Archives par mot-clé : Grand Palais

L’ART DU JARDIN au Grand Palais : une nouvelle expérience végétale et printanière sous la verrière de la Nef

Le Grand Palais accueille depuis vendredi un immense jardin pour la première fois, du point de vue grand public, avec L’ART DU JARDIN.
Car certains se souviennent encore du jardin à la française reconstitué pour un défilé Chanel grandiose avec fontaines et gravier blanc.

Pour cette célébration du printemps, la Nef se transforme, exceptionnellement et pour quelques jours, en serre géante où il n’est pas rare de faire des découvertes cocasses, ingénieuses et tendances.

Le jardin se décline sous la verrière historique dans différentes ambiances, sages, exotiques ou glamour.

Parmi cet ensemble composé de tableaux végétaux, de mobiliers de jardin – avec lumière en galet du plus grand chic – notre oeil a été attiré par les propositions végétales de You talking to me, Vegetal Identity concept créé par les designers Antoni Bellanger & Bertrand Reguron.
Le stand a été pris d’assaut depuis l’ouverture si bien que ce dimanche, les cartes de visite sont faites main.
Et il faut avouer qu’imaginer ces typos et autres  cerfs végétaux dans son intérieur design inspire.

Pour apprécier les différents point de vues sur ce jardin éphémère, une tour en bois offre un cadre intime pour une vue unique sur la Nef.

Les amateurs de bonnes idées shootent avec délectation, imaginant les réaménagements possibles dans leur bout de jardin.

Autre ambiance, le rhododendron est à la fête !
Cet arbre à fleurs très apprécié par votre grand-mère, va certainement vous taper dans l’œil avec ce chatoyant décor.

Cette parenthèse green dans le tumulte parisien offre aussi des petits espaces de détente, comme ce café de huttes en bois.
Idéal pour une discussion enflammée sur la météo moribonde de ces derniers jours. Alors que d’autres partagent leur désolement: “mon hortensia a crevé!

A quelques pas de là, sur un autre stand, une quinqua pleine d’esprit compare une sculpture de gorille à son ex-mari.
L’esprit est décidément à la légèreté.
Il n’est donc pas étonnant non plus de croiser la mèche drue de l’artiste italien Arturo Brachetti.

 Enfin, mention spéciale à cette visiteuse so fashion qui a choisi dans sa garde-robe une combinaison treillis en accord parfait avec l’ambiance du lieu.

 L’ART DU JARDIN, nouvelle expérience végétale

au GRAND PALAIS

Entrée Winston Churchill
avenue Winston Churchill 75008 PARIS

jusqu’au lundi 3 juin 2013

Share

MOMUMENTA 2012: Excentrique(s) de Daniel Buren au Grand Palais – Spectacle addictif

Après l’immersion gonflée d’Anish Kapoor en 2011 et son Léviathan toujours aussi obsédant une année plus tard, il semblait impossible au public fidèle du rendez-vous Monumenta de pouvoir être étonné une nouvelle fois par une toute autre proposition spatiale.

Et pourtant, Daniel Buren produit un spectacle absolument addictif fait de couleurs et de lumières dans la nef du Grand Palais.
377 cercles de couleur portés par 1300 pieds composent une sorte de forêt ou de prairie. Pour une expérience à vivre de jour comme de nuit.
De jour, les rayons jouent avec les reflets de couleur. De nuit, ce sont les projecteurs parcourant la Nef qui créent des jeux de lumière fugaces.

Lieu d’expérimentation pour les visiteurs. Faisant partie de l’oeuvre, le public a pleine liberté de points de vue dans ce terrain de jeu plastique. La conception du parcours permet ainsi de multiplier les surprises. Après la première immersion à votre entrée, la vue saisissante sur le dôme du Grand Palais grâce aux miroirs installés au sol ne laissera aucun photographe amateur insensible.
Il n’est pas rare de croiser des groupes d’amis se tirant le portrait debout ou couchés à même le verre. Tandis que d’autres prennent la pose pour une séance photo fashion.

D’ailleurs, le public est invité à partager ses clichés les plus créatifs pour la section PHOTOGRAPHIER MONUMENTA mise en ligne sur le site officiel et le Tumblr.

Véritable évènement, Monumenta 2012 est aussi hautement attractif pour tout touriste et autre artiste étranger de passage à Paris, bien renseigné. Comme ici Jake Shears. Alors en pleine promotion du dernier album Magic Hour des Scissor Sisters, le leader du groupe n’a pas hésité à se faire tirer le portrait couché sur le miroir central. Photo ensuite partagée avec ses followers on twitter.

Excentrique(s) Travail in situ
Monumenta par Daniel Buren

Au Grand Palais
jusqu’au 21 juin 2012

Tous les jours sauf le mardi
De 10h à 19h le lundi et le mercredi
Et de 10h à minuit du jeudi au dimanche

Share

Exposition HELMUT NEWTON au Grand Palais: audace, glamour et humour – Paris célèbre le photographe – VIDEO

Paris célèbre le photographe Helmut Newton jusqu’au 30 juillet au Grand Palais.

Provocateur, maître du noir et blanc, passionné de polaroids, influenceur de génie et aussi “kidnappeur” selon sa femme June, au vue des nombreuses références présentes dans ses photos, l’artiste a célébré la sensualité de la femme tout au long de sa carrière.

Image de prévisualisation YouTube

La caméra de la fine équipe  est allée à la rencontre de deux correspondantes de médias étrangers, premières visiteuses de l’exposition. Raquel du journal espagnol El Mundo et Anne Christine de la radio allemande ARD nous confient leurs premières impressions.
Nous avons aussi réussi à poser deux questions à Philip Pavel, ancien directeur de l’Hôtel Château Marmont à Beverly Hills, acteur et ami du couple  Newton, présent lors du vernissage.

 Première rétrospective de l’oeuvre du grand photographe depuis sa mort en 2004, l’exposition offre un passionnant voyage dans l’audace, l’avant-garde, le glamour et le décalage. En effet, l’humour n’est jamais très loin dans les oeuvres exposées même quand il s’agit de nus.

Car le corps de la femme, telle l‘Olympia de Manet (1863), ne s’expose pas de manière systématiquement frontale dans l’oeuvre de l’artiste. Il y a un contexte, un cadre, une mise à distance parfois subtile qui détourne bien souvent le regard ou le divertit. Prenons par exemple l’autoportrait de Newton avec son épouse June, spectatrice assise et le mannequin Sylvia Gobbel en 1981.
Le résultat donne à voir bien plus qu’un nu. Il s’agit avant tout d’une scène de studio comme seuls quelques privilégiés pourraient y assister. Une mise en abyme d’une séance photo plus spontanée que posée aux dires de June, qui a démystifié, lors de la conférence de presse, le contexte de préparation de cette photo. Elle a justifié,  au passage, sa présence comme accidentelle, car elle patientait.

Mais, dans cet ensemble original, se dessine une relation toute particulière entre un artiste et une ville d’inspiration. Paris, après Berlin, s’est révélé un formidable terrain de jeu. Peut-être parce qu’il avait une vouait une passion certaine pour le créateur de mode Yves Saint-Laurent symbole du Paris chic de l’époque.

L’affiche de l’exposition n’a sans doute pas été choisie par hasard quand on sait que le modèle a pris la pose en 1975, rue Aubriot dans le 4e, lieu de résidence du couple Helmut et June à partir de 61.
S’en suit une vue plongeante sur le modèle Bergstrom, au-dessus de Paris.
Les clins d’oeil à la capitale ponctuent le parcours: une station de métro, l’Île Saint-Louis et un portrait de June

A noter que l’ensemble des tirages a été réalisé du vivant de l’artiste.

Exposition Helmut Newton
Grand Palais
Galerie sud-est – entrée avenue Winston Churchill

Ouverture tous les jours de 10h à 22h sauf le mardi – jusqu’au 17 juin 2012
Fermé le 1er mai
Prolongation jusqu’au 30 juillet 2012

Share

La fête de la danse de Blanca Li chauffe le Grand Palais

Ce vendredi, 19h00, les danseurs et danseuses, tous amateurs,  piétinent et à s’impatientent à l’entrée du Grand Palais.
A l’invitation de la pétillante  Blanca Li,  les bandes d’amis, de copines et les familles sont venues gonfler les rangs pour réaliser un flashmob dansé.

Dans une nef bariolée et délurée, la danseuse et chorégraphe espagnole, créatrice de l’Electro Kif donne le coup d’envoi de sa grande Fête de la Danse.
Après une séance de d’effeuillage en public pour s’équiper du tee-shirt officiel? – offert par une marque d’eau minérale, on aurait pu éviter ce coup de pub – et armés d’un parapluie blanc, les participants se prêtent à une chorégraphie festive.

Devant les yeux amusés de notre ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, tout juste sorti du petit écran, après avoir montré ses prouesses culinaires dans Un dîner presque parfait, il ne faudra que deux tours de chauffe pour le public entre en communion.

De chaque côté de la scène, se déploient des écrans géants. Sur chacun d’entre eux, un professeur particulier vous initie à une chorégraphie bien particulière: danse du ventre, hip hop, danse bollywoodienne, flamenco, irish danse, New Style, salsa ou encore Charleston. Le public peut s’initier à loisir à des dizaines de figures et déhanchés plus ou moins enflammés.

De petits podiums ponctuent le parcours pour proposer des spectacles, en format intime. Petit comité et pleine proximité, pour apprécier les performances et la plastique des professionnels.

La fête se déploie tout le week-end, en plein coeur de Paris.

Share

Exposition Des jouets et des hommes – Galeries nationales Grand Palais

Ce serait donc “l’exposition de Noël” avant l’heure, annoncent journalistes et premiers visiteurs. Il n’est pourtant pas question de trouver des idées pour remplir notre liste de cadeaux à envoyer au Père Noël.

L’exposition Des Jouets et des hommes est avant tout un prétexte pour se replonger dans nos souvenirs d’enfance et surtout ceux de nos parents et grands-parents.

Dans ce terrain de jeu muséal que nous proposent les Galeries nationales du Grand Palais, le visiteur se plait à observer l’infinie inventivité – d’artisans, inventeurs, artistes ou scientifiques – déployée pour satisfaire les aspirations des petites têtes brunes, blondes ou rousses, à travers les siècles.

Les mystères de certaines créations interpelent, rendent perplexe et amusent. Par exemple, comment ne pas résister aux minois de ces deux athlètes précoces que votre grand-mère aurait sûrement serré dans ses bras, alors qu’elle était une toute jeune enfant?

Comment aussi ne pas s’interroger sur les motivations de ce père de famille qui a offert à sa fille de 8-9 an, à la fin des années 40, la reconstitution de deux salles du service de nourrissons d’un hôpital – avec lits, infirmières et poupons.

Et quid du réel attrait des petites filles pour un babyfoot Barbie?

Les objets de marque ou sous licence exclusive, type Star Wars ou Batman, côtoient de véritables oeuvres à roulettes, à poils ou en bois, comme ces inventions mécaniques ayant pris forme dans les mains de Fernand Martin. Mais aussi des toiles de maîtres comme La nuit de Noël du peintre Gustave Doré.

Pas de chronologie dans ce parcours joliment régressif et enchanteur. Les commissaires ont opté pour un jeu de thématiques bon enfant: animaux, filles, garçons, robots, quand je serai grand(e) je serai…

Blance neige et les 7 nains figurines Des jouets et des hommes
Dans ces salles un peu trop sages, où se déploient nombre d’objets inertes, se niche un trublion de premier ordre en la personne de Pierrick Sorin. Artiste vidéaste, tel un garnement facétieux et irrespectueux, l’artiste-vidéaste fait de ses petites scénettes de véritables bouffées d’air. Incongrues, décalées ou féériques, comme cette cheminée hommage à Orson Welles, les images de ce nantais inspirent.

Signalons la belle initiative de l’auteur-réalisateur Samuel Doux associé aux Films du Balibari et à Irwigo, qui a confectionné un webdoc des plus réjouissants sur l’artiste: Des jouets, un Sorin. Une autre manière de poursuivre l’aventure une fois rentré chez soi.

En dernier recours, il vous restera toujours le choix, plus classique, d”opter comme le critique de cinéma, Michel Ciment, pour le catalogue de l’expo. Bleu pour les garçons et rouge pour les filles!

 Exposition Des jouets et des hommes jusqu’au 23 janvier 2012
Galeries nationales du Grand Palais

Share

Galeries Nationales du Grand Palais – Exposition Odilon Redon vu par…

Cette semaine, changement de style. Ce n’est pas un portrait que je vous propose. Mais plutôt de découvrir et de partager le regard que portent quelques-uns de nos hôtes étrangers sur un artiste  largement célébré aux Galeries nationales du Grand Palais. Je les ai rencontrés à l’occasion de  l’exposition événement consacrée à l’oeuvre du peintre Odilon Redon.

L’exposition prend, depuis début juillet, ses quartiers d’été au Musée Fabre de Montpellier et ce jusquau 16 octobre 2011. En bonus exceptionnel,  vous pourrez prolonger votre immersion dans l’univers foisonnant de l’artiste grâce à la visite de la bibilothèque de l’Abbaye de Fontfroide.

http://www.dailymotion.com/video/xhxkt8

Share