Musée Soulages à Rodez : émerveillement artistique et architectural

Visiter le Musée Soulages à Rodez est plus que jamais indispensable. Pierre Soulages, illustre peintre du noir, artiste célébré à travers le monde, va fêter ses 100 ans le 24 décembre prochain.
2019 est donc une année de célébration avec une série d’expositions et d’événements.
Visite de cet écrin unique à la collection subjuguante.

Musée Soulages

Pierre Soulages, source inépuisable d’étonnements

Mon attachement à l’œuvre de Pierre Soulages date de mes années fac. Je demande conseil à un de mes profs sur le sujet du noir. Il me lance sans hésiter un nom : Soulages. Je file chercher des livres. C’est intrigant, je m’initie à cette lumière qui émerge de surfaces peintes en noir.
Ma curiosité est aiguisée et ne fera qu’augmenter au fil des années.
L’artiste, j’ai pu le rencontrer à la Cité de l’Architecture alors que son musée n’était encore qu’une maquette. Il m’avait parlé de Conques, de ses inspirations et de rugby – sport qu’il a pratiqué et qu’il affectionne toujours autant.
Ce prof de fac qui m’avait initié à l’art subtil de cet illustre peintre, je l’ai retrouvé près de 20 ans plus tard à la terrasse d’un restaurant à Rodez. Comme moi, il était en pèlerinage Soulages. Ça ne s’invente pas !

Musée SoulagesMusée Soulages

Musée Soulages, le plus beau des écrins

La visite du Musée Soulages était donc une évidence. Une figure imposée, même si j’ai mis du temps à prendre la route pour Rodez.
L’expérience est intense aussi bien en matière d’architecture que dans la qualité des œuvres présentées. Le parcours fait entrer dans la création pure, avec des confrontations sublimes entre lumière du jour et grands formats. Les aspérités des murs de métal viennent ainsi exciter l’œil, créer un dialogue subtil avec la peinture.

Musée Soulages

Musée Soulages
L’œuvre gravée a aussi une large place dans ce musée. Et réserve de très belles pièces : lithographies, eaux fortes, sérigraphies…
Des pièces qui étaient encore accessibles pour des passionnés pas forcément fortunés, il y a encore une dizaines d’années. A l’approche du centenaire, ces pièces réalisées avec grand soin et signées par l’artiste sont très recherchées.

Musée Soulages

L’abbatiale de Conques a droit à une salle entière et une pleine hauteur pour comprendre le processus de création de ses vitraux.
Pierre Soulages aura multiplié les techniques et essais pour trouver le verre parfait qui sublimera ce monument aveyronnais.
Le résultat est à apprécier aussi bien de jour, à tout moment – car le soleil adore jouer avec – que de nuit. Les nocturnes permettent une proximité avec les vitraux. Forcément magnétique !

Musée SoulagesMusée Soulages

Musée Soulages Rodez

Jardin du Foirail
Avenue Victor Hugo
12 000 Rodez

Exposition Yves Klein, des cris bleus…
jusqu’au 3 novembre 2019

et au Musée Fenaille
exposition Pierre Soulages, un musée imaginaire
jusqu’au 10 novembre 2019

Musée Soulages

Share

Photo du mois : Mythes et mythologies

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Pink Turtle de proposer le thème : Mythes et mythologies.

Difficile de ne pas évoquer l’événement qui attire les foules à la Villette. Toutankhamon s’offre une dernière tournée fastueuse et passe par Paris.
Cette exposition rappelle que le jeune pharaon aurait dû être oublié à jamais, ses successeurs ont tout fait pour l’effacer de l’histoire.
La découverte de sa tombe intacte par Howard Carter va être un tel impact qu’il deviendra le souverain égyptien le plus connu à travers le monde.

D’autres mythes et mythologies sont à explorer ici :
Blogoth67, Lavandine, La Tribu de Chacha, Eurydice, Mamysoren, Josette, Krn, Josiane, magda627, Who cares?, Morgane Byloos Photography, Travelparenthesis, Jakline, DelphineF, Mirovinben, Alexinparis, Laurent Nicolas, Giselle 43, Pink Turtle, écri’turbulente, Xoliv’, Céline in Paris, Sous mon arbre, Cara, Pilisi, J’habite à Waterford, Philisine Cave, Gilsoub, Julia, FerdyPainD’épice, Gine, Christophe, Marie-Paule, Amartia, Frédéric, Escribouillages, Brindille, Betty, Tambour Major, El Padawan, Renepaulhenry, Lilousoleil, Akaieric.

Share

La Gare Saint-Lazare innove avec ses portes de validation

Retour à la Gare Saint-Lazare pour, cette fois, découvrir un nouvel équipement. L’installation des portes de validation pour l’accès aux quais des trains Transilien avec le déploiement d’un signalétique spécifique (fil d’Ariane et Nudge). 

La révélation des coulisses du projet qui a tenu en haleine plusieurs équipes de la SNCF pendant 3 ans – en étroite collaboration avec Île-de-France Mobilités – est, à ma grande surprise, tout à fait passionnante.

Récit d’une réussite made in France qui n’a pas manqué d’étapes phares à respecter, de paroles d’experts, de tests, de contrôles sécurité, de concertations avec les différents acteurs et notamment les clients.
Un challenge qui n’a souffert d’aucun retard. La date de mise en service, le 15 juillet 2019, était en ligne de mire depuis le lancement de l’aventure et elle a été maintenue.

portes de validationPortes de validation

Portes de validation innovantes et made in France

Les 147 portes de validation de la Gare Saint-Lazare, rétractables et déclinées en 3 tailles, ont été conçues en France, à Valence et à Paris.
Elles sont munies de caméra 3D en hauteur pour compter en temps réel le nombre de passages et détecter la topologie des clients – et ainsi éviter la fermeture en cas de passage de poussette ou valise, tout en détectant la possible fraude.

Ces portes répondent à un enjeu de taille : gérer un débit suffisant pour assurer le flux en gare. Et l’attente a été longue car “les technologies n’étaient pas assez avancées pour le faire avant”, nous confie Delphine Bazin, Responsable équipement validation.
Cette problématique de mass transit (transit de masse) n’est pas spécifique à la ville de Paris. Les responsables des transports de Londres sont aussi dans cette réflexion continue et ont, d’ailleurs, échangé régulièrement avec les équipes de St Lazare. Des visites des deux côtés de la Manche ont même été organisées entre les équipes françaises et anglaises.

Pour lancer ce projet, il fallait faire appel à beaucoup d’experts différents, aux savoirs spécifiques et disponibles. Les champs sont aussi distincts que l’étude des flux avec modélisation du flux de St Lazare. Les spécificités de la gare (notamment intégrer l’accès aux trains à destination de la Normandie). Mais aussi l’architecture, l’expertise travaux, la sécurité ou encore la signalétique.

D’un projet technique, c’est devenu très vite un projet global de transformation de la gare qui a sollicité la participation de beaucoup de responsables.

portes de validationportes de validation

Expérience des agents, paroles de clients

Côté SNCF et Île-de-France Mobilités, Delphine Bazin revient sur le début de l’aventure. La difficulté était “que tout le monde se mette d’accord sur l’objectif. Nous sommes tous d’entités différentes avec toutes des visions différentes.” Ainsi, il était possible d’entendre : “On ne pourra jamais le faire, On l’a étudié depuis 15 ans, Ça va défigurer la gare ou encore Ça ne tiendra jamais en matière de flux…”
La responsable de projet avoue : “On est parti avec beaucoup d’inquiétudes et de questions.

La réussite du projet tient sur le travail collaboratif entre tous les acteurs de la gare : chef de projet, gestionnaires de plateforme, responsables de la gare.
Mais aussi grâce aux échanges nombreux côté clients. “Ils ont été sollicités dès la conception de l’équipement. On leur avait montré les maquettes et posé des questions.”
Que ce soit les associations de clients, les clients individuels ou les associations de personnes à mobilité réduite, tous ont été très actifs.
Bien sûr, il y a toujours des mécontents qui trouvent que leur trajet va être ralenti par la validation de leur titre de transport. Et c’est une minorité. Mais il y aussi des tweets d’usagers qui prouvent que la majorité est satisfaite. Les portes permettent de diriger le flux et d’éviter qu’un trop grand nombre de personnes s’agglutinent au même endroit.

Et surtout, elles sont contrôlables depuis le centre opérationnel d’escale, pour des raisons de sécurité ou si le flux est particulier. Il est ainsi possible de modifier le sens d’ouverture des portes, de les ouvrir en une seconde.

Portes de validation

Portes de validation

Fil d’Ariane et Nudge pour guider au mieux les clients

En parallèle des travaux d’installation en gare Saint-Lazare qui se sont déroulés de jour comme de nuit (de 1 heure à 5 heure du matin), les équipes ont été aussi très réactives en matière de signalétique pour que le client puisse s’orienter facilement.

Gabriel Virette, Responsable du déploiement des portes de validation à Saint-Lazare, nous confirme que l’enjeu est de “pré-orienter dès le niveau du métro, que les clients puissent identifier la zone de leur train et qu’ils puissent y accéder le plus vite possible.”

Laure Dubard, Dirigeante de l’unité Gare St Lazare, confirme l’ingéniosité et la réactivité des équipes de Gare et Connexions :  “l’histoire a commencé par l’idée de pré-positionner les clients, par zone, sur le quai transversal. Nous avons jugé important de voir apparaître dès le début de leur cheminement des petits carrés de couleur sur les écrans d’information. Ainsi naquit le fil d’Ariane, les lignes de couleurs déployées sur les escalators, les poteaux, qui se poursuivent jusqu’au plafond des passages pour terminer leur route sur le quai en pré-positionnant le client en toute sérénité.”

Portes de validation

“Un grand soir, un grand lendemain : les petits carrés et les stickers devaient absolument apparaître le même jour. Ils ont été tous été conjointement déployés dans la nuit du 8 au 9 juillet.”

Ce fil d’Ariane qui vise à réguler les flux est un mélange de Nudge, d’information, de signalétique et de sécurité du client. “Le but est que les clients soient sereins et garantir la qualité de leur temps passé en gare”, ajoute Laure Dubard.

Et ce qui est fou : “tout le monde ne comprend pas forcément le fonctionnement mais il suffit d’une proportion de clients qui appréhende le dispositif pour influencer le reste des usagers“, nous confirme Gabriel Virette. Il y a donc bien un effet de mimétisme. Les gens se suivent en gare, notamment au niveau des portes de validation, se dirigeant vers les portes centrales pour leur entrée.

“On est tellement préparé. On est rassuré par le fonctionnement. Nous savons que nous tenons notre débit.”

portes de validationPortes de validationportes de validation

LA SUITE

Pour Delphine Bazin, “l’équipement de la gare Saint-Lazare est un peu le début d’une nouvelle histoire pour le lancement du post-paiement.” Le principe étant, comme à Londres, de valider en entrée et en sortie et d’être débité à posteriori de son voyage.
St Lazare est le maillon d’un gros projet de transformation des gares Ile-de-France.” Les 391 gares de la région vont progressivement évoluer.

 

BONUS : les portes ont nécessité une longue phase de tests. Notamment en matière de réglages. Un grand nombre de cas a été testés : passage avec un parapluie, un chien, une poussette, une valise… Ceci pour qu’à chaque fois, la porte ne se referme pas trop vite.

Portes de validation

Share

Vins du Languedoc : un terroir surprenant à découvrir

Les vins du Languedoc Roussillon ont mauvaise réputation ? 
Et pourtant en une soirée passée avec des producteurs d’AOC, on a pu constater qu’il faut envoyer balader bien loin cette fausse image des vins du sud-ouest.
Entre rencontres et dégustations, un gros plein de chaleur humaine et notre sélection de trois cuvées : rosé, blanc et rouge !

Avant de faire connaissance avec nos hôtes d’un jour, et surtout Alexandre They, on se penche sur nos trois coups de cœur !

Languedoc

Les vins du Languedoc : notre sélection

Un blanc pour s’égailler le palais !

Si on a découvert le Saint-Chinian version blanc, notre pleine attention se porte sur le Picpoul de Pinet La Croix de Gratiot.

vins du Languedoc

Ce vin frais et léger, très minéral est parfait pour ouvrir l’appétit.
Bien évidemment,  il sera au top pour accompagner des fruits de mer. Normal, il est élevé le long de l’étang de Thau et de ses parcs à huitres.
Le 100 % cépage Picpoul, ce n’est pas mal du tout.

Bon à savoir, le Picpoul commence à détrôner le Muscadet de Loire-Atlantique chez nos amis Anglais.

Un rosé pour un apéro cosy

Les techniques de production et d’élevage des rosés ont bien changé depuis quelques années. Devant nous, on peut voir toute la gamme, du plus clair au plus foncé. Et nos amis vignerons innovent aussi côté packaging.

vins du Languedoc

Des parcelles entières de cépages sont dédiées à ce breuvage estival. C’est un vin qui a besoin de moins de soleil ou de parcelles plus en altitude.
Alors il y a des arômes à découvrir, sachant que plus il est foncé, plus le rosé a de saveur.

Notre palais s’est arrêté sur le Domaine de Fontenelles, Tenues de soirée 2018.

vins du Languedoc

Un vin rosé tout en douceur, rien n’accroche les papilles. Ce n’est pas le plus aromatique, mais il n’est pas trop atypique.
Une charmante découverte pour un été barbecue en douceur.

Côté rouge, un choix difficile !

On aurait aimé pouvoir faire une sélection plus large qu’un seul vin, tant la production languedocienne est surprenante du côté des rouges. Tant au niveau des goûts que des appellations : Le coupe soif, Rien ne m’effraie, Comme à Cayenne, Rendez-vous sur la Lune…

Il faut toujours qu’il y ait “une interaction entre l’humain et le vin“, nous confie Alexandre They, du Château du vieux Moulin.

vins du Languedoc

« On sent le bonhomme ! », c’est ce que l’on s’est dit quand le Vox Dei a recouvert nos papilles. On aime ses tanins bien présents et ses notes de fruits rouges.

C’est indéniablement celui que l’on choisirait pour passer un bon moment entre amis. En plus il est bio !

Alexandre They, pour l’amour du vin

Avec son épouse, le vigneron qui officie au Château Vieux Moulin a une devise “Le vin est à l’humanité, ce que Tinder est aux réseaux sociaux et chez USofParis, on adhère à 100 % !

Producteurs AOC
Les producteurs du Languedoc : à gauche Alexandre They

Et cette philosophie résume parfaitement l’homme. Amoureux de ses vignes et préférant les contacts humains, il n’a qu’une envie : transmettre sa passion du travail du vin, “Question de partage et de plaisir“. Et derrière chaque étiquette de cépage, ils écrivent un message poétique. On adore.

vins du Languedoc
Comme une dimanche 2018 – Chateau Dieu Moulin

Pour partager son amour de la chair et du vin,  Alexandre organise des soirées gastronomiques. Une grande tablée, des bons plats et du vin pour les amateurs. “On transcrit les valeurs que l’on porte, des moments de plaisir… apprécier, partager, c’est de la convivialité.

On a très très envie de partir dans le Languedoc sur les terres d’Alexandre.
Qui nous suit ?

carte des vins du Languedoc

Plus d’infos et de découvertes sur le site des AOC du Languedoc !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Share

Restaurant Sapnà à Lyon : série d’éclats en bouche

Les deux seuls reproches que l’on pourrait faire au restaurant lyonnais seraient son nom Sapnà – on a beau soigner la prononciation, c’est pas une folie phonétique – et la lumière des toilettes, rouge.

Après, j’ai beau chercher les qualités sont légion au 7 de rue de la Martinière à Lyon.
La carte bien sûr des entrées et des plats à partager, le bar à desserts, le service, les salles climatisées, la large terrasse en bois quand il fait beau.

Sapnà

Exceptionnellement, on commence par la carte des desserts. Ce n’est pas une option mais une figure imposée.
Le bar à desserts du restaurant Sapnà dirigé par Rémi Havetz est une extase. L’étonnement est de mise car les audaces sont permanentes.

Le chef pâtissier récompensé au festival Omnivore 2019 enthousiasme midi et soir. Certains amateurs ne viennent que pour lui, faisant l’impasse sur la carte salée.

Bar à desserts : brillante idée ! 

Quatre desserts proposés sur une carte cartonnée avec des intitulés très sommaires et des cases à remplir avec le nombre souhaité.
Ce samedi soir, ce sera Fraise, choco ruby et sureau, Panacotta vanille abricot et légumes verts et la Sexy ice cream.

Sapnà

Le dessert Fraise et ses différentes textures (onctuosité, craquant, légèreté) m’ont excité les papilles. Je suis allé demander le détail des ingrédients à Rémy, en pleine action derrière son comptoir.
Au menu, riz au lait, chocolat ruby (chocolat rose), poudre de fraise maison, fine couche de sablé breton, sorbet sureau et beaucoup de fraises bio de la région ! “J’en ai marre qu’on me serve un dessert à la fraise avec 3 fraises qui se battent en duel. Ça m’énerve ! 😉 ” se justifie le pâtissier.
Les fraises sont glacées à la liqueur, une pointe de framboise pour l’acidité. Des petits pois wasabi et mélange d’herbes de la région viennent finaliser cette composition trippante.

sapnaLa Panacotta, “dans la plus pure tradition italienne“, est conçue avec de la vanille de Tahiti “parce qu’elle est au-dessus de tout” pour le pâtissier. Et c’est l’éclate totale en bouche !
Compotée d’abricots pas trop sucrée, bien acidulée. Nougatine de pignon de pin et graine de tournesol. Pistaches de Turquie (région de Gaziantep), “les meilleures du monde“. Salade de légumes verts (poids gourmands, petits pois, abricots secs, fenouil en pickles et concombre cru. Vinaigrette faite à base d’huile de vanille et vinaigre de verveine. Sorbet aux herbes, tuile de riz, poudre d’herbes.

sapnaLa Sexy Ice Cream est un “dessert cochon” selon l’équipe. Il fait la part belle au sucre. Cookie, glace à la crème maison, coulis caramel. C’est une décharge de sensations fortes qui plait malgré une pointe de culpabilité.

Carte salée à partager absolument  

Passage au salé, orchestré par le chef Arnaud Laverdin, qui nous a permis une montée progressive de notre excitation gustative.

Œuf teriyaki, huître fine de claire (tapioca, kombucha de pomme, tofu), bao burger à la crevette et son chutney d’ananas. Un trio savoureux et une adhésion totale au concept qui vise à piocher dans le bol ou l’assiette des autres pour partager toutes ces saveurs métissées franco-japonaises.

Sapnà

Les plats arrivent et l’on est pris d’une curiosité excessive : envie de tout goûter en même temps. La lotte qui baigne dans une jolie mixture de radis roses, oignons pickles et pralins. L’onglet de bœuf onctueux dans son émulsion et bien amarré à ses carottes et pistaches croquantes et légèrement relevé par le piment isot. Et la volaille KFC marinée façon Thaï, simple mais qui joue l’excellence.

sapnasapna

En accompagnement, comme si ce n’était pas déjà assez de plaisirs : des frites de daïkon de saupoudrées de furikaké (mélange d’algues, sésame, sel et bonite), avec une sauce légèrement relevée. Tellement bonnes, à se damner.

Le restaurant Sapnà c’est aussi une cuisine ouverte sur la salle. Un chef qui n’hésite pas à en sortir pour servir un plat à une table ou conseiller un duo d’Américains de passage à Lyon. La décontraction est de mise et ça nous change des bouchons lyonnais. 😉

Sapnà

7, rue de la Martinière
69001 Lyon

Ouvert :
mardi, jeudi, vendredi, samedi : 12h à 14h et 19h30 à 23h
mercredi : 19h30

La même équipe est aussi aux commandes du restaurant La Bijouterie, à quelques mètres, au 16 rue Hippolyte Flandrin.

Share

Le groupe Accident s’offre un Dernier voyage génial & fantaisiste

Le groupe Accident est un duo aussi attachant que décontracté de la paire de tongs. Les deux cousins Jérémy Monteiro et Laurent Maudoux ont dégainé un Dernier Voyage (EP 6 titres) aussi surprenant, estival qu’entrainant. Pour leur retour, ils ont pactisé avec un tout jeune label Little John. Interview des deux gaillards. 

Interview groupe ACCIDENT

groupe Accident
selfie exclu UsofParis

UsofParis : Jérémy, 3 adjectifs et un défaut pour décrire Laurent ?

Épicurien, j’ai pas l’adjectif pour sens de l’amitié, et cool et un défaut : c’est un geek trop relax qui désaxe.

Laurent, 2 adjectifs et 2 défauts pour décrire Jérémy ?

Le number one overcool nuclear spiritman .Et deux défauts : il est perfectionniste et il est addict des chemises à fleurs !

Qu’est-ce qui est à l’origine de votre choix de devenir musiciens, chanteurs ?

Laurent : Finir dans le Top 50 , être riches, boire du champagne à gogo, comme tout le monde, on n’y est pas encore mais par contre on est passés chez Jacky (Platine 45).
Jérémy : coucher avec des filles, faire la fête tout le temps et être vu comme un mec à la cool par tout le monde.

Quel a été le détonateur pour relancer Accident, après cette longue absence ?

Jérémy : Accident ne s’est jamais vraiment arrêté, on compose et écrit tout le temps mais le projet était en dormance depuis 2010, on a profité d’une compatibilité d’emploi du temps pour relancer la machine.

Pour Feu Chatterton, un groupe est un couple. Quel type de couple êtes-vous ?

Jérémy : Fusio
Laurent : nnel !

Image de prévisualisation YouTube

La nonchalance dans vos derniers clips : minimum de paroles pour Dernier Voyage, transats et tongs pour Amour, Gloire et Beauté… est-elle 100 % volontaire et assumée ?

Jérémy : il faut que la musique transpire ce que nous sommes, c’est ce qui donne la personnalité, la singularité sinon c’est raté. Tout ce que nous faisons est 100 % volontaire et assumé. Dans Amour, Gloire & Beauté, on introduit un peu d’humour mais sans tomber dans le second degré non plus. On se balade sur le fil du rasoir, c’est assez intéressant et casse-gueule à la fois mais ça fonctionne sur ce titre. Pour le public, ça peut être un peu déroutant, l’auditeur perd ses repères, c’est plutôt marrant.

Laurent: Exactement, c’est une des marques de fabrique d’Accident, un côté satirique et second degré tout en restant fidèle à nos codes musicaux.
Pour Dernier voyage, le peu de paroles est un parti-pris, il a même failli être instrumental, les textes ici n’avaient pas besoin d’être long et abondant, il fallait rester silencieux, percutant et vrai dans le texte, de l’ordre d’une épitaphe.

Vous êtes des hommes qui ont le goût du risque ? Ou vous avez passé l’âge ?

Laurent : Faut prendre des risques, à tous les niveaux, à tous les âges, c’est notre côté Jonathan et Jennifer Hart.

Comment composez-vous ? Ensemble ou séparés ?

Laurent : Pour la composition, on commence à travailler plutôt chacun de notre côté, Jérémy sur la musique, la mélodie et moi plutôt sur l’écriture.
Cette phase passée, on fait des sessions ensemble où on bosse vraiment les morceaux,  on fait des arrangements sur le son et on peaufine le texte et on les finalise tous les deux.

Le titre Déjà vu. Déjà fait m’a fait penser à Gainsbourg à la 1ère écoute, c’est une hallucination de ma part ?

Laurent : Non, tu n’as pas eu d’hallucination auditive. Je comprends.
Mon grain et timbre de voix doivent s’en rapprocher, ce n’est pas voulu mais inconscient, je pense. En tous cas c’est un de mes plus grand modèles, maîtres ….

Image de prévisualisation YouTube

Êtes-vous déjà tombé amoureux d’un instrument de musique ?

Jérémy : Je suis pas trop bidouilleur dans l’ensemble, quand je passe trop de temps sur une machine ou un instrument je perds le fil de la composition.
Laurent : Le sampler oui, à l’époque j’ai passé des nuits entières sur mon sampler, enfin avec. Une petite pensée pour toi ZOOM ST224.

Une chanson qui peut rendre ivre à force de trop l’écouter ?

Jérémy : Je finis toujours par m’écœurer quand j’écoute un titre en boucle et pourtant je le fais systématiquement ! Je dirai «Beau comme toi» de NéoBoris.

Laurent : Régine, Reine de la nuit, à écouter bien à point.

Interview by Alexandre 

groupe Accident

ACCIDENT

maxi EP 6 titres Dernier Voyage
(Little John, le label)

Dispo en CD et en vinyle
Et sur les plateformes 

Share

Tant qu’il y aura des coquelicots : ode à la transmission et à la poésie

Cliff Paillé, à la fois acteur et auteur de la pièce Tant qu’il y aura des coquelicots, nous replonge dans ses souvenirs d’enfance. Lorsqu’il n’était encore qu’un petit bourgeon de 10 ans, enfermé dans un monde guère plus grand qu’un ballon de football.
La pièce fera sa rentrée à Paris à l’Essaïon Théâtre à partir du 
5 septembre.

Tant qu'il y aura des coquelicots
Photo © Le petit objectif

Ode à la transmission, au plaisir d’apprendre, de découvrir, de lire…

Issu d’une famille plutôt populaire, asséché par le divorce de ses parents – apparemment plus occupés à se séparer qu’à l’aimer – le terreau n’est pas très fertile pour le petit Paul.
Seul rayon de lumière : sa grand-mère, chez qui il va passer ses vacances. Elle adore lui lire des histoires mais Paul est plus intéressé par la chaleur humaine de sa poitrine généreuse.

Arrive enfin le soleil ! Au travers d’une maîtresse remplaçante bien décidée à transmettre le goût de la lecture à ses élèves, quitte à les bousculer un peu. Lyne Lebreton, toute de rouge vêtue, incarne à merveille cette jeune institutrice habitée par le désir d’ouvrir grand les portes de la curiosité à ces jeunes pousses…
Et ce désir, elle va le leur transmettre par de multiples jeux ancrés dans leur réalité, qui vont éveiller en Paul un questionnement infini qui n’aura plus de retour en arrière possible…

Tant qu'il y aura des coquelicots
Photo © Le petit objectif

Un pur moment de poésie

On rit, on est ému, on se rappelle, à voir les difficultés que rencontre le jeune Paul dans l’apprentissage de la lecture puis de la littérature. Il compte le nombre de pages, il s’impatiente, il ne voit que le sens propre des mots alors que son institutrice lui demande de trouver le sens caché de chaque chose, les sentiments, le pourquoi, les secrets derrière les difficultés…

À travers des chansons de Barbara, interprétée magnifiquement par la comédienne, la maîtresse/artiste parvient à répondre à la question de ses élèves : « A quoi ça sert la poésie ? »

Étape par étape, dans une relation fusionnelle avec sa maîtresse, le jeune Paul se prend au jeu. Il finit par développer son imagination et surtout impliquer son propre imaginaire dans les grands textes des autres…

Quand on sait que l’acteur de Tant qu’il y a aura des coquelicots, Cliff Paillé, en est à la fois l’auteur et le metteur en scène, on se dit que cette institutrice a décidément fait du bon travail et que le bourgeon est aussi devenu coquelicot…

by Damien Val

Image de prévisualisation YouTube

Tant qu’il y aura des coquelicots

Écrit et mis en scène par Cliff Paillé
avec Lyne Lebreton et Cliff Paillé

du 5 septembre au 23 novembre 2019

à l’Essaïon Théâtre
6, rue Pierre au lard
75004 Paris

Spectacle récompensé aux P’tits Molières 2018 : meilleur spectacle, meilleur acteur et coup de cœur

Share

Les Nuits Fantastiques enchantent le Château d’Azay-le-Rideau

Azay-le-Rideau renoue avec les spectacles nocturnes. Après une pause pour cause de travaux, le Château accueille tout l’été Les Nuits Fantastiques.
Déambulation dans le parc et projection sur la façade invitent à une exploration poétique et inventive d’un cabinet de curiosités Renaissance.

Les nuits fantastiques

Azay-le-Rideau en plein jour !

Très souvent les monuments, châteaux se dérobent à la vue des visiteurs quand le soleil se retire. A Azay-le-Rideau, l’été, la nuit réserve quelques surprises et de drôles de rencontres. Le château qui a retrouvé son éclat absolument magistral n’en finit pas de créer la surprise, l’émerveillement.

La visite débute immanquablement en plein jour. On commence par l’escalier magnifique qui fait état de ce savant mix entre tradition française et innovation italienne.
Ensuite, les intérieurs raffinés, éclatants et chargés de détails de ce monument de la Renaissance. Azay-le-Rideau est un château de la Loire, même si c’est l’Indre qui coule à ses côtés – une des nombreuses particularités de ce monument.

les nuits fantastiques

les nuits fantastiques

C’est si beau un château la nuit !

Cet été, il est plus que conseillé de prolonger son séjour en terres Ridelloises. Les Nuits Fantastiques donnent accès au château quand la température se rafraichit un peu et que la Lune devient témoin de vos pérégrinations.

La nuit venue, il est ainsi possible de se promener dans le parc paysager, un havre romantique conçu au 19e siècle. Là, on redécouvre le décor, différent forcément, avec des éléments projetés, des animaux à contempler, des palettes de couleurs à apprécier. Tout peut s’animer, arbres, cours d’eau ou encore chapelles.
Armé de son smartphone, certains éléments peuvent être flashés pour avoir plus d’infos sur vos rencontres nocturnes. Ainsi, la balade devient encore plus ludique pour les enfants.

les nuits fantastiques

L’éclat final se produit sur la façade du château. Les différents tableaux projetés viennent raconter le passé Renaissance du monument et ouvrir un carnet de curiosités foisonnant.
Des œuvres d’art mythiques, des mécanismes savants réinventent le monument chaque soir.
Clin d’œil aux 500 ans de Léonard de Vinci, Mona Lisa fait une apparition remarquée.

Il sera difficile de quitter ce décor enchanteur.

Les nuits fantastiques

CONSEIL : ne fixez pas uniquement le Château dans la nuit. Scrutez aussi son reflet dans le miroir d’eau. Vous pourrez voir un très beau ballet de chauves-souris qui sont en territoire conquis.
Saviez-vous qu’elles entretiennent la charpente en bois de chêne, en se nourrissant des insectes qui y séjournent ?

BONUS : Un donateur italien – qui a offert un tableau portrait d’Anne d’Autriche au château – a été impressionné, lors de sa visite toute récente, par la beauté du travail de la charpente. Tous les éléments de bois sont chevillés. Il n’y a aucun clou. Le Milanais a retrouvé des techniques utilisées à la Renaissance, côté Italie.les nuits fantastiques

Les Nuits Fantastiques

au Château d’Azay-le-Rideau

tous les soirs du 4 juillet au 31 août 2019
Spectacle à 21h45

ouverture des caisses à 19h

déambulation dans le parc : 45 min
projection sur la façade du château : 15 min

Un bon resto !

Une bonne adresse d’avant spectacle, testée et largement approuvée : le restaurant Ripaille, juste en face de l’entrée du Château.
Ses atouts :

  • large terrasse d’été ombragée dans cour intérieure
  • spécialité à la carte : la fouée (sorte de pain fourré)
  • cornets de frites maison gargantuesques (donc à partager)
  • plats généreux et savoureux
  • desserts de folie : la pavlova fruits rouges généreuse et délicieuse ou la coupe glacée géante totalement #foodpon.

Share

Dis Paris qu’est-ce que tu fabriques ? Le Paris des artisans

Nathalie Zaouati alias The Parisienne est une arpenteuse, vadrouilleuse du bitume. Rien ne lui échappe, aucune nouvelle adresse, aucun commerce de qualité, ni façade, ni accessoire lifestyle indispensable.
Ses instastories content ses découvertes et son récent guide Dis Paris, qu’est-ce que tu fabriques ? partage le made in Paris, le Paris manuel des artisans.

selfie exclu de Nathalie Zaouati pour UsofParis
Dis Paris
Sac de Célia Granger

Dis Paris, une mine de belles adresses

Nathalie a l’œil, elle a aussi ses sources pour partir à la recherche de pépites. Elle est donc allée à la rencontre des artisans dont certains se soustraient parfois au regard, trouvant un espace de travail au fond d’une cour ou dans une impasse…

De ces échanges, The Parisienne a conçu un guide complet Dis Paris, qu’est-ce que tu fabriques ? avec des portraits qui ne donnent qu’une envie : pousser les portes pour découvrir les coups de main, les savoir-faire et qui sait trouver sa vocation ou les bonnes raisons d’une reconversion. pro.

Nathalie nous offre un condensé du Paris manuel, vibrant, toujours en mouvement. A l’opposé des guides sur l’architecture ou les boutiques mode…

Nous trouvons donc le dernier matelassier de France, un bottier barbu, une chapelière, un luthier, un fabriquant de lunettes uniques, une designer…

Dis Paris
Sac Urbis de In Cute

Focus sur Karoline Bordas, In Cute 

Lors de la soirée de lancement du livre, nous sommes tombés sous le charme de deux créatrices. L’une est maroquinière, l’autre conceptrice de bijoux. Les deux ont le contact facile et savent transmettre leur passion, leur histoire et leur goût des autres.

Car être artisan c’est être à l’écoute, prêt à échanger avec ses clients, ces curieux qui hésitent. Être de bons conseils pour que chacun-chacune trouve l’objet qui répondra à ses attentes.

Dis Paris
Selfie exclu Karoline pour UsofParis

On commence par Karoline Bordas, la sellière-maroquinière de la “page 40“. La Vosgienne, passée par la Normandie, rêvait de Paris : “ville de création, de tous les rêves.”
Elle est installée dans le 20e depuis 11 ans. Elle trouve plus d’avantages que d’inconvénients à cette vie dans la capitale.
Son savoir-faire ? Karoline n’utilise que des techniques anciennes pour la réalisation de ses sacs à main, pochettes : couture main, cire d’abeille, point cellier (un point inimitable par la machine.”
Elle a commencé par faire des ceintures toute la journée : “une fois dedans, l’esprit part. C’est thérapeutique. Karoline aime partager, avec des élèves, en classe ou dans son atelier avec les adultes qui, le plus souvent, viennent parce qu’on leur a offert ce moment privilégié. Chiner est aussi dans ses gènes, lui permettant de rajouter une touche unique à ses créations. Il n’y a donc jamais deux sacs identiques.

Dis Paris
Selfie exclu de Flavie pour UsofParis
Dis Paris
Créations et main de Flav Paris

Focus sur Flav Paris 

On poursuit avec Flav Paris, créatrice de bijoux (page 109). Son créneau : le zéro déchet, la nique au plastique, des diamants éthiques, une affection pour le sur-mesure (même si chronophage avec les rendez-vous, dessins et autres maquettes). Cette Champenoise adore Paris, qui est par excellence la ville de la joaillerie. Flav a fait ses classes comme apprentie chez Cartier pendant 4 ans, la bague panthère n’a plus de secret pour elle.
Sa clientèle est plus féminine. “Pour un homme, un bijou fait 20 ans. Et les jeunes peuvent être gênés du regard des autres.
Particularité : Flav fait sertir à l’envers le diamant sur les solitaires. Original pour une alliance !

 

Beaucoup d’autres rencontres passionnantes sont à faire grâce au guide de Nathalie ! Nous, nous allons poursuivre notre tour du Made in Paris.

Dis Paris

Dis Paris, qu’est-ce que tu fabriques ?

A la rencontre des artisans parisiens
guide de Nathalie Zaouati 
(Éditions Rue de L’échiquier)

 

Dis Paris
Oeil de biche de Paname Brewing Company
Share

Photo du mois : Bâtisse abandonnée

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Ferdy Pain d’épice de proposer le thème : Bâtisse(s) abandonnée(s).

C’est lors de notre dernier séjour au Havre que nous avons découvert une drôle de bâtisse en bois. Elle est l’oeuvre de l’artiste Oliver Grossetête. Elle faisait partie d’un ensemble de construction baptisé Les Cités Oubliées.
La bâtisse a disparu le lendemain même de sa conception lors d’un pique-nique géant.
Les cités oubliées
D’autres bâtisses à découvrir dans ce tour de blog :
Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente

Share

Blog Paris – La capitale autrement WITH TIPS IN ENGLISH !

Translate »