AURORA:’music is a driving force’ #Interview in Paris

AURORA is really our musical crush from the last two years. It is always a big pleasure to see her on stage, and since we discover her we cannot stop to listen to her music. It is kind of an addiction. We met her a second time just after the release of the first step of her second album called Infections of a different kind. She talked with us about her album recorded in France. She tend to be more political, more activist with this new record and we discussed her vision of the world. Time is always too short with Aurora, she is so passionate! 

INTERVIEW / AURORA 

Aurora

USofParis: You released your second album, the step one, why did you split this album?

AURORA: Well, because I want people to have time. I would like to split my album so people will have more attention on each song. I wanted every song to feel special.
My first album is a kind of a process about our own demons, about fighting for your healing and giving yourself time to become better. This step is kind of a quite natural continuation to the first album. It is about making choices for yourself. Like if you are unhappy with someone you should leave, if someone is treating you bad, you should leave her/him. You can change how you feel about, every day. You can decide how happy you are. I want people to be happy.

Why?

Because when I have many happy people, I have people who are a resource to the world. When you are happy you can actually do something. You can create, you can help, you can fight for the people who can’t fight for themselves. That is why it is so important to me that my friends, my supporters, my family are happy.

How many steps do you plan to release for this project?

That is so exciting, isn’t? It will have more than one. 🙂
I know! But in my team, they don’t know yet. I am in a kind of a long journey.

You chose France to write and record this album. Why?

Because on my first album, I can hear that it is kind of cold, it is sharp, kind of dark. I am really affected by where I am. Everyone is, you know. I write all the time, I write on tour, I have many songs, maybe 200.
I wanted to go to a different place, where no one can reach me like I was on a different planet. So I went to France, to a place called La Fabrique which was beautiful. I love the people there, they have a dog, Paula, and Ginger, the cat, they are married. It was fabulous. During the recording days, they were in the studio with us, I can hear Paula and Ginger on the album. The album is warmer, I really wanted to try to be more organic. I recorded some organic sounds and making them sound ‘otherworldly’. I really explored because I know more about myself now than I did.

Aurora

For your first album, in an interview, you said that ‘My first album is like the old AURORA’. In this one, is it the present AURORA?

Yes! 🙂

Who is she?

My perspective is bigger because I sing so much more than I thought. I met so many people from Brazil, Australia, Asia, France… I learned a lot. Now I know more about what I think the world needs from me. I want to make the music I feel the people need because music is a tool, music is a driving force that can change so many things and inspire people. I hope that my music can be the kind of friend people need, now. That is why I’ve gone quite political, I feel now is the time we need to be a bit more political.

Why do you have this commitment?

Aurora: Things are happening in the States, in France, in Brazil, in Norway, all over the world. We may think that they are in control but they are not. We are! Because we are more people than they are. But they have more power. I just feel like now is such an important time to be political. If you are ok here then you have to go there and help, show them support. It is so sad, it is really heartbreaking. I just really want people to be a warrior for the ones you need it. We can choose what to do now, we can choose to do something good about it or not. We have done worst before in History, and we have come very far. I think with the right attitude we can have big History again. We have to remember that we can and we should care even though it is not about us.

Do you know why you are a singer?

It changes from day to day. There are so many things I don’t understand about humans. Why we do so many strange things, and why we are so clever. We are the most intelligent species on earth, we say. But it is so weird what we choose to do with this intelligence, so many stupid things. Horrible. We also do so many good things. Most of the time, I really feel inspired to be apart. You know, my words mean nothing when no one is listening to them. It is not the same if you scream in the forest, because no one is taking the words. I am so honored to have people listening to me. We are more than an artist and fans, we are like a community. It is very inspiring and scary, but good, to see how quick, things, can change for so many. I really feel that is my biggest purpose now, to kind of just remind people that they are so important, even though they may feel small.
And sometimes I think I just want to be free and I like to be on stage because I feel like I am a free soul. I just dance and I can make stupid gestures and I don’t care about it.

Aurora

Infections of a different kind is the only song you wrote alone, right?

Even though there are names on the credits, because even if you are in the room you still get your name as a writer on the song, because everything/everyone affects the song, I do all my melodies and the lyrics myself for all of my songs. Because I’m quite selfish and I know what I want. I am very busy, I tour all the time, I write all the time. It is hard to finish things alone because my mind is so all over the place. I have a thousand ideas at once. It is so nice to be with friends and to make something together. Normally I just put out songs and I record them in with these people and we build up the universe and I usually take it with me and do it again my way. It is nice to create something with people that can teach me something and help me.
It is a really personal thing, that is why I like to do the lyrics myself because I don’t want people to know what they are about. I want them to have the same experience than anyone else. It is an all-new experience singing the songs when you write them yourself.

The connection is strong with your songs! 

I do two covers sometimes on stage (Life on Mars, Nature Boy), it is very nice because you can help keep a song alive. Some people may never hear, some people may forget about it. It is an all different thing when I know where the song comes from. Every one of my songs is not personal, but they’ve come from some things I’ve seen or heard, on my journey to who I am now.
Infections of a different kind is the only song I wrote when I was completely alone in a dark room. It was in the middle of a night, I woke up. But I still write all my songs myself just because I like my own ideas.

Image de prévisualisation YouTube

We adore Forgotten Love. We think that is so sweet of you the way that you sing about love. You are always touring, do you have time for love?

Aurora: I am always touring and even if I am home, I choose myself first. I need to make sure I have the right energy for my next trip because I will meet a hundred fans and I want to give them all that I have. I need people in my life who understand that right now. We are small pieces of a big world and that is how it has to be.

A sound that makes you happy?

She imitates a bird.

A song that makes you cry?

Most of the songs by Edith Piaf

A song that makes you dance?

You can call me Al by Paul Simon

A song that makes you think about home?

The ocean (she makes the sound of the ocean)

A song that makes you think about your childhood?

Susan by Leonard Cohen

A song that makes you fall in love?

Also every song by Edith Piaf

Interview by Alexandre and Joan

AURORA
Infections of a different kind – Step 1

 

BONUS!!!!! 

AURORA: I love going to rave parties, alone, sober. You should never go to a rave party alone and drink alcohol. That’s a no-no. I like it because I listen to music and dance until 6 am, then I like to go home and meditate until the next day.

Share

Garden Party : l’absurde à son apogée !

La Compagnie N°8 donne absolument tout pour faire vivre son univers barré à souhait.
Garden Party est un pot pourri joyeux, musical et parfois dégueu de Deschiens, Tati, Monty Python et Robins des Bois.

Le Théâtre Antoine n’est pas habitué à pareil délire qui salit la scène chaque soir. Saluons son audace !

« Ils ont un sacré univers ! »

Ce n’est pas de moi mais d’un spectateur à la sortie du Théâtre Antoine.
Une sorte de tourbillon a effectivement déferlé sur la scène. Ça rit, danse, chante, parle une langue incompréhensible, se bat en duel, vole dans les airs… Tout est possible avec la Compagnie N°8.
Les séquences s’enchaînent dans un délire continu. On croit avoir tout vu, mais non, le nombre des gags n’a plus de limite.

« Ils disaient que ça allait être barjot mais à ce point-là ! » une autre spectatrice à sa voisine.
Il est effefctivement nécessaire d’avoir l’esprit ouvert. D’avoir une case (même petite) en moins pour accepter le délire qui se joue devant nous. Tout n’est pas raisonnable, censé et subtil. Après tout, vous avez déjà une soirée entre amis finir bien ?

«  Je n’ai pas tout compris ! »

Une autre spectatrice contente malgré tout de l’expérience.
C’est un risque à prendre mais vous n’aurez jamais vu pareil spectacle.

Garden Party peut profondément déstabiliser, mais c’est un risque à prendre quand on a envie de passer une soirée totalement différentes de toutes les autres.

Garden Party Garden Party
par la Compagnie N°8
Mise en scène : Alexandre Pavlata

au Théâtre Antoine
14 Boulevard de Strasbourg
75010 Paris

du mercredi au samedi à 19h

Share

Aurora en interview : « La musique est une force motrice ! »

AURORA est notre coup de cœur musical de ces deux dernières années. 
La retrouver sur scène est une bulle de bonheur. C’est une artiste chargée d’énergie positive qui donne le smile et emporte dans un univers où il fait bon vivre. Depuis notre première rencontre, AURORA a bouleversé le globe.
Pour ce deuxième tête-à-tête, l’espiègle elfe nous à dévoilé son second album Infections of a different kind, enregistré en France. Un disque plus politique et activiste que le précédent.

Aurora
Selfie exclu UsofParis

INTERVIEW / AURORA 

USofParis : Tu as sorti ton deuxième album Infections of a different kind, la première étape, pourquoi avoir divisé ce projet ?

AURORA : Parce que je veux que les gens aient du temps, pour qu’ils portent plus d’attention sur chaque chanson. Je voulais que chaque titre soit spécial.
Mon premier album est une sorte d’exploration de nos propres démons, de se battre pour guérir et de nous donner le temps de devenir meilleur. Cette nouvelle étape est une sorte de suite assez naturelle. Il s’agit de faire des choix pour soi-même. Par exemple, si vous êtes malheureux avec quelqu’un  vous devriez partir. Si quelqu’un vous traite mal, vous devriez le quitter. Vous pouvez changer la façon dont vous ressentez cela chaque jour. Vous pouvez décider comment être heureux. Je veux que les gens soient heureux.

Pourquoi ?

Parce que les gens heureux sont une ressource pour le monde. Lorsque vous êtes heureux, vous pouvez réellement faire quelque chose. Vous pouvez créer, vous pouvez aider, vous pouvez vous battre pour les personnes qui ne peuvent pas se battre pour elles-mêmes. C’est pourquoi il est si important pour moi que mes amis, mes fans et ma famille soient heureux.

Combien d’étapes as-tu prévu pour ce projet ?

C’est excitant, n’est-ce pas ? Il y en aura plus qu’une 🙂
Je sais ! Mais dans mon équipe, ils ne savent pas. Je suis dans une sorte de long voyage.

Aurora

Pourquoi avoir choisi la France pour enregistrer ce disque ?

Sur mon premier album, je peux entendre qu’il faisait en quelque sorte froid, c’était tranchant, plutôt sombre. Je suis vraiment touchée par l’endroit où je suis. Tout le monde l’est. J’écris tout le temps, j’écris en tournée. J’ai beaucoup de chansons, peut-être 200.
Je voulais aller dans un endroit différent, où personne ne puisse me joindre. Comme si j’étais sur une autre planète. Alors j’ai choisi la France, La Fabrique qui était magnifique. J’aime les gens là-bas, ils ont un chien Paula et un chat Ginger, ils se sont mariés. C’était fabuleux ! Pendant les jours d’enregistrement, ils étaient en studio avec nous, j’entends Paula et Ginger sur l’album. L’album est plus chaud, je voulais vraiment essayer d’être plus organique. J’ai enregistré des sons organiques en les faisant sonner comme s’ils venaient « d’un autre monde». J’ai vraiment exploré parce que j’en sais plus sur moi maintenant qu’avant.

Dans une interview, tu disais « Mon premier album c’est comme l’ancienne AURORA« . Dans celui-ci, est-ce vraiment la AURORA d’aujourd’hui ?

Oui ! 🙂

Qui est-elle ?

Mon point de vue est plus large, car je chante beaucoup plus que ce que je pensais. J’ai rencontré tellement de gens au Brésil, en Australie, Asie, en France… J’ai beaucoup appris.
Maintenant, j’en sais plus à propos de ce que je pense que le monde a besoin de moi. Je veux créer la musique dont les gens ont besoin, car la musique est un outil. La musique est une force motrice qui peut changer beaucoup de choses et inspirer les gens. J’espère que ma musique peut être le genre d’ami dont les gens ont besoin maintenant.
C’est la raison pour laquelle je suis devenue assez politique, je sens que maintenant nous avons besoin d’être un peu plus politique.

Pourquoi cet engagement ?

Il se passe des choses aux États-Unis, en France, au Brésil, en Norvège et dans le monde entier. Nous pouvons penser qu’ils ont le contrôle mais ils ne l’ont pas. Nous l’avons parce que nous sommes plus nombreux qu’eux. Mais ils ont davantage de pouvoir. Je ressens simplement que maintenant c’est un moment important pour être engagé. Si tout va bien ici alors tu dois aller là-bas aider, montrer ton soutien. C’est tellement triste, tellement déchirant. Je veux vraiment que les gens soient des guerriers pour ceux qui en ont besoin. Nous avons déjà fait pire dans l’Histoire et nous sommes allés très loin. Je pense qu’avec la bonne attitude, nous pouvons à nouveau avoir une grande histoire. Nous devons nous rappeler que nous pouvons et devons nous en soucier même si cela ne nous concerne pas.

Sais-tu pourquoi tu es devenue chanteuse ?

Cela change de jour en jour. Il y a tellement de choses que je ne comprends pas sur les humains. Pourquoi nous faisons tant de choses étranges ? Pourquoi sommes-nous si intelligents ? Nous sommes l’espèce la plus intelligente de la planète – c’est ce que nous disons. Mais c’est tellement bizarre ce que nous choisissons de faire avec cette intelligence, tant de choses stupides ! Horrible !
Nous faisons aussi beaucoup de bonnes choses. La plupart du temps, je me sens vraiment inspirée d’être à part. Mes mots ne veulent rien dire quand personne ne les écoute. Ce n’est pas pareil si vous criez dans la forêt, car personne ne reçoit les mots.
Nous sommes beaucoup plus qu’un artiste et des fans, nous sommes comme une communauté ! C’est très inspirant et effrayant, mais plaisant, de voir à quel point les choses peuvent vite changer pour beaucoup de monde. J’ai vraiment l’impression que mon but principal maintenant est de rappeler aux gens qu’ils sont si importants, même s’ils se sentent petits.
Parfois, je pense que je veux juste être libre et que j’aime être sur scène parce que je me sens comme une âme libre. Je peux simplement danser et je peux faire des gestes stupides et je m’en fous.

Aurora

Infections of a different kind est-elle la seule chanson de l’album que tu as écrite seule ?

Bien qu’il y ait des noms dans les crédits, parce que lorsque vous êtes dans la salle vous avez forcément votre nom comme auteur sur la chanson – c’est normal chaque présence affecte la chanson -, je fais toutes mes mélodies et les paroles moi-même pour toutes mes chansons. Parce que je suis assez égoïste et je sais ce que je veux. 🙂  Je suis très occupée, je suis en tournée tout le temps, j’écris tout le temps. Il est difficile de finir les choses toute seule parce que mon esprit est tellement partout. J’ai mille idées à la fois. C’est tellement agréable d’être avec des amis et de collaborer ensemble. Normalement je sors mes chansons, je les enregistre avec mon équipe. On construit ensemble l’univers et je les reprends avec moi et je les refais encore à ma façon. C’est beau de créer des choses avec des personnes qui peuvent m’apprendre des choses et m’aider.
C’est une chose très personnelle, c’est pourquoi j’aime écrire les paroles moi-même parce que je ne veux pas que d’autres personnes puissent savoir à propos de quoi elles sont. Je veux qu’ils aient la même expérience que n’importe qui. C’est une toute nouvelle expérience de chanter les chansons que tu écris toi-même.

Le lien est fort ! 

Je fais deux covers parfois sur scène (Life on Mars et Nature Boy). C’est très bien parce que vous pouvez aider à garder une chanson vivante. Certaines personnes peuvent ne jamais avoir entendu parler d’un titre, certaines personnes peuvent l’avoir oublier. C’est une toute autre chose quand je sais d’où vient la chanson. Chacune de mes chansons n’est pas personnelle, mais elles viennent de choses que j’ai vues ou entendues au cours de mon voyage, à qui je suis actuellement.
Infection of a different kind est la seule chanson que j’ai écrite quand j’étais complètement seule dans une pièce sombre. C’était au milieu d’une nuit, je me suis réveillée. Mais j’écris toujours toutes mes chansons moi-même, simplement parce que j’aime mes propres idées.

Image de prévisualisation YouTube
Nous adorons Forgotten Love. Nous pensons que c’est si beau la façon que tu as de parler d’amour. Tu es toujours en tournée, as-tu du temps pour l’amour ?

Je suis toujours en tournée et même si je suis chez moi, je me choisis moi d’abord ! Je dois m’assurer d’avoir la bonne énergie pour mon prochain voyage, car je vais rencontrer des milliers de fans et je veux leur donner tout ce que j’ai. J’ai besoin de personnes dans ma vie qui comprennent cela maintenant. Nous sommes de petits morceaux d’un grand monde et c’est ce qui doit être.

Un son qui te rend heureuse ?

Aurora imite un oiseau.

Une chanson qui te fait pleurer ?

La plupart des chansons d’Edith Piaf.

Une chanson qui te fait danser ?

You can call me Al de Paul Simon.

Une chanson qui te fait penser à chez toi ?

L’océan (elle fait le bruit de l’océan).

Une chanson qui te fait penser à ton enfance ?

Susan de Leonard Cohen.

Une chanson qui te fait tomber amoureuse ?

La plupart des chansons d’Edith Piaf également.

Interview by Alexandre and Joan

AURORA
Infections of a different kind – Step 1

 

BONUS !!!

AURORA : J’aime aller aux raves party, seule, sobre. Vous ne devriez jamais aller seul à une soirée rave et boire de l’alcool ! C’est un non-non. J’aime ça parce que j’écoute de la musique et que je danse jusqu’à 6 heures du matin, puis j’aime rentrer chez moi et méditer jusqu’au lendemain.

Share

Photo du mois #83 : Faire de sa ville sa prochaine destination de voyage

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de de Julia proposer le thème : Faire de sa ville sa prochaine destination de voyage.

Cette photo est toute récente. Elle a été réalisée la veille de cette publication. Impossible de ne pas la partager.
Un coucher de soleil et la Tour Eiffel, une carte postale pour donner envie de revenir chaque fin de journée.

Beaucoup d’autres destinations à découvrir ici :
Josette, Laulinea, Marie-Paule, Danièle.B, Gine, DelphineF, Giselle 43, Nicky, Akaieric, Alexinparis, La Tribu de Chacha, Céline in Paris, Dr. CaSo, Josiane, Krn, Nanouk, Pilisi, Cara, Amartia, Frédéric, J’habite à Waterford, Escribouillages, Angélique, Tambour Major, Nanie, Renepaulhenry, magda627, Morgane Byloos Photography, écri’turbulente, Pink Turtle, Brindille, Gilsoub, Philisine Cave, Lavandine, Lilousoleil, Blogoth67, Eurydice, Bubble gones, FerdyPainD’épice, Sous mon arbre, Mamysoren, El Padawan, Xoliv’, Christophe, Jakline, Julia, Laurent Nicolas, Aude, Who cares?, Mirovinben

Share

Fictions en interview : on a parlé UFO, live et cinéma

Guillaume Leglise alias Fictions compose avec la même aisance au piano ou à la guitare. L’inspiration, il la trouve partout, en studio, à partir d »une sensation ou inspiré par un film. Il lui arrive de regarder un film avec sa guitare et réinventer la bande-originale.
Il cite volontiers Mizoguchi, sa façon de filmer, ses paysages animés.
Il a 17 morceaux en stock pour un album à venir. Mais il attend, car la scène le nourrit.
Son actu : l’EP UFO accompagné de ses remix et d’un second titre, A la lueur de l’eau.

INTERVIEW / FICTIONS

Fictions

UsofParis : Comment on se fait entendre au milieu de tous les autres artistes qui sortent des EP ?

Fictions : Bien s’entourer. L’idéal : avoir un label, une attachée de presse qui savent le défendre.
Au niveau artistique, faire quelque chose de contemporain, dans l’air du temps et en même temps personnel.

Tu te tortures pour maintenir cet équilibre ?

Je me torture moins qu’avant, je suis dans la spontanéité de ce que je veux faire.
Et je comprends à peu près ce que le public peut aimer et ne pas aimer, et ma place. Il ne faut pas calculer.
Ça fait 15 ans que je fais de la musique. J’ai eu plusieurs vies. Mon propre projet est mon espace de liberté. Je prends plus le temps.

Est-il possible qu’un remix révèle quelque chose d’inattendu, comme pour ton titre UFO ?

Ce qui est intéressant. Chaque remix a mis l’accent sur un arrangement particulier. L’un a mis la ligne de basse en avant, l’autre a ressorti la guitare alors qu’on l’entend très peu dans la version originale. Un autre a fait plus un travail sur la voix.
Les gens qui remixent sont d’autres producteurs. Ce que j’aime c’est partager la création avec des gens que j’aime.
Je fais presque tout tout seul, je produis très vite en studio.

A la lueur de l’eau, c’est une co-écriture ?

Oui. J’avais le refrain et j’étais bloqué sur les couplets. J’ai rencontré un duo d’amies, Aurélie Oziol et Agathe genieys. On a eu un gros coup de cœur. On a écrit à 3.

J’adore ce titre. Il me fait penser à Lescop.

C’est marrant ! J’ai eu l’idée de ce morceau, après mes concerts – je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas fait de live.
J’avais envie d’un titre assez trippant. J’avais aussi vu Flavien Berger que j’aime beaucoup. Il a une façon particulière d’écrire ses chansons. Et on comprend mieux quand on le voit sur scène.
Je me suis inspiré de tout ça.
Je voulais quelque chose qui évoque les souvenirs, les rêves, la transparence, d’assez vaporeux.
Et j’aime Lescop, son premier album. Je suis inspiré comme lui par les années 80. Le côté enfant de la new wave.

Comment gères-tu le live ?

Fictions : J’essaie d’avoir un maximum de sensations avec le public, le chercher. On est deux en live, avec la bassiste, Clémence Lasme, qui a joué avec Moodoïd, Pyjama, Buvette…
On a des machines contrôlées, des synthés. Et surtout, je chante.
C’est le premier projet où je suis chanteur et non derrière une guitare.
Je travaille beaucoup pour le théâtre et je joue très souvent sur scène. Être avec les comédiens qui sont en connexion avec la salle, je les ai vus réagir. Et avec ces expériences, je ressens plus l’écoute du public. La musique c’est du contact, du lien.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai lu que tu étais un infatigable chercheur. Cherches-tu aussi des instruments ?

Je n’ai pas beaucoup de matériel. Mais à chaque fois, je suis dans un processus de désir avec chaque instrument. Je me renseigne, je vais regarder des vidéos…
Il peut se passer 3 ans entre le moment où je rêve de l’instrument et son achat.
Par exemple, j’ai racheté un Yamaha DX7, un synthé des années 80, l’un des premiers synthés digital grand public. T’en trouves à 200-300 e. Malgré le budget raisonnable, il m’a fallu du temps pour l’acheter. Il y a un besoin de certitude.
J’ai une guitare que j’adore d’un luthier japonais. J’ai mis 2 ans aussi l’acheter.
Ensuite, ils sont centraux dans ma production.

Le DX7 est présent dans ton EP UFO ?

Il est sur UFO, A la lueur de l’eau et aussi sur les prochains morceaux.
Il a ce grain digital et a une sortie 12 bits (une sortie un peu grossière) ce qui fait qu’il a une grosse patate.

Est-ce que tu composes en pensant à des images, des films ?

Pour le titre Riviera (dans le prochain EP), j’ai pensé au film La Piscine. Je pense souvent à une projection de moi dans un film pour que ça me donne des idées.
Fictions, c’est idée de raconter des personnages. Et concevoir chaque chanson comme un court-métrage.

Tu cites le film Sombre de Philippe Gandrieux comme un chef d’œuvre.

Je ne l’ai pas revu après sa sortie. Il y a des scènes qui m’ont marqué. La première avec le spectacle de clowns que l’on voit à travers les yeux des enfants. C’est fascinant !
Je viens de Brest, une ville sombre. Les images de Grandieux m’ont touché.

Qu’est-ce qu’elle a de plus que les autres la géniale chanteuse Victorine ?

Sa personnalité, sa liberté. Elle ne calcule pas comment elle va plaire, elle laisse aller sa fantaisie et sa poésie. Victorine met en avant ce qu’elle est. Je trouve que c’est plus authentique. Elle voit la scène comme un moment unique.
On avait des amis en commun. On s’est retrouvé au Pop’in. Nous avons travaillé sur une quinzaine de morceaux. Un album va sortir. J’adore sa poésie, son second degré. Elle a un humour immense.

Les artistes que tu aimes ?

J’aime Tirzah, c’est underground. Une sorte de néo trip-hop. Un côté assez brut. Elle a une belle voix assez soul.
Je réécoute des albums des années 90 comme Jean-Louis Murat et j’adore Julien Baer.

by Alexandre

Fictions

FICTIONS
Nouvel EP : UFO

Share

Deux frères et les lions au Poche-Montparnasse : caustique et espiègle

La réussite advient bien souvent d’une revanche à prendre sur la vie. Avec Deux frères et les lions, nous en avons l’exemple probant.
En effet, des frères jumeaux issus d’un milieu modeste vont construire au fil du temps un solide empire financier. Inspirant mystère, admiration ou convoitise, il semblerait que leur influence soit illimitée. Et pourtant… Un évènement, aussi surprenant qu’inattendu, va les bousculer… Au Théâtre de Poche-Montparnasse, découvrez une pièce où se mêlent adroitement esprit, satire et bonne humeur ! 

Tandis que nous attendions sagement d’être placés, des scones et des tasses de thé bien chaudes nous sont proposés. C’est assez inhabituel, mais loin d’être désagréable vu le temps. Mêlé au salon cossu d’influence britannique présent sur scène, nous sommes tout de suite pris au jeu et transportés dans une ambiance intimiste. L’endroit est propice aux confessions !

Deux hommes nous livrent alors leur histoire. Nés en Écosse, ces  jumeaux grandissent en ayant l’ambition de faire partie de ceux qui ont marqué le monde. Ainsi, avec un peu d’audace, un talent avéré et la conjoncture aidant, ils nous racontent leur ascension fulgurante, au point de devenir une des plus importantes fortunes de Grande-Bretagne.

Forts de leur succès, ils achètent une île afin d’y vivre à l’abri du monde alentour, cultivant une image énigmatique. Cependant, cette île Anglo-normande a plusieurs particularités. Outre le fait d’être un paradis fiscal, elle est toujours régie par un droit féodal ! Ce qui complique la transmission de cette propriété à leurs filles respectives… De ce fait, les deux frères vont devoir faire face à d’insolites déconvenues. Vont-ils vaincre le droit normand ?

Deux frères et les lions

Deux frères et des lions : votre soutien compte !

Nous prenons un véritable plaisir à suivre les aventures de ces deux frères, brillamment interprétés par Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et Romain Berger. Tantôt drôles ou sérieux, ils ne jouent pas la simple carte du mimétisme gémellaire mais bien de la complicité. L’interaction avec le public est effective par de petites attentions et un rapport scène-salle quasiment inexistant. D’ailleurs, après les derniers mots s’installe naturellement une conversation avec les comédiens afin de prolonger un peu ce moment !

Le texte est aussi subtil que l’interprétation. Malgré des termes abordés parfois délicats tels que le capitalisme, le féminisme, la famille ou les traditions ancestrales, il n’y a ni jugement, revendication ou provocation. Le message délivré par cette pièce est multiple et universel. Libre à chacun d’y trouver le sien ! Étant ce jour-là avec mon frère de cœur, j’ai opté pour l’optimisme et la force. Ensemble, tout est possible. 🙂

Très librement inspirée d’une histoire vraie, les deux frères tentent d’interdire l’utilisation du texte et l’exploitation de la pièce. Certains se battent pour changer un droit féodal alors pourquoi ne pas défendre la liberté d’expression et la diffusion d’un art fragile mais néanmoins nécessaire ?

Que ce soit par conviction ou simplement pour passer un bon moment, vous savez où aller !

Bonus : Vous l’aurez compris, le spectacle commence avant le lever de rideau, alors n’hésitez pas à arriver un peu en avance… 😉

by Jean-Philippe

Deux frères et les lions

Deux frères et les lions

De : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
Avec : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, Lisa Pajon et Romain Berger
Mise en scène : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre et Vincent Debost

du mardi au samedi à 19h
matinée le dimanche à 15h.

jusqu’au 17 mars 2019
Relâches exceptionnelles les 25 et 26 février; 8 et 13 mars.

au Théâtre de Poche-Montparnasse
75 boulevard de Montparnasse
75014 Paris
Tél. 01 45 44 50 21

Image de prévisualisation YouTube
Share

Rabbit Hole aux Bouffes Parisiens : l’impossible deuil touche au cœur

Rabbit Hole, universels parallèles aux Bouffes Parisiens frappe par sa singularité.
David Lindsay-Abaire déploie une écriture stimulante autour du deuil avec des bulles de rires, de légèreté. Chaque personnage de la mère à la grand-mère, du père à la tante essaie de supporter comme il peut la perte, l’absence et de vivre avec ses souvenirs.
Julie Gayet est cette mère en deuil à fleur de peau, aux réactions qui peuvent parfois choquer, étonner et qui opère une symbolique évolution tout au long de la pièce.

Rabbit Hole

Avec Rabbit Hole, il est question de la perte d’un enfant, un sujet douloureux.
Mais ce n’est pas une raison d’éviter de l’affronter via la fiction théâtrale. Au contraire !

La mise en scène de Claudia Stavisky ponctue le récit de respirations musicales délicates (on reconnaît la voix d’Anohni Hegarty du groupe Antony & The Johnsons). Les projections vidéo sur les murs de la maison viennent témoigner des jours heureux avant l’accident. C’est subtil, sans pathos.

Le décor évolue tout au long au récit comme une bouffée d’air pour sortir de la pesanteur qui se joue au sein du couple et de la famille.
Christiane Cohendy de nous révéler : « Il y a des salles parfois plus saisies par le drame, d’autres ont la disponibilité de se laisser rire des choses de vie. »

Et c’est justement ce qui est fascinant avec Rabbit Hole, quand on se laisse happer par le récit, on peut aussi bien pleurer que rire, être déstabilisé ou enchanté par ce qui se joue devant nous.

Rabbit Hole

« La vraie vie c’est se trouver dans des situations folles »

Julie Gayet revient au théâtre avec Rabbit Hole après de longues années de cinéma en tant que comédienne et productrice.
Elle nous a révélé son hésitation à remonter sur les planches, lors de la rencontre à sa descente de scène. En cause : la contrainte d’être tous les soirs au théâtre et la peur que sa voix ne porte pas assez.
Du Théâtre des Célestins aux Bouffes Parisiens, elle confie son plaisir de « vivre l’instant présent » et son « envie de ne pas faire la même chose chaque soir. »
Comme ce mercredi, où elle est volontairement restée en retrait, recroquevillée au sol lors d’une scène alors que d’habitude, elle est plus proche de son partenaire.

« Quand on s’entend aussi bien, on n’a plus envie d’arrêter. »
Souhaitons que la pièce joue des prolongations et poursuive sa belle tournée.

Rabbit Hole

Rabbit Hole, univers parallèles 

de David Lindsay-Abaire
adaptation : Marc Lesage 
Mise en scène : Claudia Stavisky

Avec Julie Gayet, Patrick Catalifo, Lolita Chammah, Christiane Cohendy, Renan Prevot 

au Théâtre Bouffes Parisiens
4, rue Monsigny
75002 PARIS

jusqu’au 30 mars 2019

du mardi au samedi à 21h
matinée le dimanche à 15h

Share

Gentleman cambrioleur de Gamescape : un vol parfaitement maitrisé

L’équipe d’USofParis est partie à l’aventure chez Gamescape. Transformés en Gentleman cambrioleur, on a tenté d’éviter les chausse-trappes mises sur notre chemin par l’as des as du cambriolage : Arsène Lupin. A nous de dérober son secret le plus précieux.
Nous nous sommes frottés avec enthousiasme à ce nouvel escape game !

 

L’objectif est simple : dérober une lettre pour le compte de la comtesse Cagliostro. Celle-ci nous conduira au trésor des rois de France. Et si la mission est couronnée de succès, nous toucherons notre part. Mais Arsène Lupin aime compliquer la tâche.

Gentleman cambrioleur
Visuel du jeu

Gentleman cambrioleur : un univers mixte

Avec notre capeline et notre canne à la main, l’entrée dans la salle fleur bon l’ambiance début 20e siècle. Direct, nous fonçons sur les détails évidents.
« Ça commence comme un escape classique, avec la fouille, chercher, mettre la pièce en désordre«  confirme Alexandre.

Alors, oui, la pièce on la retourne, on farfouille dans tous les recoins. On trouve des indices, mais aussi des mécanismes obscurs. Et en cinq minutes, des interrogations surgissent. Tant de choses à faire et le temps qui défile.
Au téléphone, notre complice nous aide à avancer. Il nous aiguille afin de suivre la bonne piste. Mais au final pas tant que cela.

Gentleman cambrioleur
Visuel du jeu

« On se retrouve face à un ensemble de mécaniques à la fois intrigant et stimulant », Alexandre

Car, oui cette pièce mécaniquement simple dévoile, au fur et à mesure, des engrenages plus complexes.
Et il faut être attentif à tout pour arriver à combler notre commandataire, à défaut de passer à côté du but final.
Et on y est presque parvenu. Il a fallu composer avec notre léger manque d’attention et d’écoute. 😉

Notre avis : « On ne s’ennuie pas ! « 

Et c’est déjà un bon point pour une salle d’escape game.
« Il y a une approche différente par rapport aux autres escape games. La recherche d’indices est différente.«  pour Jean-Philippe.
« Notre mission n’est pas forcément claire mais à aucun moment on ne s’ennuie. Il y a toujours moyen que personne ne se fâche chier. »

Gentleman cambrioleur

D’ailleurs Emmanuel le confirme. « C’est un bon jeu d’équipe : tout se fait à plusieurs, au moins à 2. C’est cool de pouvoir se séparer pour résoudre des énigmes en même temps. » Et sans cela, on reste sur le carreau. Une bonne cohésion d’équipe est nécessaire.

« Une fois résolues, les énigmes semblent évidentes. C’est assez intuitif !«  constate Caroline. « Tout était cohérent. »
Et c’est aussi ce que l’on attend d’un escape game : aller de bout en bout sans que ce soit rocambolesque.

Gentleman cambrioleur

Et Alexandre donne une mention toute particulière pour cette salle.
« On croit deviner qu’il va se passer certaines choses, mais en fait la résolution de l’énigme va avoir d’autres incidences. J’ai vraiment été bluffé par certaines évolutions du décor. » Une apparence simple peut souvent cacher des énigmes plus technologiques.

Gentleman cambrioleur n’est pas une salle pour les novices des jeux d’évasion. Les pièges et les mécaniques combleront de plaisir les voleurs les plus aguerris.
Et même dans la défaite, on a pris notre pied.


Gamescape
17 rue de la pierre levée
75011 Paris

Gentleman cambrioleur de 3 à 5 joueurs

Et pour d’autres aventures, tentez Le cachot de la bastille, Entretien avec Gustave Eiffel ou Société Secrète

Share

Comme en 14 : doutes et espoirs des femmes de l’ombre

Comme en 14 c’est la guerre qui bouleverse les vies, les déchire mais aussi qui réunit des hommes et des femmes qui ne se seraient jamais rencontrés autrement.
C’est donc aussi l’espoir, l’inattendu.
Au Théâtre La Bruyère, nous sommes transportés dans un hôpital militaire de fortune tenu par des femmes volontaires et bénévoles.
L’interprétation est parfaite.

Comme en 14

Comme en 14 est un portrait humain et bienveillant de femmes de l’ombre. La piècenous fait rencontrer quatre femmes toutes touchées par la folie de la guerre. Marguerite, l’infirmière en chef, semble trouver un sens à sa vie en étant au chevet des malades et des mourants.
Suzy est pacifiste, elle veut en finir avec la guerre et son injustice.
Alors que Louise a le cœur qui bat pour Georges son futur mari qui est sur le front.
La comtesse, elle, affronte l’adversité : après la mort de son mari, l’infirmité de son fils blessé à la guerre.
Le second fils de cette celle-ci est resté lui car pas du tout apte à combattre.

L’équilibre de cet hôpital est précaire. C’est l’urgence qui prime, elle impose à ces femmes de devoir s’adapter à toutes situations. Quand elles se retrouvent autour du poêle qui chauffe, la vie reprend son cours, il est possible de rire, d’espérer à nouveau. Mais le rappel à la dure réalité des malades en souffrance interrompt régulièrement les échanges.

Comme en 14

La force de cette pièce de Dany Laurent est d’arriver à unir ces quatre figures de femmes que tout semble opposer. Elles ont une capacité de résilience qui touche, un sens du devoir et une disponibilité qui impressionnent.

Sur scène, Marie Vincent, Virginie Lemoine, Ariane Brousse, Katia Miran sont ces femmes courages que la vie n’a pas épargnées.
Mention spéciale à Axel Huet qui est impressionnant en jeune homme souffrant de handicap.

Comme en 14

Comme en 14

une pièce de Dany Laurent
mise en scène : Yves Pignot
Avec Marie Vincent, Virginie Lemoine, Arianne Brousse, Katia Miran, Axel Huet

au Théâtre la Bruyère
5 rue la Bruyère
75009 Paris

du mardi au samedi à 21h
matinée samedi à 15h30

Image de prévisualisation YouTube
Share

Roni Alter en interview : on a parlé compo & Be her child again #CONCOURS

C’est avec le temps que Roni Alter a compris pourquoi elle avait quitté Israël pour Paris. C’était sans doute pour se prouver qu’elle était capable de réussir toute seule, ses parents étant connus là-bas.
Paris lui a donné l’inspiration d’écrire. Et elle est heureuse de ne pas être tout à fait à l’aise dans cette ville, « parce que ce n’est pas encore ma maison, je suis toujours un peu immigrante. » Elle aime devoir se battre pour exister, pour que les choses arrivent.
Elle a fait équipe avec le réalisateur Clément Ducol pour donner corps à son nouvel album Be her child again

INTERVIEW / RONI ALTER 

Roni Alter
selfie exclu pour UsofParis

UsofParis : Etre une révélation en France, ça donne des ailes ?

Roni Alter : Je suis honorée, ce qui est un peu par rapport à ce que je ressens.Je suis surprise et excitée.

Qui écoute en premier tes nouvelles chansons ?

Normalement : mon copain et mon père.
Quand je finis les maquettes chez moi, j’appelle mon copain et je lui demande d’arriver dans les dix minutes pour écouter.
En fait, j’ai besoin que quelqu’un écoute et valide très vite ce que j’ai fait.
Et après, je l’envoie à mon père et s’il ne répond dans les 2 minutes, je l’appelle pour lui demander s’il a bien reçu mon mail… 🙂

Mais ils ne sont pas objectifs ?

Si ils le sont !
Mon père est musicien, je sais qu’il est fan de ce que je fais.
Mais je sais quand une chanson est bonne. Je n’ai pas besoin de leur approbation.
Quand on fait quelque chose d’artistique, ce n’est jamais fini tant qu’une personne n’a pas vu, entendu…

Quand sais-tu que la chanson est bonne ? Et que tu peux t’arrêter ?

S’arrêter est toujours difficile pour un musicien. Mais c’est pareil pour l’art en général, on peut continuer éternellement. Mais quand j’écris une chanson, je suis très perfectionniste et je sais quand une phrase n’est pas bonne ou quand une mélodie n’est pas parfaite.
Je travaille jusqu’à ce que ce soit sincèrement bon.
L’écriture, on sait quand c’est abouti. Pour une mélodie, ça peut être infini.
Image de prévisualisation YouTube

J’aime beaucoup Devil’s calling. Comment l’as-tu composée ? 

Roni Alter : J’ai eu de la chance pour cette chanson. C’était comme un monologue qui était en moi et qui devait sortir. J’ai écrit mélodie et paroles en même temps, d’un seul jet.
J’ai pris ma guitare et j’ai écrit toute la chanson.
C’est arrivé aussi avec la dernière chanson de l’album, Be her child again. 

As-tu l’impression d’être guidée quand tu écris ?

Je ne suis pas croyante. Mais quand de telles choses arrivent, je pense que peut-être il y a quelqu’un au-dessus.
C’était quelque chose qui était en moi depuis longtemps. Je voulais parler de ce thème mais je ne savais pas comment.
Habituellement, j’écris la musique et ensuite les paroles.
C’est l’émotion que j’ai eue avec ce garçon, Devil.

C’est un flash back, c’est comme s’il m’appelait du passé.

J’aime beaucoup Stubborn. Y’a-t-il un secret de fabrication.

C’est un des titres les plus pop. Parfois, j’aime bien sortir de moi et faire des choses plus énergétiques. C’est une chanson que j’ai écrite pendant l’enregistrement de l’album.

J’étais énervée quand je l’ai écrite. Et ce que qui arrive quand je le suis.

Tu deviens pop ?

Oui, quand je suis contrariée, je deviens une chanteuse pop. 🙂

Tout l’album a été écrit à Paris ?

Une partie, le reste en France.
Roads with no name, je l’ai écrit sur la route, quand je partais en Italie dans la voiture.
J’aime regarder le paysage et les idées arrivent.
Chaque fois que j’écris une chanson, je me dis que c’est une histoire magique.
Ça arrive de nulle part. Il faut être disponible sur le moment.
Je ne suis pas capable de m’asseoir et de me dire : il faut écrire maintenant. C’est quand la musique qui arrive qu’il faut la saisir.
Parfois, jouer des chansons d’autres artistes, ça peut m’aider à faire venir des idées.
Image de prévisualisation YouTube

J’ai pensé que tu voulais révéler que ton côté bad girl en faisant la reprise de PNL.

C’est le contraire en fait ! Pour moi, c’est une chanson qui est une ballade classique.
Je l’ai jouée sans penser à en faire une reprise.
Au début, c’est la musique qui m’a interpellée. Parce que je n’ai pas compris toutes les paroles. Je sais que des Français ont du mal aussi. 🙂 Alors pour moi c’était encore plus difficile. J’ai demandé de l’aide pour m’aider à comprendre.
J’étais dans l’ivresse chez moi quand je l’ai entendue. Et je ne savais pas qui c »était.

La Roni de 7-8 ans est-elle heureuse de la Roni que tu es maintenant ?

Je pense que oui. Je suis allée au-delà de mes rêves. C’était évident dès mon plus jeune âge que je serai chanteuse, musicienne. Ce n’était pas un choix.
J’ai écouté ce qui était en moi. J’ai suivi ma passion.

Donc pas de dépression possible ! Tu as toujours la musique avec toi. 😉 

La musique peut aussi m’aider à être encore plus déprimée. J’écoute la musique pas forcément pour être plus heureuse. Je peux en écouter pour être encore plus triste.
J’aime aller dans les extrêmes. Je ne veux pas être heureuse en continu.

La chanson la plus génialement « déprimante » du moment ?

Ça change tout le temps car j’écoute beaucoup de nouvelles chansons.
Ce serait Habibi de Tamino. C’est une chanson folle.

Est-ce que Keren Ann t’as conseillée ?

Quand j’ai écrit mon deuxième album, en 2014, je lui ai transmis toutes mes maquettes pour avoir son avis. Je suis fan, je l’ai été avant que nous soyons amies.
Elle m’a permis de rencontrer des professionnels.
J’ai joué avec elle sur scène. Elle m’inspire.
Elle m’a donné le sentiment que ce que je faisais était bien. Et que je pouvais tout faire toute seule. Elle m’a apporté de la confiance, la confiance de ne pas arrêter.

Si tu pouvais changer le monde, que ferais-tu ?

Je mettrais des femmes à la tête de chaque pays : présidentes, premières ministres…
Ça stopperait la folie ! Elles ne sont pas violentes dans leur nature.
La violence me dérange énormément, pour tout.

Tes petites adresses parisiennes ?

Mon café disquaire de quartier : Comets.
Mon restaurant préféré à Paris : Balagan, rue d’Alger dans le 1er. Étant végétarienne, c’est parfait !

Dernier coup de cœur musical ?

J’essaie d’écouter plus d’artistes français pour m’ouvrir.
Pierre Lapointe est l’un de mes préférés. Il est génial ! J’ai fait une de ses premières parties.
Et j’aime le dernier album de Barbara Carlotti, Magnétique.
Le dernier Paul McCartney est brillant. Chaque fois qu’il sort un nouvel album, je le trouve incroyable. Je continue à l’écouter et aller le voir en concert.
Interview by Alexandre 
Roni Alter

Roni Alter

nouvel album Be her child again 
(Warner Music)
sortie le 8 février 2019

Concert le 16 mai 2019 au Café de la Danse, Paris 

En tournée en France :
15 mars à Annecy (Festival Hors-Piste)
18 avril au Printemps de Bourges 

 

#CONCOURS

Nous aimons, nous partageons ! 
Nous vous faisons gagner des CD de Be her child again de Roni Alter. 

Pour participer, remplissez le formulaire en-dessous et n’hésitez pas à nous dire ce que vous aimez dans l’interview de l’artiste.

Roni Alter
Sending

Plus de jeux concours
Concours Gratuits

Share

Blog Paris – La capitale autrement WITH TIPS IN ENGLISH !

Translate »