Archives par mot-clé : humour

Le Malade Imaginaire – Daniel Auteuil : une bouffée de bonheur !

Daniel Auteuil s’offre l’un des rôles dont il rêvait : Argan, cet hypocondriaque génialement excessif.
Par sa mise en scène, Le Malade Imaginaire est joyeux à souhait, fidèle à l’esprit de Molière, tout en faisant la part belle à la complicité entre les comédiens. 

Sur la scène du Théâtre de Paris, la troupe d’Auteuil ne ménage pas ses efforts pour faire vibrer ce morceau de patrimoine qui est le nôtre. Un vrai bonheur !Le malade imaginaire daniel auteuilLe malade imaginaire daniel auteuil

Le Malade Imaginaire débute par un solo. Celui d’une jeune enfant qui se met à chanter a capella sur le bord de scène.
Derrière elle, un rideau qui dissimule Argan prêt à entrer en scène, assis dans son fauteuil. Daniel Auteuil nous a confié qu’à ce moment-là, il hésite toujours : garder les pièces en mains ou les laisser dans la poche de son costume.
Judith Berthelot, la jeune comédienne imperturbable, continue de chanter alors qu’elle perçoit ce jeu de pièces à ses oreilles. Le professionnalisme à 10 ans ! Respect.
Les autres comédiens eux se tiennent par la main avant de se dévouer entièrement à leur performance.

Le théâtre est cette chose précieuse qui à la fois est capable de partager des instants de vie incroyables et de dissimuler d’aussi beaux moments hors-champ pour les spectateurs.

Argan entre en scène et la joie ne va plus nous lâcher pendant les deux heures de comédie, de virevoltants rebondissements, de traits de génie et de profonde générosité des comédiens et comédiennes.
Ce monologue est assez surprenant, c’est comme un sas qui nous permettrait d’entrer dans la langue de Molière. Ce que confirme Daniel Auteuil : “Comme si Molière avait tout prévu, il y a 4 siècles.”

Le malade imaginaire Daniel Auteuil

Leçon de mise en scène par Daniel Auteuil 

Jean-Marie Galey est l’un des premiers à nous éclairer sur le travail de Daniel Auteuil : “Il nous a fait travailler nos personnages. Il n’a quasiment pas joué. Il nous reprenait sans arrêt.
Aurore Auteuil de rajouter : “On travaillait beaucoup, de 10h à 19h, et sans pause.”
Mais il faut aussi assurer un break, comme le Jean-Marie  précise : C’est bien de s’arrêter 10 jours avant la première. Ça permet d’incuber, d’infuser comme un thé.” 
L’intéressé, Auteuil, avoue : “C’est une de mes aventures préférées au théâtre. Je suis content que tout le monde trouve les comédiens formidables.”

Le Malade imaginaire Daniel Auteuil

“J’aime l’idée de troupe. On est une bande de jeunes !”

Mais est-ce le comédien ou le metteur en scène qui est face à ses partenaires ?
Il a son œil gauche sur nous. A l’œil, on sait où il faut aller”, confie Jean-Marie.
Après chaque représentation, il y a un debriefing de la pièce. Ce qui serait plutôt rare au théâtre. “Ce sont des impressions plutôt que des notes, un ressenti”, précise Daniel Auteuil.

Natalia Dontcheva n’hésite pas à partager : “Nous avons droit un soir à la meilleure remarque : “Vous savez ce que vous avez fait !” Il n’est pas évident ensuite de trouver le sommeil.” Parce que le metteur en scène n’a donné aucune autre indication pour préciser son ressenti.
Natalia de rajouter : “Il joue un tyran sur le plateau. Il y a quelque chose qui reste après.

“Daniel Auteuil nous a toujours dit : faites tout ce que vous voulez, mais soyez sincères” 

C’est une aventure, une pièce de théâtre. C’est important que l’on apprenne des choses de la vie. Que ce ne soit pas que du travail. Je suis touché par l’enthousiasme, leur implication.”

Et une aventure intergénérationnelle comme le conclue Victoire Bélézy qui incarne Angélique : “Il y a un partage très fort entre toutes les générations de comédiens. Ce que j’aime énormément. Auteuil a créé une équipe soudée.

Le malade imaginaire Daniel Auteuil

Le Malade Imaginaire
de Molière

Mise en scène : Daniel Auteuil
avec Daniel Auteuil, Alain Doutey, Aurore Auteuil, Victorine Bélézy, Pierre-Yves Bon, Natalia Dontcheva, Jean-Marie Galey, Gaël Cottat, Loïc Legendre, Cédric Zimmerlin, Laurent Bozzi.
En en alternance : Judith Berthelot, Nina Schmitt, Heloïse Bacquet

au Théâtre de Paris 
15 rue Blanche
75009 PARIS

du mercredi au samedi à 20h30
matinées : samedi à 17e et dimanche à 15h30

DERNIERE LE 25 MAI 2019 ! 

Share

Obsolescence Programmée : l’humour salvateur d’Elisabeth Buffet

L’obsolescence programmée, Elisabeth Buffet se la prend en pleine face et en public au Théâtre du Marais.

L’humoriste est redescendue de sa barre de pole-danse, non sans mal. Fini la fête, les rencontres qui rendent minable au réveil et les blagues cucu.
La Buffet réactualise son portrait avec les nouvelles données liées à son âge. C’est cynique à souhait, drôle et réaliste.

Obsolescence programmée

Elisabeth Buffet ne s’épargne pas avec son nouveau spectacle, Obsolescence Programmée. Elle ne cache pas le poids des années sur son corps. Le douloureux constat que les hommes commencent à manquer d’attrait pour ses atours.
Bubu est une quinqua – qui plus est célibataire et sans enfant – reconsidérant son rapport aux autres et à elle-même.
C’est cash, sans injection de botox, ni de gaine pour affiner la ligne.

Bubu, faut l’accepter comme elle est ! 

Élisabeth débute avec des Alexandrins pour mieux dézinguer le souvenir de ses anciens sketchs. Elle pousse la chansonnette histoire de déstabiliser son public. Et elle s’accorde même une chaise en plexi histoire de souffler un peu.
Qui lui en voudrait ?
Son humour est toujours aussi percutant, son écriture excelle dans la finesse. Elle aime les mots, joue avec et partage des traits d’esprit excellents.

Élisabeth Buffet, on l’a aimée en quadra, mais on la kiffe tout autant en quinqua, un poil désabusée mais très réaliste.
Obsolescence programmée

Élisabeth Buffet
Obsolescence programmée

Reprise à partir du 21 septembre 2019

vendredi et samedi à 20h
dimanche à 16h

Théâtre du Marais
37 rue Volta
75003 Paris
Tel. 01 71 73 97 83

Share

Le canard à l’orange à la Michodière : le génie de Nicolas Briançon

Le canard à l’orange à la Michodière est capable de combler tout le monde par sa qualité de jeu, son rythme et le talent de son metteur en scène.

Nicolas Briançon aime la scène, les comédiens et surtout le public qu’il entraine avec brio dans cette comédie d’un autre temps mais à laquelle il a su insufflé tout le tonus et la verve qu’il fallait pour qu’elle nous soit contemporaine. Il a voulu rendre hommage au théâtre de boulevard, au théâtre d’acteurs. Ce “plaisir presque régressif” est contagieux dans toutes les rangs du théâtre.

François Vincentelli a reçu le Molière 2019 du comédien dans un second rôle.

Le canard à l'orange

Comment te dire adieu ? 

Toutes les séparations, surtout après 15 ans de mariage, ne se font pas toujours dans la douceur et la pleine sagesse. Un soir, en Angleterre, Hugh Preston arrive à ses fins en faisant avouer à sa chère et tendre qu’elle a un amant. Liz compte justement partir avec ce dernier en Italie au cours du week-end.
Fair-play, Hugh accepte mais souhaite rencontrer cet homme, plus jeune que lui, qui ravit l’amour de sa vie. Son esprit facétieux le pousse à jouer de la situation pour entrainer sa secrétaire dans un coup monté de toute pièce au bénéfice de son épouse. La classe ?

La galerie de personnes de ce Canard à l’orange est génialement barrée et jubilatoire. L’homme trompeur qui se fait tromper. La femme qui part avec un plus jeune parce qu’elle en a assez que son mari ne s’occupe plus d’elle. L’amant charmant à l’accent affreusement belge. La secrétaire qui pulvérise tout ce qui bouge uniquement par la grâce de son corps. Et la bonne qui a bon dos de tous ces secrets.

Le canard à l'orange Le canard à l'orange

Leçon de mise en scène

François Vincentelli a une vraie complicité avec Nicolas Briançon qui l’a mis en scène la saison dernière dans Hard : “Nicolas a une bienveillance et une gentillesse, qu’ont tous les grands metteurs en scène. Il est une sorte de psychologue du comédien. C’est un pédagogue incroyable. 
Sur scène, il est un filin de sécurité pour nous.

Nicolas Briançon souhaitait renouer avec le plaisir qu’il avait eu à voir Jean Poiret dans Joyeuses Pâques, à son arrivée à Paris : “c’est tellement joyeux de jouer un boulevard!”
Au sujet de son personnage : “Hugues flirte tellement avec la folie, l’alcoolisme, le plaisir du jeu. Ca rejoint des bonheurs d’acteur. Jouer un personnage qui aime jouer, c’est euphorisant.”

Il met en garde en revanche sur l’impression de facilité : “Ce théâtre-là ne fonctionne que si on est rigoureux. C’est ça la beauté et la grandeur de ce théâtre, comme Feydeau. Si on ne sert pas le texte, il nous écrase. Si on rate un temps, on met trois répliques à rattraper.” 

Le canard à l’orange 
une pièce de William Douglas Home
adaptation : Marc-Gilbert Sauvajon
mise en scène : Nicolas Briançon

avec Anne Charrier, Nicolas Briançon, Sophie Artur, François Vincentelli, Alice Dufour

au Théâtre de la Michodière
4 Bis Rue de la Michodière
75002 Paris

du mardi au samedi à 20h30
matinées : le samedi à 16h30 et dimanche à 15h30

Image de prévisualisation YouTube
Share

Deux frères et les lions au Poche-Montparnasse : caustique et espiègle

La réussite advient bien souvent d’une revanche à prendre sur la vie. Avec Deux frères et les lions, nous en avons l’exemple probant.
En effet, des frères jumeaux issus d’un milieu modeste vont construire au fil du temps un solide empire financier. Inspirant mystère, admiration ou convoitise, il semblerait que leur influence soit illimitée. Et pourtant… Un évènement, aussi surprenant qu’inattendu, va les bousculer… Au Théâtre de Poche-Montparnasse, découvrez une pièce où se mêlent adroitement esprit, satire et bonne humeur ! 

Tandis que nous attendions sagement d’être placés, des scones et des tasses de thé bien chaudes nous sont proposés. C’est assez inhabituel, mais loin d’être désagréable vu le temps. Mêlé au salon cossu d’influence britannique présent sur scène, nous sommes tout de suite pris au jeu et transportés dans une ambiance intimiste. L’endroit est propice aux confessions !

Deux hommes nous livrent alors leur histoire. Nés en Écosse, ces  jumeaux grandissent en ayant l’ambition de faire partie de ceux qui ont marqué le monde. Ainsi, avec un peu d’audace, un talent avéré et la conjoncture aidant, ils nous racontent leur ascension fulgurante, au point de devenir une des plus importantes fortunes de Grande-Bretagne.

Forts de leur succès, ils achètent une île afin d’y vivre à l’abri du monde alentour, cultivant une image énigmatique. Cependant, cette île Anglo-normande a plusieurs particularités. Outre le fait d’être un paradis fiscal, elle est toujours régie par un droit féodal ! Ce qui complique la transmission de cette propriété à leurs filles respectives… De ce fait, les deux frères vont devoir faire face à d’insolites déconvenues. Vont-ils vaincre le droit normand ?

Deux frères et les lions

Deux frères et des lions : votre soutien compte !

Nous prenons un véritable plaisir à suivre les aventures de ces deux frères, brillamment interprétés par Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et Romain Berger. Tantôt drôles ou sérieux, ils ne jouent pas la simple carte du mimétisme gémellaire mais bien de la complicité. L’interaction avec le public est effective par de petites attentions et un rapport scène-salle quasiment inexistant. D’ailleurs, après les derniers mots s’installe naturellement une conversation avec les comédiens afin de prolonger un peu ce moment !

Le texte est aussi subtil que l’interprétation. Malgré des termes abordés parfois délicats tels que le capitalisme, le féminisme, la famille ou les traditions ancestrales, il n’y a ni jugement, revendication ou provocation. Le message délivré par cette pièce est multiple et universel. Libre à chacun d’y trouver le sien ! Étant ce jour-là avec mon frère de cœur, j’ai opté pour l’optimisme et la force. Ensemble, tout est possible. 🙂

Très librement inspirée d’une histoire vraie, les deux frères tentent d’interdire l’utilisation du texte et l’exploitation de la pièce. Certains se battent pour changer un droit féodal alors pourquoi ne pas défendre la liberté d’expression et la diffusion d’un art fragile mais néanmoins nécessaire ?

Que ce soit par conviction ou simplement pour passer un bon moment, vous savez où aller !

Bonus : Vous l’aurez compris, le spectacle commence avant le lever de rideau, alors n’hésitez pas à arriver un peu en avance… 😉

by Jean-Philippe

Deux frères et les lions

Deux frères et les lions

De : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
Avec : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, Lisa Pajon et Romain Berger
Mise en scène : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et Vincent Debost

du mardi au samedi à 19h
matinée le dimanche à 15h.

jusqu’au 17 mars 2019
Relâches exceptionnelles les 25 et 26 février; 8 et 13 mars.

au Théâtre de Poche-Montparnasse
75 boulevard de Montparnasse
75014 Paris
Tél. 01 45 44 50 21

Image de prévisualisation YouTube
Share

Étourdissant TUTU par les Chicos Mambo à Bobino #dernières

Une soudaine envie de danse classique avec tutu et pointes, mais sans se ruiner avec une sortie à l’Opéra Garnier ? Les Chicos Mambo sont aussi doués pour les grands écarts que des danseurs étoiles. La seule légère différence serait qu’eux assument entièrement leur côté cabot.

Tutu la danse dans tous ses états spectacle Chicos Mambo Bobino Paris avec Julien Mercier Anthony Couroyer Mikael Fau Alexis Ochin danseurs photo Val Productions

Pour s’en assurer, rien de mieux que de céder aux appels de Tutu à Bobino, un show rythmé, parodique et pro jusqu’au bout des pointes.

Dans la catégorie compagnie de danse 100% masculine – enfin presque – nous avions les indétrônables Ballets Trokadero de Monte Carlo, qui ne se sont d’ailleurs pas renouvelés depuis un bail. Il faut aussi compter sur les Chicos Mambo qui aiment tout autant rire de la danse qu’impressionner les amateurs de portées et autres prouesses corporelles.

Tutu par Chicos Mambo spectacle la danse dans tous ses états avec Loïc Consalvo et Julien Mercier danseurs photo salut scène by United States of Paris blog

Six hommes sur scène et une présence mystérieuse qui vient pimenter le tout composent un spectacle. Tout est assumé ! Le spectaclé est coloré, sensuel, décalé, barré aussi et, par moments, kitsch, inventif et diablement critique sur les figures imposées de la danse.

Pina Bausch en prend pour son grade, les traits sont tout juste grossis. Tout y est : chevelures amples, soubresauts incontrôlés, tirades énigmatiques lancées à la face du public.
La danse abstraite – qui ne danse plus depuis trop longtemps – trouve enfin le sens qui lui manquait avec l’œil du chorégraphe Philippe Lafeuille.

Dans l’exercice de la relecture du Lac des Cygnes, 100 fois imité, Tutu vient ajouter une nouvelle interprétation originale qui a tous les atouts pour devenir culte à l’égal de la chorégraphie de Matthew Bourne – qui avait fait le choix de cygnes masculins.

Fauve Hautot, quant à elle, a trouvé en la personne d’Anthony Couroyer un double quasi parfait avec robe moulante et chevelure rouge vif. La version de Danse avec les Stars par les Chicos Mambo est hilarante.

On ne vous dit pas tout. Et ne lisez pas tout non plus sur Tutu. La surprise fait partie du jeu de ces gaillards dont certains ont plus un physique de boxeur que de danseur, sans alourdir la danse pour autant. Impressionnant !

Image de prévisualisation YouTube

TUTU
par les CHICHOS MAMBO

à BOBINO
14-20, rue de la Gaîté
75014 Paris

du 11 avril au 2 juin 2019

du jeudi au samedi à 21h
matinée : le samedi à 16h et dimanche à 17h

Pour suivre l’actu du spectacle, rendez-vous sur la page officielle FB : facebook.com/tutuchicosmambo

Share

Huit euros de l’heure : un couple, une femme de ménage, l’angoisse

L’auteur turbulent, Sébastien Thiéry, nous comble avec son art du surréalisme, de l’absurde.
Huit euros de l’heure est une pièce inventive qui a le don de bousculer avec brio les rapports humains.
Valérie Bonneton et Dany Boon forment un couple sous tension. Et ils vont très vite découvrir le lien troublant qui les unit à leur femme de ménage.
Jouissif !

Sébastien Thiéry nous embarque dans l’appartement d’un couple de nantis. Jacques est cadre sup ++, Laurence est archi d’intérieur.
Cette dernière réalise que sa femme de ménage, Rosa, porte une minerve comme elle. Et aussi qu’elles ont toutes deux perdu leur téléphone portable au cours de la matinée.
Les similitudes sont surprenantes. Tension et angoisse commencent à poindre.

Le couple doit se rendre à l’évidence : ce qui arrive à sa femme de ménage lui tombe dessus ensuite. Est-ce de la sorcellerie ? Un châtiment ? La panique est palpable.

Huit euros de l'heure

Valérie Bonneton campe Laurence à la fois déboussolée et lucide quant à l’évidence de la situation. Elle va se démener pour faire prendre conscience son mari, Dany Boon, qui aimerait rester incrédule.

Les deux comédiens sont excellents, pris entre de multiples tensions : hystérie, panique, doute, fatalisme…

Face à eux, Rosa, à l’accent espagnol parfait, ne manque pas de piquant. L’interprète est made in Spain. Et c’est un vrai plaisir pour le public qui est souvent habitué à des accents approximatifs qui ne tiennent pas la longueur de la pièce.

Huit euros de l’heure révèle nos failles, mais aussi notre sidérante capacité à accepter parfois les incohérences, les paradoxes qui s’offrent à nous.

Huit euros de l'heure

Huit euros de l’heure
pièce de Sébastien Thiéry
mise en scène Stéphane Hillel 

avec Valérie Bonneton, Dany Boon, Jorge Calvo, Antonio Ruil 

jusqu’au 31 mars 2019

au Théâtre Antoine
14 boulevard de Strasbourg
75010 PARIS

du mardi au samedi à 21h
matinées : samedi et dimanche à 16h

Share

La Moustâche : comédie survoltée au Splendid

Au Splendid, un scénario catastrophe se joue dans la vie de Sylvain simplement à cause d’une moustache. Mais pas n’importe laquelle non plus !
Quiproquos à gogo, gags, portes qui claquent – dont celle du congélo – coups, un peu de sang. La pièce La Moustâche, comédie réjouissante, brille par son rythme soutenu d’un bout à l’autre.

La Moustache

La pièce adaptée d’un sketch

Ce n’est pas si courant qu’un sketch télé soit étiré pour en faire une pièce.
Mais il faut admettre que l’idée était trop brillante pour ne pas lui donner une longue et belle vie sur une scène de théâtre.
La Moustâche dézingue à merveille la rencontre la plus délicate, voire tendue d’une vie : celle d’un gendre avec son futur beau-père.
Une panne d’électricité, une moustache mal taillée et c’est l’avalanche d’incidents les plus fâcheux qui  déboule. Sacha Judaszko et Fabrice Donnio ont le don pour jouer avec les doubles sens, les situations embarrassantes et le rythme des vannes.

La Moustache

Un rôle en or pour Arnaud Gidoin

Non que l’on doutait des talents de comédien d’Arnaud Gidoin. Mais dans La Moustâche, le comédien trouve tous les moyens de nous bluffer. Il est presque de toutes les scènes, infatigable. Toute l’attention est concentrée sur lui et il sait diablement en jouer.
Alors que le postulat de départ présente un homme effacé pour l’ensemble de son entourage – petite amie, ami et gardien – ce nouvel élément physique et inhabituel va venir tout bouleverser et contrarier sa petite vie « calme ».
Se révélera-t-il à lui-même ? En tout cas, les apparences peuvent révéler des traits de personnalité insoupçonnés.

A ses côtés, Joy Ester à la fois amoureuse, délicate mais qui a tendance à porter la culotte. Fabrice Donnio se tape l’incruste en caleçon avec brio, on ne peut pas espérer de pote plus relou.
Le concierge campé par Sacha Judaszko est collant et indélicat. Enfin, Daniel-Jean Colloredo est un patriarche surprenant, aussi excessif, imprévisible que redoutable.

 

La Moustâche 

de Sacha Judaszko et Fabrice Donnio
mise en scène : Jean-Luc Moreau
avec : Daniel-Jean Colloredo, Fabrice Donnio, Joy Ester, Arnaud Gidoin, Sacha Judaszko ou Matthieu Burnel 

du mardi au samedi à 21h
matinées les samedi à 17h et dimanche à 15h

Le Splendid
48 rue du Faubourg Saint Martin
75010 PARIS

Image de prévisualisation YouTube
Share

Claudia Tagbo – Lucky girl dernière à Mogador le 9 avril

Claudia Tagbo termine sa folle tournée avec Lucky, un spectacle rythmé qui allie poésie, sketch, stand-up, danse et chant. L’humoriste renouvelle le genre du spectacle comique qui se résume trop souvent à un enchaînement de sketchs.
Save the date de la dernière au Théâtre Mogador, le mardi 9 avril 2019. 

Claudia Tagbo

Lucky you!

L’entrée sur scène n’est pas hystérique comme les stars de l’humour nous habituent à chacune de leur prestation. Claudia Tagbo débute avec une bande-musicale efficace. Un détail qui a son importance : elle est assise.
On commence à envisager le pire, se dire que l’on aurait dû rester chez nous. 

Claudia est, en fait, une vraie joueuse, démoniaque, qui aime chahuter son public, le piéger et lui faire perdre ses repères. Sa performance est brillante, elle peut aussi bien hurler, que parler en douceur, feindre le détachement qu’exiger une participation très active des spectateurs. Rien ne lui échappe et n’hésite pas à relever certaines réactions spontanées de spectateurs. Poilant ! 

Et au final, on se prend à rire de son enfance dans une famille nombreuse, de la  géniale non-chalance de son père, de son choix de ne pas faire d’enfant ou encore de l’utilisation d’une serviette de bain à la sortie de douche.

Le duo qu’elle forme avec son musicien est un vrai plus pour insuffler un supplément de rythme à une performance intelligente.

Claudia Tagbo
Lucky

la dernière 

le mardi 9 avril 2019

au Théâtre Mogador
25 rue de Mogador
75009 PARIS

Share

L’ordre des choses à la Michodière : recomposition familiale totalement rock

Alors que notre vie couple semble en parfait équilibre, une petite poussière peut tout faire valdinguer. C’est ce qui arrive dans L’ordre des choses au Théâtre de la Michodière.
Un trio juste (Gérard Darmon, Vincent Desagnat et Pascale Louange) porte un texte qui pourrait sembler léger mais qui ne manque pas d’épaisseur.

ordre des choses

Comment réagiriez-vous si un grand gaillard de 38 ans débarquait chez vous et affirmait être votre fils, preuve à l’appui ?  Surtout quand vous essayez depuis 10 ans de faire un enfant avec votre compagne et que vous n’y arrivez pas.
C’est ce qui arrive à Bernard et Juliette qui se retrouvent face à Thomas venu revendiquer sa filiation.
Est-ce un imposteur ou un potentiel rival amoureux. Est-ce le début d’un trio de vaudeville ?

Une pièce tout en équilibre

Sur scène, les acteurs sont parfaitement justes.
Gérard Darmon (Bernard) semble ne pas jouer. Il file à merveille la partition du mari qui se découvre un fils. Il jongle avec les situations, alternant demi-mensonges, demi-vérités et moments de sincérité folle.

ordre des choses
Pascale Louange (Juliette) reçoit cette nouvelle avec le plus de recul possible. De la surprise à la colère, elle ne peut entrer dans la folie et la surenchère des deux rôles masculins.
Vincent Desagnat est parfait, à tel point que l’on se demande durant une bonne partie de la pièce si ce n’est pas un imposteur. Pour celles et ceux qui  ne l’ont jamais vu sur scène, vous découvrirez un formidable comédien qui mérite d’autres beaux rôles au théâtre.

Dans cette pièce de Marc Fayet, toutes les situations s’enchainent à merveille. Les rebondissements et les secrets se dévoilent sans grosse ficelle. Les personnages évoluent subtilement.

Au début, on devait faire du air guitar !

C’est ce que nous confie Gérard Darmon lors de notre rencontre après la pièce. En effet, au début du 3e acte, Bertrand et Thomas se lancent dans un moment épique de rock.

ordre des choses
On joue vraiment de la guitare sur scène ! “ confirme Vincent Desagnat.
Et l’auteur Marc Fayet de rajouter : “Le fait que la pièce soit si rock c’est une volonté du metteur en scène, Richard Berry. Ce côté rock n’était pas si important à l’écriture. Il vient d’un travail de mise en scène et je sais l’importance pour le metteur de scène de créer son univers.”

Et ce travail d’adaptation a été une des clefs pour que Gérard Darmon participe à cette création. “J’ai dit oui parce que c’est bien écrit, parce que c’est un thème actuel, contemporain. Mais aussi parce que l’auteur est vivant. Et aussi parce que c’est Richard Berry qui mettait en scène.

ordre des chosesC’est un peu la même chose pour Vincent Desagnat : “Quand on m’a contacté et qu’on m’a dit que c’était Berry et Darmon, je n’ai pas pu dire non.” Une chance de plus pour lui qui ne cache qu’il “n’a pas beaucoup d’expérience au théâtre. Alors j’apprends tous les soirs. Et plus ça va, plus ça me donne de plus en plus envie de jouer.”

Cette pièce de Marc Fayet, portée par trois acteurs au diapason, vous fera basculer du rire à l’émotion en quelques répliques.
Rendez-vous à La Michodière !

ordre des choses

L’ordre des choses

une pièce de Marc Fayet
mise en scène : Richard Berry
avec Gérard Damon, Vincent Desagnat, Pascale Louange

au Théâtre de la Michodière
4 bis Rue de la Michodière
75002 Paris

Jusqu’au 6 janvier 2019

du mardi au samedi à 20h30
matinée : le samedi à 16h30 et dimanche à 15h30

Share

Sketch Comedy : lundi poilant avec des talents du rire au Théâtre du Marais

Après les scènes ouvertes Debjam Comedy au Jamel Comedy Club ou Le Fieald au Théâtre Trévise, maintenant il faut compter le Sketch Comedy du Théâtre du Marais. Ok, ce n’est pas vraiment une scène ouverte… Mais chaque lundi à 20h, une brochette d’artistes déjà sur scène vient présenter ses atouts pour chauffer une salle pas forcément conquise d’avance.

15 min pour séduire

Face aux spectateurs, cinq humoristes et un MC. Ce lundi, c’est Cartman qui nous avoue faire ses premiers pas sur scène avant de se lancer dans son futur one man. Les lundis ne ressemblent, Tristan Lopin a aussi été MC d’un soir.
Côté humoristes, il  y a aussi bien des petit(e)s jeunes que des artistes avec une certaine bouteille. A voir, pêle-mêle : Caroline Vigneaux, Ben HMelha, Pablo Mira, Élisabeth Buffet, Aymeric Lompret, Soum Dembélé, Bun Hay Mean (Chinois Marrant) , Baptiste Lecaplain, Donel Jack’sman…

Sketch Comedy

Lors de notre venue le plateau était composé de Gérémy Crédeville, D’jal, Marine Baousson, Odah & Dako et Marion Mezadorian.
Et particularité de la soirée : deux spectateurs sont garants du “bon goût” des textes et deux autres auront la possibilité de désigner leur coup de coeur, en lançant leur coussin-coeur sur scène 🙂Sketch Comedy

Ce soir, on connait déjà le grand BG G. Crédeville. On a aimé découvrir Marion Mezadorian et le public aussi ; elle a eu droit à son joli coeur. Odah et Dako ont taillé un beau costard aux influenceurs et influenceuses, et c’est mérité ! Marine Baousson reprend avec talent le rôle de La Lesbienne Invisible d’Océan. En revanche, on a moins adhéré à l’univers de D’jal.
C’est aussi ça les plateaux d’artistes, tous les goûts sont sur scène et dans le public !

Vous êtes avides de rire et de nouveautés, le Théâtre du Marais vous attend le lundi, qu’il vente, pleuve ou qu’il fasse une chaleur intense ! L’entrée est en participation libre. Chapeau les artistes !

Sketch Comedy

Sketch Comedy

Tous les lundi à 20h
Spectacle gratuit, participation libre au chapeau en sortie.

Réservation obligatoire

au Théâtre du Marais
37 rue Volta
75003 Paris

Share