Nuit du Tango aux Nuits de Fourvière : chants d’amour et danses sensuelles

Les Nuits de Fouvière, ce sont des concerts, des créations théâtrales, de la danse, du cirque et aussi des nuits thématiques.
Coup de cœur des blogueurs 2017, la Nuit du Tango à Lyon nous a réservé  une soirée passionnantes en rencontres artistiques.

La scène du Grand théâtre de Fourvière paraît très épurée ce dimanche. On aperçoit les colonnes romaines, habituellement cachées par les décors, l’espace paraît immense. Les gradins ont gardé la chaleur de cette journée estivale. Les rangs sont clairsemés, la première vague de départ en vacances du 14 juillet n’y sans doute pas étrangère. J’ai hâte d’être embarquée dans cette nuit du tango.

Il est 20h30, les musiciens font leur entrée : pianiste, violoncelliste, bassiste et accordéoniste. Ils commencent à jouer et nous embarquent directement dans l’ambiance du tango comme si nous étions en Argentine. Puis Daniel Melingo arrive, entièrement vêtu de noir, avec un long manteau et un chapeau qui donnent le caractère à son personnage de scène. Sa voix rauque de vieux rockeur contraste avec la douceur de la musique. Il a une manière très théâtrale de chanter, il appuie sur les syllabes, fait beaucoup de gestes. Il nous raconte des histoires en déambulant sur la scène, donnant parfois l’impression d’être perdu, parachuté dans une autre réalité. Il parle et chante l’amour, le tango avec une pointe de mélancolie comme d’une époque révolue qui contraste avec sa dureté apparente.

Il nous chuchote même à plusieurs reprises Una noche sin luna en el cielo, se couche sur la scène comme s’il était allongé sur l’herbe. Son univers est à la fois poétique et cabossé. C’est un écorché vif dont on ne peut pas prédire la réaction. Il joue aussi de la clarinette, nous entraine parfois dans un registre plus jazzy. Il nous incite à taper dans nos mains comme une invitation à rentrer dans son histoire. Puis, il revient à notre réalité au moment du salut quittant son personnage de fou du tango.

La deuxième partie de la soirée nous emmène dans un salon de danse pour le spectacle No exit. Le pianiste Gustavo Beytelmann a pris place et commence à jouer. 16 danseurs sont assis en arc de cercle. Ils sont immobiles comme en attente d’être réveillés. L’ambiance est intimiste.

Soudain le bal s’anime, les couples se forment et esquissent leurs premiers pas de danse, se suivant dans une rotation autour de la piste. On peut même entendre le bruit des talons sur le sol. Puis le couple Claudia Codega et Esteban Moreno fait son entrée, chacun séparément, lui habillé en noir et elle vêtue d’une robe rouge, contrastant avec les vêtements plus simples des autres danseurs. Ils se jaugent, s’approchent puis s’éloignent comme deux bêtes qui s’apprivoisent. Nous assistons à la rencontre d’un couple de danseurs comme si nous étions présents à leurs côtés.

Ils se mêlent alors au groupe, changeant de partenaire pour quelques instants. Les voici assis à une table, une bande enregistrée nous livre leur conversation. Elle ne vient pas souvent danser car elle habite de l’autre côté de la ville. Il lui propose d’aller faire un tour. Ils partent et la danse reprend, toujours au cœur du spectacle, comme immuable. C’est elle qui permet la rencontre des êtres.

Une interview de Jean Paul Sartre est alors diffusée à propos de sa pièce Huis Clos. La citation « L’enfer c’est les autres » aurait été mal comprise, affirme-t-il. Ces propos sont de nouveau diffusés comme un disque rayé. J’ai du mal à saisir cette incursion de l’existentialisme dans ce spectacle de tango.
Un nouveau couple de danseurs arrive remplaçant le premier. La boucle est bouclée. No exit? Je ne ressens pourtant pas l’enfermement dans cette salle de bal argentine. J’ai pris plaisir à regarder cette danse à la fois sensuelle, maîtrisée et retenue.

by Emilie Jacquemier

Share

Opération Mindfall by Lock Academy : aventure excitante en plein air

T’aimes l’aventure en milieu urbain ? T’es prêt(e) à relever une mission impossible en plein cœur de Paris comme Tom Cruise ?
Alors visite Paris autrement avec l’Opération Mindfall.

La dernière énigme née du cerveau fécond du Professeur Lock te fera arpenter une partie du 1er arrondissement de Paris pour sauver l’humanité avec tes potos.
Rien de moins. Excitation totale !

Tu as 1h20 pour stopper la mise en marche du processus de prise de contrôle à travers le monde, par la société Spider Tech,  des êtres humains infestés par un virus. Le lieu clef secret permettant de contrer cette attaque technologique se trouve par chance en plein Paris, pas très loin de la Lock Academy.
Opération MindfallOpération Mindfall

Opération Mindfall : une chasse au trésor géolocalisée

Armée d’une tablette et de notre action pack, qui contient toutes les ressources pour mener à bien notre mission,  la team USofParis se lance dans l’enquête.
On se dirige vers la première énigme en suivant le GPS de notre principale complice.
Atteignant les abords du Palais Royal, la confrontation avec Spider Tech désarçonne. Pas de petite voix ou de message pour nous aider à trouver le code.
Les repères de l’escape game classique volent en éclat au bout de 10 minutes, à peine.
L’équipe est vraiment seule avec cette f***** tablette !

Même si on bute un peu sur ce premier lieu, les différents points d’énigmes s’enchainent plutôt bien. Le scénario est bien huilé.
Observation, réflexion, logique : les fondamentaux de l’escape game sont bien présents.

Au bout de 1h11, la team USofParis a sauvé l’humanité du contrôle totale de Spider Tech. Un score honorable, mais pas le record.
Opération Mindfall

Opération Mindfall : réalité augmentée, chatbot

C’est bien ce que nous propose la Lock Academy : une nouvelle façon d’appréhender l’univers de l’escape game.
Une version 3.0 de l’enquête : plein air, réalité augmentée, chatbot, interaction avec le réel.

L’architecture, les magasins, la rue… Tout peux contribuer à vous faire progresser dans l’histoire.
Il vous faudra même être en possession d’un smartphone sous peine de ne pouvoir aboutir sur l’une des épreuves.

Le débrief de l’équipe UsofParis 

Une fois  arrivée à son terme, notre équipe a fait un petit point sur son aventure.

Opération Mindfall se révèle être un jeu convivial, avec un principe novateur. La mise en situation extérieure est sympa, car on peut (re)découvrir le quartier en même temps.
La réalité augmentée utilisée par le biais de la tablette est vraiment top avec une interactivité sans bug.

Comme pour un escape game classique la coopération est de mise, chacun apportant sa plus-value. C’est toujours un travail d’équipe !
La team USofParis est tombée dans certaines chausse-trappes : à force de nous faire enfermés, on cherche plus compliqué que ça ne l’est…

Comme le résume Alex :

Opération Mindfall

Côté point faible, les équipes peuvent être absorbées par la tablette et l’aventure sans se préoccuper de leur sécurité en traversant rue, rond-point et carrefour.

Pour les équipes aguerries, le scénario de l’Opération Mindfall pourra sembler un peu facile. Mais l’équipe de la Lock Academy réfléchit déjà à créer deux niveaux de difficulté pour cette mission !

De quoi satisfaire tous les adeptes, des non-initiés aux fou-furieux qui veulent toujours aller plus vite que le chrono.

Opération Mindfall

Opération Mindfall

de 2 à 5 joueurs
les samedis et dimanches de 12h à 17h30

Lock Academy
25, rue Coquillière
75001 Paris

Share

Mario d’Souza au Château d’Oiron : une explosion de couleurs

Le Château d’Oiron donne carte blanche à l’artiste Mario d’Souza jusqu’en octobre. Ses œuvres et installations ponctuent le dédale de salles et la cour d’honneur de ce monument, véritable pépite artistique en plein cœur des Deux-Sèvres. Ce projet coloré baptisé Flow a fait appel à la précieuse collaboration des villageois. L’art déborde du cadre traditionnel : on adore !

Mario d'Souza
Le tout 1er selfie de l’artiste, en exclu totale pour UsofParis

Flow : un fleuve créatif de l’Inde à la France

Mario d’Souza connait Oiron depuis 20 ans. Il avait alors 16 ans et était jeune étudiant en Inde, quand il reçut un catalogue d’exposition du Château des mains d’un artiste.

Suite à la proposition de Carine Guimbard, administratrice du site, qui l’a rencontré par hasard il y a 9 mois, l’artiste installé en France depuis 16 ans, a choisi de devenir exceptionnellement châtelain. Cette résidence l’a conduit à occuper les lieux de 1 semaine à 10 jours par mois depuis janvier dernier.
Il a créé des moments d’échanges avec l’équipe du Château d’Oiron et les villageois qui ont enfilé, par exemple, des pailles pour les besoins d’une installation. Précision : tous et toutes étaient consentants. Mario a aussi concocté des plats goûteux avec des petites mains complices pour le soir de vernissage.

Mario d’Souza face à ses pairs

Et il n’est pas facile de se faire une place au sein du Château d’Oiron qui accueille une collection d’art contemporain unique et impressionnante. Christian Boltanski, Sol LeWitt, Wim Delvoye, Annette Messager, Marcel Broodthaers, Fabrice Hybert sont quelques-uns des grands noms qui en imposent avec des œuvres majeures, radicales, spectaculaires.

Mario d’Souza, également en résidence au Mobilier National, a choisi une certaine discrétion bien que ses propositions soient spectaculaires et qu’elles interpèlent les visiteurs. En effet, aucun cartel ne vient aider le visiteur à distinguer ses œuvres, ni à le renseigner sur leur sens.
C’est à chacun-chacune d’apprécier ces ponctuations sur les murs et escaliers de pierres, ces installations qui viennent exceptionnellement remeubler le Château d’Orion. Canapé large et coussins, commode, armoire et autres sièges extraits des collections du Mobilier National.

Des dessins de l’artiste sous cadres offrent des compositions et poétiques énigmatiques. Feuilles, fleurs sont accompagnées pour certaines de quelques gouttes de sang sur fond de couleur. Original, certains cadres sont posés à même le sol. L’artiste a pleine confiance en chaque visiteur.

Flow c’est une invitation à la poésie dans un monument national, un dialogue original entre un jeune artiste et ses pairs.
Une (re)découverte d’un ensemble de décors impressionnants.
C’est aussi un château qui retrouve le temps d’une exposition un ameublement qui n’est pas le sien, mais qui lui va si bien.

Flow
une exposition de Mario d’Souza

jusqu’au 8 octobre 2017

au Château d’Oiron
79100 OIRON
Tél : 05 49 96 51 25

Horaires :
ouvert tous les jours (week-end compris)
du 1er juin au 30 septembre 2017 : 10h30 à 18h
A partir du 1er octobre : 10h30 à 18h

Mario d'Souza

Share

MaMA Festival 2017 prépare-toi aux très bons sons !

MaMA Festival 2017 vient de dévoiler une 2e vague d’artistes qui rejoignent une programmation qui s’annonce excitante, décapante et qui nous réchauffera des premières fraicheurs automnales.
SAVE THE DATE et RDV du 18 au 20 octobre à Paris pour un max de concerts et découvertes lives. 

On les aime !

Bertrand Burgalat c’est la classe assurée avec ce style à la fois élégant et décalé qui nous plait tant du chanteur-producteur.
Inüit, vu au Printemps de Bourges 2017, offre une pop sautillante et fraiche qui nous embarque à chaque fois.
Kiddy Smile n’est pas uniquement le meilleur ami de Beth Ditto, la bête de scène américaine. Il est aussi un artiste électro de plus d’1m90 que Les Inrocks aime, comme nous. Un vrai performeur capable de looks aussi barrés qu’osés. On a tous et toutes un Kiddy Smile qui sommeille en nous.
Eddy de Pretto, vu en plein soleil au Fnac Live 2017 et à Bars à Trans : une silhouette improbable, un song writing percutant et des titres qui font danser.
Theo Lawrence & The Hearts vu à Rock en Seine 2016, preuve que c’est un groupe qui dure. La belle gueule de Theo n’est pas le seul atout de cette formation. Niveau musique ça décape.

Mama festival 2017 Mama festival 2017

On veut les voir ! 

Chilla, c’est la sensation du moment. Carmen Maria Vega n’en revient toujours pas de l’avoir croisée.
Dani, une icône capable de ressusciter musicalement alors qu’on ne l’attendait plus. Culte forcément !
Delv!s : parce que les Belges sont nos amis. Et qu’à part Come My Way, on veut entendre les autres titres de ce jeune ours.
Sandor, une chanteuse suffisamment énigmatique pour nous donner envie de la découvrir sur scène.Mama festival 2017

Pour le référencement on repassera 

Et il y a toujours des artistes – finalement ils sont touchants – qui n’ont pas forcément choisi le meilleur de nom de scène pour leur référencement Google. Qu’on pardonne cette année, en allant les voir en concert : PaupièreMillionnaire ou encore Chelou et Le Club.
Et La Meute, géniale fanfare allemande, qui fait des reprises des tubes electro et techno totalement hallucinés.

Mama festival 2017

Focus sur FGO-Barbara

Sa situation géographique lui permet d’être accessible de tous et toutes. Ligne 2 directement le laboratoire des nouveaux créateurs. De belles rencontres en perspectives pour les pro, les artistes, les passionnés et inventeurs de musique…

Image de prévisualisation YouTube

MaMA Festival 2017
du 18 au 20 octobre 2017

Site officiel : mamafestival.com

Share

Escape Hunt Bordeaux – Le mystère de Saint-Émilion : grisant !

De passage à Bordeaux pour une pause estivale, impossible de ne pas découvrir l’enseigne d’escape game numéro 1 : Escape Hunt. Parmi les 4 missions, on a jeté notre dévolu sur Le Mystère de Saint-Émilion, incontournable au pays du vin, histoire de nous préparer à la nouvelle aventure ouverte fin juin 2017 : Le Manoir de H. H. Holmes.

Escape hunt
Rendez-vous à deux pas de la gare de Bordeaux Saint-Jean – pratique pour les gamers fanatiques qui voudraient faire un aller-retour dans la journée 😉
Le lobby d’accueil chaleureux est vaste afin de permettre à chaque équipe qui se fait briefer ou qui sort de l’aventure d’avoir un plein confort.
Après 10 minutes d’explications de Nolwenn, la game master qui suivra nos périples, la porte se referme sur nous.

Le Mystère de Saint-Émilion :

A une heure de la  vente aux enchères annuelles de la famille De Lambert, la bouteille de la toute première cuvée de Saint-Émilion a disparu du Château de la Rosière. Notre mission : remettre la main sur la bouteille et démasquer le voleur !

Cette enquête est à l’affiche de la franchise bordelaise depuis son ouverture en août 2015.

Depuis, elle a évolué avec le temps. Par exemple, la logique des cadenas a laissé en partie sa place à des mécanismes plus complexes.
L’exigence des enquêteurs est devenue de plus en plus grande.

Escape hunt
On a bien aimé les bruitages qui ponctuent nos actions : applaudissements pour une action réussie, ou une porte qui grince pour indiquer que la manipulation était bonne. Ce qui occasionne des « On a ouvert quelque chose ! » enthousiastes qui nous conduit irrémédiablement à chercher frénétiquement du regard dans toute la pièce.
Mais ces bruitages, avec entre autres le fameux « C’est cela oui ! » de Thierry Lhermitte, soulignent aussi les mauvais choix que vous faites ou vos propositions fantasques !

Attention à ne pas voir accrochées sur les murs de l’accueil, vos plus belles perles de jeu, comme celles de participants très inspirés avant nous.

Escape hunt

La perle 100% made by UsofParis de la partie qui est prête à être affichée :Escape hunt

Mission accomplie !

Après 59 minutes d’observation, de réflexions et de codes, le fameux millésime est retrouvé et le coupable débusqué.

Même si cette enquête est d’un format classique, et notre quatuor de détectives plutôt aguerri, certains pièges nous ont donné des sueurs froides. Comment butter sur des choses aussi évidentes ?
C’est tellement bon de se faire avoir aussi facilement !

Escape hunt
Un bémol sur une mécanique du jeu (qui sera peut-être modifiée) car il est quasiment impossible de la deviner sans indice de la part de notre maître du jeu. 

Au final, une partie avec de la tension, de l’adrénaline et des chausse-trappes qui raviront les novices comme les joueurs un peu plus expérimentés. Et des rires aussi !

Confidences de game master

Notre game master nous a dévoilé quelques confidences de jeu.  Comme ce couple de jeunes. Ils comprennent bien le brief et ils commencent à entrer dans la salle. Au bout de quelques minutes, le jeune homme balance à sa partenaire : « on s’aperçoit que l’on n’est pas fait pour être ensemble ! » Oups.
Bon à savoir : les seniors ne sont pas de mauvais joueurs. Alors n’hésitez pas à faire équipe avec l’un d’entre eux.

Conseil : ne soyez pas de mauvaise foi, comme certains très mauvais joueurs qui n’acceptent pas du tout d’être les seuls responsables de leur échec.

Escape hunt

Escape Hunt Bordeaux

5, rue Pierre Loti
33800 Bordeaux

4 aventures exclusives

Horaires :
du lundi au dimanche, de 10h à 23h

Share

K Surprise à la Manufacture des Abbesses : éloge éclatant à la splendeur de vivre !

Sarah Pébereau, jeune trentenaire pétulante, désire ardemment faire LA rencontre qui bouleversera sa vie. Ses vœux furent exaucés, en quelque sorte… Fait alors irruption le K Surprise, le crabe, le grand C : le cancer. Touchée en plein sein, elle se défend magnifiquement avec ce qui sera sa force : l’humour. Son travail de réparation a commencé par un livre* et se poursuit par ce seul-en-scène à la Manufacture des Abbesses relatant sa superbe renaissance.

Sarah arrive à la croisée des chemins de sa vie. S’entremêlent dans sa tête de nombreuses questions concernant son avenir amoureux ou professionnel. Lors d’une consultation de routine chez la gynécologue, une annonce vient tout bouleverser : elle a une tumeur au sein. Après examens approfondis, le cancer est confirmé.

Telle une catharsis, Sarah nous évoque une multitude d’anecdotes qu’elle a dû traverser, souvent à mourir de rire, parfois moins. Nous oscillons alors entre des moments de fragilité et d’autres où la force de combat qu’elle possède fait scintiller de mille éclats son être. C’est fulgurant !

K Surprise
photo by AnnaClick

Les sentiments qu’elle présente parleront autant aux personnes atteintes du cancer qu’à leurs proches ou tout un chacun. S’exposent alors la solitude inévitable ressentie malgré un entourage présent, la question de la procréation, l’inexplicable solidarité qui existe entre patients, le fait que rien ne sera plus jamais comme avant…

Étonnamment, cette épreuve difficile a permis à Sarah de s’épanouir. Aujourd’hui, elle a moins peur, ou tout du moins différemment. Ses combats sont autres. Elle a appris à se découvrir et surtout à s’aimer pour qui elle est.

Elle dégage une énergie folle, propre aux personnes qui savent qu’il faut pleinement aimer la vie. De la tendresse, de l’émotion, de l’humour et de l’amour : c’est tout cela qu’elle désire partager aujourd’hui. Qu’il est bon de sortir de notre zone de confort pour rencontrer de telles personnes, solaires et pétillantes…

Merci Sarah !

by Jean-Philippe

K Surprise

K Surprise

Auteures : Sarah Pébereau, Elise Mc Leod
Mise en scène : Elise Mc Leod
avec : Sarah Pébereau

du 18 au 22 juillet 2017 à 20h

La Manufacture des Abbesses
7, Rue Véron
75018 Paris
Tél. : 01 42 33 42 03

BON PLAN : préciser que vous bénéficiez du tarif à 13€ : Merci Sarah Pébereau !

*Sarah, 30 ans, mon cancer, même pas peur !

Share

Christophe Dellocque fait sa Sylvie Joly : une déférence douce et éclatante !

Lorsque l’on évoque Sylvie Joly, il nous vient immédiatement à l’esprit une élégante choucroute blonde, une bouche toujours élégamment soulignée d’un rouge pimpant, une allure singulière et une parfaite maîtrise de la gouaillerie. Pour Christophe Dellocque, c’est bien plus. Il nous offre au Lucernaire une entrevue vive et attendrissante avec celle qui l’a marqué pour toujours.

A onze ans, Christophe Dellocque remarque à la télévision une femme qui le subjugue par son visage, son style, ses mimiques et surtout son talent si unique. C’est ainsi que Sylvie Joly entre dans sa vie et s’y installe durablement. Les 33 tours, la mise en scène de ses sketchs dans une MJC locale et surtout ses prestations en live, ne font que tisser un lien invisible entre eux.

Un projet se trame alors au fil du temps dans l’esprit du comédien… Créer un spectacle sur cette relation atypique. Laisser s’entrecroiser délibérément l’idole avec ses sketchs cultes (qui restent drôlement actuels !) et le parcours touchant et intime de l’admirateur à qui cette grande dame a beaucoup apporté.

Sans se déguiser, Christophe Dellocque est tantôt une coiffeuse, l’enfant qu’il était, tantôt une pâtissière, lui-même adulte… Il montre ainsi sa féminité sans fard, jouant avec sa voix, sa gestuelle pour accentuer les traits de caractère des personnages qu’il incarne. Une part belle à la pantomime dont on devine aisément de qui provient l’inspiration 🙂

Dans un monde qui n’en finit pas de s’étioler, qu’il est bon de voir ce que l’humain peut encore apporter. Christophe Dellocque a finalement pu rencontrer celle à qui il n’a jamais parlé, bien qu’elle ait insufflé en lui tant de talent et de passion. C’est un joly moment de théâtre à partager où les deux artistes trinquent ensemble au rire et à la vie !

by Jean-Philippe 

Christophe Dellocque fait sa Sylvie Joly

Textes : Christophe Dellocque, Sylvie Joly, Fanny Joly, Thierry Joly, Henri Mitton et André Ruellan
Collaboration artistique : Sylvain Maurice
avec : Christophe Dellocque

du 5 juillet au 26 août 2017

du mercredi au samedi à 21h et le dimanche à 17h

Le Lucernaire
53, Rue Notre Dame Des Champs
75006 Paris
Tél : 01 45 44 57 34

Share

Photo du mois #64 : Provocation

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Le thème de ce mois choisi par Morgane Byloos Photography est : provocation (dans tous les sens du terme).

Vu au Fnac Live, il y a quelques jours, Julien Doré est le king de la provoc. Il a un don, celui de provoquer son public, d’exciter les foules, de déchainer les passions les plus folles, de faire se soulever les mains, de chanter en choeur avec toute personne qui se trouve devant lui.
Tout en ayant une classe d’enfer en chemisette à fleurs, alors qu’ils sont nombreux les fashion addicts a avoir décrété que les chemises manches courtes étaient has been. Ca ressemble à une nouvelle provoc de J. Doré. Fnac Live

Toutes les autres provocations sont à
Lavandine83, El Padawan, Kellya, Ventsetvoyages, écri’turbulente, Josiane, Xoliv’, Lavandine, Krn, François le Niçois, Gine, Jess_TravelPicsAndTips, Christophe, Philae, Chat bleu, Céline in Paris, Escribouillages, Carole en Australie, Renepaulhenry, Evasion Conseil, Blogoth67, Mamysoren, Gilsoub, La Fille de l’Air, Mirovinben, Philisine Cave, magda627, Nicky, Eurydice, LilousoleilSous mon arbre, DelphineF, Akaieric, Aude, Cara, Morgane Byloos Photography, Alban, Chiffons and Co, Magouille, Brindille, Natpiment, Autour de Cia, Tambour Major, J’habite à Waterford, Shandara, Frédéric, Amartia, Lyonelk, CécileP, Giselle 43, Laurent Nicolas, BiGBuGS, La Tribu de Chacha, Danièle.B

Share

Caravane du Tour de France – immersion et bain de foule incroyables

Ce vendredi, embarquement immédiat sur dans la Caravane du Tour, sur un des chars Le Gaulois pour un périple de 214 km en plein soleil, à la rencontre des fans de la petite reine, prêts à tout pour participer à l’événement incontournable de l’été (longues heures d’attente, déguisements, déco dans les rues…). Liesse collective, smile sur tous les visages et scènes poilantes en bord de route. Le Tour de France réserve un lot de sensations fortes et incroyables !

Les conditions n’étaient pas forcément idylliques pour ce périple. On nous avait prévenus : réveil très matinal, crème solaire, couvre-chef bien accroché, pas de pause une fois montés sur le char. Mais l’envie de participer à cette aventure humaine à la rencontre des spectateurs du Tour de France est plus forte.

La Caravane du Tour : ambiance unique

Arrivés à Troyes pour le départ de la 7e étape, l’excitation commence à monter à la vue de ces bolides – la Caravane du Tour en compte 180. Ces derniers parcourront les plus de 3 500 km à travers les 21 étapes de Tour de France.
Il y a la préparation des équipes, les dernières consignes échangées, les chercheurs de goodies qui tentent leur chance. Il y a aussi les tonnes de madeleines, bonbons, stylos, magnets, saucissons, porte-clés, bobs et autres casquettes.
Et la grande chorégraphie assurée chaque matin par une équipe différente pour échauffer les caravaniers avant le départ.
Harnais de sécurité qui fait l’effet d’une gaine sur certaines parties du corps, avant de prendre place sur le char du Gaulois pour un road trip unique !

Folie pure ! 

À la sortie du parking, la vision des tout premiers spectateurs massés pour le départ est bluffante. On se prendrait pour un chanteur montant sur scène avec une décharge d’adrénaline. On comprend qu’un Julien Doré soit galvanisé quand il est face à la foule.

C’est totalement fou, hystérique, impossible de distinguer un visage plutôt qu’un autre. Les premiers goodies commencent à voler et à faire des heureux. Au total, 800 000 goodies à l’effigie de Cocotte seront distribués sur le Tour. On traverse la ville sous les cris, les mains qui s’agitent, les sourires.

Puis les routes de campagne, un peu plus calmes par moment. On peut voir un classique du Tour comme une paire de fesses masculine généreusement découverte. Mais aussi un diablotin, des cyclistes amateurs en tenue sportive, des hommes déguisés en femmes. Tout est très bon enfant.
Suivent de nouvelles scènes de foule en traversant des villages surchauffés et bondés. Des vélos décorés, des banderoles, des confettis.

Eleveurs mobilisés

Au kilomètre 179, passage hautement symbolique devant des éleveurs de poulets français partenaires de la marque Le Gaulois venus pour l’occasion célébrer le Tour.

La seule montée de l’étape nous réserve un gros lot de cris, d’encouragements et de saluts en tout genre. La Caravane du Tour ralentit à ce moment, garantissant de vrais eye contacts et des échanges un peu plus soutenus.

À l’approche des derniers kilomètres, la foule redevient plus dense. Les peluches Cocotte sont lancées généreusement.
Nous franchissons la ligne d’arrivée que seule la Caravane du Tour, les véhicules officiels ont le droit de traverser avant les coureurs cyclistes.

Le Gaulois est fournisseur officiel de volaille 100% française du Tour de France depuis 2015. Et est partenaire de l’équipe cycliste FDJ qui s’est illustré avec Arnaud Demare qui s’est imposé au sprint de la 4e étape.

Share

Xavier Fagnon : loufoque Rendez-vous Place Gandhi au Palais des Glaces

Imitateur, comédien et même danseur, Xavier Fagnon envoie le Petit Palais des Glaces en Inde en plein été, sans jet lag et supplément de prix. Rendez-vous Place Gandhi fait se rencontrer un nombre impressionnant de personnalités françaises : chanteurs, comédiens, hommes politiques, sportif et journaliste. 

photo Franck Harscouët

Xavier nous embarque dans une histoire totalement farfelue, on croirait presque à une hallucination. Imaginez Arnaud Montebourg faisant équipe avec Franck Ribéry dans une sorte de Pékin Express en terres indiennes. L’esprit du raffinement à la française face au joueur de foot dénué de tout esprit : complètement improbable ! 

En parallèle, Patrick Bruel autocentré à souhait (et c’est tellement vrai quand on a croisé ne serait-ce qu’une seule fois le chanteur-charmeur) lui est associé à la kougar Chantal Ladesou.

Dans ce joyeux bordel, un prime-time est en préparation. Et c’est Édouard Baer qui mène le tempo. Fin, beau parleur, pourfendeur, il tente tant bien que mal d’accueillir Yannick Noah (qui a un peu de route) sur son plateau. 

Entre répétitions – la séquence avec le chanteur Raphaël est hilarante – et jeu de piste des équipes – l’une d’entre elles tombera sur Bernard Lavilliers, poilant – Xavier Fagnon change de rôle à vitesse grand V sans accessoire (exception pour Lavilliers, trop tentant !).

Et l’artiste ne ménage pas son énergie. Il est accompagné de Sébastien Jan dans cette aventure physique par qui reste impassible à toute épreuve. 

Mention spéciale pour les chansons originales écrites à la manière de… Goldman, Raphaël, Trenet, Cabrel et de beaucoup d’autres. 

Xavier Fagnon dans Rendez-vous Place Gandhi

un spectacle de Christophe Lemoine et Xavier Fagnon

du jeudi au samedi à 20h

au Petit Palais des Glaces
37, rue du Faubourg du Temple
75003 PARIS

Share

Blog Paris – La capitale autrement WITH TIPS IN ENGLISH !

Translate »