer, des costumes de films et la star incontournable : l’ours en peluche, le tout premier mannequin-cobaye consentant du couturier.

Des redécouvertes aussi sont au menu: vous souveniez-vous que Kurt Cobain (pour un clip) ou encore le groupe Depeche Mode (séance photo) et les Rita Mitsouko (couverture d’album) avaient porté du Gaultier ?

Mais ce qui enflamme tout admirateur c’est la proximité des pièces. Ici aucune vitrine nous éloigne des tenues et autres étendards inventés par Gaultier. Distance que nous impose systématiquement le Musée des Arts Décoratifs, par exemple. L’ensemble est ainsi présenté sur des podiums, fixes ou mobiles comme dans un défilé.
Si bien, que l’on se prend à plonger dans les détails des pièces exposées : une plaque militaire aux insignes JPG, une plume qui vole à son passage, une paire de rangers aérées de petits trous.

Et quel spectacle au final que cette rétrospective ! Même les mannequins qui d’habitude n’ont pas d’âme, sont cette fois plus réels que nature. Ils clignent des yeux, parlent aussi grâce à un savant jeu de projection.

Bien sûr, ce n’est pas nouveau, Philippe Starck l’avait initié lors de son exposition événement au Centre Pompidou. Mais jamais un artiste nous avait reçus en personne en préambule de son exposition. Trublion à ses heures, Jean Paul Gaultier est donc bel et bien unique.

Une dernière preuve? La déco de la suite Elle, qu’il a sublimée et que vous pouvez encore découvrir à  la Cité de l’Architecture à Paris.

Exposition La planète mode de Jean Paul Gaultier, de la rue aux étoiles
Au Musée des Beaux Arts de Montréal
jusqu’au 2 octobre 2011

Share