Tous les articles par United States Of Paris

Kyrie Kristmanson en interview mondes parallèles

Kyrie Kristmanson serait la première chanteuse à explorer la force poétique de la physique quantique.
A l’écoute de son EP, Mon Héroïne, force est d’apprécier la pertinence de son nouveau terrain de jeu musical.

Audacieux, l’artiste a fait appel au physicien Etienne Klein pour ouvrir son concert au Café de la Danse le 13 mars. L’expérience sera forcément inoubliable.
#concours inside ! 

INTERVIEW / KYRIE KRISTMANSON 

Kyrie Kristmanson
selfie original pour UsofParis

As-tu été initiée au chamanisme ?

Kyrie Kristmanson : Pas de façon officielle. 🙂 Mais la musique est une quête spirituelle, pour moi.
C’est une façon de rendre hommage à ce qu’il y a de merveilleux dans ce monde. Et les mondes invisibles, ont toujours été une inspiration pour mes chansons.
La musique est une forme de chamanisme, de communiquer avec d’autres mondes.

Sens-tu que tu es guidée par une force supérieure pour la musique ?

Je suis plutôt païenne. Je pense que cette force est partout dans ce monde, en toi, dans les plantes. C’est ici et maintenant.
Parfois, certaines chansons apparaissent sans savoir d’où elles viennent.
C’est surtout le thème de la physique quantique qui m’inspire pour cet EP et l’album. Ça montre à quel point on est lié de façon intrinsèque dans ce monde. C’est démontrable mais pas encore explicable. L’album est une exploration poétique, bien évidemment, de cette théorie des mondes parallèles. On existe ici et dans d’autres dimensions.

As-tu des indices de l’existence de ces mondes parallèles ?

J’ai toujours l’impression que la réalité que l’on voit n’était pas toute l’histoire. La réalité d’Isaac Newton n’est pas la fin de l’histoire. Dieu est mort mais la physique quantique peut nous rebrancher sur une dimension merveilleuse de notre monde.
Ma seule croyance ou mon seul dogme : c’est que l’on n’a rien compris pour le moment. Il faut rester ouvert.
Il y aura certainement une révolution intellectuelle qui arrivera dans 100 ans. Un bouleversement arrive.
Image de prévisualisation YouTube

Comment as-tu rencontré Brendan Perry (du groupe Dead Can Dance) ?

C’est via le guitariste-compositeur Olivier Mellano. Il est un savant fou. J’ai été invitée pour un duo avec Brendan Perry lors de la carte blanche d’Olivier à Rennes dans le cadre du festival Mythos.
On a enregistré le titre chez lui, dans la campagne, à l’extérieur de Rennes.
Il a accepté de chanter en français alors qu’il ne parle pas la langue.

Les lieux pour enregistrer tes chansons sont-ils importants ?

Nous avons eu la chance d’investir une aile abandonnée du Château de Versailles, à côté des livres de Marie-Antoinette et la Duchesse du Barry, la plus grande collection de livres sur le spiritisme. Il y avait des titres comme L’alchimie et la sexualité féminine, J’ai vécu sur deux planètes. Je suis tombée amoureuse du lieu. C’est très poétique. Il y avait plein d’objets très chargés d’énergie.
La rencontre de plein de mondes a inspiré le propos du disque. C’est une influence mystérieuse mais à laquelle je crois.
C’est à grâce à l’artiste Saint Michel qui avait fait un remix d’un de mes titres et à qui j’ai proposé une nouvelle collaboration.
Image de prévisualisation YouTube

J’adore The Garden of Mrs Woolf. Pourquoi avoir convoqué Virginia Wolf ?

C’est une de mes écrivaines préférées. Elle a écrit sans concession. J’ai fait un pèlerinage en visitant sa maison.
J’ai cueilli une poire dans son jardin pour la manger et j’ai rêvé d’elle la nuit suivante. Je n’avais sans doute pas le droit de prendre ce fruit défendu mais je lui ai expliqué que j’en avais besoin.

La chanson parle de cette quête d’un état d’esprit, une philosophie et comment se dépasser.

As-tu un mantra ?

J’ai développé une sorte de prière ou mantra, en anglais.
« River by rock, leaf by tree, let the life runs through me and bring me were I need to be…« 
Une idée décrite par Aristote, chaque chose tend vers sa forme la plus vitale. Il faut vraiment travailler sur les situations qui nous permettent de nous sentir les plus vivants.
Je pense aussi à la pierre tombale de Kierkegaard. Ily a un mot inscrit : individual (individu).

Ça m’inspire beaucoup. Il voyait déjà à son époque que la modernité poussait à un nivellement des différences. Il invite à cultiver son individualité.

Un coup de cœur musical récent ? 

J’ai découvert les chansons de la mère de Nick Drake, Molly Drake.
Elle a enregistré des chansons chez elle. Ce sont des petits poèmes très mélancoliques.

by Alexandre 

Kyrie Kristmanson

Kyrie Kristmanson 
EP Mon héroïne 

concert le 13 mars au Café de la Danse, Paris 

CONCOURS 

Nous vous faisons gagner des invitations pour le concert de Kyrie Kristmanson au Café de la Danse à Paris, le mercredi 13 mars 2019 à 20h. 

Pour participer au tirage au sort, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous et surtout d’être dispo le 13 mars !

Kyrie Kristmanson
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Ma vie avec John F. Donovan : ardente déclaration d’amour

Ma vie avec John F. Donovan n’est pas le nouveau chef d’œuvre attendu de Xavier Dolan. Faut-il pour autant le rejeter ?
Non. D’une part, parce que c’est un film-déclaration d’amour à de sublimes actrices : Natalie Portman, Susan Sarandon, Thandie Newton, Amara Karan et à d’irrésistibles acteurs : Kit Harington, Jacob Tremblay, Michael Gambon.
D’autre part, Xavier Dolan a le don de créer du merveilleux même quand il cède à la maladresse.

Ma vie avec John F Donovan

Nouveau superbe portrait de mère

Ce que l’on comprend, dès les premières minutes du film, c’est le rôle déterminant de cette mère Sam Turner incarnée par Natalie Portman.
Une nouvelle mère en échec, figure centrale et récurrente de la constellation Dolan. Une mère qui tente de mener de front sa nouvelle vie (elle quitte avec son fils les Etats-Unis pour s’installer à Londres) et les éclats de son fils Rupert qui n’a d’yeux que pour un acteur de série de télé : John F. Donovan.
Natalie Portman est éclatante, intense, parfaite.

Une autre mère est tout aussi paumée et aimante Grace Donovan. Elle est incarnée par Susan Sarandon. Il ne faut pas la lâcher des yeux. Elle n’a absolument rien perdu en intensité et en éclat dans le regard.

Ma vie avec John F. Donovan

Xavier Dolan aime ses acteurs avec une passion folle, comme son jeune protagoniste surexcité devant la télé et le nouvel épisode avec sa star absolue (Kit Harington à l’écran). C’est sans doute trop d’amour parce que le réalisateur nous chahute à travers son récit qui est loin de la perfection.

La beauté de certaines scènes emporte malgré tout. Comme la séquence en boite de nuit avec Kit Harington.

Ma vie avec John F Donovan

A la sortie de l’avant-première parisienne, j’ai pu entendre : « C’est plus un film à l’américaine ! » C’est certain, Xavier Dolan s’est offert, avec Ma vie avec John F. Donovan, son rêve américain. Il n’a pas encore 30 ans, il est pardonnable.

Ma vie avec John F. Donovan

Ma vie avec John F. Donovan

un film de Xavier Dolan
Scénario : Xavier Dolan et Jacob Tierney 
avec Kit Harington, Jacob Tremblay, Natalie Portman, Thandie Newton, Susan Sarandon, Kathy Bates, Ben Schnetzer, Michael Gambon…

sortie en salle le 13 mars 2019

Image de prévisualisation YouTube
Share

Damien veut sauver le monde : ode à la fraternité

Franck Gastambide nous revient dans un rôle écrit pour lui et un film que l’on n’attendait pas. Exit l’humour potache de Taxi 5, le comédien surprend, une nouvelle fois, par son jeu et l’empathie qu’il suscite dès les premières minutes de Damien veut changer le monde.
À ses côtés, Camille Lellouche se révèle dans un tout autre registre, dépouillée de grimaces et de blagues.
Damien veut changer le monde
Super héros VS héros du quotiden

Que l’on ne se trompe pas. Damien, pion d’école de son état, n’est pas un super héros qui sort sa cape à chaque fois qu’il est témoin d’une injustice. C’est vrai qu’il aurait la carrure et les muscles pour.
Non, Damien est un héros du quotidien touché par l’histoire de ce petit garçon, Bahzad, qui risque l’expulsion de France avec sa mère.

Damien veut changer le monde

Tout le monde n’a pas la change d’avoir des parents engagés

La famille de Damien c’est du lourd. Un père et une mère engagés-enragés, prêts à s’attacher à un portail de centrale nucléaire avec leurs enfants pour tenter de faire bouger la société.
Ils ont été de tous les combats possibles.
Il était normal que le fiston suive la lignée. Et c’est un concours de circonstances qui le fera prendre position plutôt qu’un vrai esprit révolutionnaire.

Damien veut changer le monde

Damien veut sauver le monde, les coulisses

Franck Gastambide confie, lors de la rencontre organisée par Ciné +, qu’il a toujours peur de ne pas être aussi bon que ce que pourrait l’imaginer le réalisateur.
Xavier de Choudens avait pourtant écrit le rôle pour le comédien, preuve qu’il était sûr de son talent. Le réalisateur s’est d’ailleurs étonné de la capacité de concentration de Franck. « Sur le tournage, il a son téléphone à la main. À Moteur, il continue de pianoter. Et à Action, il range son tel et est tout de suite dans le rôle et juste. »
Camille Lellouche confie que son rôle a été un « beau challenge« , car il lui fallait gommer ses mimiques. « J’ai voulu faire la plaidoirie en une traite. J’ai fait 2 plans larges, 2 plans serrés, sans coupe. Je suis assez fière, car il n’y a pas eu de triche.  »

Damien veut changer le monde

Mention spéciale à Melisa Sözen, actrice turque, qui a appris ses lignes dialogues phonétiquement. Respect !

BONUS les vidéos de la projo privée CINE+

Damien veut changer le monde

de Xavier de Choudens
avec Franck Gastambide, Melisa Sozën, Gringe, Camille Lellouche, Youssef Haldi, Jessim Kas, Bass Dhem, Remy Adriaens, Liliane Rovère, Patrick Chesnais, Sébastien Chassagne, Claire Chust 

sortie le 6 mars 2019

Image de prévisualisation YouTube
Share

Mathias Malzieu – Une sirène à Paris : « un grand souffle de liberté »

Mathias Malzieu nous comble une nouvelle fois de petits bonheurs, de poésie et de joie à chaque page de son dernier roman Une sirène à Paris.
Et pure folie : le chanteur-réalisateur-romancier a écrit le scénario en même temps que le roman.
Il avoue « logistiquement, c’est un peu le bordel ! Mais dans la connexion artistique, c’était un grand souffle de liberté et très joyeux ! »

Il aura fallu 6 ans à Mathias pour réaliser le film La Mécanique du cœur. Pour Une Sirène à Paris version cinéma, il en est déjà à 2 ans et demi de travail. Notre coeur de cinéphile bat en attendant de savourer l’aventure de Gaspard et Luna sur grand écran. 

INTERVIEW / UNE SIRENE A PARIS

Une sirène à Paris

UsofParis : Un grand nombre de tes fidèles a débuté la lecture le jour J de la sortie d’Une sirène à Paris. As-tu senti une communion, de la magie ?

Mathias Malzieu : C’est joli ce qui se passe. La réponse est très forte, notamment via les stories sur Instagram. Après c’est le filtre des réseaux sociaux, ce sont les personnes qui me suivent directement. La sensation des premiers jours ce sont les fans qui l’attendait beaucoup et qui se sont jetés dessus et l’ont lu tout de suite. C’est un peu biaisé mais ça reste aussi important car la réponse des fidèles qui me suivent est bonne. Ce sont eux les « cousins télépathiques ».
Le but est aussi de s’inscrire sur la durée, de se faire découvrir par les autres, ceux qui n’attendaient pas le roman.

J’ai vu passer dans une storie de fan : « Mathias Malzieu, le nouveau Jack London. »

Il reste un de mes écrivains préférés. C’est un mec qui a tenté des choses : un tour du monde, il a découvert le surf, est parti en bateau, a fait naufrage et est reparti.
C’est un vrai aventurier au sens propre comme au sens figuré, dans ses livres comme dans sa vie.
La comparaison ne me donne pas de pression mais vraiment de l’élan.
Ces personnes comme Jack London me donnent du désir. C’est en rapport à ce que disait Brel : « le talent, c’est l’envie. »

J’ai pensé naïvement à une sirène adorable. Avais-tu tout de suite idée d’une demi-femme fatale capable de tuer ?

Oui. La sirène est la métaphore de quelque chose qui peut arriver. Ce qui m’intéressait c’est la situation universelle de la rupture amoureuse et on va rencontrer trop vite quelqu’un d’autre alors que l’on n’est pas prêt ou plus capable de donner (soit par dénis, conviction ou que l’orgueil est blessé). J’aimais l’idée que le personnage puisse rencontrer à la fois ce qu’il y a de pire et de mieux : la plus belle femme possible et la plus dangereuse.
Je m’amuse avec le mythe de la sirène et l’intérêt de la voix. La sirène ne connaît pas l’amour. C’est un livre sur la passion, pas uniquement déchirante mais aussi la joie qu’elle procure.
Enfin, la question de l’imagination est fonction narrative sur l’histoire des surprisiers.

Image de prévisualisation YouTube

Il y a de vraies belles trouvailles dans Une sirène à Paris : le coquelicophone, le burger à fleurs, le camion recycleur de rêves…

J’aime bien quand ça se mélange à quelque chose de vrai. Par exemple, le coquelicophone c’est un cadeau de ma sœur. C’est un quadruple harmonica monté sur une tige. Et ça m’a amusé de le rebaptiser.
Le voice-o-graph existe vraiment. J’aimerais en faire venir un aux Trois Baudets pour les concerts de Dionysos.
Tout est lié ! Le flowerburger va aussi me donner des idées pour mettre en scène la tournée. C’est aussi un peu Dionysos. Je me bats depuis des années pour que ce bateau continue de fonctionner à l’ancienne. Parce qu’un groupe de rock qui habite en Province et qui existe depuis 25 ans, il y en a pas beaucoup qui persiste.
Même quand je chante sur une sirène ou un chat, il y a toujours une part de réalité qui m’amuse de distorde. Ce ne sont pas des bulles de savon.

« Le merveilleux, l’imaginaire ne sont pas des régressions, et ne sont pas que légers au mauvais sens du terme. On a tous besoin de ça. On rêve tous et on a tous de l’imagination.
L’imagination c’est aussi la capacité d’avoir de l’empathie.
Le rêve fait partie intégrante de la réalité. »

Le corps est toujours une gourmandise avec toi. C’est ultra poétique !

J’ai toujours trouvé qu’il y avait un érotisme dans la gourmandise. Les fruits, le sucre, le sel, le goût, l’envie. On en revient au désir.
Les analogies, je les ai très rapidement faites, dès les premières chansons : Ciel en sauce. C’était une chanson gourmande et amoureuse.

Est-ce qu’un surprisier, pour toi, est guidé ? Ou sa folle imagination est en lui ?

Pour moi, ça vient de l’intérieur. C’est de l’artisanat.
Chacun puise sa force où il peut et où il veut.
Les surprisiers sont des artisans du rêve et non des mystiques.

« Rêveur de combat…vivre en accéléré… burn-in » page 24. Ce n’est pas Gaspard que tu décris, mais bien toi. Tu es un inébranlable super actif !

C’est toujours des autobiographies émotionnelles.
Ça a empiré. J’ai eu des strates d’augmentation d’hyperactivité après avoir perdu ma mère, dans un premier temps. Et ensuite, le souci de santé.
L’art c’est toujours une forme de compensation. C’est joyeux mais je me suis rendu addict à mon imagination. En chambre stérile, je n’avais que ça. Ma liberté c’était de continuer à imaginer.
Après les hôpitaux, la première idée qui m’a excité c’était l’histoire de ce gars qui trouve une sirène et qui la ramène chez lui et lui fait du poisson pané. J’imaginais la scène et ça m’amusait.
Ça m’amusait qu’après cette crue réelle de 2016 – où on avait trouvé des vieilles télé, des vélos rouillés, des poissons morts – que quelqu’un au cœur brisé trouve une sirène. Avec un Paris irréel et de conte de fée, je pouvais partir en voyage loin.

Ton corps supporte le rythme ? 

Il a dit stop cet été, entre la Norvège, le mix de l’album et la fin du livre.
Je l’écoute. Je me suis calmé. J’ai fini le livre dans une cabane à 12 mètres de haut, dans un arbre. J’étais tranquille. Ma compagne est venue me rejoindre. Et comme elle est arachnophobe, on a eu une crise avec des araignées et c’était très amusant. 😉

Une Sirène à Paris aura-t-elle une suite ?

C’est possible. Je suis dans l’élan.
J’ai fini le roman à 10h du matin après une nuit blanche à écrire. Et après, je n’avais plus rien à faire. Je n’avais plus sommeil, car excité.
Du coup, j’ai pris une douche, un p’tit déj seul. Et pendant le p’tit déj, j’ai eu des idées de suite parce que j’étais dans l’élan créatif. Ensuite, je suis retourné devant mon ordi, ouvert un nouveau dossier : Le retour des sirènes. Une heure après, coup de pompe, suis allé dormir.
J’aurais plein d’autres idées. J’ai souvent des mini-fécondations de romans qui, des fois, ne tiennent pas alors que d’autres fois oui.
En tout cas, aujourd’hui, ça me fait très envie, car je suis à fond.
Est-ce qu’après la tournée, je voudrais poursuivre ? 😉

Interview by Alexandre

Une Sirène à Paris

Une Sirène à Paris 

un roman de Mathias Malzieu 
(Albin Michel)

Et un long-métrage en préparation

Share

Porto Vintage : pourquoi déguster ce vin haut de gamme ?

C‘est lors d’une dégustation particulière consacrée à l’exceptionnelle année 2016 que nous avons goûté aux autres facettes de la production de Porto : le Vintage !
C’est un type de vin encore méconnu des Français. Il est pourtant le joyau de cette région, avec un cahier des charges strict. Pour en faire un vin d’exception et faire chavirer nos palais.

Porto Vintage

Porto : une vallée pour origine

C’est à l’est de la ville qui lui a donné son nom, dans la vallée du fleuve Douro, que le vin de Porto grandit et mature.
Depuis 2001, la vallée du Douro, ses terrasses et ses paliers, est classée au Patrimoine de l’humanité par L’UNESCO.

Ce sont les Anglais, friands de breuvages liquoreux, qui ont développé cette vinification particulière qu’est le Vintage.
Élaboré avec une seule et unique récolte de raisins, le Porto Vintage, est donc toujours millésimé. Et c’est après deux à trois ans d’élevage qu’il est mis en bouteille.
Ces vins particuliers sont l’expression d’un terroir, propre à chaque vigneron et même chaque parcelle. Ce sont des capsules d’une saison, d’une année qui sont destinées à évoluer durant 15 à 20 ans en bouteille. Un vrai vin de garde, donc, qui peut accompagner tout un repas. Pour certains, son vrai caractère émergera encore beaucoup plus tard, au bout de 30 ans.

Porto Vintage

Vintage 2016 : une cuvée hors norme

Oui, pour l’Institut des vins de Douro et de Porto (IDVP), l’année 2016 est d’une qualité exceptionnelle. Lors de notre découverte de ces vins haut de gamme, nous avons passé en revue dix Portos cuvée 2016, avec chacun sa particularité.

Porto Vintage

A vrai dire, il n’a pas été facile pour nos palais novices de décrypter toutes les subtilités de chaque vin. Même avec l’accompagnement des dix producteurs présents.
Saveurs de cassis, fruits rouges ou pain d’épices dominent bien évidement chacun de ces Portos.
Et à travers toutes ces saveurs, trois appellations ont fait vibrer un peu plus nos papilles lors de cette soirée.Porto Vintage

Poças 2016 par Manoel D. Poças Junior

Sa belle robe violette tranche avec les autres vins. Les raisins vieilles vignes le rendent assez gourmand en bouche. Ce Porto Vintage dégage donc une bonne puissance. Sa fraîcheur finale est surprenante. Tous ces éléments réunis lui donnent un bon équilibre.

Porto Vintage

Quevedo 2016 par Vinoquel

Ce domaine familial produit du Porto depuis 1889. Issu de cépages traditionnels, sa couleur rubis reflète parfaitement des notes de prunes. Le sol de schiste et une exposition ouest (avec un soleil tout l’après-midi) renforcent le caractère de ce Porto. Tous ses arômes se dévoilent à la dégustation pour notre plaisir gustatif.

Porto Vintage

Quinta de la Rosa par la Quinta de la Rossa

A l’opposé du Quevedo, les vignes de cette appellation bénéficient d’un ensoleillement uniquement le matin. Autres singularités : les raisins sont encore foulés aux pieds et sa fermentation est stoppée un peu plus tard que pour ses camarades. Du coup, ce vin est un peu moins doux. Il est bien équilibré en bouche et ses notes de cerise noire titillent délicatement le palais.

Les Porto Vintage offrent une autre palette de goûts et de douceurs incomparables avec leurs petits frères « grand public ».
Une rencontre inédite qu’il vous faut faire pour un repas ou un apéritif rehaussé.

Porto Vintage
Quinto de la Rosa : vieillissement de 10 ans

Vous êtes séduit par le Porto Vintage ? Prolongez votre voyage au Portugal avec des vins encore plus vieux et délicats.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Share

Garden Party au Théâtre Antoine : l’absurde à son apogée !

La Compagnie N°8 donne absolument tout pour faire vivre son univers barré à souhait.
Garden Party est un pot pourri joyeux, musical et parfois dégueu de Deschiens, Tati, Monty Python et Robins des Bois.

Le Théâtre Antoine n’est pas habitué à pareil délire qui salit la scène chaque soir. Saluons son audace !

Garden Party

« Ils ont un sacré univers ! »

Ce n’est pas de moi mais d’un spectateur à la sortie du Théâtre Antoine.
Une sorte de tourbillon a effectivement déferlé sur la scène. Ça rit, danse, chante, parle une langue incompréhensible, se bat en duel, vole dans les airs… Tout est possible avec la Compagnie N°8.
Les séquences s’enchaînent dans un délire continu. On croit avoir tout vu, mais non, le nombre des gags n’a plus de limite.

« Ils disaient que ça allait être barjot mais à ce point-là ! » une autre spectatrice à sa voisine.
Il est effefctivement nécessaire d’avoir l’esprit ouvert. D’avoir une case (même petite) en moins pour accepter le délire qui se joue devant nous. Tout n’est pas raisonnable, censé et subtil. Après tout, vous avez déjà une soirée entre amis finir bien ?

Garden Party
photo Gilles Rammant

«  Je n’ai pas tout compris ! »

Une autre spectatrice contente malgré tout de l’expérience.
C’est un risque à prendre mais vous n’aurez jamais vu pareil spectacle.

Garden Party peut profondément déstabiliser, mais c’est un risque à prendre quand on a envie de passer une soirée totalement différentes de toutes les autres.

Garden Party Garden Party
par la Compagnie N°8
Mise en scène : Alexandre Pavlata
avec Benjamin Bernard, Stéfania Brannetti, Gregory Corre, Carole Fages, Matthieu Lemeunier, Fabrice Peineau, Hélène Risterucci, Frédéric Ruiz et Charlotte Saliou

au Théâtre Antoine
14 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris

du mercredi au samedi à 19h

Share

Rémi Larrousse : un illusionniste-conteur hors pair

Rémi Larrousse est de retour avec Songes d’un illusionniste au Théâtre Lepic à partir du 2 mars.
Avec une économie de moyens, l’illusionniste, poète et mentaliste nous embarque dans sa rêverie les yeux ouverts et au cœur de nos songes.

Rémi Larrousse

Interaction totale 

La réussite d’un spectacle de mentalisme c’est la participation du public. Ne pas sélectionner seulement une personne au premier rang – qui pourrait faire penser à un/une complice – mais mixer tous les rangs et essayer de faire vivre une expérience inédite à chacun. 

Rémi Larrousse réussit cet échange et bluffe tout le monde. 

Avec ce spectacle, il décide d’explorer nos rêves. Alors, il nous invite à nous en remémorer certains et à en sélectionner un seul. 

Les expériences sont diverses, comme créer une connexion entre plusieurs spectateurs pour que l’un d’entre eux devine les pensées des autres. Et ça marche !
Il fait dessiner aussi. 

Le talent de Rémi Larroussse est de savoir conter, nous captiver totalement, sans temps mort avec une conviction folle.

Songes d’un illusionniste est excellent,  d’une maîtrise qui laisse sans voix. On se laisse happer par le talent.
Un spectacle qui a de grandes chances de rester un mystère à la sortie de la salle.$Rémi Larrousse

Rémi Larrousse
Songes d’un illusionniste 

collaboration artistique : Valérie Lesort

au Théâtre Lepic
1 avenue Junot
75018 PARIS
réservation 01 42 54 15 12

les samedis 2 et 9 mars à 17h30

et à partir du 13 mars

du mercredi au samedi à 19h
et dimanche à 16h

Share

Photo du mois #83 : Faire de sa ville sa prochaine destination de voyage

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de de Julia proposer le thème : Faire de sa ville sa prochaine destination de voyage.

Cette photo est toute récente. Elle a été réalisée la veille de cette publication. Impossible de ne pas la partager.
Un coucher de soleil et la Tour Eiffel, une carte postale pour donner envie de revenir chaque fin de journée.

Beaucoup d’autres destinations à découvrir ici :
Josette, Laulinea, Marie-Paule, Danièle.B, Gine, DelphineF, Giselle 43, Nicky, Akaieric, Alexinparis, La Tribu de Chacha, Céline in Paris, Dr. CaSo, Josiane, Krn, Nanouk, Pilisi, Cara, Amartia, Frédéric, J’habite à Waterford, Escribouillages, Angélique, Tambour Major, Nanie, Renepaulhenry, magda627, Morgane Byloos Photography, écri’turbulente, Pink Turtle, Brindille, Gilsoub, Philisine Cave, Lavandine, Lilousoleil, Blogoth67, Eurydice, Bubble gones, FerdyPainD’épice, Sous mon arbre, Mamysoren, El Padawan, Xoliv’, Christophe, Jakline, Julia, Laurent Nicolas, Aude, Who cares?, Mirovinben

Share

Fictions en interview : on a parlé UFO, live et cinéma

Guillaume Leglise alias Fictions compose avec la même aisance au piano ou à la guitare. L’inspiration, il la trouve partout, en studio, à partir d »une sensation ou inspiré par un film. Il lui arrive de regarder un film avec sa guitare et réinventer la bande-originale.
Il cite volontiers Mizoguchi, sa façon de filmer, ses paysages animés.
Il a 17 morceaux en stock pour un album à venir. Mais il attend, car la scène le nourrit.
Son actu : l’EP UFO accompagné de ses remix et d’un second titre, A la lueur de l’eau.

INTERVIEW / FICTIONS

Fictions

UsofParis : Comment on se fait entendre au milieu de tous les autres artistes qui sortent des EP ?

Fictions : Bien s’entourer. L’idéal : avoir un label, une attachée de presse qui savent le défendre.
Au niveau artistique, faire quelque chose de contemporain, dans l’air du temps et en même temps personnel.

Tu te tortures pour maintenir cet équilibre ?

Je me torture moins qu’avant, je suis dans la spontanéité de ce que je veux faire.
Et je comprends à peu près ce que le public peut aimer et ne pas aimer, et ma place. Il ne faut pas calculer.
Ça fait 15 ans que je fais de la musique. J’ai eu plusieurs vies. Mon propre projet est mon espace de liberté. Je prends plus le temps.

Est-il possible qu’un remix révèle quelque chose d’inattendu, comme pour ton titre UFO ?

Ce qui est intéressant. Chaque remix a mis l’accent sur un arrangement particulier. L’un a mis la ligne de basse en avant, l’autre a ressorti la guitare alors qu’on l’entend très peu dans la version originale. Un autre a fait plus un travail sur la voix.
Les gens qui remixent sont d’autres producteurs. Ce que j’aime c’est partager la création avec des gens que j’aime.
Je fais presque tout tout seul, je produis très vite en studio.

A la lueur de l’eau, c’est une co-écriture ?

Oui. J’avais le refrain et j’étais bloqué sur les couplets. J’ai rencontré un duo d’amies, Aurélie Oziol et Agathe genieys. On a eu un gros coup de cœur. On a écrit à 3.

J’adore ce titre. Il me fait penser à Lescop.

C’est marrant ! J’ai eu l’idée de ce morceau, après mes concerts – je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas fait de live.
J’avais envie d’un titre assez trippant. J’avais aussi vu Flavien Berger que j’aime beaucoup. Il a une façon particulière d’écrire ses chansons. Et on comprend mieux quand on le voit sur scène.
Je me suis inspiré de tout ça.
Je voulais quelque chose qui évoque les souvenirs, les rêves, la transparence, d’assez vaporeux.
Et j’aime Lescop, son premier album. Je suis inspiré comme lui par les années 80. Le côté enfant de la new wave.

Comment gères-tu le live ?

Fictions : J’essaie d’avoir un maximum de sensations avec le public, le chercher. On est deux en live, avec la bassiste, Clémence Lasme, qui a joué avec Moodoïd, Pyjama, Buvette…
On a des machines contrôlées, des synthés. Et surtout, je chante.
C’est le premier projet où je suis chanteur et non derrière une guitare.
Je travaille beaucoup pour le théâtre et je joue très souvent sur scène. Être avec les comédiens qui sont en connexion avec la salle, je les ai vus réagir. Et avec ces expériences, je ressens plus l’écoute du public. La musique c’est du contact, du lien.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai lu que tu étais un infatigable chercheur. Cherches-tu aussi des instruments ?

Je n’ai pas beaucoup de matériel. Mais à chaque fois, je suis dans un processus de désir avec chaque instrument. Je me renseigne, je vais regarder des vidéos…
Il peut se passer 3 ans entre le moment où je rêve de l’instrument et son achat.
Par exemple, j’ai racheté un Yamaha DX7, un synthé des années 80, l’un des premiers synthés digital grand public. T’en trouves à 200-300 e. Malgré le budget raisonnable, il m’a fallu du temps pour l’acheter. Il y a un besoin de certitude.
J’ai une guitare que j’adore d’un luthier japonais. J’ai mis 2 ans aussi l’acheter.
Ensuite, ils sont centraux dans ma production.

Le DX7 est présent dans ton EP UFO ?

Il est sur UFO, A la lueur de l’eau et aussi sur les prochains morceaux.
Il a ce grain digital et a une sortie 12 bits (une sortie un peu grossière) ce qui fait qu’il a une grosse patate.

Est-ce que tu composes en pensant à des images, des films ?

Pour le titre Riviera (dans le prochain EP), j’ai pensé au film La Piscine. Je pense souvent à une projection de moi dans un film pour que ça me donne des idées.
Fictions, c’est idée de raconter des personnages. Et concevoir chaque chanson comme un court-métrage.

Tu cites le film Sombre de Philippe Gandrieux comme un chef d’œuvre.

Je ne l’ai pas revu après sa sortie. Il y a des scènes qui m’ont marqué. La première avec le spectacle de clowns que l’on voit à travers les yeux des enfants. C’est fascinant !
Je viens de Brest, une ville sombre. Les images de Grandieux m’ont touché.

Qu’est-ce qu’elle a de plus que les autres la géniale chanteuse Victorine ?

Sa personnalité, sa liberté. Elle ne calcule pas comment elle va plaire, elle laisse aller sa fantaisie et sa poésie. Victorine met en avant ce qu’elle est. Je trouve que c’est plus authentique. Elle voit la scène comme un moment unique.
On avait des amis en commun. On s’est retrouvé au Pop’in. Nous avons travaillé sur une quinzaine de morceaux. Un album va sortir. J’adore sa poésie, son second degré. Elle a un humour immense.

Les artistes que tu aimes ?

J’aime Tirzah, c’est underground. Une sorte de néo trip-hop. Un côté assez brut. Elle a une belle voix assez soul.
Je réécoute des albums des années 90 comme Jean-Louis Murat et j’adore Julien Baer.

by Alexandre

Fictions

FICTIONS
Nouvel EP : UFO

Share

Rabbit Hole aux Bouffes Parisiens : l’impossible deuil touche au cœur

Rabbit Hole, universels parallèles aux Bouffes Parisiens frappe par sa singularité.
David Lindsay-Abaire déploie une écriture stimulante autour du deuil avec des bulles de rires, de légèreté. Chaque personnage de la mère à la grand-mère, du père à la tante essaie de supporter comme il peut la perte, l’absence et de vivre avec ses souvenirs.
Julie Gayet est cette mère en deuil à fleur de peau, aux réactions qui peuvent parfois choquer, étonner et qui opère une symbolique évolution tout au long de la pièce.

Rabbit Hole

Avec Rabbit Hole, il est question de la perte d’un enfant, un sujet douloureux.
Mais ce n’est pas une raison d’éviter de l’affronter via la fiction théâtrale. Au contraire !

La mise en scène de Claudia Stavisky ponctue le récit de respirations musicales délicates (on reconnaît la voix d’Anohni Hegarty du groupe Antony & The Johnsons). Les projections vidéo sur les murs de la maison viennent témoigner des jours heureux avant l’accident. C’est subtil, sans pathos.

Le décor évolue tout au long au récit comme une bouffée d’air pour sortir de la pesanteur qui se joue au sein du couple et de la famille.
Christiane Cohendy de nous révéler : « Il y a des salles parfois plus saisies par le drame, d’autres ont la disponibilité de se laisser rire des choses de vie. »

Et c’est justement ce qui est fascinant avec Rabbit Hole, quand on se laisse happer par le récit, on peut aussi bien pleurer que rire, être déstabilisé ou enchanté par ce qui se joue devant nous.

Rabbit Hole

« La vraie vie c’est se trouver dans des situations folles »

Julie Gayet revient au théâtre avec Rabbit Hole après de longues années de cinéma en tant que comédienne et productrice.
Elle nous a révélé son hésitation à remonter sur les planches, lors de la rencontre à sa descente de scène. En cause : la contrainte d’être tous les soirs au théâtre et la peur que sa voix ne porte pas assez.
Du Théâtre des Célestins aux Bouffes Parisiens, elle confie son plaisir de « vivre l’instant présent » et son « envie de ne pas faire la même chose chaque soir. »
Comme ce mercredi, où elle est volontairement restée en retrait, recroquevillée au sol lors d’une scène alors que d’habitude, elle est plus proche de son partenaire.

« Quand on s’entend aussi bien, on n’a plus envie d’arrêter. »
Souhaitons que la pièce joue des prolongations et poursuive sa belle tournée.

Rabbit Hole

Rabbit Hole, univers parallèles 

de David Lindsay-Abaire
adaptation : Marc Lesage 
Mise en scène : Claudia Stavisky

Avec Julie Gayet, Patrick Catalifo, Lolita Chammah, Christiane Cohendy, Renan Prevot 

au Théâtre Bouffes Parisiens
4, rue Monsigny
75002 PARIS

jusqu’au 30 mars 2019

du mardi au samedi à 21h
matinée le dimanche à 15h

Share