Archives par mot-clé : musique

Live-report Festival Fnac Live – dimanche : Jacques Higelin – Sophie Hunger – Cali – Babx – Féfé

“Nous ne sommes que des grains de poussière”
Jacques Higelin

Dernière série de concerts pour le festival Fnac Live 2013 à Paris. Au menu Superpoze, Winston McAnuff & Fifi, Féfé, Babx, Cali, Sophie Hunger et Jacques Higelin.
Avec deux invités surprises: Camélia Jordana et Izia.

La première performance à laquelle nous avons assistée est celle de Mister Féfé qui a littéralement la mis la fièvre aux festivaliers du dimanche.
Coup de chaleur sur scène et dans le public dont une partie a fait volé le tee-shirt. Certains étaient même armés de pistolets à eau.
On cherche la fraicheur où on peut la trouver.

Généreux et vrai showman, le chanteur ne lâche pas le public d’un bout à l’autre du set, le faisant danser, jumper, lever les bras.
Il descendra aussi de scène pour mettre en pratique la séquence drague du 93 avec une festivalière.
Et en profitera pour réaliser son clip en live, à défaut de le tourner avec un vrai budget.

Sortie de scène forcément rincé, Féfé affiche une sacrée banane. Le public, comblé, se remet à chercher l’ombre pour reprendre son souffle.

En backstage, rencontre hallucinée avec un photographe qui avance masqué et qui a pour partenaire un appareil totalement customisé.

Après cette énergie, on pense que Babx aura du mal à garder toute l’attention.
Un premier titre, Despote Paranoïa, fixe le décor pour un tour de chant faire d’envolées, de théâtralité – on croirait parfois reconnaître un Michel Fau – et le chanteur pique l’oreille des téméraires affrontant le soleil.
Un petit compliment: ” Vous êtes beaux, on se croirait au Brésil!” et le concert file à tout rompre, nous invitant à un voyage poétique et nerveux.

Première guest de la soirée : Camélia Jordana accompagne de sa troublante discrétion, le chanteur au piano, pour une chanson d’amour désenchantée: Je ne t’ai jamais aimé.

Ce dimanche est la journée des performances. Et Cali ne va pas démériter pour impressionner les parisiens et leurs amis.
Nous l’avions quitté alors qu’il était au sommet de la notoriété, avec son succès C’est quand le bonheur?
Nous le retrouvons tout aussi joueur mais avec fougue un peu plus retenue. Donc plus touchant forcément.

Dans un de ces numéros, il n’hésitera pas à faire monter les photographes pros pour le shooter sur le hit Elle m’a dit.

Sorti de scène, Cali souffle et sera applaudi par les invités, comme le seront ensuite Sophie Hunger et Higelin.

La seule tête d’affiche féminine de la soirée, la Suissesse, cache sous son visage d’ange une réelle force.
Robe noire, collier de perles et chaussures à talons, on aurait pu croire à une rencontre sage et posée.
Il n’en est rien avec Sophie Hunger qui sait s’inspirer d’une multitudes d’influences pour créer un univers sonore unique et bluffant, entre jazz, world music et pop-rock endiablée.

Une légende fait son entrée sur scène. Jacques Higelin a patienté du retard pris sur l’enchainement des concerts.
Il aura bien du mal à quitter la scène, heureux de partager – il rappellera à plusieurs reprises son bonheur d’être sur scène.

Son Ile au Trésor invite au plus tendre des voyages.
La version de Paris New York joue les prolongations. Le chanteur n’y mettra fin qu’au bout de plus de dix minutes d’intenses échanges entre le public et les musiciens hors pair qui l’accompagnent.

D’un concert à l’autre, Champagne n’a jamais tout à fait la même saveur ni la même poésie.
Cette version-là surprend autant qu’elle émeut.

Higelin offre un dernier titre tout en force accompagné d’Izia.
En vraie furie intrépide, elle monte dans les plus hautes sphères avec son père au piano.

Higelin ne cache pas, à la descente des marches en backstage, qu’il avait peur. Touchant.
ll se laisse approcher. Les invités ne peuvent se retenir à vouloir lui serrer la main, le prendre en photo ou ne serait-ce que pouvoir croiser son regard fatigué mais comblé.

Scène touchante un peu plus loin, dans la cour intérieure de l’Hôtel de ville, quand un tout jeune bambin approche la montagne Higelin. Il lui propose, avec toute sa candeur, une mini-barre chocolatée. Le chanteur ne perd rien de sa capacité à s’émerveiller.

Share

Live-report Festival Fnac Live 2013 – samedi : Lilly Wood & The Prick – Concrete Knives – Christine & The Queens

“Assis au milieu de Paris” Nili de Lilly Wood and The Prick.

Live-report de la troisième journée ensoleillée et chargée de décibels estivaux du Festival Fnac Live 2013.

Se sont succédés sur la scène du Parvis de l’Hôtel de ville: Lilly Wood & The Prick, Concrete Knives, Rokia Traoré, Christine & The Queens, Isaac Delusion, Saint Michel et Colours in the Street.

Et encore une fois, la pop made in France est trompeuse et ferait croire à plus d’un festivalier que Colours in the Street ou Saint Michel sont en provenance direct de l’autre côté de la Manche.
La pop des deux groupes, le premier de Niort et le second de Versailles, offre des écritures riches en influences, relevées d’une patte originale.

Commençons par le groupe porté Alex, Alexis, Lucien et Noé pour qui le concert à Paris est le dernier de la tournée printemps-été 2013.
Et les gamins – moyenne d’âge 18-19 ans – n’ont pas caché leur joie de faire chalouper le public venu dès 17h30 pour les découvrir.

 

 Deux groupies cheveux relevés, tee-shirt blanc, l’une rousse, l’autre blonde, connaissant les paroles de Colours in the Street par coeur, sautillent tout au long du set.
On se croirait un instant dans Virgin Suicides de Sofia Coppola.Planant.
En 20 petites minutes, le band arrive à embarquer l’attention, avec une pleine maitrise de la mélodie.

Vient très vite le tour de Saint Michel, avec Philippe – mix de Mika et de Jarvis Cocker dans le cheveu rebelle – et Emile et leur électro-pop emballante.
C’est vif, rythmé, tout en promettant de très belles heures avec l’album à venir. L’EP I love Japan étant une bande-son conseillée pour un été amoureux, à deux.

 

 Retour aux sources pour Christine and The Queens, présente à l’édition 2012 du festival.
Nouvelle performance pour cette jeune artiste qui a su maîtriser avec un réel professionnalisme l’intensité du soleil, en cette fin de journée sur Paris.
Masquant l’étouffante chaleur qui la malmenait dans son costume de scène signé Kenzo. L’artiste avoue dans un de ses tweets, le lendemain de sa performance: “j’avais chaud. Mais pour la mode je ferais n’importe quoi.”

Encore, une fois l’artiste bluffe. Elle sait magnétiser les foules avec son électro-poétique.
Cette fois, la belle est entourée de ses Queens pour plusieurs titres dont Cripple. “Elle se prend pour Beyoncé!” blague-t-elle avec le public.
Christine s’étonne que le public connaissance Narcissus in back.
Après la reprise de haute volée de Photos souvenir de William Sheller, l’artiste questionne: “est-ce que tu es fier de ce que tu es?”.
La thématique étant au coeur du dernier titre de son set: The Loving Cup.

 Dans le public qui se masse, l’oeil de notre équipe s’est arrêté par deux fois.
La première: à cause de ce soleil sur plâtre du plus bel effet.
Des couleurs du Sud de France, de Vallauris, nous transportant à plusieurs centaines de kilomètres de là.

 La seconde en rencontrant ce lutin vert qui d’habitude ne révèle sa présence qu’à la suite d’un arc-en-ciel.
Celui-là a, en tout cas, porté chance aux artistes et à l’euphorie collective.

 Grâce ensuite avec le charme et la danse de la chanteuse d’origine malienne, Rokia Traoré.

 

Concrete Knives revient à Paris, ce samedi, après une fulgurante ascension depuis le Klub à Châtelet, il y a 6 ans, en passant par l’Olympia et le Trianon. Les Normands n’en reviennent pas d’être accueillis par une telle marée de bras levés.

Nicolas, le guitariste, déboutonne sa chemise en jean pour prendre le pouls de Paris une dernière fois pour cette tournée qui se poursuit en Angleterre, Belgique et à St Malo avec la Route du Rock.
Avec Morgan, les deux leaders du groupe jouent avec le public, clins d’oeil et un petit mot pour une fidèle fan au premier rang dans la fosse.

A l’écoute du set, aucun doute que les titres de Concrete Knives sont taillés pour les grands espaces et des audiences aussi massives que celles d’Arcade Fire, for example.
Brand New Start, le tube du band entraîne tous les fessiers au passage.

Après une reprise hallucinée de Here Comes the Hotstepper Morgan s’offrira un bain de foule, dans un final magistral.

 Fin de journée de concerts avec Lilly Wood & the Prick qui nous a emballé juste avant leur entrée sur scène par leur look.
Tee-shirt frites pour l’un, combinaison très catwoman pour Nili et tee-shirt Playboy pour un Benjamin, plutôt coutumier d’une certaine discrétion vestimentaire. On ne se plaindra pas d’une telle fantaisie bien au contraire.

L’horloge de la Mairie de Paris s’éclaire ainsi que les 3 mots de notre chère république sur la façade à l’arrivée du groupe sur scène.
Premier titre, Were I want to be (California) et Nili et ses boys vers des sommets

Long way back et le groupe commence à prendre la mesure de ce qu’il est en train de vivre.
“C’est un truc de malade!”

Pour le dernier titre, Lilly Wood s’offre un dernier trip en demandant au public de s’asseoir. Nili elle se couche littéralement sur scène.
Compte à rebours pour un saut vertigineux des musiciens et de la foule qui lève les bras, composant une ola grisante.
Cette dernière image exceptionnelle dans la nuit de Paris va rester dans beaucoup d’esprits.

 

Le Festival Fnac Live finit en apothéose ce dimanche avec Cali, Féfé, Sophie Hunger et Jacques Higelin.
Rendez-vous sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris à partir de 17h30.

Share

Live-report – Fnac Live 2013 Festival – jeudi : Olivia Ruiz, Oxmo Puccino, Miles Kane & Palma Violets

Live-report de la première journée du Festival Fnac Live édition 2013 en photos.

Ce jeudi, Palma Violets, Miles Kane, Oxmo Puccino et Olivia Ruiz ont célébré l’été sur la scène en plein-air installé sur le Parvis de l’Hôtel de ville de Paris.

Première journée très peace and love au Festival, côté vêtements de saison et côté public.

L’équipe a débuté les festivités soniques avec Palma Violets.
Dialogue en continu avec le public, sauts sur scène, et mèches qui jouent avec le vent, le groupe anglais ne ménage pas ses efforts pour impressionner les parigots et parigotes.

Fantaisie ensuite avec le look de Miles Kane en dandy excentrique.
A l’opposé de la sobriété que le chanteur affichait à Rock en Seine en 2011 et dont des spectateurs se remémoraient.

 Gros plan sur le Miles Kane style, en coulisses après le show.

L’équipe  croise le sourire de la chanteuse Ayo à la sortie des VIP.
Mention spéciale pour ses tongs colorées.

Côté invités, deux chanteuses forcent l’attention. Elodie Frégé et Inna Modja (Mister Sainte Nitouche), toutes de noir vêtues, ultra classy pour une after chez Costes par exemple. Izia, elle, se la joue décontract’ et en mode incognito capable d’une partie de baby-foot endiablée.

 Pendant ce temps, les rangs du public devant l’Hôtel de ville se mélangent pour accueillir Oxmo Puccino. 40 petites minutes pour un set concentré et efficace. On s’étonne que le chanteur nous prévienne si vite: “il nous reste 1/4 d’heure et nous n’allons pas le gaspiller!

15 minutes plus tard, Olivia Ruiz serre les musiciens qui l’accompagner sur scène dans ses bras.
Moment fort que l’artiste accepte de partager devant les quelques invités présents backstage.

Dès le premier, la mutine envoie valser la foule.
Dans une robe que Tina Turner n’aurait pas renié, la chanteuse chouchoute des festivaliers fait chanter le public.

N’hésitant pas des petites sorties comme: “Vous me faites un joli “derrière”? sur le couplet de la chanson Elle panique.

La chaleur de la nuit est palpable même sur scène. Olivia de rajouter: “il fait bon ce soir.
Vous ne trouvez pas que je ressemble à Marilyn Manson?”

 Le Fnac Live, c’est encore trois jours de concerts gratuits, ce vendredi et jusqu’à dimanche!

Share

Exposition SAY WATT ? Le culte du sound system – beats & création contemporaine @ La Gaité Lyrique

 Avez-vous remarqué?
La Gaité Lyrique n’est jamais là où on l’attend.
Après avoir fêté les 200 ans de Hello, une marque talentueuse mais totalement fictive et présenté des Monstres de Mode, la voilà qui nous déroule un patchwork de beats autour du sound system, avec Say Watt ?

Trip musical de la Jamaïque à Paris

Retour aux sources historiques en affiches dans les premiers mètres de parcours.
Le temps de nous familiariser avec des codes esthétiques et des sonorités d’un autre temps mais qui ont de quoi inspirer plus d’un sample à PDD, Jay Z ou Solange (la soeur de Beyoncé) et qui sont à la source de bien des musiques contemporaines: rap, hip-hop en tête.

Undergound, le sound system  – né dans les ghettos jamaïcains et désignant une sono ambulante pour dance-floor in the street – est vite devenu un courant musical à part entière, avec ses codes et ses sons pour oreilles avant-gardistes.
Son terrain de jeu est sans limite. Pas étonnant que l’on retrouve des ramifications partout à travers le monde.

Très vite l’exposition met en parallèle oeuvres contemporaines et illustrations cultes comme celles de l’artiste Limonious. Ses pochettes d’albums sont de vraies peintures donnant le pouls d’une ambiance célébrant aussi bien le style vestimentaire que les associations les plus fantaisistes possibles – comme ce cavalier, fier, sur sa monture posant pour l’album de Frankie Paul.
L’énergie est à tout rompre et est en provenance directe des montagnes d’enceintes.

En parallèle, les photographies de la Canadienne, Beth Lesser réaliseée à Kingston au début des années 80, offrent un écho réaliste aux extravagances colorées de Limonious. Tout est effet de style et de “good vibes” dans la pose des modèles face à l’objectif de la photographe.

Les human beatbox pourront donner pleine ampleur à leur création éphémère en entrant dans Squeeeque, “l’igloo improbable” de l’artiste Alexis O’Hara. Solo et battle sont improvisés selon l’humeur des visiteurs. Attention aux graines de talent qui peuvent se cacher le jour de votre visite.

Célébration aussi des sonos qui ont participation à l’essor et au mythe du sound system.
Elles fonctionnent rarement par paire, elles jouent plutôt les parties en groupe, massif pour un max de puissances.
Les inspirations sont pléthore.

Exceptionnellement, le son passe à travers les murs de la Gaité avec notamment une programmation musicale dans le Square juste en face. En plus des rencontres et ateliers pour tous les âges, des sessions live vont faire vibrer votre été à Paris.
Prenez date pour cette contre-programmation à Paris Plage 2013 !

Exposition SAY WATT ?
Le culte du sound system

 

jusqu’au 25 août 2013

La Gaité Lyrique
3 bis rue Papin 75003 PARIS

Programmation musicale spéciale !


Walkabout Sound System
avec DJ Tony S
dimanche 21 juillet à partir de 16h
Accès libre dans le Square Emie Chautemps

Soul Stereo
dimanche 11 août à partir de 16h
Accès libre dans le Square Emie Chautemps

Thune for Tunes + DJ Sundae
Dimanche 25 août à partir de 16h
Accès libre dans le Square Emie Chautemps et 2e étage de la Gaîté Lyrique

Share

Interview ETHAN JOHNS : premier album If Not Now Then When ? & concert au Divan du Monde le 1er octobre

Ethan Johns n’est peut-être pas un nom qui vous est familier.
Et pourtant le nombre de collaborations de ce chanteur, musicien, producteur et ingénieur du son from England a de quoi en impressionner plus d’un(e).
Kings of Leon, Paolo Nutini, The Vaccines, Kaiser Chief ou encore Joe Cocker et Tom Jones, sont quelques-uns des noms formant la longue liste des artistes qui ont bénéficié des nombreux talents d’Ethan.

Rajoutez à ceci un illustre paternel, légende de la musique – dont il question dans l’interview qui suit – Glyn Johns, producteur d’albums mythiques pour The Rolling Stones, The Who, Bob Dylan mais aussi pour le groupe Téléphone (Un Autre Monde, 1984).

Et vous aurez du mal à croire à l’incroyable modestie de cet artiste qui sera sur la scène du Divan du Monde, le 1er octobre prochain.

 De passage, il y a quelques jours, à Paris pour présenter son tout premier album, If Not Now The When ?, Ethan Johns nous a dévoilé son univers. Interview.

United States of Paris: Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Ethan Johns: Qu’y a-t-il à savoir de moi ? Que je suis un songwriter… Un fan de musique. Un homme qui a la chance d’avoir une vie de musique. En fait, je n’ai jamais eu de plan de carrière. J’ai laissé la musique me conduire là où je suis maintenant.

UsofParis: Avec un père comme le tien, Glyn Johns, c’était naturel d’être musicien, non?
Ethan
: Ce qui est intéressant c’est que ma famille avait une connexion totale avec la musique. Mon père est un remarquable producteur et mon oncle aussi. J’ai connu tellement de musiciens tout au long de mon enfance. Et cette passion pour la musique faisait partie de moi dès mon plus jeune âge, bien avant de comprendre ce que faisait réellement mon père.

UsofParis: Quelle a été ta première émotion musicale?
Ethan: Mon premier souvenir musical est aussi peut-être mon premier souvenir tout court. Il y avait un instrument chez mes parents: une autoharp, un instrument finalement assez simple de maîtrise.
J’ai le souvenir précis d’être très jeune, 4 ou 5 ans, m’asseyant sur une chaise pour en jouer. J’étais seul et totalement fasciné par l’émotion qui sortait de cet instrument. J’ai trouvé mon moyen d’expression avec la musique bien avant de pouvoir avoir une vraie conversation. Ça m’a réconforté avec la vie.

UsofParis: Quelle a été ensuite ton émotion en tant que musicien?
Ethan:
Sans doute la première fois que je me suis produit en public.
Mais je pense aussi aux démos sur lesquelles travaillait mon père et qu’il me faisait écouter. Je me souviens notamment de celles étaient écrites par Paul Kennerley pour son album concept White Massions. Fabuleux. Mon père avait un studio dans le salon et j’ai donc entendu la conception et l’enregistrement d’un album en cours de réalisation.
Le second souvenir, c’était lors du 2e mariage de mon père. Il avait invité de nombreux musiciens. Ils ont joué sur une scène et je les ai accompagnés. Et ces mecs étaient super !

UsofParis: Tu as collaboré avec Tom Jones et tu travailles actuellement sur son prochain album. Qu’as-tu appris de ton compatriote ?
Ethan:
Avec Tom, c’est se donner à 100%. Peu importe ce qu’il fait, quand il chante, en studio ou sur scène, il donne tout à l’instant présent. Qu’il s’agisse d’essayer de nouveaux arrangements, comme en répétition, on donne tout avec Tom Jones et on joue avec le coeur. Ce cadre de travail ne peut qu’inspirer.

UsofParis: Que retiens-tu de ta collaboration avec Rufus Wrainwright?
Ethan: Sa maitrise du piano est remarquable. J’ai développé une passion pour la musique classique en travaillant avec lui.

UsofParis: Comment s’est passé le travail avec le groupe Kaiser Chief?
Ethan: Quand tu travailles avec eux, ce que je retiens c’est avant-tout apprécier ce que tu fais.
Le leader Ricky Wilson est un vrai showman qui répond totalement à l’attente de ses fans, ce qui est vraiment impressionnant. Le groupe veut toujours s’éclater sur scène et passer un super moment. Et quand j’étais en studio avec eux, il y avait une vraie énergie. Personne ne restait assis. On travaille avec ces mecs ! (rires) Quelque chose de fort s’est passé avec eux.
Image de prévisualisation YouTube


UsofParis: Quelle était ta motivation pour ce premier album?

Ethan:
Ce sont avant tout les chansons. Il est arrivé un moment où je ne pouvais plus les ignorer.
J’écris depuis mon adolescence (11 – 12 ans) mais les chansons de cet album, pour les plus anciennes, ont 4 ans environ. Donc, je me suis retrouvé devant une sorte de collection de chansons qui ne demandaient qu’une chose: être entendues ! C’est aussi simple que cela.

UsofParis: Quelle direction voulais-tu pour cet album?
Ethan: Aussi surprenant que ce soit, je voulais un album honnête. Je n’ai commencé à réellement le concevoir que quand j’étais en train de l’enregistrer.
Mon idée, pour cet album, était d’être direct, un peu comme un documentaire ou une photographie. Rester dans la vérité de l’instant, que ce soit la phase d”écriture et celle de l’enregistrement. Je ne voulais surtout pas jouer le malin avec des trucages sonores.

J’ai eu la chance d’avoir des amis qui m’ont permis de réaliser ce projet et ont réussi à attraper ces instants uniques.

UsofParis: As-tu eu des surprises ou y a-t-il eu des accidents lors de la conception de ton album ?
Ethan:
Il y a eu beaucoup d’accidents pour cet album ! (rires)
Le son particulier tout d’abord. J’ai essayé d’enregistrer les chansons de différentes situations. Mais je n’ai jamais réussi à les capter comme je le souhaitais.
Mon père qui a mixé l’album a réussi ce que je n’ai pas réussi. Je le laissais en fait mixer chaque chanson, seul. Et je revenais quand il me disait que je pouvais écouter. Et j’étais abasourdi parce ce qu’il avait réussi à faire. C’est sûrement la plus grande surprise. Il a réalisé ce que je n’aurais pu rêver.

UsofParis: Que peux-tu nous dire du premier titre: Whip-Poor-Will ?
Ethan: La conception d’une chanson peut-être de l’ordre du subconscient. Et je peux avouer que je ne suis pas totalement présent quand j’écris.
Je ne contrôle pas tout ce qui se passe dans mon esprit. Et quand tu commences à analyser ce qui est en train de se passer, ça commence à être dangereux pour la créativité.
Je me souviens d’avoir pris ma guitare une nuit, de commencer à pincer les cordes. J’ai commencé à chanter Whip-Poor-Will, et je ne sais pas d’où s’est venu à ce moment précis.
En fait, c’est en référence à une légende américaine. Et si tu veux vraiment savoir ce que signifie cette chanson, il faut rechercher l’histoire autour de cette histoire car le sens est très profond. Mais libre à chacun d’interpréter la chanson comme il le souhaite.

 

Premier album d’Ethan Johns: If Not Now Then When ?

 

Ethan Johns en concert au Divan du Monde
le 1er octobre 2013

 

Merci à Speakeasy et Fargo Store

Share

MUSIQUE la chanteuse Marie-Flore enchante avec son EP Feathered With Daggers

Dans la sphère musicale aujourd’hui, les fille à guitare sont très nombreuses.
Anaïs, Carla Bruni, Marie Cherrier et la nouvelle scène française vous laisse de marbre ?
Une petite nouvelle frimousse qui a fait son arrivée, risque de vous faire changer d’avis: Marie-Flore !

Espiègle et franche, Marie-Flore nous invite a des ballades sensuelles et mélancoliques.

Sur son EP Feathered With Daggers les titres sont remplis de fraîcheur.
Un style musical épuré que oscille entre une pop lumineuse et un rock douillet comme sur le titre Waste of time.

Une guitare bien pensée avec une voix douce qui peut rappeler les tonalités et la voix de Charlotte Gainsbourg notamment sur le titre By the Dozen. Feathered with Daggers, le titre éponyme de cet EP flirte aussi avec le Air de la BO de Virgin Suicide.

Le ton de ces titres oscille donc entre torpeur, langueur et plénitude.
Un disque à écouter pour un moment de détente avec l’être aimé, sur le canapé, un dimanche maussade de grisaille.

Produit par Robin Leduc, l’EP de Marie-Flore est disponible (en digital uniquement) depuis le 24 avril 2013

Tracklisting :
1 – Feathered With Daggers (en duo avec Gregg Foreman)
2 – By The Dozen
3 – Sybillin King
4 – Waste Of Time
5 – Wolves’ Breath

Et nous ne saurions trop vous conseiller de découvrir cette artiste sur scène d’autant que son minois est des plus charmants !

Marie-Flore en concert le 14 juillet 2013 à 19h (with a band)

au Trabendo
Parc de la Villette
211 avenue Jean Jaurès
Paris 75019

 

MARIE FLORE
EP Feathered with Daggers

 

 

Share

Eurockéennes 2013, les 25 ans – live-report Dimanche 6 juillet – The Vaccines, Chvrches, Blur

18 ans après leur première venue aux Eurockéennes de Belfort, la légende Blur a fait un passage historique par la presqu’île du Malsaucy, tant leurs concerts sont rares – le seul de l’année en France – et tant la performance fut remarquable.

Blur a passé en revue l’ensemble de ses albums dans une Set List menée à grandes enjambées : 17 morceaux – dont quatre issus de l’album 13 – en une heure et demi. Peu de groupes sont suffisamment sûrs de la profondeur de leur répertoire pour lâcher d’entrée de jeu un de leurs plus grands tubes. Blur peut le faire : Girls and Boys a vu les 30 000 festivaliers rassemblés devant la grande scène replonger dans les années 90 et l’univers typiquement BritPop du quatuor virtuose formé entre 1988 et 1989.

Damon Albarn, clarks montantes grises et veste barbour noir, bien que les traits soient plus tirés qu’avant, a toujours son regard bleu, d’autant plus pétillant qu’il semblait véritablement ravi de retrouver ses potes et son public hier soir.
Graham Coxon quant à lui, quand il n’est pas seul sur scène pour jouer ses albums solo (cf le concert à Paris à l’hiver 2012), a retrouvé les airs qui le caractérisaient à la grande époque de Blur : T-Shirt rayé – peut-être un peu court ! –, un magnifique épi effet « réveil difficile », et des mimiques mémorables. Sur son instrument, il n’a rien perdu de ses talents. Tout comme Dave Rowntree, en polo Fred Perry, qui a cogné sur sa batterie dans le style plein de maturité et de finesse qu’on lui connait. Et enfin le dandy désinvolte Alex James à la basse, mettant sa carrière agricole entre parenthèse pour l’occasion, en bermuda et pieds nus, n’a pas abandonné son sens de la rythmique.

Blur aux Nuits de Fourvière en Juillet 2009

Bref, on a assisté à une performance musicale de quatre gloires de la pop au sommet de leur art. Si l’on schématise, on retiendra de leur passage quatre temps forts : Girls and Boys d’entrée ; Caramel, pour la première fois jouée en tournée ; le morceau Trimm Trabb, emblématique de leur période expérimentale ; et enfin This Is a Low, hymne BritPop par excellence.

Avant Blur, en vrac: The Vaccines, en fin d’après-midi sur la scène de la Green Room, n’ont pas pu marquer le festival comme on était en droit de l’espérer. Joués sur les instruments de Palma Violets car le camion de matériel n’a jamais trouvé le site, et donc en retard de plus de 50 minutes, leurs singles phares – Post Up Break Up Sex, Wreckin’ Bar, Teenage Icon, etc – n’ont malheureusement pas attrapé le public. On espère les revoir dans de meilleures conditions.

En revanche, le trio écossais de Chvrches a séduit la communauté eurocks sans difficulté et avec une maturité étonnante. Mention spéciale pour la chanteuse Lauren Mayberry : 25 ans mais paraissant 10 ans de moins ; sa voix associée à la synthpop mélodieuse des morceaux ont accouché d’un set aérien et énergisant.

Quelques chiffres pour finir : 127 000 personnes ont assisté à cette 25ème édition, avec un pic à 33 000 personnes pour la journée du samedi, et 31 000 pour le dimanche.

A l’année prochaine !

by Baptiste Petijean

Share

Exposition PIERRE HENRY Autoportrait en 53 tableaux au Musée d’Art Moderne de Paris – MaM – PROLONGATIONS

Facétieux Pierre Henry !

Derrière l’étendard de musique concrète –  dont il l’un des créateurs avec Pierre Schaeffer  – se cache un homme facétieux en la personne de Pierre Henry. Le compositeur du morceau Psyché Rock pour Maurice Béjart est, entre autres, capable de laisser rouiller dans sa cour une de ses victoires de la Musique 1988 et de célébrer l’attrait graphique d’un piano démembré.

Ceux qui ont eu la chance d’assister à un de ses concerts donnés à la Maison de sons dans le 12e – son lieu de vie et de travail – avaient eu la primeur de découvrir ses créations picturales qu’il aime à appeler “peintures concrètes. “

Ses toiles sortent exceptionnellement de son domaine privé pour rejoindre les cimaises du Musée d’Art Moderne de la ville de Paris.
Cet ensemble de 53 peintures sur bois donne à voir le travail minutieux de collecte, décomposition et recomposition du compositeur et peintre Pierre Henry.

À partir de petits riens qui n’ont bien souvent qu’une courte vie (clous, ampoules, fusibles) Pierre Henry leur trouve une seconde vie et un nouveau terrain de jeux.
Associées entre elles, anciennes bobines et touches de pianos composent des natures mortes abstraites comme autant d’accroche-regard.

Les toiles sont curieuses, graphiques, modernes, peut-être kitschs pour certaines, mais l’échange avec le visiteur n’est pas dénué de sens et de cocasserie.

Cachées dans une salle au cœur du parcours des collections permanentes – donc libre d’accès –  les toiles n’attendent que votre visite, même éclair, pour renouer avec l’univers sonore et déployer leur palette imaginaire.

Exposition Pierre Henry, Autoportrait en 53 tableaux

prolongations jusqu’au 2 février 2014

 

au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris
11, avenue du Président Wilson
75116 PARIS

Ouvert du mardi au dimanche
de 10h à 18h

Entrée libre pour cette exposition et les collections permanentes du MaM

Share

Live-report concert concert DEAD CAN DANCE aux Nuits de Fourvière Lyon – Anastasis Tour

Un concert de DEAD CAN DANCE est par essence exceptionnel, du fait même de la rareté des tournées du groupe.
Il l’est encore plus sous le ciel de Lyon.

Cette année, le groupe s’offre une tournée hexagonale de plusieurs dates en France avec les Arènes de Nîmes, le Zénith de Paris et Hérouville St Clair à venir.
Etape céleste à Lyon ce jeudi.

A Fourvière, les nuits peuvent être fraîches mais clémentes. Ce jeudi, au dessus du Théâtre Antique, les nuages gris sont joueurs et offrent quelques gouttes. Pas de quoi entamer la motivation du public venu pour son trip world musique de la saison. Certains étaient venus avec leurs plus atours, tout de noir vêtus.

Première partie démoniaque avec la fougue d’Emel Mathlouthi.
Une vraie surprise qui sera la cerise sur le coup d’une soirée intense en sonorités universelles.
Avec un set de 5 chansons, la chanteuse d’origine tunisienne a emporté le public exigeant de Fourvière.

Coup de force vocale porté par une musique aux influences orientales magnifiée d’une vague d’électro et sourires timides ont alterné cette première rencontre avec une artiste que nous ne manquerons pas de suivre.
Emel peine à réaliser la chaleur des applaudissements.

22h.  Brendan Perry en costume gris et Lisa Gerrard en robe longue et cape font leur entrée sur scène. Éclairage progressif pour découvrir chaque musicien présent pour cette soirée.

L’entrée en matière se fait avec Children of the sun interprété par Brendan Perry, comme pour conjurer un pacte avec le ciel. Lisa, derrière son cymbalon, sourit, regarde le public et ferme les yeux.
Suit Agape, interprété par la contralto, troublante par son ascétisme, le visage comme épargné par le temps.

La chanteuse ne parlera pas de la soirée, pourtant sensible à l’accueil du public. Elle semble pourtant prononcer quelques mots mais totalement inaudibles.
Les premières notes de Rakim forcent les applau des plus fidèles des spectateurs à l’oreille affûtée.
On se prend à rêver que ce titre pourrait faire partie de la bande-son nous accueillant au Paradis. Brenda serait Dieu le père, Lisa, la Vierge Marie. Le set prend un tour mystique pour certains.

Kiko, Amnesia nous amènent sur d’autres rives encore. Du côté de l’Afrique. Avant que Sanvean ne vienne exalter la fosse et les gradins de Fourvière, véritable hymne adressé à l’humanité.
A la fin de la chanson, Lisa salue ses deux partenaires de scène.

Black Sun et un nouvel hymne du groupe: Nierika.

Brendan, tel un roi lion, chevauchera au cours de la soirée un tambour africain. Il remercie poliment en français, mais ne prendra la parole qu’une fois de la soirée pour introduire le titre Ime Prezakias qu’il traduit en anglais par : “I’m a junkie“.

Sur le morceau instrumental Cantara, Lisa Gerrard entame une chorégraphie délicates avec des manjira, sorte de mini-cymbales. Gestes lents et précisions imposent soudain le recueillement.

Dernier titre avant rappel avec All in good time. A cet instant, le chanteur baryton montre une nouvelle facette de sa personnalité, devenant crooner avec un texte que n’aurait pas renier Sinatra, s’il était encore parmi nous.

Suivront ensuite 5 derniers titres alternés par les sorties et entrées de scène de Lisa qui part se réchauffer en coulisses, une chanson sur deux. Un manteau porté par un assistant l’attendant après le rideau de scène.

Fin de partie avec Return of the She-King et pluie de coussins à la surprise des musiciens. Lisa, imperturbable, lancera des baisers au public.

Prochains concerts de Dead Can Dance

Arènes de Nîmes, le 29 juin
Le Zénith de Paris, le 30 juin
Festival Beauregard, le 7 juillet

 

Merci aux Nuits de Fourvière qui nous ont permis de partager ce concert coup de coeur avec vous !

Share