PHOTO DU MOIS #12 : Savoir

Chaque mois, les bloggers et bloggeuses qui participent à La Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème.
Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants, le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Pour le mois, le thème est SAVOIR.

Pour notre 12e participation – un an déjà ! – nous avons voulu partagé notre dernière découverte parisienne.
Le metteur en scène, scénographe et plasticien, Jan Fabre expose actuellement à la Galerie Daniel Templon une série de marbres d’un éclat et d’une poésie rares.
Et quelle plus intense allégorie pour évoquer le savoir que cette création unique représentant un cerveau comme terreau d’une floraison convoitée par un papillon ?
Rien de mortifère pourtant dans cette image qui inspire toutes les interprétations.
On vous laisse trouver la vôtre.

Pour découvrir toutes les autres propositions, surfez sur les blogs et partagez vos commentaires:
Wolverine, Agrippine, Alice WonderlandVioletteGizehCarnet d’escapades, La Fille de l’Air, SébastienTuxana, Viviane, Carole In Australia, CaraAkaiericLaurianeIsaquarel, LisaDeParis, Meyiloflechebleu, Karrijini,
Leviacarmina,MTestinaute, N, NataruDr. CaSoLes bonheurs d’Anne & AlexCaro from London , Champagne, magda627Christelle, La Papotte, EurydiceXavier MohrBerliniquaisFrédéricAkromaxLaGodiche, Angélique, Céline in ParisLa Flaneuse, Lucile et Rod, LyonelkPat QuébecFesse fouilleFilamotsMamysorenCoco, Emma, LavandineGilsoubKrnChris et NanouJ’adore j’adhèreCynthiaCélianoSkipi, La Parigina, EDjoulEloclemenceCaterineZaza, Hypeandcie, Sinuaisons, ArwenCherrybeeThalie,
El PadawanLaulineaCocosophieLaurent NicolasMistinguett, Nie, Anne Laure TDorydeeCindy Chouscarolles-and-co , The Parisienne, Cricriyom from Paris, Juriste-in-the-city , Isa ToutSimplementSolveigLaureAnneHappy UsRenepaulhenryThe MouseDavid et MélanieBlogoth67Xoliv’ElodieBestofavaNarayanLa MessineFanfan RaccoonLes voyages de Seth et LiseLouisianneChat bleuA&GChristophe, Sephiraph, Cook9addictLes voyages de LucyKyoko, Ava, La voyageuse comtoiseAlbanHomeos-tasieDelphineFNicky, Cekoline, FloMclwL’AzimutéeJosianeLa NantaiseCalamoniqueTambour MajorLau* des montagnesDame SkarletteMarmotte, Carnets d’images, ChloéA’icha, Sophie Rififi, OriCath la CigaleGiselle 43, Hibiscus, Stephane08GuillaumeFrançois le NiçoisGalinetteMimirelitonLouikiJulieLes petits supplices !, Photo Tuto, Pilisi

Vous êtes férus de « pictures » et souhaitez participer à La Photo du Mois ?
VITE connectez-vous sur Facebook et rejoignez-nous.
Une question ? Contactez Olivier

Share

Expo Old Up: COMBO, culture kidnapper, un mashup street art à la Galerie des Petits Carreaux Paris 2e

Dans le street art, un combo est l’assemblage de plusieurs stickers.
En visitant l’exposition événement Old Up à la Galerie des Petits Carreaux à Paris, on confirme que l’artiste COMBO porte bien son nom.

Ça fait déjà quelques mois que cet artiste français nous tape dans l’oeil au détour d’une rue et qu’il convoque des figures de la culture populaire pour des détournements aussi joyeux que dérangeants.

Pour cette exposition dans le 2e arrondissement, Combo s’est armé d’un échafaudage – un peu à la manière d’un Jef Aérosol sur la Place Stravinski – pour coller un Yoda moustachu sur le flanc d’un immeuble. Très solennel, en parrain d’un autre temps, le personnage de la saga Star Wars ne lâche pas du regard tout arpenteur du bitume qui remonterait la Rue Montorgueil, en plein jour.

Une fois le seuil de la galerie franchi, une flopée de personnages colorés nous taquine la rétine. Mickey Mouse, Tintin, Kermit la grenouille ou encore Bugs Bunny et Sangoku sont les modèles de séquences inédites et improbables. Des nouvelles aventures pour certains, des portraits de famille Noir et Blanc pour d’autres. La galerie de portraits ne manque pas d’audace ni de piquant.

Même les grands maîtres de la peinture comme Edward Hopper sont convoqués pour cette invention au décalage, recyclage et bouillonnement d’influences.

On ne saurait trop vous conseiller de vous laisser porter par ce vent frais de culture pop inspirée, régressive en diable.

OLD UP
Combo, culture kidnapper

jusqu’au 6 avril 2013

@ La Galerie des Petits Carreaux

43, rue des Petits Carreaux 75002 Paris
Ouverture du mardi au samedi 12h-19h

Share

PARIS HAUTE COUTURE exposition événement à l’Hôtel de Ville de Paris – FASHION & MODE

Paris is fashion !
Forget London, Milan, New York. Paris hasn’t loose its place as the most exciting fashion city in the top 4.
Discover PARIS HAUTE COUTURE new exhibition at Paris’ Hotel de ville.

Histoire de la mode et Fashion Week se télescopent à l’Hôtel de Ville de Paris jusqu’au 6 juillet 2013 !
Sorti de ses réserves, un ensemble de pièces emblématiques de la création française du Musée Galliera retrouve pleine lumière et s’accoquine avec les créations phares de Lagerfeld, Gaultier ou Alaia.

Le Musée Galliera n’en finit pas d’être fermé aux yeux des curieuses fashionistas mais aussi de créer une programmation alternative hors les murs.
Souvenez-vous du défilé hypnotique au Palais de Tokyo avec l’actrice Tilda Swinton lors du dernier Festival d’Automne. Une performance nommée The Impossible Wardrobe qui donnait alors un avant-goût du foisonnement de trésors du Musée dont on retrouve quelques exemples dans le parcours de l’exposition PARIS HAUTE COUTURE.

Chanel, Saint Laurent, Dior, Givenchi, Montana sont convoqués pour une évocation raffinée du savoir-faire des maisons de couture françaises. Audace, classe, précision et caractère sont les premiers qualificatifs qui viennent à l’esprit tant notre rétine est excitée par tant d’inventions vestimentaires.

Est-ce qu’un homme peut résister longtemps face au trouble causé par la finesse et la silhouette d’une robe d’Azzedine Alaïa ou encore devant la parure métallique conçue par Paco Rabanne pour Brigitte Bardot ? Certains d’entre eux pourraient même débuter une première tirade: « si j’étais une femme, je porterais… »

Vous l’aurez compris, derrières certains modèles exposés se cachent aussi des identités féminines non moins célèbres. Il s’agit de celles qui ont eu la chance de porter certains des plus beaux attributs à leur beauté.
Une poignée de femmes qui ont certainement été l’objet des plus belles déclarations d’amour ou tout du moins d’intentions galantes, armée dans leurs atours.
C’est le cas de cette robe du soir baptisée « Aurore » portée par l’actrice Geneviève Page et création de Saint Laurent pour la maison Dior en 1958.

Pour autant, photographies d’époque, dessins de début de siècle et autres créations ne sentent pas la naphtaline.
Au contraire, ces pièces anciennes trouvent une nouvelle jeunesse aux côtés des créations contemporaines.
Comme ce duo imparable entre le tailleur de Coco Chanel créé en 1960 et la robe manteau Chanel par Karl Lagerfeld de la collection automne-hiver 1995-96.

Et pour celles et ceux qui douteraient encore du pouvoir d’attraction de cette exposition, un conseil.
Si PARIS HAUTE COUTURE ne devait être vue que pour deux modèles ce serait les très spectaculaires créations de Jean Paul Gaultier – un blouson à longues manches évasées « Place du Tertre » – et Thierry Mugler.

Des modèles rarement exposés et qu’il ne nous a pas été donné de photographier car propriétés de deux maisons de couture parisiennes. Mais dont nous avons un malin plaisir à vous évoquer pour mieux vous titiller…
A bon entendeur !

Exposition PARIS HAUTE COUTURE 

Hôtel de Ville, Salle Saint-Jean
5 rue de Lobau, 4e

Jusqu’au 6 juillet 2013
Tous les jours de 10h à 19h (dernier accès à 18h15)
Fermé les dimanches et jours fériés

Exposition en entrée libre

Share

Expo fashion: ARRRGH! MONSTRES DE MODE à la Gaîté Lyrique #Paris / Vidéo

Fashion is crazy ! La mode est folle !

Au regard des défilés de Vivienne Westwood, de Jean Charles de Castelbajac ou encore du belge Walter Van Beirendonck – dont nous regrettons sa récente faillite – le monde de la création n’est pas en reste quand il est question de confusions des genres, de foisonnements des références.
L’inspiration est bien souvent sidérale et les compositions sont parfois aussi improbables que génialissimes.

De là à concevoir des vêtements qui entravent, maltraitent le corps ou qui ne sont tout au plus que des assemblages que l’on pourrait exposer dans son salon faute de pouvoir les porter, la distance est finalement toute relative entre le vêtement et l’oeuvre d’art.

Jean Paul Gaultier a bien fait porter la jupe à des hommes et Charlie Le Mindu des costumes chevelus à Lady Gaga, adopterez-vous le look Mad Max animal par Takashi Nishiyam

ou la version goutte de pluie et manteau gonflable avec le styliste Hideki Seo ?

Avant de sauter le pas, découvrez l’expo sous l’angle d’United States of Paris avec le créateur Craig Green – tout juste nominé pour les Designs of Year Awards – et Angelos Tsourapas, l’un des deux commissaires de l’exposition à la Gaîté Lyrique, Paris.

Vous ne verrez plus la mode comme avant.

Image de prévisualisation YouTube

Exposition ARRRGH! Monstres de mode

Commissaires: Vassilis Zidianakis et Angelos Tsourapas
Jusqu’au 7 avril 2013

@ La Gaîté Lyrique
3 bis rue Papin
75003 PARIS

Mardi: 14h à 22h
Mercredi à samedi: 14h à 20h
Dimanche: 14h à 19h

Share

QUELQUE CHOSE DE COMMUN… de Juliette Peytavin par La Nivatyep Cie, du Théâtre de la Loge à Avignon

C’est une tâche ardue que de se construire au sein d’un groupe, d’une communauté et c’est la thématique au centre de la pièce Quelque chose de commun… au Théâtre de la Loge.

Ils sont sept jeunes acteurs/danseurs, tous formés à l’ERAC (l’Ecole Régionale d’Acteur de Cannes) menés par leur metteur en scène Juliette Peytavin. Au début, ils se déshabillent et jouent avec du sable. C’est l’enfance, le retour aux sources. Puis ils évoluent, ils virevoltent, ils pirouettent, ils s’emmêlent les uns avec les autres, quelquefois les uns contre autres. Tour à tour, ils mettent en avant leurs défauts, leurs petits traits de caractère, tentent de s’affirmer… Une place particulière est laissée à l’indécision et au doute qui sont comme deux personnages clés de la pièce. Une jeune femme fait défiler les autres devant elle comme un casting de mannequins et scrute chaque détail, elle encourage puis juge, critique, anéanti, rabaisse.

C’est violent et c’est une métaphore de ce poids qu’est le regard des autres et que l’on subit chaque fois que la vie en société devient trop lourde. A un autre moment les comédiens mettent en avant des compétences plus ou moins farfelues, l’une imite les chanteuses française à la perfection, son voisin peut jouer L’Ours et La Mouette  de Tchekov en même temps, le suivant sait jouer de ses atouts pour obtenir un emploi… On pense à « Des gens qui dansent » la création contemporaine de Jean-Claude Gallotta. C’est poétique mais pas prétentieux. Pour les voir à Paris, il faut se dépêcher c’est jusqu’au 9 mars mais la Compagnie Nivatyep vient de décrocher son passeport pour Avignon Off !

QUELQUE CHOSE DE COMMUN…

Mise en scène: Juliette Peytavin
Avec le regard extérieur de Gildas Millin
Distribution:
Manon Allouch, Louise Belmas, Julie Collomb, Benjamin Farfallini, Maxime Mikolajczak
Romane Peytavin, Issam Rachyq-Ahrad

Scènographie / Lumière : Yoan Claveau de Lima
Création sonore : Guilhem Delhomme

Par la Compagnie La Nivatyep

Article by Hermine Mauzé

Share

LIZA MINNELLI back in Paris – Concert exceptionnel à l’Olympia en photos – New York New York forever

 Qui est capable d’enchaîner en une semaine un concert de Liza Minnelli, une performance de Björk, la dernière création de Angelin Preljocaj au Théâtre de la Ville et la séance en avant-première du dernier Judd Apatow, 40 ans mode d’emploi ?

Seule l’équipe d’United States of Paris peut assurer en si peu de temps de tels écarts culturels.
Et ce mardi, ses membres souhaitaient entendre une fois – au moins – en live l’hymne de tout les temps New York New York.
Son interprète magistrale était à Paris pour un concert unique.
Les lettres composant le nom de la star américaine tout en néons à l’entrée de l’Olympia, pouvaient nous projeter, ce soir-là, à une avant-première hollywoodienne.

 Liza Minnelli a retrouvé pour une soirée unique et comble son public parisien à qui elle a réservé quelques chansons en français et des anecdotes made in France.
Nous partageons ici quelques photos souvenirs d’une rencontre exceptionnelle.

 Toujours mutine avec son public. Elle quitte la scène accompagnée de son pianiste – également chef d’orchestre.

 Quelques titres de la setlist à l’Olympia.

Share

Humour : LA TROUPE A PALMADE s’envoie en l’air et en public à la Comédie de Paris tous les dimanches et lundis

Les fins de week-end vous minent le moral ? La reprise du début de semaine vous envoie le sourire dans le décor ?
Nous vous proposons de filer découvrir LA TROUPE A PALMADE (ex Atelier de Pierre Palmade) à la Comédie de Paris.

Mais c’est quoi au juste cette troupe ?
Un Comedy Club à la Djamel Debbouze avec une raie sur le côté ? Un club d’impro parrainé par un grand nom ?
Une Star Academy ou une Nouvelle Star en mode franche rigolade ?

Rien de tout cela. Pierre Palmade a voulu réunir des acteurs qu’il a découvert sur scène ces dernières années, ses coups de coeur. Le but avoué: jouer tous ensemble sans volonté particulière de se frotter au regard du public, au début en tout cas.
Dans cette troupe  – de 30 personnes au total –  chacun a dû apprivoiser son personnage avec un caractère pur jus et qu’il va développer au fil des répétitions.
C’est l’occasion pour les acteurs d’aller au bout de la réflexion sur le jeu et de la psychologie de leur personnage, forcément relevé et coloré.

Et qu’est-ce qu’on va voir ?
Prendre son billet pour la Troupe à Palmade, c’est un peu comme se planter dans son canapé sans le Télérama de papa ou le Télé 7 jours de maman. Le programme est surprise. Selon la date de représentation, vous assisterez à une pièce originale, présentée Pierre Palmade- telle une speakerine du siècle dernier – pour le plus grand plaisir du public.

Nous n’avons pas vu la nouvelle production L’entreprise qui se joue actuellement jusqu’au 31 mars, mais
nous avons découvert une partie de la troupe dans la création précédente Les Frères, interprétée par une bonne quinzaine d’acteurs.
Ecrit par Jean Gardeil  et Rudy Milstein, qui interprètes un couple de frères en apparence improbable – relation que ces acteurs ont créé tout naturellement dans la troupe au cours des premiers exercices –
cette pièce réunit deux frères qui se prennent leur passé en pleine gueule à force de le chercher.

Le spectacle n’est pas pour autant une succession de scénettes indépendantes les unes des autres mais une vraie histoire avec ses rebondissements et ses quiproquos, dignes d’une pièce qui tient le haut de l’affiche d’un théâtre privé des Grands Boulevards.

Certaines scènes pourraient très vite devenir cultes. Notamment celle d’ouverture : la lecture du testament de la mère des deux protagonistes.
Un vrai moment de fou rire et d’écriture fine, ou encore celle de la soirée « romantique » entre Jean et une femme cougar.
Nous ne dévoilerons pas la chute au cas où le spectacle reviendrait à l’affiche – et on l’espère !

Les rendez-vous galants improvisés et les soirées entre amis ponctuent le fil du récit. Chaque comédien a son moment de grâce, avec des dialogues cousus mains.

Avec La Troupe à Palmade, c’est l’assurance de faire la rencontre 15 comédiens par soir en pleine maîtrise de leur jeu, qu’ils partagent avec une rare complicité.

Si  M. Palmade et ses acolytes ont mis la barre aussi haute pour la deuxième expérience scénique L’entreprise que celle de la pièce Les Frères, vos zygomatiques vous remercieront de les avoir conduit jusqu’à Pigalle un dimanche soir !

LA TROUPE A PALMADE

Mise en scène : Pierre Palamade

Les dimanches à 18h et les lundis à 20h
jusqu’au 29 avril 2013

à la Comédie de Paris
42, rue Pierre Fontaine
75009 PARIS

Production : Ki M’aime Me Suive

Share

Critique Spectacle: LES PLEUREUSES A La Folie Théâtre Paris

« Il y a des vies de femmes qui ne sont qu’une suite de larmes, et dont l’existence, en fin de compte, est une réussite. » Armand Salancrou

Une histoire burlesque : une veuve vient se recueillir sur la tombe de son défunt mari et tombe nez à nez avec une de ses maîtresses laquelle est un peu excentrique, toquée d’astrologie et pas franchement très lettrée. S’ensuit un dialogue vif entre les deux femmes qui   oscille entre absurdité, loufoquerie et émotions. Le jeu est tout en rupture.

Photographie de Yannick Perrin

La pétulante Stéphanie Doche et l’impétueuse Alexandra Carlioz ont un humour un peu cruel qui provoque un rire jouissif et libérateur. Elles évoquent tour à tour Hector, le défunt qui revient sous la forme d’un perroquet, les pauvres qui dérangent, le concept du camping-car que l’on déplace une semaine par an (et encore toujours au même endroit), ou encore les associations de chiffres chez les dogons. Remède efficace pour les thanatophobes, les deux actrices ont déjà conquis Annecy et sont en passe de conquérir le public parisien…

Photographie de Yannick Perrin

LES PLEUREUSES 
A la Folie Théâtre

6, rue de la Folie Méricourt
75011 Paris

de Pierre-Louis Lanier

Avec Alexandra Carlioz & Stéphanie Doche
Costume de Chantal Derippe
Création lumière de Ivane Forot
Musique de Bernard Donzel-Gargand

Jusqu’au 24 mars 2013,
du jeudi au samedi à 20h et le dimanche à 16h30

Tarif plein : 22 € Tarif réduit : 17 €
Et 10 € pour les spectateurs qui sont déjà venus au théâtre !

Article by Hermine Mauzé

Share

CONCOURS HUMOUR : des invitations pour le spectacle « Bientôt papa ? » de JULES à l’Instinct Théâtre

JULES débarque à Paris avec son spectacle BIENTÔT PAPA ?

 Découvrez le spectacle le plus attendu de ces 9 derniers mois !
Bientôt Papa ? ou la paternité future et potentielle d’un trentenaire comme les autres… ou presque.

Parfois, en matière d’humour, il est aussi conseillé de savoir franchir la frontière pour renouveler nos gammes.
Ça tombe bien, un humoriste va bientôt mettre le pied sur le sol parisien pour nous débrider lez zygomatiques à grand coup de ventre.

 JULES, comique et aussi chroniqueur sur RTL Belgique, promet un stand up relevé autour de la figure de la paternité.
Un pendant masculin au désormais culte Mother Fucker de Florence Foresti. Et la comparaison,

Pour vous donner encore plus l’eau à la bouche, Bientôt Papa ? a été récompensé par les prix du public et du jury au Festival International du Rire de Bierges en 2011.
Pour le reste, on vous en dira plus quand on verra le spectacle en même temps que vous !

Car nous faisons gagner 2 places pour la représentation du samedi 16 mars à 19h.

Pour participer, il suffit de nous envoyer vos nom et prénoms par mail en précisant CONCOURS JULES en objet du mail à : usofparis@gmail.com

Date limite de participation le 13 mars à 23h

Le  gagnant des 2 places sera prévenu par mail, après tirage au sort, deux jours avant la représentation.

Bonne chance à tous et toutes !

L’instinct théâtre
18 Rue du Beaujolais
75001 Paris

Merci à la Prod de Jules ! 
et
Jeux concours gratuits

Share

MISS FRANCE 2013, des mascottes et les bonnes adresses du 50e Salon International de l’Agriculture Paris

Les VIP se succèdent à cette édition du 50e anniversaire du Salon International de l’Agriculture et ne se ressemblent pas tout à fait.
La première invitée de marque à descendre de sa voiture avec chauffeur n’est autre que Marine Lorphelin, ex Miss Bourgogne et désormais Miss France 2013, escortée de très près par une Sophie Tellier en vraie mère maquerelle.

Un bain de foule pas des plus faciles pour la nouvelle reine de beauté à en juger: la présence de la longue perche-micro du Petit Journal Canal Plus, les quelques visiteurs insistant qui veulent la photo en groupe + le bisou de la belle et les nombreuses autres sollicitations des journalistes à mi-parcours. Rajoutez à tout ceci, un groupe d’enfants tout excité et bruyant.
Dans la cohue, on pourra entendre: « Je vais pas encore dormir de la nuit ! » d’un jeune homme en plein contentement après avoir fait sa photo.
Deux dames malicieuses croient bon de lancer à un papy tendant son appareil photo: « C’est pas bon pour vous, Monsieur ! »
Un dernier bougre n’a pas résisté à partager avec ses deux amies un constat terrible: « Si j’étais comme elle, je serai une bombe sexuelle ! »

Au même moment, dans le même hall 7 mais un étage plus bas. Un autre visiteur bien accompagnée parcoure les stands d’un pas assuré et volontaire.
Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo, le suivant comme son ombre, jouent la courtoisie et la quasi discrétion.
Pas de gros déballage médiatique en vue mais les gardes du corps montent d’un cran niveau carrure.

Un peu plus loin, côté bovins, en hall 4, une ancienne candidate à la présidentielle vient tester son capital sympathie. Et il est plutôt au beau fixe.
Ségolène Royal sourit à qui veut bien l’approcher et l’interpeller.

Mais soyez rassurer. Ces visiteurs ne perturbent en rien la quiétude des nombreux animaux présents sur le site.
D’une part parce que ces derniers ne sont pas l’attraction première des People, qui raffolent plus de contacts humains et de dégustations sur stand.
Par exemple, Lorenzo, la mascotte des moutons du Salon, a toute la sérénité qu’il mérite à l’écart du jeu de bousculades pour la photo du moment.
Mais une question persiste dans la bouche des visiteurs, petits et grands: pourquoi est-il donc emballé ? Un enfant demandait à sa maman:  « C’est pour protéger sa laine qui est fragile ? »

Le Salon est aussi l’occasion de nouveaux concours de « beauté » pour élire les plus belles bêtes.
Ici sur le ring ovin, les membres d’un jury en pleine observations des atouts de brebis.
L’animateur n’a pas manqué de souligner les qualités de la brebis blanche et de « ses mamelles de Formule 1« 

Côté bonnes adresses pour produits à savourer, nous vous conseillons le jambon et saucisson basque de l’enseigne Pierre Oteiza. Mis à part une sélection exceptionnelle par le nombre de cochonailles exposées et les choix proposées (sandwichs, cornets et autre pièces), l’arrière-boutique cache un restaurant où il fait bon ripailler.
C’est le lieu semi-clandé qui reste ouvert jusqu’au bout de la nuit, pour les exposants en mal de saveurs du pays.
Ambiance garantie et menu complet servis toute la journée avec pichet de rouge.

Besoin de fraîcheur ?
Nous ne serions trop vous conseiller le sorbet antillais coco ou ananas. Réalisé dans une sorbetière traditionnelle, les plus rétifs aux saveurs de la noix de coco n’en reviendront pas de tant de finesse de goût. A consommer à grands coups de cuillère.
Pour les nouveaux adeptes, sachez que l’enseigne joue les prolongations en s’installant pour la Foire de Paris.

Sinon, pour les parigots en mal de fromage. Allez donc jeter un oeil aux stands de Savoie et aux chalets de dégustation de tartiflette. Ici « chanter des chansons de Savoie c’est bon pour la santé » dixit le chanteur-accordéoniste présent ce jour-là. Il semblerait que les produits locaux le soient aussi.

50 ans du Salon International de l’Agriculture 2013
Paris Porte de Versailles de 9h à 19h
Nocturne le vendredi 1er mars jusqu’à 23h

Share

Blog Paris – La capitale autrement WITH TIPS IN ENGLISH !

Translate »