Archives par mot-clé : concours

We Love The 90’s : toute la Dance culte au Dôme de Paris #Concours

La dance music, ce sont ces tubes électro qui ont envahi les radios et les shows télé dans les années 90.
Venu de Scandinavie, We Love The 90’s est un show madeleine de Proust pour toute une génération qui s’est éclaté en boom avec des titres inoubliables : No limitSing HallelujahWhat is love, All that she wants
Et on vous fait gagner des invits pour le
Dôme de Paris !

 

Le vendredi 24 mai 2019, il n’y aura que des tubes ! Et vous les avez déjà tous entendus au moins une fois.
Jenny d’Ace of Base, East 17, Haddaway, 2 Unlimited, Vengaboys, Dr Alban, Culture Beat, DJ Sash, Snap! et Rednex.

Image de prévisualisation YouTube

La soirée est donc placée sous le signe de la nostalgie joyeuse. Ce concert est un vrai show à remonter dans le temps. Retour dans l’enfance et l’adolescence pour un plongeon dans une décennie musicale qui nous a donné le meilleur, mais parfois le pire aussi (comme Vengaboys). 😉

Il y avait Age tendre, la tournée des idoles et Stars 80,  avec We love the 90’s les ados fans des dancefloor dans les années 90 ont leur show rien que pour eux. Ils ne vont pas rester en place longtemps sur leur siège.

Pour plus de plaisir, il y a un concours pour être invité au concert !

We love the 90's

We Love The 90’s 

Le 24 mai 2019 à 20h

Dôme de Paris
34 Boulevard Victor
75015 Paris

 

 

CONCOURS

USofparis vous propose de gagner des places, pour 2, pour l’unique soirée du vendredi 24 mai 2019 au Dôme de Paris.

Pour tenter votre chance, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous. Les gagnants.es seront contacté.es par mail.

Bonne chance à tous et toutes !

We love the 90's - Dôme de Paris
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Villette sonique 2019 : bain musical de haute qualité #concours

Du 6 au 9 juin 2019, La Villette vous donne rendez-vous dans son parc pour le festival Villette Sonique.
Electro, pop et hip hop déploieront leurs vibes dans tous les lieux emblématiques : Trabendo, Grande Halle, Cabaret sauvage, espace Périphérique.

Image de prévisualisation YouTube

Cherchant toujours la qualité, le festival Villette Sonique offre une nouvelle programmation pleine d’éclectisme et surtout de pointures musicales dans chacun des genres musicaux proposés. Et d’ailleurs, chaque lieu du parc aura sa propre identité de style.
L’électro au Cabaret Sauvage avec Tim Hecker en guest et ses sons oniriques, le hip hop à l’espace Périphérique avec en tête d’affiche Danny Brown, la pop au Trabendo et la planante Julia Holter en représentante.
Une soirée 100 % féminine, sans oublier l’ambiance club à la Grande Halle avec le DJ allemand David August, et Stereolab, entre autres.
D’ailleurs, on vous fait gagner des invits pour cette soirée un peu plus bas. Le kiff, non ?

A chaque soirée son lieu et donc son univers. On adore !
Un programme alléchant, donc, pour tous les fans de musiques urbaines et électro.

Villette Sonique

Villette Sonique

Jeudi 6 juin à 19h30  au Cabaret Sauvage
Tim Hecker & Konoyo Ensemble, Mondkopf et Kelly Moran

Vendredi 7 juin à 19h30 à l’espace Périphérique
Danny Brown,  Channel Tres, BbyMutha et Shygirl

Samedi 8 juin à 19h30 au Trabendo
Julia Holter + Cate le Bon + Hatchie

Samedi 8 juin à 22h30  à la Grande Halle
David August, Deena Abdelwahed Khonnar Live, Ross from Friends, Objekt et Apollo Noir

Dimanche 9  juin à 19h30 à la Grande Halle
Stereolab, Jonathan Bree et Anemone

La Villette
211, Avenue Jean Jaurès
75019 Paris

Concours

USofparis vous propose de gagner des places pour la soirée du 8 juin 2019 à la Grande Halle.
A partir de 22h30 vous pourrez bouger votre body en mode clubbing sur les sons de David August, Deena Abdelwahed Khonnar Live, Ross from Friends, Objekt et  Apollo Noir.

Pour tenter votre chance, il suffit de remplir le formulaire ci dessous.
Les gagnants.es seront contactés par mail.

Bonne chance à tous et toutes !

Concours Villettee sonique
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Alex Hepburn en interview : on a parlé Things I’ve seen, Bruno Mars, James Arthur

Alex Hepburn nous revient avec un nouvel album, Things, I’ve seen ! 
6 ans après son Turn Around et son tube Under, la jeune chanteuse londonienne est prête à conquérir de nouveau les charts avec sa musique qui mélange soul, blues et hip-hop. Sa voix rauque et cassée nous fait totalement chavirer avec ses sonorités rétro et ses textes très sensibles.

#Concours inside

Alex Hepburn
selfie exclu UsofParis

 

Image de prévisualisation YouTube

INTERVIEW / ALEX HEPBURN

USofParis : Ton nouvel album est moins pop que ton premier album, il est beaucoup plus soul et blues. Est-ce que c’est flippant pour toi ce changement de direction ?

Alex Hepburn : Ça me stresse un peu, mais cela fait tellement longtemps que je suis un peu comme une nouvelle artiste. Je reviens à la raison de pourquoi j’ai fait de la musique, sans intervention de label ou de directeur artistique. On m’a laissée partir faire mon truc et j’ai ramené ce que j’aime.

Le succès très soudain de ton premier album a été facile à gérer ?

On m’a fait venir en France pendant 5 mois. J’avais un appartement dans le 18e, on venait m’y chercher, on allait travailler et on m’y ramenait. Je ne connaissais personne à Paris, je n’ai pas vraiment vu l’effervescence. Je ne marchais même pas dans la rue. J’ai commencé à comprendre lorsque j’ai fait les festivals et les concerts. On se rend compte lorsque les gens commencent à chanter tes textes. En fait, ça ne m’est jamais monté à la tête car je n’ai jamais vraiment été exposée à tout ça.

Comment as-tu travaillé à la création de ce 2e album ?

J’ai écrit des histoires qui me sont arrivées, personnelles, toujours honnêtes. Dès qu’il y a quelque chose, je l’écris. Concernant les prod’, j’ai essayé de sous-produire afin de laisser plus de place à la voix. C’était assez difficile parce que tu te bas contre les réalisateurs.
J’ai trouvé un réal’ qui croit plus en la voix. Pour lui, elle est un instrument et surcharger les productions distrait de la voix et des textes. Je suis d’accord. Ce qu’il a essayé de faire, c’est qu’au lieu de jeter tout « in the kitchen sink », il en a fait un berceau. On a coproduit des titres ensemble et on a fait le minimum afin de laisser vivre la voix, l’émotion, comme un berceau pour la chanson. Si je suis revenue à la soul, c’est qu’elle était présente quand j’ai commencé la musique. J’avais envie d’aimer à nouveau ce genre. Quand tu deviens célèbre, les gens parfois perdent l’âme et ils oublient pourquoi ils font ce qu’ils font. Je ne voulais pas arriver à ça. C’est important d’aimer la musique.

Il y a une attente de ta part afin d’avoir le même succès qu’avec Under ?

Tout le monde voulait un Under numéro 2. Et moi j’étais plutôt : “si ça ne vient pas, ça ne vient pas.” Je pense que Warner aurait vraiment aimé que je fasse un Under 2, le public aussi. 🙂

Tes chansons ont l’air très positives à l’écoute, mais lorsqu’on se penche sur les textes c’est totalement différent.

Alex Hepburn : Même si mes chansons semblent positives, elles sont toujours sombres. If you stay est un titre que j’aime beaucoup, il est très triste. Je dis : « j’ai pas envie que tu restes parce que je sais que tu vas me quitter », c’est pas positif du tout. Ça vient de mes peurs d’abandon, c’est un mix de plein de choses. C’est comme la vie, il y a de bons et mauvais côtés. Dans mes albums, tout est honnête, je ne veux pas raconter du « bullshit » ou la vie de quelqu’un d’autre. C’est pour ça que les gens qui m’envoient des titres, je ne peux pas les interpréter. Même les reprises, je galère à les chanter.

Ce n’est pas trop dur en concert de devoir chanter ces chansons qui te rappellent forcément ces souvenirs ?

Non, parce que tous les jours j’ai ce bagage avec moi. Il ne part jamais, il est toujours là. Ça fait qui je suis.

Comment as-tu rencontré James Arthur ?

On s’est rencontré lors d’un concert privé en Sardaigne. Il m’a parlé cash à l’aéroport. J’étais énervée car il avait gagné aux NRJ Music Awards. Apparemment c’était très serré, c’était soit Impossible (le titre de James Arthur) soit Under. Pour lui c’était une reprise, moi une de mes compositions. Donc ça m’a mis un peu les boules. Quand on s’est rencontré, il était à l’entrée de l’aéroport, il a baissé ses lunettes et il a dit « Mlle Hepburn… ». Je lui ai répondu : « Ne me parle pas ! » et je suis passée comme ça devant lui. Il m’a dit « Reviens ici faut que je te parle… ». Il m’a alors demandé quel était mon problème, je lui ai expliqué. On s’est charrié et on s’est super bien entendu ! 🙂

De cette rencontre est né le duo Burn me alive. 

James Arthur habite pas loin de chez moi à Londres. Il a eu un moment où ça n’allait pas bien, je l’ai appelé et je lui ai dit de venir au studio pour écrire. On cherchait des sujets d’écriture, il m’a raconté sa vie. Il m’a dit qu’il avait eu beaucoup de galères. Je lui ai raconté la mienne. Il y a un sujet sur lequel je n’arrivais pas à parler c’était le suicide de ma sœur. Je n’ai pas eu les couilles de le faire sur le premier album et je ne me sentais pas de le faire sur le second. James m’y a poussé. On a fait ce titre Burn me alive qui parle des gens qu’on laisse derrière lorsqu’on se suicide. C’est un titre très important, avec un message fort. Ça permet de discuter avec les gens sur le sujet. Je ne pense pas que les gens ont le choix de le faire ou pas. Si tu as envie de ne plus être là tu as le droit. Mais c’est plutôt de penser aux conséquences d’un tel acte, aux gens qu’on laisse derrière. C’est important d’en parler.

Coup de cœur pour Cease Fire, elle parle de quoi cette chanson ?

Je l’ai écrite avec un pote, Adrien. On s’est trouvé avec Tinder :-). On ne s’est pas du tout plu, mais il s’avère qu’on a sympathisé et qu’il est écrivain. Nous avons écrit ce titre ensemble. Cease Fire parle d’une relation que j’ai eue. Tu sais quand tu arrives à un point dans une relation où tous les mots sont comme des balles, parce que ça ne marche plus. Quand tu es dans le : qui peut faire le plus de mal à l’autre.

Tu as fait la première partie de Bruno Mars à Hyde Park en 2018, mais aussi ses premières parties lors de sa première tournée européenne en 2011. Tu dis qu’il t’a donné des conseils. Lesquels ?

J’étais très roots. J’avais l’habitude de m’allumer un joint avant de monter sur scène. Sur sa tournée européenne, on n’avait pas le droit d’en avoir. Donc je m’allumais une clope et je prenais un shot de whisky, ça m’aidait contre la peur de monter sur scène.
Un jour, Bruno Mars est venu me voir. Il m’a dit de jeter cette cigarette. Il a vu mon verre, il m’a demandé ce que c’était. J’ai répondu « Du jus de pomme » 🙂 il m’a répondu « Bullshit! » et m’a ordonné de le jeter aussi. Il m’a demandé si je m’échauffais avant de monter sur scène, ce que je faisais comme exercice. Je n’en faisais aucun. Je n’avais jamais fait de grosses scènes, les précédentes on me prenait et on me jetait sur la scène comme ça 🙂
Il m’a donc appris à faire des échauffements de voix et finalement c’est devenu une hygiène de vie. Depuis, je fais du sport, je ne fume plus, je fais des exercices vocaux.

Quel est ton dernier coup de cœur musical ?

J’adore Bad Bunny, c’est un rappeur. J’adore tout ce qui est rythmique, la batterie est un de mes instruments préférés. C’est un rappeur trap. Il chante en espagnol. Mais pour moi, c’est comme quand les Français écoutent un titre anglais. Je comprends sa musique, je suis connectée, sans comprendre ses textes.

Le dernier concert que tu aies vu ?

Bruno Mars à Hyde Park.

Ton duo rêvé ?

Ça peut paraître stupide et cliché, mais peut-être quelqu’un comme Eminem.
Quelqu’un qui a vraiment souffert et qui peut apporter quelque chose de hip hop, qui a du vécu.

La chanson que tu aurais aimé avoir écrite ?

It’s A Man’s Man’s Man’s World de James Brown.

Interview by Joan

 

Alex Hepburn
Nouvel album Things I’ve seen 
(Warner Music France)

sortie le 19 avril 2019

 

 

CONCOURS 

OH LA LA ! Des EP promo (5 titres) If You Stay d’Alex Hepburn sont à gagner ici ! 

Pour participer au tirage au sort, il suffit de remplir le formulaire en-dessous. Et surtout ne pas hésiter à nous laisser un petit commentaire. ON ADORE !

Alex Hepburn
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Talisco – Kings and Fools : “un album qui tape à la tronche” Interview

TALISCO is back avec King and Fools, un troisième album qu’il qualifie de musclé. Le groupe ne déroge pas à sa ligne : “se faire kiffer et ne pas se faire bouffer par un business.” Et il nous emporte avec des titres puissants, relevés et gorgés de liberté. 

Jérôme et ses deux acolytes de scène nous préparent un show “plus costaud, plus massif, encore plus physique. Il sera plus visuel et impactant !”

#CONCOURS inside

INTERVIEW / TALISCO – KINGS AND FOOLS

Talisco Kings and Fools
selfie exclu UsofParis

UsofParis : Quand as-tu as commencé à prendre du plaisir sur scène ?

TALISCO : Sur le deuxième album. Quand on a commencé à faire de gros festivals. Et j’ai commencé à réaliser que j’avais un vrai échange avec le public. Je me suis dit : “en réalité, je ne suis plus dans le spectacle, mais dans l’échange.
Tout s’est mis en place dans le bon sens, pour moi et le groupe.
Les trois à la fois, on a eu un énorme kiff d’un coup. Ça s’est passé, il y a deux étés. Ce n’est pas si vieux.

Quand on est sur scène, on a la tentation de se croire invincible ?

Oui. Mais je sais que ce n’est qu’un moment. Mais c’est le moment !
Sur scène, si tu prends beaucoup de plaisir, la communion est plus facile.
Et c’est ce que j’ai envie de voir : je ne veux pas voir quelqu’un qui exécute. Je veux voir quelqu’un qui le vit plus que la moyenne.
Que tu te crois invincible ou tout autre, l’important est qu’il faut que t’y crois.
“Quand je rentre sur scène, c’est pas pour faire un câlin. C’est pour envoyer un boulet !”

Comment on recharge ses batteries après autant de dates, d’avions, de décalages horaires ?

Je ne sais pas. Ça reste une énigme. Le troisième est empreint de ça.
Talisco reste un projet modeste mais ne serait-ce qu’à notre niveau, enchaîner autant de dates : c’est hyper éprouvant, fatigant. On se retrouve sans cesse décalé, à avoir une hygiène de vie moyenne. Tu te retrouves au bout à être lessivé. Et ça se voit sur ton corps.
A la suite de toute cette tournée terminée en mars 2017, j’ai écrit un album qui est empreint de ce coup de massue que l’on s’est pris.
En tout cas, on est lacéré, on s’est abîmé avec les concerts. Mais on s’est musclé aussi. On est plus dur.

Et tu es prêt à repartir ?

Oui. Mais ce ne sera plus jamais pareil. Je trouve que l’on est allé un peu loin dans les concerts, tournées. Et je ne suis pas sûr que l’on fera les mêmes choses.
En tout cas, notre volonté se précise davantage aujourd’hui. On sélectionnera plus.

 

Quelle a été la 1ère chanson écrite pour l’album King and Fools

Talisco : I’mThe Dead Man. Vraiment la grande fanfare.

J’ai vraiment créé l’album cet été. Je fais pas mal de sport.
J’aime bien courir tôt le matin histoire de lâcher les mauvaises énergies et partir sur un truc saine. Et un matin, j’avais le morceau que j’avais commencé la veille sur les oreilles.
J’aime écouter ce que je fais pour savoir où j’en suis.
Et je me suis dit : “putain, c’est de là que va partir l’album”. Parce que je trouvais ce morceau à la fois brut, héroïque. Il m’évoque une entrée sur un ring ou une arène.
J’avais à l’esprit de faire un album où j’allais plus loin que ce que j’ai l’habitude de faire, en termes de sons et d’audace. Je voulais quelque chose qui tape à la tronche, vraiment.

Dans le titre Sunny Boy, j’adore la voix hyper grave qui résonne à la fin. 

C’est ma voix que j’ai modulée. J’entends souvent ça dans le hip-hop. Plutôt qu’un solo de guitare, tu te retrouves avec une voix un peu pété, un peu bizarre.
Je voulais un truc décalé.
Plutôt que faire sonner une grat’, j’avais envie de faire sonner ma voix dans une grosse réverbe très grave. J’aime les écarts de niveaux.

Un secret de fabrication du titre King for one day ?

J’ai passé 3 mois enfermé à composer l’album. Et pendant ces 3 mois, il a fait hyper beau.
Je suis entouré de guitares. Et les dernières acquises sont des vieilles DSG. Pour moi, c’est en référence au hard rock des années 70 et ça démarre de là.
Je vois la guitare et je veux faire un truc à la Angus Young. 

L’intro de King for one dayest presque pompée d’un titre d’AC/DC, je voulais faire un clin d’œil.

L’achat d’une guitare est réfléchi ou compulsif ?

Je ne réfléchis pas, faut que ce soit un coup de cœur. Une guitare n’a pas besoin d’être excellente. Ça peut être une entrée de gamme. L’important est qu’elle me fasse envie.
J’achète les instruments pour ce qu’ils représentent en soi, par forcément leurs qualités.

Image de prévisualisation YouTube

J’aime le titre Closer

A un moment de la conception de l’album, je me suis dit que j’allais peut-être trop loin. Un album est unité, c’est pas juste un morceau à part. Parfois quand j’écoute je me dis : “c’est trop brouillon ou trop agressif.” Et j’ai besoin que ça respire. Un album, je le vois comme un tableau. Quand tu regardes, parfois une toile est déséquilibrée : il y a plus de noir dans l’angle droit.
Avec Closer, j’avais besoin de ramener de l’équilibre.
J’ai davantage posé ma voix.

Quand sais-tu qu’un titre est bon et que tu peux t’arrêter ?

Là dessus j’ai beaucoup de chance. Je croise des potes qui n’y arrivent pas facilement.
Pour moi, ça vient naturellement. Je sens que je suis arrivé au bout du morceau ou pas.
Il y a une sorte de date de péremption psychologique : passé un certain moment, le morceau n’a plus de valeur. Si je retouche trop, je perds l’âme.
J’ai souvent eu affaire à des producteurs qui proposaient d’aller plus loin : bien sûr ! Il n’y a pas de fin en soi.
Mais j’ai mes valeurs artistiques. Et elles m’aident à rester sincère.
Image de prévisualisation YouTube

Pour décrire Kings and Fools, tu parles d’album musclé, avec côté sanguin, nerveux.

Talisco : J’ai ce truc-là qui me rattrape (il se frappe dans la main). J’ai cette volonté de rentrer dedans, dans la vie, dans les choses, les gens. Parce que ça fait partie de ma personnalité.
Et d’avoir des choses qui sonnent vraies.
Ça va se ressentir dans le clip Closer. Quelqu’un m’a dit : “c’est con, t’es pas maquillé !” Mais je ne veux pas l’être. Je veux qu’on voit des rougeurs, les défauts, la transpiration.
Je cherche pas le côté bad boy. mais le côté brut.

Il faut donner des coups ou s’en prendre pour faire de la musique ? 

C’est en prenant des coups que je me suis retrouvé dans mes retranchements. C’est là que j’ai sorti de choses vraies. Mais c’est propre à mon expérience.
J’aime ce rapport-là. Je ne vis pas que comme ça non plus. Le fait d’avoir vécu les choses parfois de manière dure, je me suis davantage rencontré en fait.

J’évite de tomber amoureux de groupes ou styles de musique car ça pourrait trop m’influencer. Tout m’influence.
J’ai beaucoup écouté de hard rock pendant les 3 mois et de glam rock. Je trouve ça décalé.
CommeThe Darkness. J’ai réécouté les premiers albums des Guns’N’Roses, mon adolescence. Forcément il y a des solos, des grosses guitares, des riffs.

Rapport avec ton public sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu lis ce qui se dit sur toi ?

Je lis de manière très fantôme. Je suis content de lire : “j’aime ta musique… On a hâte de te lire.”
J’ai du mal avec les réseaux sociaux. C’est énergivore. Je trouve qu’on passe trop de temps dessus. Je n’aime pas le côté télé-réalité, ça me fait un peu chier. C’est pas moi.

Tu rencontres ton public après les concerts ?

Parfois je n’ose pas trop y aller, parce que fatigué.
Mais à chaque fois que j’y vais, je trouve ça génial. C’est vraiment là que c’est top parce que je vois les gens. J’ai un retour direct. Ce sont les meilleurs moments d’un artiste !
Tu as la reconnaissance plein pot. Et tu sais pourquoi tu fais ça.

 

Interview by Alexandre 

Talisco Kings and Fools

TALISCO
Kings and fools

(Roy Music)

En concert le 4 décembre, au Trianon, PARIS

TOURNEE : 
26 mai : Toulouse
11 juillet : Les Nuits de Saint-Jacques – Puy-en-Velay

4 octobre : Marselle
5 octobre : Montpellier
6 octobre : Ramonville-st-agne
11 octobre : Angoulême
12 octobre : Bordeaux

14 novembre : Rouen
15 novembre : Bruxelles
21 novembre : Reims
22 novembre : Besançon
23 novembre : Mulhouse
28 novembre : Grenoble
29 novembre : Strasbourg

30 novembre : Lyon

5 décembre : Lille
6 décembre : Caen
7 décembre : Metz

 

CONCOURS 

Des albums Kings and Fools de Talisco sont à gagner ici !!! 
#joie #génial #top 

Pour participer au tirage au sort, il suffit de remplir le formulaire en ligne avec vos coordonnées. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire. On adore ça !

 

Talisco concours CD
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Levalet exposition Ellipses boisées à la Galerie Openspace

LEVALET, vous l’avez forcément croisé dans une rue à Paris, dans une galerie ou à la Gare Saint-Lazare. Une silhouette d’homme dessinée en taille réelle improvisant en fonction du décor dans lequel il se trouve, de l’imagination folle de son créateur. 

Levalet est de retour à la Galerie Openspace pour une deuxième exposition très boisée baptisée Ellipses, composée de 37 œuvres inédites. Elles sont sorties d’atelier, il y a un peu plus d’un mois.

#CONCOURS inside 

Levalet Levalet

Le bois matière vivante de Levalet

Levalet joue avec le bois, en le découpant, le gravant, le brûlant aussi. Son jumeau de dessin, ses doubles sortent très souvent du cadre, rebelles à tout enfermement ou contrainte. Et c’est ce qui accroche autant l’œil et l’adhésion : cet attrait pour le relief et ce jeu de perspective.

Installé près de Reims, l’artiste a gagné en surface pour son atelier et en terrain de chasse pour chiner à sa guise objets et meubles qui vont avoir les honneurs de devenir œuvre d’art exposée en galerie. Le dos d’une armoire lui a inspiré Recomposition, attiré par ses “super qualités plastiques“. Ensuite, il lui a fallu partir à la recherche de supports similaires pour la suite de la série. Un coffre a squatté 6 mois dans son atelier sans savoir quoi en faire et avant de devenir A bout de souffle et de trôner en plein milieu de la Galerie Openspace.

Levalet

Le cœur de Levalet semble battre pour les horloges qui lui permettent de “bricoler des espaces scénographiques intéressants” avec leurs portes et différents espaces. Chronos est une œuvre surréaliste par excellence. Ne serait-ce pas les moustaches de Salvador Dali ? 😉

L’artiste avoue qu’il a parfois peine à modifier, détourner les supports qu’il a entre les mains : “pour une autre expo, les trois premiers livres anciens avec leur belle couverture qu’il a fallu déchirer, ont été durs à sacrifier.”

LevaletLevalet

“Je pense plus à la personne qui va voir qu’à celle qui va acheter”

Levalet nous confie la veille du vernissage : “J’ai une manière de travailler protocolaire. Je débute par le concept, ensuite le travail sur le support, la photo, le dessin et le montage.” Et de rajouter : “Il y a autant de boulot sur la préparation des supports que la partie dessinée en tant que telle.”
Et n’imaginez pas que le trentenaire mène de front plusieurs créations en même temps comme d’autres artistes. Il doit finir l’oeuvre en cours pour enchainer sur une autre.

Levalet
selfie original de Levalet, Nicolas Chenus, Samantha Longhi, directeur et directrice de la Galerie Openspace

Les directeur et directrice de la galerie, Samantha Longhi et Nicolas Chenus, sont en confiance totale avec Levalet. Ils n’ont pas eu à lui rendre visite à son atelier et ont découvert ses œuvres au fur et à mesure de leur production. 
Le couple se réjouit de sa grande productivité. Levalet préfère nuancer : “Je ne suis pas forcément rapide, mais je travaille beaucoup.

Chose plutôt rare en galerie : l’artiste a livré ses œuvres un mois et demi avant le vernissage. Si bien que Samantha et Nicolas ont pu éditer leur tout premier catalogue d’exposition et ainsi renouer avec les joies de la rédaction, de la mise en page…
Cette édition limitée à 300 exemplaires a un prix de lancement spécial vernissage. Foncez !

BONUS – seul indice des goûts musicaux de Levalet qu’il écoute dans son atelier : “Je suis plus tendance Fip !

Levalet

LEVALET
Exposition Ellipses

du 16 mars au 13 avril 2019

à la Galerie Openspace 
116 boulevard Richard Lenoir
75011 PARIS

ouverture :
mercredi au samedi de 14h à 19h

Levalet

CONCOURS 

Des catalogues de l’exposition Levalet – Ellipses édités par la Galerie Openspace sont à gagner ici !

Pour participer au tirage au sort, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous.

Bonne chance à tous et toutes !

 

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Keen’V part en Thérapie Tour pour ses 10 ans de tubes #Concours

Il partage et divise mais KEEN’V reste un artiste populaire.
Le chanteur rouennais part sur les routes de France avec son nouvel album Thérapie.
C’est fort d’une fan base très large qu’il va débuter officiellement sa tournée par l’Élysée Montmartre, le 30 mars. Et USofParis vous offre des invits pour cette soirée. exceptionnelle. 
Keen'v

Cette soirée parisienne à petite jauge sera un avant-goût de la tournée des Zénith en France que Keen’V prépare pour l’automne 2019. L’occasion de fêter ses 10 ans de carrière. Waouh ! Déjà !

Une carrière jalonnée de succès, disques de platine, de nombreux concerts et selfies, de styles capillaires plus ou moins audacieux et de communion avec son public toujours aussi fidèle.

D’ailleurs “J’courais“, le dernier titre de Keen’V compte déjà plus de 1,5 millions de vues du Youtube. Et nous avons participé modestement à faire grimper le compteur, nous l’avons écouté plusieurs fois.

Image de prévisualisation YouTube

C’est certain que les aficionados du chanteur seront au rendez-vous de sa prochaine tournée. Alors si vous voulez bouger votre boule sur la zik de Keen’v, il suffit de jeter un oeil ci-dessous.

Image de prévisualisation YouTube

Keen’V
Thérapie
(Parlophone)

Concours

Pour les fans ou ceux qui veulent découvrir Keen’V sur scène, nous vous faisons Paris gagner des invitations pour son concert à l’Elysée Montmartre, à Paris, le samedi 30 mars 2019.

Pour tenter votre chance, il suffit de remplir le formulaire ci dessous.
Les gagnants.es seront contactés par mail.

Bonne chance à tous et toutes !

 

Keen'v concert
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Kyrie Kristmanson en interview mondes parallèles

Kyrie Kristmanson serait la première chanteuse à explorer la force poétique de la physique quantique.
A l’écoute de son EP, Mon Héroïne, force est d’apprécier la pertinence de son nouveau terrain de jeu musical.

Audacieux, l’artiste a fait appel au physicien Etienne Klein pour ouvrir son concert au Café de la Danse le 13 mars. L’expérience sera forcément inoubliable.
#concours inside ! 

INTERVIEW / KYRIE KRISTMANSON 

Kyrie Kristmanson
selfie original pour UsofParis

As-tu été initiée au chamanisme ?

Kyrie Kristmanson : Pas de façon officielle. 🙂 Mais la musique est une quête spirituelle, pour moi.
C’est une façon de rendre hommage à ce qu’il y a de merveilleux dans ce monde. Et les mondes invisibles, ont toujours été une inspiration pour mes chansons.
La musique est une forme de chamanisme, de communiquer avec d’autres mondes.

Sens-tu que tu es guidée par une force supérieure pour la musique ?

Je suis plutôt païenne. Je pense que cette force est partout dans ce monde, en toi, dans les plantes. C’est ici et maintenant.
Parfois, certaines chansons apparaissent sans savoir d’où elles viennent.
C’est surtout le thème de la physique quantique qui m’inspire pour cet EP et l’album. Ça montre à quel point on est lié de façon intrinsèque dans ce monde. C’est démontrable mais pas encore explicable. L’album est une exploration poétique, bien évidemment, de cette théorie des mondes parallèles. On existe ici et dans d’autres dimensions.

As-tu des indices de l’existence de ces mondes parallèles ?

J’ai toujours l’impression que la réalité que l’on voit n’était pas toute l’histoire. La réalité d’Isaac Newton n’est pas la fin de l’histoire. Dieu est mort mais la physique quantique peut nous rebrancher sur une dimension merveilleuse de notre monde.
Ma seule croyance ou mon seul dogme : c’est que l’on n’a rien compris pour le moment. Il faut rester ouvert.
Il y aura certainement une révolution intellectuelle qui arrivera dans 100 ans. Un bouleversement arrive.
Image de prévisualisation YouTube

Comment as-tu rencontré Brendan Perry (du groupe Dead Can Dance) ?

C’est via le guitariste-compositeur Olivier Mellano. Il est un savant fou. J’ai été invitée pour un duo avec Brendan Perry lors de la carte blanche d’Olivier à Rennes dans le cadre du festival Mythos.
On a enregistré le titre chez lui, dans la campagne, à l’extérieur de Rennes.
Il a accepté de chanter en français alors qu’il ne parle pas la langue.

Les lieux pour enregistrer tes chansons sont-ils importants ?

Nous avons eu la chance d’investir une aile abandonnée du Château de Versailles, à côté des livres de Marie-Antoinette et la Duchesse du Barry, la plus grande collection de livres sur le spiritisme. Il y avait des titres comme L’alchimie et la sexualité féminine, J’ai vécu sur deux planètes. Je suis tombée amoureuse du lieu. C’est très poétique. Il y avait plein d’objets très chargés d’énergie.
La rencontre de plein de mondes a inspiré le propos du disque. C’est une influence mystérieuse mais à laquelle je crois.
C’est à grâce à l’artiste Saint Michel qui avait fait un remix d’un de mes titres et à qui j’ai proposé une nouvelle collaboration.
Image de prévisualisation YouTube

J’adore The Garden of Mrs Woolf. Pourquoi avoir convoqué Virginia Wolf ?

C’est une de mes écrivaines préférées. Elle a écrit sans concession. J’ai fait un pèlerinage en visitant sa maison.
J’ai cueilli une poire dans son jardin pour la manger et j’ai rêvé d’elle la nuit suivante. Je n’avais sans doute pas le droit de prendre ce fruit défendu mais je lui ai expliqué que j’en avais besoin.

La chanson parle de cette quête d’un état d’esprit, une philosophie et comment se dépasser.

As-tu un mantra ?

J’ai développé une sorte de prière ou mantra, en anglais.
River by rock, leaf by tree, let the life runs through me and bring me were I need to be…
Une idée décrite par Aristote, chaque chose tend vers sa forme la plus vitale. Il faut vraiment travailler sur les situations qui nous permettent de nous sentir les plus vivants.
Je pense aussi à la pierre tombale de Kierkegaard. Ily a un mot inscrit : individual (individu).

Ça m’inspire beaucoup. Il voyait déjà à son époque que la modernité poussait à un nivellement des différences. Il invite à cultiver son individualité.

Un coup de cœur musical récent ? 

J’ai découvert les chansons de la mère de Nick Drake, Molly Drake.
Elle a enregistré des chansons chez elle. Ce sont des petits poèmes très mélancoliques.

by Alexandre 

Kyrie Kristmanson

Kyrie Kristmanson 
EP Mon héroïne 

concert le 13 mars au Café de la Danse, Paris 

CONCOURS 

Nous vous faisons gagner des invitations pour le concert de Kyrie Kristmanson au Café de la Danse à Paris, le mercredi 13 mars 2019 à 20h. 

Pour participer au tirage au sort, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous et surtout d’être dispo le 13 mars !

Kyrie Kristmanson
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Hugo Barriol en concert à la Maroquinerie : des invits à gagner !

Hugo Barriol, le chanteur à la barbe longue et soignée et à la voix qui réchauffe, va offrir prochainement tout l’étendu de son talent de songwriter. Avec une date de concert immanquable : le 24 janvier à la Maroquinerie à Paris. Et la sortie de son premier album, Yellow, le 22 février.

Avec le single Million Years, dévoilé en octobre, nous avions commencé à chavirer pour les ballades d’Hugo Barriol. Un refrain entêtant, des textes délicats, une chaleur dans la voix qui emportent tout.
Le dernier titre, Always, est une nouvelle source d’émotions. Un petit bijou sensible, doux et sans artifice. Les fans de l’artiste n’ont pas manqué de partager leur enthousiaste suite à la publication de la vidéo.

Image de prévisualisation YouTube

Le chanteur découvert dans le métro parisien qui a sorti un EP est prêt à partager ses créations avec le plus grand nombre. La preuve avec son Yellow Tour qui le conduira à Orléans Lyon, Toulouse et Nantes mais aussi en Europe : Londres, Amsterdam, Berlin…
Ce serait dommage de ne pas avoir assisté à son éclosion. 😉

Hugo Barriol

 

CONCOURS

Nous vous invitons au concert d’Hugo Barriol à la Maroquinerie, le jeudi 24 janvier à partir de 20h.

Pour participer au tirage au sort, il suffit de remplir le formulaire en-dessous en s’assurant bien d’être dispo le 24 janvier.

Hugo Barriol Concours
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share
Share

LES FRANGLAISES à BOBINO : des invitations à gagner !

#Bonheur #Extase #Saut #Cridejoie

Les Franglaises sont de retour à Bobino pour 12 soirs exceptionnels à partir du 15 janvier 2019.
Ne les jamais avoir vus causera un jour ou l’autre une profonde tristesse dans votre vie.

Toujours aussi barrées, toujours aussi inattendues, c’est encore et toujours un bonheur de retrouver les fantasques et fantastiques traductions chantées de cette bande de potes.
Et ce qui est fou, c’est qu’une fois à Bobino, on fait vraiment partie du groupe.

Photo © Victor Delfim

Les Franglaises, jubilatoire du début à la fin

Les interprétations sont des vrais diamants polis de multiples facettes ; surveillez bien le fond de scène, il s’y passe aussi des choses.
Et on reprendrait bien 5 chansons en bonus pour finir la soirée.

Au fait, faudra nous trouver une bonne raison de ne pas courir voir le retour fracassant des Franglaises à Bobino !

Les Franglaises

 

CONCOURS

Waouh ! On vous offre des invitations pour Les Franglaises à Bobino le mardi 22 janvier 2019.
Vous ne regretterez pas jamais d’avoir participé quand vous aurez passé cette soirée avec une bande-son de dingue : The Beatles, Mickael Jackson, Madonna…

Pour jouer, il suffit de remplir le formulaire juste en-dessous.
Ne pas hésiter à nous souhaiter une bonne année ou nous dire que vous aimez-adoré-surkiffé le blog. On adore !

Franglaises 2019 concours
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

François Doucet : un plein de douceurs pour les fêtes #Concours

Originaires de Provence, les confiseries de François Doucet goûtent bon la chaleur de Noël.
Amandes enrobées, Kara’sésame, noisettes enrobées ou bonbons au coeur parfumé…
Avec toutes ces recettes, on se sait plus lesquelles picorer à force d’hésiter entre les différentes saveurs.
Alors on va vous aider à faire votre choix. Et aussi vous offrir la possibilité d’en recevoir chez vous avec notre concours.

Doucet

Des plaisirs gorgés du soleil du sud

Le confiseur en Provence affiche 50 ans d’expérience et se diversifie encore.
Pour tous les produits François Doucet, les fruits du verger utilisés et aussi les fruits à coque proviennent d’une production régionale.
Transformée avec passion et avec l’envie de partager plaisir et goût, François Doucet donne une âme et une saveur unique à chaque recette. C’est croquant et craquant.
Le palais en redemande.

Un plus : cet hiver la gamme bio s’est encore agrandi. Après les pâtes de fruit, c’est au tour des amandes et des noisettes de faire leur entrée au club.

Doucet

 

Et pour la fin d’année, il faut compter sur le coffret prestige Ecrin festif offrant 4 savoureuses confiseries. Raisins au Marc de Champagne cuivré, Noisettes lait et noires brillantes Or, Pralino Cuivrés, Amours de cerises Or. On a succombé dès l’arrivée de ce coffret entre nos mains de gourmands.

Nos lecteurs parisiens pourront facilement retrouver les confiseries François Doucet au Printemps du goût et à la Grande Épicerie de Paris.
Les produits sont aussi en vente dans près de 3000 boutiques en France (boulangeries, pâtisseries,chocolatiers et épiceries fines).
Et si jamais vous ne les trouviez pas près de chez vous,  il est possible de commander en ligne sur le site.

Concours

Des lots François Doucet sont à gagner ici !!
Pour votre plaisir, nous vous offrons un coffret prestige Ecrin festif à déguster en famille.

Pour participer, il suffit de remplir le formulaire juste en-dessous.
N’hésitez pas à nous laisser un commentaire.
ON ADORE VOUS LIRE !

Bonne chance aux gourmands et gourmandes.

 

Concours Doucet
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share