Archives de catégorie : Théâtre

HARD : une catho dans le porno au Théâtre de la Renaissance !

Culte la série de Canal + initiée à l’époque par Bruno Gaccio, en charge de la Nouvelle Trilogie !
Hard c’est l’histoire d’une veuve qui découvre que son époux menait une vie pro plus inhabituelle que prévue.
Original de plonger, au théâtre, dans l’univers du porno, à bout de souffle car mis à mal par l’hégémonie des internets, avec une galerie de personnages désopilante.

Hard
photo Charlotte Spillemaecker

Hard : plus dure est la révélation

Ce qui est dur c’est aussi bien le deuil quelque peu malmené de Claire que le cadre dans lequel elle va plonger, suite à la disparition de son bien-aimé.
Une catho dans le porno ! La situation est poilante d’autant que c’est la belle-mère qui est en charge de révéler l’innommable à la veuve.
S’ensuit le choc d’une vie : découvrir un monde inconnu, avec ses codes, son vocabulaire, ses extrêmes et ses personnalités : Roy la poutre, en tête !

Hard

photo Charlotte Spillemaecker

Une farce avec double péné

Il est évident que Nicolas Briançon n’a pas boudé son plaisir de metteur en scène pour diriger ses comédiens dans ce joyeux bordel où une histoire d’amour peut naître.
Chaque personnage a de la profondeur malgré les apparences. La veuve n’est pas qu’une catho effarouchée. Les acteurs porno ne sont pas à prendre seulement pour ce qu’ils sont : des corps objets.

Hard

photo Charlotte Spillemaecker

Distribution réjouissante

De François Vincentelli qui impose en hardeur au cœur tendre à Claire Bonotra bigotte ne manquant pas d’audace.
Nicole Croisille est pétillante en lesbienne du 3e âge, Stephan Wojtowicz génial en tenancier bourru. Isabelle Vitari campe quant à elle une divine manipulatrice.
Et total respect pour Charlie Dupont qui assure la performance non pas que physique mais surtout labiale en jouant avec un improbable accent sud-américain.

Hard une fantaisie pure qui fait valser les clichés qui peuvent coller aussi bien au porno qu’à la comédie populaire.

 

Hard

adaptation de Bruno Gaccio
mise en scène Nicolas Briançon
avec Claire Bonotra, François Vincentelli, Nicole Croisille, Charlie Dupont, Isabelle Vitari, Stephan Wojtowicz

au Théâtre de la Renaissance
20 Boulevard Saint-Martin
75010 Paris

du mardi au samedi à 21h
matinée : samedi et dimanche à 16h30

Image de prévisualisation YouTube
Share

Chapitre XIII : le grand guignol flamboyant de Sébastien Azzopardi

Sébastien Azzopardi renouvelle sa folie créative avec Chapitre XIII, une pièce démoniaque et drôle avec des meurtres particulièrement atroces, de l’hémoglobine, de la tension, des pointes de magie, de la sueur (les comédiens se donnent à fond), le tout dans un monastère.
Chapitre XIII c’est du grand guignol, des coups de sang, Seven (le film) avec les moyens du théâtre privé.
Deux heures inventives, haletantes et pleines de dérision sur la scène du Théâtre Tristan Bernard.

Chapitre XIII

Chapitre XIII : un écrivain, des meurtres

Sébastien Azzopardi est en quelque sorte le Michalik du suspense. Avec Chapitre XIII, il entremêle plusieurs récits en un seul. Attention, le début peut être un poil éprouvant, ça parle de Cathares, de religion, d’exécution… et d’un coup on est projeté dans notre siècle.
Toutefois, le récit nous happe suffisamment pour nous donner envie de suivre un jeune écrivain, Franz qui a l’imagination débordante.

Sébastien Azzopardi a le don de faire déborder la tension de la scène. Les comédiens ne restent jamais en place. Et l’hémoglobine non plus. C’est ça qui nous plaît aussi ! C’est grand guignol, décalé, kitsch assumé et inventif. La mise en scène ne souffre d’aucun temps mort.
Azzopardi aime jouer avec les spectateurs, leur proposer des vrais instants potaches, les surprenant au détour d’une rangée.

Chapitre XIII

Chapitre XIII
photo de Fabienne Rappeneau

L’autre atout ce sont les comédiens qui incarnent tous plusieurs rôles au cours de la soirée. Ils changent de costume, de registre avec brio. Donnant encore plus de rythme à l’action.
On imagine les contraintes pour que cet ensemble soit à son apogée chaque soir. Un accessoire oublié et c’est le récit qui dérouillera.

Sébastien Azzopardi aime nous faire peur au théâtre et nous on adore se flipper (et aussi rire) avec lui.
Et on avoue devant Dieu que c’est un vrai plaisir de retrouver un de nos chouchous : Alexandre Jérôme.

Chapitre XIII

Chapitre XIII

de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino
misée en scène : Sébastien Azzopardi
avec Thomas Ronzeau, Tadrina Hocking, Patrice Latronche, Alexandre Jérôme, Marica Soyer, Philippe De Monts

au Théâtre Tristan Bernard
64, rue du Rocher
75008 PARIS

du mardi au samedi à 21h
matinée : samedi à 16h

Share

La Légende d’une vie : Natalie Dessay, Macha Méril vibrantes

L’amour peut faire aussi bien des ravages qu’être la source de profonds bonheurs. Et c’est encore plus vrai sur la scène du Théâtre Montparnasse.
La Légende d’une vie conte de manière admirable l’impossible héritage, la folie de la filiation, les ravages d’un secret de famille, la vie dans ce qu’elle a de plus beau et de plus tragique à la fois.
La distribution est remarquable : Natalie Dessay, Macha Méril, Gaël Giraudeau, Bernard Alane et Valentine Galey.

la légende d'une vie

Un douloureux héritage

On croirait à un caprice ! Frederich, jeune auteur de poésie, ne veut pas assister à la lecture de son texte par un comédien pourtant connu. La tradition de la mise en scène de son œuvre est héritée de son père, illustre écrivain.
La mère Frederich se débat pour le faire réagir, prendre conscience de ses obligations. L’ami de famille, éditeur, essaie d’apaiser à la fois la mère et le fils.
La tension est palpable, le désarroi aussi.
La cohésion familiale ne tient qu’à un fil. Une visiteuse vient définitivement bousculer la maison et tout ce qu’elle contient. Le choc est violent et révélateur pour chaque personnage.
S’ensuit une quête de sens et de vérité palpitante.
Le texte de Stefan Zweig est fort. Il porte en lui des vérités sur l’amour, la fidélité, l’idéalisation, la famille…
Et ça fait brillamment écho en nous, en moi.

La légende d'une vie

la légende d'une vie

Natalie Dessay, Macha Méril

L’incarnation de ces personnages tiraillés par les non-dits, le poids du passé, le jeu de la représentation en Autriche, en 1919 est virtuose.
Natalie Dessay et Macha Méril sont dans une rivalité incroyable qui atteint son apothéose à la toute fin de la pièce rendant palpable les liens qui les ont unies, par le passé.
Gaël Giraudeau incarne avec excellence le tiraillement, l’envie d’émancipation de la figure paternelle et la quête de sens.
Bernard Alane est d’une classe folle. A la fois complice d’un terrible secret, à l’écoute de tous et toutes, mu par son besoin de sincérité.
Quant à Valentine Galey est dans la bienveillance et la discrétion.

PS : Et quel bonheur de pouvoir voir Natalie Dessay à une telle distance alors qu’il était quasi impossible de l’admirer dans ces conditions dans son autre vie, celle d’interprète d’opéras.

La légende d’une vie

de Stefan ZWEIG
Traduction Jean-Yves GUILLAUME
Adaptation Michael STAMPE
Mise en scène Christophe LIDON

Décor Catherine BLUWAL
Costumes Chouchane ABELLO-TCHERPACHIAN
Musique Cyril GIROUX
Lumières Marie-Hélène PINON

Avec Natalie DESSAY, Macha MÉRIL, Bernard ALANE, Gaël GIRAUDEAU et Valentine GALEY

au Théâtre Montparnasse
31 Rue de la Gaîté
75014 Paris

du mardi au samedi à 20h30
Matinées : samedi à 17h et dimanche à 15h30

Share

Misery au Théâtre Hébertot : Myriam Boyer – Francis Lombrail percutants

Œuvre culte de Stephen King, Misery est portée à la scène Daniel Benoin.
Il faut du cran pour oser s’attaquer à une histoire connue de beaucoup.
Myriam Boyer campe une infirmière double face, implacable et manipulatrice, mais aussi groupie et légère. Face à elle, Francis Lombrail est cet écrivain accidenté qui tente tant bien que mal de survivre au pire.
Tensions garanties tous les soirs au Théâtre Hébertot.

Misery

Misery, film culte et pièce

Qui ne connaît pas le film ? La tension, l’insoutenable scène où cette infirmière « fan numéro 1 » d’un écrivain célèbre va faire preuve d’une terrible inhumanité sur cet homme qu’elle garde séquestré chez elle.
L’intérêt de retrouver ce récit aussi brillant que dérangeant, insoutenable que révélateur, est son duo de comédiens.
Myriam Boyer que l’on sait douce et souriante en dehors de la scène, se révèle implacable et tordue. Elle fait vraiment peur car on sent bien qu’elle est capable de tout. La transformation de la comédienne est à elle seule une raison de voir la pièce. Avec sa banane autour du ventre, sa robe des grands soirs, elle tranche avec la classe de l’écrivain célèbre qu’elle héberge.
Le jeu de Francis Lombrail tient aussi de la performance. Une partie du temps, il joue alité, l’autre partie, en fauteuil roulant. Le handicap qui peut paraître contraignant donne aussi de l’épaisseur au personnage. Il est à la merci d’une femme. Il doit aussi être capable de jouer sur plusieurs registres pour garder la vie sauve.

Misery

Mise en scène inventive

Daniel Benoin, le metteur en scène de Misery, est à l’origine de belles trouvailles pour maintenir cet état de tension dans les rangées du Théâtre Hébertot, chaque soir. D’abord, les transitions faites de montages vidéo clipés à mort et d’une bande musicale forte. Enfin, le décor qui joue de sa relative transparente, l’infirmière menaçante est toujours présente derrière la chambre-cellule de l’écrivain.
Enfin, le hors-champ est exceptionnellement montré, avec des caméras placées de manière à ce que l’on puisse voir l’action en dehors de la chambre.

A la sortie, certains spectateurs vérifient le nom de l’un des deux interprètes du film, “Comment elle s’appelle déjà la comédienne ?” Contre toute attente, Myriam Boyer et Francis Lombrail sont à la hauteur de nos attentes.

Misery

Misery

Une pièce de William Goldman d’après le roman de Stephen King
Adaptation française : Viktor Lazlo
Mise en scène : Daniel Benoin
Avec Myriam Boyer et Francis Lombrail

 

au Théâtre Hébertot
78 bis bld des Batignolles
75017 PARIS

du mardi au samedi à 21h
matinée dimanche à 15h

Image de prévisualisation YouTube
Share

Pourvu qu’il soit heureux : l’audace de Laurent Ruquier au Théâtre Antoine

Pourvu qu’il soit heureux est l’histoire d’un outing, un coming out forcé en une d’un magazine people.
Un parti-pris et une écriture originaux pour une pièce de théâtre qui aborde un thème et ses répercussions toujours bien d’actualité.
Une comédie écrite en contrepoint textuel pour deux comédiens : Francis Huster et Fanny Cottençon.

Durant leurs vacances en Bretagne, Maxime et Claudine découvrent en une de Voici leur fils Camille au bras d’un autre homme.
De quoi déstabiliser le couple. Surtout que leur fils est étudiant en médecine et qu’il n’est que le compagnon de la star outée.
Pourvu qu'il soit heureux

Un sujet difficile, un texte en demi-teinte

Pourvu qu’il soit heureux de Laurent Ruquier questionne le fait d’être parents d’un fils homo en 2018. L’angle de l’outing est plutôt novateur pour ce sujet.
Le texte pourrait facilement basculer dans le lourd, surtout avec l’habituelle propension de l’auteur à aimer les jeux de mots.
Et si on n’échappe pas à certains effets faciles, pour ce texte, Laurent Ruquier a mis la pédale douce dans la globalité. Certaines répliques sont bien amenées, voire même percutantes.

La construction du récit, en quatre actes, est audacieuse. Malgré tout, il n’y a pas d’équilibre formel entre eux. Les deux premiers montrent la réception de la nouvelle par les parents. Chacun prenant, tour à tour, le rôle de celui ou celle qui n’accepte pas cette nouvelle.
Un parti-pris qui peut déstabiliser.

Et si ces deux premiers actes laissent une bonne place à la comédie, les deux derniers sont plus dramatiques. Un tournant d’auteur à saluer pour Laurent Ruquier.
Et passer du rire à l’émotion n’est pas une mauvaise chose au théâtre.
Mais le tout manque d’une certaine homogénéité.Pourvu qu'il soit heureux

Une direction d’acteurs contrastée 

Francis Huster (Maxime) & Fanny Cottençon (Claudine) jouent une palette de réactions aussi contradictoires que touchantes face au coming out.
Mais la colère de Maxime, dans le premier acte, est déstabilisante car intermittente. Ce qui donne un Huster éteint lorsqu’il est silencieux et excessif dans la colère verbale. Un mode binaire qui finit par lasser d’autant que cette première scène est un peu longue.
La partition que joue Fanny Cottençon (Claudine) dans le deuxième acte, en mère choquée, est plus nuancée et maitrisée.
Quant à Louis Le Barazer (Camille), difficile de comprendre pourquoi son personnage apparaît si hautain et un peu antipathique au début du troisième acte. Son texte parfois trop moralisateur renforce aussi ce sentiment.

Pourvu qu’il soit heureux reste une rencontre touchante avec une famille ordinaire qui se trouve déstabilisée par une annonce, en apparence simple.
Mais en sortant du théâtre, se formalise le sentiment que la pièce n’est pas inaboutie. Elle aurait mérité d’être plus travaillée, plus subtile encore, surtout dans la partie dramatique.

Pourvu qu'il soit heureux

Pourvu qu’il soit heureux

de Laurent Ruquier
Mise en scène Steve Suissa
Avec Francis Huster, Fanny Cottençon et Louis Le Barazer

au Théâtre Antoine
14 boulevard de Strasbourg
75010 Paris

du mardi au samedi à 21h
matinées : le samedi et dimanche à 16h

Jusqu’au 30 décembre 2018

Share

Intra Muros d’Alexis Michalik : un enchantement @ La Pépinière Théâtre

Intra Muros nous emporte dans une histoire folle qui a pourtant pour décor une prison. Alexis Michalik arrive à pousser avec brio les murs de cet espace, clos sur lui-même, pour nous faire vivre un récit à la force stupéfiante. Un souffle ardent dans chaque scène et de l’émotion dans la révélation des parcours de vie singuliers.

Intra Muros

Intra Muros : “A un moment, on se sait plus où l’on est !” (un spectateur) 

Le talent d’Alexis Michalik est de savoir tisser brillamment plusieurs histoires entre elles.
Intra Muros débute pourtant mal : un cours de théâtre en prison avec seulement deux participants. Pour concevoir une pièce, Richard, le metteur en scène qui est venu à la rencontre des détenus va avoir quelques difficultés.
Très vite, des bribes de vie de chaque personnage viennent révéler leurs liens, les chaos d’une vie, les moments heureux, les échecs… Ces flashbacks nous donnent matière pour reconstituer le puzzle captivant qui s’est déployé devant nous.

Intra Muros

Il faut être éveillé, à l’écoute, disponible afin de savourer tout ce que nous offre à la fois le récit d’Alexis Michalik et l’interprétation des comédiens. Car chacun se glisse avec aisance dans plusieurs personnages. Une spectatrice à côté de moi : “Quelle générosité quand même de la part des comédiens !”

Intra Muros est un formidable tourbillon de la vie. Une pièce qui nous emporte, nous transporte avec une économie de moyens mais avec l’ingéniosité de tout instant. Une pièce qui bouleverse, avec bonheur.

Intra Muros

Intra Muros

Texte et mise en scène : Alexis Michalik
Avec en alternance : Jeanne Arènes, Christopher Bayemi, Bernard Blancan, Sophie de Fürst, Alice de Lencquesaing, Paul Jeanson, Élisabeth Ventura, Nicolas Martinez, Fayçal Safi, Joël Zaffarano
et les musiciens Raphaël Bancou, Sylvain Briat, Raphäel Charpentier et Mathias Louis

Du mardi au samedi à 21h
En matinée le samedi à 16h

à la Pépinière Théâtre
7 Rue Louis le Grand
75002 Paris

Share

Ich Bin Charlotte : Thierry Lopez absolument saisissant !

Ich Bin Charlotte est un récit digne d’un roman.
L’histoire vraie d’une vie aussi passionnante, trépidante qu’incroyable. Il n’y a pas, pour autant, d’angélisme dans le portrait qu’en a réalisé son auteur, Doug Wright.
Sur la scène du Théâtre de Poche-Montparnasse, Thierry Lopez est Charlotte et tant d’autres personnages qui l’ont croisée et connue. La performance est saisissante.

Ich Bin Charlotte
photo Svend Andersen

Ich Bin Charlotte pour la première fois à Paris

Pas de collier de perles, ni de maquillage ou de perruque. Seules la jupe longue et les chaussures à talons hauts viennent rappeler que nous sommes bien face à une femme qui est née dans un corps d’homme.

Charlotte est quelque peu « glamourisée » par cette silhouette (celle que lui prête le comédien), ce noir qui lui va si bien, et ce que nous découvrirons un peu plus tard. On imagine, si elle était encore en vie, qu’elle aurait été extrêmement flattée par cette incarnation.

La force du récit de Doug Wright est d’avoir intégré des personnages à ce portait. Il y a son double qui n’en croit pas ses yeux découvrant le musée de Charlotte à Berlin rempli de meubles récupérés et sauvés.
Il y a John l’acolyte de Doug, la tante de Charlotte…
Tous et toutes sont les témoins d’une transformation, de moments décisifs et viennent confirmer que le destin de Charlotte est hors du commun. Elle est passée entre les balles des nazis, a filé comme une étoile à travers l’étau communiste. Deux séquences historiques qui font frémir.
Des zones d’ombres viennent donner encore plus de matière à la pièce et cette héroïne du XXe siècle.
Ich Bin Charlotte
photo Svend Andersen
Thierry Lopez: definitely, a star is born
Thierry Lopez donne de son corps pour incarner à la fois Charlotte et tous ces personnages qui l’entourent. C’est un caméléon qui a besoin d’un minimum d’accessoire. Il change de registre et de rôle en une seconde, sans perdre le fil de notre attention.

On est cloué à ses lèvres, à son regard, à ses mains… Tout est réaliste, sans excès, balayant les clichés.
Nous sortons du théâtre émus par cette rencontre inédite, sensible et troublante.

Il faut profiter de l’intimité du Poche-Montparnasse pour vibrer avec ce type d’histoire hors du commun, à l’interprétation absolument magnétique.

Ich Bin Charlotte

Ich Bin Charlotte

de Doug Wright
adaptation : Marianne Groves
mise en scène : Thierry Suissa
avec Thierry Lopez
au Théâtre de Poche-Montparnasse
75 boulevard du Montparnasse
75006 PARIS
Tel. 01 45 44 50 21

Prolongations jusqu’au 10  juillet 2019

du mardi et mercredi à 19h

Share

Le CV de Dieu : Balmer-Bénureau célèbrent la pertinence & l’humour

Jean-Francois Balmer et Didier Bénureau sont les protagonistes d’un dialogue pour le moins déconcertant : celui de Dieu, le créateur du ciel et de la Terre, le vrai, l’unique et un DRH.
Sous la forme d’un entretien d’embauche, Le CV de Dieu répond enfin à certaines de nos questions les plus essentielles comme : pourquoi le vent ? Quelle est l’origine de la Lune ? Dieu s’éclate-t-il vraiment au ciel ?

Le CV de Dieu

Pièce courte d’une petite heure, Le CV de Dieu est un petit délice d’intelligence et de finesse. Dieu vient sur Terre pour calmer son ennui. Il passe un entretien qui va être l’occasion de revenir sur son expérience inégalée de créateur.
On ne s’attend pas forcément à ce que certains phénomènes dont il est à l’origine lui soient reprochés frontalement, alors que la plupart de ses réussites sont éclatantes. La somme de ses créations est effectivement inégalable.

Jean-François Balmer est Dieu en habits blancs et étole sur l’épaule qui se finit en grelots argentés – d’une kitscherie qui nous rappelle qu’il n’est pas d’ici. Il porte fier son immortalité.
Face à lui, le DRH Didier Bénureau n’a pas tout à fait la même classe. L’harmonie des couleurs n’est pas son fort. Il est aussi impressionné, qu’insolent. Car oui, ce terrien s’autorise des questions pièges en plein milieu de l’entretien.

Le CV de Dieu réjouit par son écriture et enchante par ses interprètes. Un vrai régal dont il n’est pas question de se priver. Et surtout la pièce redonne tout leur sens à nos expressions françaises, parfois désuètes.

Le CV de Dieu

Le CV de Dieu

Le CV de Dieu

de Jean-Louis Fournier
d’après son roman paru aux Éditions Stock en 2008

Mise en scène : Françoise Petit
Avec Jean-François Balmer et Didier Bénureau

à La Pépinière Théâtre
7 Rue Louis le Grand
75002 Paris
Tel : 01.42.61.44.16

du mardi au samedi à 19h
matinée le dimanche à 17h

Relâches exceptionnelles les dimanche 11 novembre et 9 décembre

Share

La ménagerie de verre au Théâtre de Poche-Montparnasse : intense et poignant

« Tout sonnait vrai ! » un spectateur enthousiaste sortant du Théâtre de Poche-Montparnasse.
La Ménagerie de verre nous plonge dans la petite vie d’une famille américaine dont les trois membres se débattent avec des desseins propres à chacun.
La distribution est magnifique ! 

La Ménagerie de verre
© Pascal Gely

La mise en scène délicate de Charlotte Rondelez et la proximité avec les comédiens nous font ressentir tour à tour la timidité de la jeune Laura, l’envie d’évasion de son frère Tom, le désarroi et la manipulation de leur mère, Amanda. Cette dernière est source à plusieurs reprises, à la fois à ses enfants et à nous spectateurs, des moments de gêne. Parce qu’elle est excessive, d’un autre temps et désenchantée. Et qu’elle pense que le bonheur de sa fille, voire du sien, dépend d’un bon mariage.

Le fait que le mari et père ait quitté le foyer n’a pas aidé à la cohésion de cette famille. Tout est question d’équilibre mais l’ensemble apparaît bien bancal.

La Ménagerie de verre
© Pascal Gely

Le quatuor de comédiens nous bouleverse. Ophelia Kolb, discrète et maladroite Laura, est touchante. Elle a reçu le Molière 2019 pour comédienne dans un second rôle.
Les excès de Cristiana Reali ne manquent pas de saveur. Charles Templon est un travailleur et rêveur qui boue littéralement de ne pouvoir vivre sans contraintes.
Leurs silences sont tout aussi fascinants à observer. Notamment quand Amanda et Tom ne se parlent pas un matin, elle sur un bord de la scène, lui derrière la table.
Félix Beaupérin, le prétendant, a le charisme et le charme qui siéent parfaitement à son personnage.

PS : j’avais vu cette pièce il y a plus d’une décennie. Je ne me souvenais plus de l’histoire. J’étais juste certain de l’avoir aimée. J’ai été heureux de redécouvrir le texte de Tennessee Williams ce mardi à Paris.

La Ménagerie de verre

La Ménagerie de verre

de Tennessee Williams
Traduction : Isabelle Famchon
mise en scène : Charlotte Rondelez
avec : Cristiana Reali, Ophelia Kolb, Charles Templon, Félix Beaupérin

au Théâtre de Poche-Montparnasse 
75 boulevard du Montparnasse
75006 PARIS
Tél. 01 45 44 50 21

Prolongation jusqu’au 31 mars 2019

du mardi au samedi à 21h
dimanche à 17h30

Share

K Surprise @ Les Déchargeurs : éloge éclatant à la splendeur de vivre

Sarah Pébereau, jeune trentenaire pétulante, désire ardemment faire LA rencontre qui bouleversera sa vie. Ses vœux furent exaucés, en quelque sorte… Fait alors irruption le K Surprise, le crabe, le grand C : le cancer. Touchée en plein sein, elle se défend magnifiquement avec ce qui sera sa force : l’humour. Son travail de réparation a commencé par un livre* et se poursuit par ce seule-en-scène au théâtre Les Déchargeurs relatant sa superbe renaissance.

Sarah arrive à la croisée des chemins de sa vie. S’entremêlent dans sa tête de nombreuses questions concernant son avenir amoureux ou professionnel. Lors d’une consultation de routine chez la gynécologue, une annonce vient tout bouleverser : elle a une tumeur au sein. Après examens approfondis, le cancer est confirmé.

Telle une catharsis, Sarah nous évoque une multitude d’anecdotes qu’elle a dû traverser, souvent à mourir de rire, parfois moins. Nous oscillons alors entre des moments de fragilité et d’autres où la force de combat qu’elle possède fait scintiller de mille éclats son être. C’est fulgurant !

K Surprise
photo by AnnaClick

Les sentiments qu’elle présente parleront autant aux personnes atteintes du cancer qu’à leurs proches ou tout un chacun. S’exposent alors la solitude inévitable ressentie malgré un entourage présent, la question de la procréation, l’inexplicable solidarité qui existe entre patients, le fait que rien ne sera plus jamais comme avant…

Étonnamment, cette épreuve difficile a permis à Sarah de s’épanouir. Aujourd’hui, elle a moins peur, ou tout du moins différemment. Ses combats sont autres. Elle a appris à se découvrir et surtout à s’aimer pour qui elle est.

Elle dégage une énergie folle, propre aux personnes qui savent qu’il faut pleinement aimer la vie. De la tendresse, de l’émotion, de l’humour et de l’amour : c’est tout cela qu’elle désire partager aujourd’hui. Qu’il est bon de sortir de notre zone de confort pour rencontrer de telles personnes, solaires et pétillantes…

Merci Sarah !

by Jean-Philippe

Image de prévisualisation YouTube

K Surprise

K Surprise

Auteures : Sarah Péb’, Elise Mc Leod
Mise en scène : Elise Mc Leod
avec : Sarah Péb’

représentation exceptionnelle le mardi 16 octobre à 19h30
à l’occasion d’Octobre Rose

et du 3 novembre 2018 au 6 avril 2019

les 1ers samedis du mois à 17h
(3/11, 1/12, 12/1, 2/02, 2/03 et 6/04)

Les Déchargeurs
3, rue des Déchargeurs
75001 PARIS
Tel : 01 42 36 00 50

Site officiel : sarahpebereau.com

*Sarah, 30 ans, mon cancer, même pas peur !

Share