Lindsey Stirling selfie-interview & message pour ses fans français

Lindsey Stirling est une violoniste d’un nouveau genre. En 2010, elle arrive en quart de final de la célèbre émission America Got’s Talent, mais perd face à un jury intransigeant qui lui dira : « Je ne pense pas que ce que tu fais est assez pour remplir Las Vegas ».
Depuis, elle comptabilise plus de 8 millions d’abonnés sur YouTube avec plus d’un milliard de vues et remplie des salles du monde entier.
Après plusieurs dates sold out à Paris, elle revient avec un nouvel album Brave enough, et un concert prévu en France lors de la Fête de l’Huma, le 9 septembre.

SELFIE INTERVIEW / LINDSEY STIRLING

Selfie original et exclu pour UsofParis
Selfie original et exclu pour UsofParis

UsofParis : Ton nouvel album “Brave Enough” est sorti le 19 août. C’est un album plein d’émotions. Quel était ton état d’esprit quelques jours avant sa sortie ?
Lindsey Stirling : Toutes sortes d’émotions : nerveuse, excitée, effrayée. J’aime l’album… puis je pense que l’album n’est pas bon, puis je l’aime à nouveau. Je suis ravie qu’il sorte enfin.

Quel est ton meilleur souvenir sur America’s Got Talent en 2010 ?
Je me suis fait de bons amis avec les autres participants.

Est-ce que cette expérience t’a ouvert des portes ?
Ce que je ressens à propos d’America’s Got Talent est que c’était horrible. Le moment le plus humiliant de ma vie. Après avoir été éliminée du show, aucune porte ne s’est ouverte pour moi, et le monde a oublié que j’avais existé. Mes 15 secondes de gloire c’était juste ça… 15 secondes et après c’était fini. Cependant, une fois que j’ai pu dépasser la honte et la peur de monter sur scène (ce qui a été très dur à faire), j’ai réalisé que je n’étais pas prête à abandonner. J’avais cette force intérieure qui me disait que je pouvais le faire et rien ni personne ne pouvait me faire changer d’idée.
Pour être honnête, je ne pense pas avoir cette force intérieure encore en moi maintenant, mais je l’ai eu quand j’en ai eu besoin. Je crois que Dieu nous donne ce pouvoir lorsque nous sommes bloqués sur un voyage que nous sommes destinés à faire. Ma peur et mon mal se sont transformés en une extrême motivation. Je voulais prouver à America’s Got Talent et à Piers Morgan qu’ils avaient tort.
J’ai appris que chaque fois que l’on court après son rêve, on doit accepter le fait que l’on va échouer à un moment donné. Les gens ne réussissent pas parce qu’ils n’échouent jamais, les gens réussissent parce qu’ils apprennent à se relever de leurs chutes. Ma carrière a commencé à décoller lorsque j’ai découvert Youtube.

Image de prévisualisation YouTube

Tu as des millions de vues sur YouTube, est-ce facile de rester proche de ta communauté avec le succès et les tournées ?
Je fais de mon mieux. Je pense que partir en tournée aide puisque je peux rencontrer mes fans et voir leur visage. Aussi, je fais de mon mieux pour leur montrer la vraie moi, à travers les réseaux sociaux. Mon fil Instagram est plein de photos stupides et de photos non éditées où je suis moi. Je fais de mon mieux pour répondre à leurs commentaires et liker leurs photos. J’ai tellement d’incroyables supporters qui font tellement pour moi que j’ai l’impression que je ne pourrais jamais faire assez pour les remercier tous, mais je fais de mon mieux.

Image de prévisualisation YouTube

Disney a choisi ta chanson Something Wild pour être sur la BO de Peter et Eliot le dragon. J’imagine que c’est quelque chose d’énorme. Comment as-tu appris la nouvelle et qu’as-tu ressenti à ce moment-là ?
Disney m’a approchée et m’a demandé si j’étais intéressée de visionner une première version du film et d’écrire une chanson. J’ai toujours voulu travailler pour Disney donc c’était un rêve devenu réalité.
Quand j’ai appris qu’ils avaient aimé la chanson et qu’ils allaient l’utiliser : j’étais en extase et je suis immédiatement sortie prendre un milkshake au chocolat pour célébrer ça !

Avais-tu vu le film original ?
Oui ! J’ai grandi en regardant l’original.

Si tu avais l’opportunité d’écrire une musique pour un autre Disney, lequel serait-ce ?
Ce serait un des remakes comme Aladdin.

Tu as fait beaucoup de featurings avec des artistes. Un artiste avec lequel tu aimerais collaborer ?
P!nk

Tu as fait beaucoup de shows à Paris. As-tu une anecdote particulière sur un de ces concerts ?
Nous avons fait une chanson. Le public était en train de faire le chant du « Olay, Olay Olay », mon pianiste et mon batteur ont commencé à improviser dessus. Je les ai rejoints nous avons eu une jam session très sympa avec le public.

Connais-tu un lieu secret que tu adores à Paris ?
J’adore “L’As du Fallafel”.

Image de prévisualisation YouTube

As-tu déjà pensé à jouer dans le métro parisien ?
C’est une idée amusante. Peut-être que je le ferais.

Tu as énormément de fans en France, as-tu un message pour eux ?
Tout le temps. Mon groupe de fans français sur Facebook est incroyable. Je les aime. J’ai beaucoup de fans français dont je reconnais le visage et que j’ai hâte de retrouver à chaque fois que je viens en France. Souvent, ils viennent habillés avec des costumes comme dans mes clips,  à mes concerts.

Quel est ton dernier coup de coeur musical ?
J’adore Classic de The Knocks.

Interview by Joan et Alex

Lindsey Stirling Brave Enough new album cover Capitol Music

Lindsey Stirling

nouvel album Brave Enough
(Capitol Music)

Concerts en France : 
9 sept : Fête de l’Humanité Festival

23 mars : Zénith, Lille
24 mars : Halle Tony Garnier, Lyon
25 mars : Zénith, Paris
27 mars : Zénith, Nantes
29 mars : Zénith, Strasbourg
31 mars : Zénith, Toulouse

Share

Le Casse du siècle : l’enquête démente de la Lock Academy

« Brillant ! Il faut être brillant ! » voilà comment Delphine résume la nouvelle aventure signée Lock Academy : Le Casse du Siècle.
La USofParis crew s’est une nouvelle fois frottée à une énigme bien ficelée du Professeur Lock.
Avec tous les avis lus sur cette nouvelle salle depuis son ouverture le 6 août, l’attente était forte.
Résultat : une claque !

Invités à visiter le Musée de l’Académie, c’est la panique à votre arrivée. Sa pièce maîtresse Le guide des détectives vient d’être dérobé. Encyclopédie renfermant tous les secrets des grands enquêteurs, si elle tombait dans de mauvaises mains, le crime parfait pourrait être réalisé. Il faut absolument le retrouver au plus vite !

le casse du siècle Professeur Lock Academy avis critique escape game photo by Blog united states of paris

A peine entrés, pas le temps de s’attarder sur le décor minutieusement construit. L’implacable chrono commence à défiler.

Le Casse du Siècle

Parmi les reliques des grands enquêteurs (le violon de Sherlock Holmes, le manteau de Miss Marple, la pipe de Maigret… et même les sucettes de Kojak, oui oui !) il va falloir trouver les indices permettant de résoudre les énigmes. Tableaux, cartels explicatifs, objets : ici tout est potentiellement utilisable.
Qui n’a jamais rêvé d’être enfermé dans un musée et de pouvoir toucher tout ce qu’il veut ? #Joie

Lock Academy le casse du siècle escape game avis critique blog us of paris

La volonté de la Lock Academy ? Casser les codes et les réflexes des escape-gamers chevronnés. Il aura fallu 7 mois de conception pour y arriver et mettre nos nerfs à vif.
Même si la fouille n’est pas la partie majeure de cette salle, elle a tout de même son importance. L’observation et la réflexion seront quand même nos véritables alliés pour mettre la main sur le guide.

Dans une salle beaucoup plus vaste que les deux autres énigmes, on retrouve avec plaisir les ressorts qui font la force de la Lock Academy : un scénario très travaillé, un mélange de mécanismes hightech et de pièges traditionnels plus mécaniques et, bien sûr, les vidéos et textos du Professeur Lock qui nous guident durant l’aventure.
De décodages en manipulations (et en rebondissements), nous déroulons le fil de l’histoire : est-ce que nous arriverons à stopper (ou pas) le voleur ? #20%deRéussite

Lock Academy le casse du siècle escape game avis Blog United States of paris

Notre équipe est passée à 3 minutes de boucler cette enquête.
On sait très bien où le temps nous a échappé. #TimeOut
On pensait que ne pas sortir d’un escape serait frustrant. Surprenant : il n’est est rien !
Cette aventure est brillamment réalisée et, du coup, elle comble toutes les attentes d’un escape-gamer.

L’avis d’USofParis

Entre joueurs novices, initiés et chevronnés : voilà une équipe parfaite pour un avis éclectique.
#Débrief avec Delphine, Christine, Ludovic, et Georgia enceinte de 4 mois et 1/2 qui nous ont accompagnés.

le casse du siècle Lock Academy critique avis escape game photo by Blog united states of paris

Les novices :
On n’a pas été tendre avec celles qui découvraient pour la première fois une salle d’escape game. Cette enquête est vraiment complexe.

« C’était vraiment difficile. Y’a plein de choses que j’ai pas capté. » Mais pour Delphine cette première lui a « donné un max d’adrénaline. Je n’ai pas vu le temps passé ! »
Pour Christine (du blog Thêatre côté coeur) « C’est excitant et challenging. Il faut s’écouter, s’organiser pour réussir. »
« La cohésion de groupe est hyper importante
 » renchérit Delphine. Et on l’approuve à 100 %. Communiquer et s’écouter est vraiment capital pour avancer dans la room.
« Comme les hôtesses de l’air, il faut toujours passer après l’autre pour vérifier que vos partenaires n’ont pas raté un indice » un très bon conseil signé Alex qui a l’habitude des avions !

Les initiés :
Chacun des deux a eu une expérience différente : l’un, un escape game nomade très classique by Colock, l’autre, la salle Très Cher Lock de nos hôtes du soir.

Ludovic a adoré le « joli scénario, fluide. J’ai bien rigolé« . Et à la différence de sa première aventure, il assure : « Je suis content qu’il n’y ait pas de cadenas« . Georgia est restée « bluffée par la technologie » tout en passant un « super moment entre amis« . Malgré tout elle dit aussi : « il ne faut pas compter sur ses captivités cognitives mais plutôt sur ses intentions. J’étais incapable de réfléchir »

Lock Academy avis critique le casse du siècle escape game blog us of paris

La Lock Academy nous plonge dans un film d’action.

On rejoint totalement Ludovic qui résume parfaitement l’univers du Casse du Siècle : « Il y a un côté James Bond qui est top« . C’est vrai qu’avec les énigmes et les mécanismes mis en place, on pourrait se croire dans un scénario de 007, de Mission Impossible ou de Ocean’s Eleven ! #Kiff
Seul gros regret de Delphine à la fin : « Quand je me suis sentie molle (à cause du jetlag), j’ai commencé à regarder le décor. Ça mériterait de pouvoir y rester à la fin, il y a plein de détails ». Là aussi on est totalement d’accord !

Image de prévisualisation YouTube

Salle plus grande, narration encore plus construite, mécanismes plus complexes, univers vraiment immersif, Le Casse du Siècle de la Lock Academy est vraiment un must, en seulement 1 mois d’exploitation.
On ne la conseillera pas vraiment à une équipe composée uniquement de débutants. Ils risqueraient de ne pas aller très loin dans l’histoire (même s’ils prendraient leur pied).
Alors pour prendre une nouvelle dose d’adrénaline et ressortir de la salle tremper de sueurs et rempli d’émotions : faites une pleine confiance (une nouvelle fois) au Professeur Lock !

Lock Academy

25 rue Coquillière
75001 Paris

3 salles :
Le Crime était presque parfait : de 3 à 5 joueurs – Réussite 50% – Cette énigme est accessible aux personnes à mobilité réduite.
Très Cher Lock : de 3 à 5 jours – Réussite 40%
Le Casse du siècle : de 4 à 6 joueurs – Réussite 20%

7 jours sur 7 de 10h à 22h
Pour d’infos, sur le site : Professeur Lock

Share

Lindsey Stirling: selfie-interview & message for her french fans

Lindsey Stirling is a violinist of a new kind. In 2010, she arrived at the final-quarter of the famous show America’s Got Talent ’s, but she lost in front of an uncompromising judge who said : « I don’t think what you’re doing right now is enough to fill a theater in Vegas. »
Since then, she has more than 8 million of subscribers on YouTube with a billion views and filled theaters all around the world.
After several sold out dates in Paris, she returns with a new album Brave Enough, a concert for La Fête de l’Huma, the 9th of September and a France tour in 2017.

LINDSEY STIRLING / SELFIE INTERVIEW

Selfie original et exclu pour UsofParis
Original and exclusive selfie for UsofParis


UsofParis: Your new album Brave Enough is an album full of emotions. What was your state of mind a few days before the release?

Lindsley Stirling: All kinds of emotions: Nervous, excited, scared, love the album… then I think the album is no good, then I love it again. I’m so glad it’s finally out.

What is the best memory that you have about America’s Got Talent in 2010?
I made some nice friends with the other contestants.

Did your experience there open some doors for you?
This is how I feel about America’s Got talent. It was Horrible; the single most Humiliating moment of my life. After I got kicked off the show, no doors opened for me, and the world forgot I had existed. My 15 seconds of fame had been just that… 15 seconds and then it was over. However after I got over the shame and fear of getting on a stage again (which was hard to do) I realized I wasn’t ready to give up. I had this inner strength telling me that I could do it and nothing anyone said was going to change my mind. To be honest I dont think to have that same inner strength any more but it was given to me when I needed it. I believe god gives us power when we are standing alone on a journey that we are meant for. My fear and hurt turned into extreme motivation. I wanted to prove America’s Got Talent, and Piers Morgan wrong.
I’ve learned that any time you chase after your dream you are accepting the fact that you will fail at some point. People don’t succeed because they never failed, people succeed because they learn how to rise from their falls. My career started to take off when I discovered Youtube.

Image de prévisualisation YouTube

You have millions of views on YouTube! Is it easy to keep in touch with your community with the success and your tours?
I do my best. I think touring helps because I get to meet my fans and see their faces. Also, I do my very best to show my fans the real me through social media. My instagram feed is full of silly pictures and non edited photos of me being me. I do my best to respond to their comments and like their pictures. I have so many amazing supporters that do so much for me that I feel like I could never do enough to thank them all but I do my best.

Image de prévisualisation YouTube

Disney chose the song Something Wild to be on the soundtrack of Pete’s Dragon. I imagine that is something huge. How did you learn this good news and how did you feel when you heard about it?
Disney approached me and asked me if I would be interested in seeing an early version of the film and writing a song for it. I have always wanted to work with Disney so this was a dream come true for me. When I found out that they liked it and wanted to use it I was exstatic and I immediately went out and got a chocolate milkshake to celebrate.

Did you say yes without any hesitation? Have you seen the original movie?
Yes, I grew up watching the original.

If you had the opportunity to be writing music for another Disney’s movie, which one would it be?
It would be one of the cartoon remakes like Aladdin.

You’ve done a lot of featurings with a lot of artists. Is there any other artist you would like to collaborate with?
P!nk

You did a lot of shows in Paris. Do you have an anecdote, a funny story to share of something that happened here?
We did a live song on the spot on stage one night. The audience was doing the “Olay, olay olay” chant and my key board player and drummer just started jamming along. I joined in and we had a fun jam session with the audience.

Do you know a secret place (restaurant, street, shop) you love or is there anything unusual that you may like about Paris?
I love l’As du Fallafel!

Image de prévisualisation YouTube

Have you ever thought about playing your music in the Parisian subway?
That’s a fun idea. Maybe I’ll do that.

You have a big fan base in France, do you have a message for them?
All the time. My French Facebook fan group is amazing and I love them and hear from them. I have many french fans that I recognize there faces and I look forward to seeing them every time I come to France. They often even dress up in costumes from my music videos when they come to the shows.

Who is your latest musical crush?
I love Classic by The Knocks

Interview by Joan & Alex

Lindsey Stirling Brave Enough new album cover Capitol Music

Lindsey Stirling

new album Brave Enough
(Capitol Music)

France tour
9 sept: Fête de l’Humanité Festival

23 march: Zénith, Lille24 march: Halle Tony Garnier, Lyon
25 march: Zénith, Paris
27 march: Zénith, Nantes
29 march: Zénith, Strasbourg
31 march: Zénith, Toulouse

Enregistrer

Share

Game of Room : escape game lyonnais au top ! #kiff

A l’occasion d’un week-end avec des amis lyonnais, j’ai lancé l’idée : « faisons un escape game ! » L’envie ? Un thème historique.
Volontairement, nous nous sommes laissés enfermer dans Le Bunker de l’Officier Von Vokte de Game of Room.

Une équipe de quatre potes, dont trois novices, une salle au taux de réussite de 35 % : un vrai challenge à relever. Surtout que l’équipe précédente, croisée à notre arrivée, nous a souhaité bonne chance…

26 mai 1944, l’officier Von Vokte, commandant d’un bunker allemand convoque un groupe de prisonniers pour un interrogatoire : vous.
Au même moment, Lyon commence à se faire bombarder par les alliés.
Vous avez une heure pour percer les secrets de cet officier et vous évadez.

Game of room lyon escape game avis critique villeurbanne bunker Officier Von Vokte us of paris

Une salle riche en péripéties
Sans spolier l’histoire et les énigmes de cette salle, ça faisait quelque temps que je voulais commencer un escape game en étant entravé. Un côté certainement SM, non assouvi. C’est chose faite avec cette salle de Game of Room.
Nous voici donc, quatre amis, littéralement enchainés les uns aux autres. Et c’est parti pour 1 heure de fouilles, d’énigmes et de doutes.

Premier objectif donc : se libérer

Même si mes codétenus n’ont pas l’habitude de ce sport qu’est l’escape game, on sort de la première salle en 15 min (je ne dévoile rien, la porte de la deuxième est bien visible et donc repérable). Certaines équipes ont passé 30 minutes dans cette première partie du jeu. Autant dire que pour elles, c’était mal parti.

Si la première pièce était assez dépouillée, la deuxième propose d’emblée, visuellement, plus de pièges, de caches et de chausse-trappes.
Même avec l’expérience de 6 salles, on se pose toujours la question de savoir si c’est la bonne action que l’on fait.

Game of room lyon avis critique escape game villeurbanne test bunker Officier Von Vokte Blog United States of Paris

On fouille, on décode, on galère et on doute à quatre.
Amis de très longue date, c’est drôle de voir comme une cohésion et une organisation naturelle se crée. Chacun déploie ses compétences pour venir à bout des énigmes du bunker.
Même si nous avons perdu du temps sur certains défis proposés par Game of Room, nous sortons au bout de 52 min 30.
Une belle performance : le record étant de 45 min.

Au passage, nous offrons à notre maitresse de jeu, qui a intégré l’équipe depuis peu, sa première victoire avec cette aventure. #Proudofus !

Game of room lyon avis critique escape game test villeurbanne bunker Officier Von Vokte Blog United States of Paris

La scénographie travaillée de Game of Room

Globalement, il n’y a rien à redire de ce Bunker de l’Officier Von Vokte.
Le scénario est au top et les énigmes sont une belle prise de tête.
On comprend que certains se soient cassé les dents sur celles-ci.
Rassurez-vous, tout de même, il n’y pas besoin de connaissance en histoire, ni sur la ville de Lyon pour réussir ce scénario. Un poil de culture gé, peut-être.

Mais à force de pratiquer l’escape, on commence à devenir exigeant sur des détails de mise en scène et de décor.
Alors, voici nos plus et nos moins sur cette salle.

Game of room lyon escape game test avis critique villeurbanne bunker Officier Von Vokte Blog US of Paris

Les plus : 

  • des accessoires d’époques chinés pour avoir une vérité historique et une immersion plus grande
  • des énigmes qui peuvent vite dérouter si l’équipe s’éparpille
  • Le système de communication pour donner les indices à l’équipe (non, on ne dévoile rien !)
  • Un bon mix entre fouille, réflexion et manipulations

Les moins :

  • Le compteur de temps digital qui dénote avec l’époque historique.
    On aimerait quelque chose de plus cohérent avec l’univers de la salle.
  • Un manque d’ambiance sonore – de bombardements, par exemple – qui pourrait accroitre la tension du scénario, mais cela ne nuit pas à l’histoire pour autant.

Alors, il ne reste plus qu’à tenter leur deuxième salle : La malédiction de Thoutmôsis II.
Sans cadenas et sans code !

Game of room lyon villeurbanne escape game avis test critique bunker Officier Von Vokte Blog United States of Paris

Game of Room

2 salles :
Le Bunker de l’Officier Von Vokte
La malédiction de Thoutmôsis II

Du mardi au dimanche : 10h – 23h
19 rue Francis de Pressensé
69100 Villeurbanne

Plus d’infos sur leur site

Share

Virginie Hocq – Sur le fil aux Bouffes Parisiens #reprise #bonheur !

« Sur le fil, tout est simple et facile. Sur le fil, on se calme ? » Keren Ann

Virginie Hocq nous revient aux Bouffes Parisiens, avec tout autant de fougue, de générosité et de sensibilité que ce qu’elle avait pu nous offrir lors de ses deux précédents spectacles.

Virginie-Hocq-sur-scène-nouveau-spectacle-Sur-le-fil-Théâtre-de-Paris-humour-humoriste-photo-by-United-States-of-Paris-blogN’ayons pas peur des mots : c’est bien à une toon (personnage de dessin animé à l’hystérie débordante tel Roger Rabbit) que nous avons affaire. Impossible, avec Virginie, de trouver un semblant de calme. Elle danse, chante, hurle, gesticule, déplace des meubles, se fait culbuter dans le noir… Enfin ses personnages… Bref, sa ligne de vie a tendance à se prendre méchamment les pieds dans celle des autres. Ce n’est pas nous qui nous en plaindrons.

photo de Grégory Navarra
photo de Grégory Navarra

Car l’art de Virginie Hocq est d’interpréter avec talent des femmes de fiction ou d’histoire (une première pour elle). Ces femmes sont hôtesse de l’air, au foyer ou au bord de la crise de nerf, mannequin d’un genre spécial (quelle voix !) ou ancienne reine de France.
Chacune fait hurler de rire à cause de son incapacité à être douée de normalité, chacune touche aussi à sa manière et renvoie sans aucun doute à une facette de son auteure-interprète. Reste à savoir laquelle.
Ça déborde de partout – malgré la taille de guêpe de l’interprète –  et la fougue made in Belgique se répand dans la salle avec une aisance non feinte.

 Virginie Hocq sur le fil scène nouveau spectacle Théâtre de Paris humour humoriste photo by United States of Paris blog

Autre talent : à la manière d’un mime, la comédienne belge à l’empathie déconcertante, est capable de nous faire croire à des situations insensées, avec un minimum d’accessoires. Si bien que la séquence de secourisme, avec force détails narratifs, nous a fait penser à l’univers frappadingue et écervelé du réalisateur américain Bill Plympton. C’est « cartoonesque » du début à la fin.

Sans oublier l’émotion. Après ces fausses (?) confidences, la comédienne quitte la scène sur la pointe des pieds, tout en douceur, sans surjouer. Un ange passe.

À noter enfin qu’il n’est pas si courant qu’un(e) humoriste fasse appel à un autre artiste pour assurer un tour de chauffe de la salle en première partie de spectacle. Est-ce que Florence Foresti le fait ? Non. Virginie Hocq ose, elle. Grande dame !

 

SUR LE FIL
de Virginie Hocq

 

REPRISE du 02 au 18 septembre 2016 !
Relâche Exceptionnelle : le samedi 10 septembre 2016

Du jeudi au samedi à 20h30
Le dimanche à 15h

auteurs : Virginie Hocq & Benjamin Gomez
mise en scène : Isabelle Nanty
assistant mise en scène : Benjamin Gomez

au Théâtre des Bouffes Parisiens
Rue Blanche
75009 PARIS

 

Share

GUTENBERG le musical à casquettes sensationnel @ Sentier des Halles

Plus fort que Mamma Mia et Le Fantôme de l’Opéra, Gutenberg le musical est un objet scénique original, inventif et barré. T’es trop fauché pour aller voir une comédie musicale à Mogador ? Cours vite au Sentier des Halles pour la reprise exceptionnelle (après le beau succès au Off d’Avignon) dès le 20 septembre. Et offre-toi ce que tu mérites : une soirée hilarante, en chansons, entre potes, avec une intrigue de malade et des artistes qui déchirent.

photo Stéfanie Robert
photo Stéfanie Robert

Gutenberg en chemise manches courtes à carreaux ou débardeur blanc et tatouage sur le biceps. Une petite fille et une femme interprétées par un trentenaire au crâne glabre et moustache, qui ressemble à un steward.

Photomaton spectacle Gutenberg le musical à caquettes Philippe d Avilla Sébastien Valter festival off avignon exclu blog united states of paris
photomaton exclu pour #UsofParis

A première vue, ce mélange des genres est cheap à mort. Normal ce n’est pas vraiment à une comédie musicale de Broadway à laquelle vous allez assister mais plutôt à une lecture.
On s’explique : Sam Berger et Max Fontenay ont créé de toute pièce un spectacle pour attirer les producteurs.

Photomaton spectacle Gutenberg le musical à caquettes Philippe d Avilla Sébastien Valter festival off avignon exclu blog usofparis paris
Photomaton exclu #UsofParis

Avec peu de moyens mais beaucoup d’imagination, ces deux-là, accompagnés de leur homme-orchestre (au piano) nous font vivre la folle épopée de Gutenberg en prise avec un moine qui a sympathisé avec le diable et entouré d’une galerie de personnages aussi surprenants que bien réels autant les uns que les autres : Helvética, la partenaire amoureuse, un jeune moine ou un vieux narrateur, une petite fille pas du tout politiquement correct. On te laisse la surprise.

photo Stéfanie Robert
photo Stéfanie Robert

A l’aide d’un nombre incalculable de casquettes et d’un carton débordant d’accessoires, les deux comédiens (Sébastien Valter et Philippe d’Avilla) changent de registre avec une aisance déconcertante. Et ils mouillent leur chemise chaque soir pour donner vie à une histoire aussi improbable que jubilatoire. Les historiens en avaleraient leurs bouquins, mais nous on se tord de rire tant les trouvailles font mouche.

Tu aimes les rebondissements à la Homeland, les personnages typés à la Breaking Bad, les méchants vraiment salauds, les ingénues et aussi Ratatouille ?
Ce spectacle réunit tout ce que tu aimes et encore plus !

Et après tout, des bancs du Sentier des Halles aux sièges confortables de Mogador, il n’y a que quelques stations de métro mais une grosse différence de prix des places pour au final avoir le même plaisir innocent face à un spectacle d’une incroyable fougue qui emporte tout sur son passage.

Alors oui : on aime les musicals de Broadway mais on raffole aussi depuis plusieurs mois de Gutenberg le musical ! Et notre voisine pour qui c’était la toute première comédie musicale en live a ri autant que nous.

Gutenberg le musical reprise comédie musicale succès Sentier des Halles Paris Philippe d'Avilla Sébastien Walter mise en scène Nicolas Guilleminot spectacle
Gutenberg le musical !

spectacle de Scott Brown et Anthony King

Avec Philippe d’Avilla et Sébastien Valter
Piano et direction musicale : Sébastien Ménard

mise en scène : Nicolas Guilleminot
adaptation : Baptiste Delval
chorégraphie : Johan Nus

au Sentier des Halles
50, rue d »Aboukir
75002 PARIS

à partir du 20 septembre
tous les mardis et mercredis à 21h30

coproduction : Philantropic Productions et Compagnie la Servante

Share

Vacances – Les Alpes autrichiennes : culture et air pur

Le temps de quelques jours, on s’est mis au vert. Un coup de TGV et nous voilà en Suisse. Mais le trajet n’est pas fini. Notre destination : les Alpes autrichiennes. Et plus particulièrement, le Vorarlberg. Moins haut (et surtout moins connu) que le Tyrol, la région réserve de très belles balades et quelques surprises architecturales. Photos aux allures de cartes postales garanties !

Vue montagne Le Vorarlberg alpes autrichiennes voyage tourisme Autriche photo Joël Clergiot UsofParis travel Blog
N’allez pas croire que le Vorarlberg en Autriche est réservé aux seuls amoureux de la montagne. La région se trouve également sur les bords du lac de Constance. Les rives sont aménagées pour les cyclistes et il fait bon flâner les jours d’été. La culture y est également très présente, notamment à Bregenz, la capitale de région, dont le centre offre une splendide leçon d’histoire de l’architecture locale.
Son festival, créé en 1946, comprend de spectaculaires opéras sur une scène flottante sur le lac, des concerts de l’Orchestre Symphonique de Vienne, des pièces de théâtre et des manifestations autour de l’art contemporain.
Autre curiosité de la ville, le Vorarlberg Museum. Son architecture vaut le détour. Agrandi dans les années 2000, sa nouvelle façade est un mur recouvert de fonds de bouteilles en plastique moulés dans le béton. Disposés en un modèle précis, ils forment ainsi un canevas aussi original qu’esthétique.

Vorarlberg museum fassade facade architecture design Autriche tourisme voyage photo Joël Clergiot UsofParis travel Blog

Musique classique et friandises

En s’éloignant des rives du lac, Feldkirch et Dornbirn sont deux mignonnes cités médiévales. Ne ratez pas non plus les Schubertiades, festival organisé en hommage à Schubert, qui n’a pourtant jamais séjourné dans la région. Les concerts de musique de chambre sont donnés au printemps et en automne, essentiellement dans le village de Schwarzenberg. Quelques-uns ont lieu également dans le joli petit village de Hohenems, où, en attendant le concert du soir, nous avons patienté à la terrasse de la chocolaterie Fenkart qui propose de délicieux chocolats et pâtisseries.

Hohenems Pfarrkirche St. Karl Borromäus Vorarlberg autriche voyage vacances Alpes autrichiennes photo Joël Clergiot UsofParis travel Blog

Repères d’artistes

Le région, d’une superficie de 2 600km2 (c’est à peine plus grand que l’Ile de la Réunion), est également le repère d’artistes ingénieux. En se baladant de vallée en vallée, à travers les villages de Brand, Bludenz ou encore Blons, on ne peut passer à côté des audaces architecturales de chacune de ces petites localités.
Le design n’est pas réservé non plus aux seuls citadins. Dans le village d’Andelsbuch, la Werkraum Haus (Maison de l’Artisanat) est le lieu où dénicher meubles, textiles, objets de décoration et installations pour la maison. Réunis en association, les artisans de la région du Bregenzerwald exposent leurs plus belles créations à tour de rôle, tous les quatre mois. Le voyageur branché pourra rapporter un souvenir de cette grande et étrange boutique. Tous les corps de métiers y sont représentés. Menuisiers, charpentiers, serruriers, mais aussi tailleurs de pierre, plombiers, électriciens ou encore fabricants de luminaires en passant par les peintres et les couturiers. Ne pouvant pas tout rapporter dans le train, on se contentera de rêver d’acheter une maison dans ce coin des Alpes autrichiennes et de la meubler entièrement avec ce que proposent les créateurs locaux.

Lac de Constance bodensee Vorarlberg Autriche vacances voyage alpes autrichiennes photo Joël Clergiot UsofParis travel Blog

Comment y aller ?

Le plus simple est d’aller à Zurich et d’y louer une voiture.

Quand y aller ?

En été : en juin, juillet et septembre
(les bords du lac sont souvent envahis de moustiques en août)
En hiver, peu importe, tant qu’il y a de la neige !

Pour plus d’informations et préparer vos prochaines vacances en Autriche, visitez le site de l’Office national autrichien du tourisme


by Joël Clergiot

Share

Photo du mois #53 : les touristes

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Le thème de ce mois choisi par BiGBuGs est : Les Touristes.

Alors d’accord, il n’y a qu’un touriste sur la photo. Mais c’est parce que le ptit filou en ciré jaune s’est dégagé du groupe composé de ses seuls parents pour aller jeter un œil sur ce qui se tramait du côté de la place Gendarmenmarkt à Berlin.
Les parents hors champ n’ont pas manqué de s’amuser de la curiosité de leur bout de chou. Et moi de sortir au plus vite mon appareil avant qu’il ne se décide que ce spectacle n’est pas si passionnant que ça.
Photo réalisée fin juillet. Au final, je ne sais qui est le plus touriste des deux, lui ou moi.

Jeune-touriste-curieux-en-ciré-jaune-young-tourist-Gendarmenmarkt-Berlin-Allemagne-photo-du-mois-usofparis-travel-blog

Découvrez beaucoup d’autres touristes sur les autres blogs participants :
Josette, Brindille, CécileP, Sinuaisons, Cricriyom from Paris, Pilisi, Philisine Cave, Dom-Aufildesvues, Laurent Nicolas, Chiffons and Co, Aude, Estelle, Rythme Indigo, Renepaulhenry, Alban, Woocares, El Padawan, AF News, Wolverine, Lyonelk, Pat, Champagne, Blogoth67, Cocazzz, Noz & ‘Lo, Morgane Byloos Photography, The Beauty is in the Walking, Gilsoub, Giselle 43, magda627, Christophe, Guillaume, Lavandine83, J’habite à Waterford, Lilou Soleillant, Frédéric, La Tribu de Chacha, DelphineF, Mirovinben, Akaieric, Xoliv’, Sous mon arbre, Luckasetmoi, Lau* des montagnes, Autour de Cia, Céline in Paris, Paul Marguerite, Tambour Major, Angélique, Claire’s Blog, Pixeline, Carole en Australie, Lair_co, Mamysoren, Cécile, Danièle.B, KK-huète En Bretannie, écri’turbulente, Tuxana, Calamonique, BiGBuGS, Eva INside-EXpat, Nicky, Kenza, Chat bleu, François le Niçois, Gine, Eurydice, La Fille de l’Air, Carolyne, Krn, Lavandine, Nanouk, Mireille

Si vous souhaitez rejoindre la communauté de la Photo du mois, rendez-vous sur la page FB du groupe, si ce n’est pas déjà fait.

Share

La Compagnie Coloniale fête les 80 ans du thé « Chine Extra »

L’histoire de la Compagnie Coloniale c’est l’histoire d’une marque française de thés âgée de près de 170 ans et qui a bien failli disparaître. C’était sans compter la rencontre d’un passionné du thé : Vincent Balaÿ.
Venu d’
un tout autre univers (la cosmétique) l’homme né dans le thé, s’éprend de la marque à la bayadère et à l’ancre marine. Il se donne pour but de lui redonner son lustre passé. Un défi réussi !
En ce mois de septembre 2016, la Compagnie Coloniale fêtera donc les 80 ans de son fleuron : le mythique thé « Chine Extra ».

Compagnie Coloniale Thé avis made in France anniversaire 80 ans Chine Extra Photo by Blog United States of Paris
Compagnie Coloniale : Made in France

Si la marque a depuis longtemps quitté son siège parisien historique du 19 avenue de l’Opéra, elle a toujours ses quartiers en France, à quelques kilomètres du Futuroscope, dans la Vienne.
C’est là que sont jalousement gardées les 180 recettes ancestrales des mélanges de thés.
C’est aussi là que sont toujours créés et fabriqués ces mélanges. Avec un savoir-faire qui leur est propre, les ateliers de la Compagnie Coloniale élaborent les différents arômes selon la méthode dite d’aromatisation à la vapeur.
Les crus de thés, achetés aux quatre coins du monde, passent donc tous par l’Usine de Dissay.

Compagnie Coloniale Thé avis gastronomie made in France anniversaire 80 ans Photo by Blog United States of Paris

Mélangé aux arômes naturels, la préparation est placée dans une sorte de cocote minute géante qui peut recevoir plus de 100 kg de feuilles.
Quelques minutes suffisent pour que les parfums se mélangent grâce à la vapeur.
Suit la phase délicate de séchage. Si celle-ci est ratée, c’est toute la fournée qui est à jeter.
Pour finir, les fleurs décoratives, bleuets et fleurs de tournesol principalement, sont ajoutées afin de rehausser l’aspect esthétique du thé. Elles n’ont d’ailleurs aucune influence sur le goût final du thé.

Compagnie Coloniale Thé made in France Dissay avis Chine Extra anniversaire 80 ans Photo by Blog United States of Paris

En sachet ou en vrac, les thés de la Compagnie Coloniale suivent le même processus pour garantir une qualité irréprochable.

Compagnie Coloniale : méconnue mais illustre

Ne le cachons pas, la marque nous était parfaitement inconnue il y a peu. Peut-être que pour vous aussi, sauf si vous êtes un forcené des voyages en TGV.  En effet, en plus des épiceries fines, les thés sont vendus dans les bars des trains de la SNCF depuis 2014. Un boum pour cette société française avec plus d’un million de sachets vendus depuis le partenariat.

Fort de ce succès et de son renouveau économique, la Compagnie Coloniale a souhaité fêter les 80 ans d’un de ses thés phares : le Chine Extra.

Compagnie Coloniale Thé avis Chine Extra made in France anniversaire 80 ans Photo by Blog United States of Paris
Emballage original datant des années 60

Alliage exclusif de quatre variétés de thés inventé en 1936,  spécialement pour l’Exposition Universelle de Paris, il sera, cette année, mis à l’honneur par la marque.
Cet anniversaire sera donc marqué par le retour d’un emballage au design modernisé portant la célèbre bayadère rouge et or.
Reprenant les codes mis en place dans les années 60 et 70, ce coup de jeune devrait s’étendre par la suite à toute la gamme.

D’ailleurs, la fabrication de cet emballage en aluminium a été relocalisée en France : beaucoup moins cher que de le faire fabriquer à l’étranger !
Tout comme les sachets qui proviennent de la région lyonnaise.
On vous avait dit Made in France !

Évolution du design des boîtes de thés

Mettre en avant un savoir-faire

Ancrée dans la transmission, et sous l’impulsion de Vincent Balaÿ, la Compagnie Coloniale a désormais la volonté de partager son savoir-faire via le tourisme industriel.
Alors si vous passer par la Vienne, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour visiter l’usine de fabrication.
Vous découvrirez plus en profondeur son histoire. Et vous connaîtrez aussi certains secrets de fabrication de cette marque bientôt deux fois centenaire.

Compagnie Coloniale Thé gastronomie avis made in France ceylan Photo by Blog United States of Paris

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la Compagnie Coloniale

Share

Restaurant Le W en mode rooftop « summer in Paris » #love

Il y a des adresses discrètes, comme le Restaurant Le W, que l’on aurait envie de ne garder que pour soi. Mais ne fréquentant pas ces lieux quotidiennement, à quoi bon être égoïste ? Et ne pas partager cette vue sur la Tour Eiffel, cette terrasse rooftop au menu à prix unique à midi comme le soir, et sa parfaite situation, à deux pas de Champs Élysées.

Restaurant-Le-W-rooftop-bar-déjeuner-diner-brunch-Hôtel-Warwick-Paris-Champs-Elysées-terrasse-terrace-photo-usofparis-blog

Retour au Restaurant Le W qui installe ses quartiers d’été au tout dernier étage de l’Hôtel Warwick Paris pour accueillir ses convives sur la terrasse à visage humain. Ici, on ne joue pas des coudes. Les tables sont suffisamment espacées pour pouvoir évoquer aussi bien votre dernier chagrin d’amour que votre prochain job, sans en faire partager votre voisin.

Nous arrivons par la suite présidentielle de l’hôtel. Le salon qui comprend quelques tables est le lieu de passage pour déposer veste et autre sac encombrant. Direct, l’envie d’enjamber le cadre de la baie vitrée pour savourer la vue.
L’affluence des Champs Élysées est un mode mineur. Les bruits de la ville ne sont pas absents mais discrets.
La Tour Eiffel au loin et les yeux pétillent forcément.

Aux fourneaux, Ludovic Bonneville nous comble de belles propositions estivales. C’est léger, estampillé label « Fait-Maison« , sans esbroufe (pas d’intitulés de plat qui cachent la misère). Tout ici est fidèle à l’image de la maison : qualité, sobriété et convivialité.

Makis-de-tourteaux-entrée-du-jour-menu-Restaurant-le-W-Hôtel-Warwick-Paris-chef-Ludovic-Bonneville-rooftop-bar-terrasse-photo-usofparis-blog
Makis de tourteaux

Ce midi, nous optons pour l’entrée du jour, makis de tourteaux qui faisait concurrence avec les langoustines en kadaïf (jeunes pousses, avocat, tomates anciennes, mozzarella fumée), le carpaccio de quasi de veau rôti, le jambon noir de Bigorre ou encore le bar en sashimi avec ses asperges blanches.
Je ne me cache pas, je ne suis pas un fan de cru. Mais cette fois, j’ai fait exception. J’ai, depuis ma première visite une pleine confiance en ce chef discret mais non moins efficace.
Et le résultat à la hauteur de mes attentes. Pleines saveurs et légèreté, sans avoir à me jeter sur le pain.

Suprême-de-volaille-fumé-label-rouge-et-légumes-de-saison-menu-Restaurant-le-W-Hôtel-Warwick-Paris-chef-Ludovic-Bonneville-terrasse-rooftop-bar-photo-usofparis-blog
Suprême de volaille

Suit le suprême de volaille fumé label rouge et légumes de saison. J’ai hésité quand même avec les gambas à la plancha, également proposées au menu avec leur risotto au pecorino affiné. Je ne regrette pas mon choix. Autre proposition, le plat du jour, une belle daurade, parfaitement cuite et accompagnée.

Daurade-plat-du-jour-menu-Restaurant-le-W-Hôtel-Warwick-Paris-chef-Ludovic-Bonneville-rooftop-bar-terrasse-champs-élysées-photo-usofparis-blog
Plat du jour : daurade

Ne préférant pas choisir, l’assortiment de desserts concocté par le Chef Pâtissier est tout simplement le compromis parfait !

Assortiment de desserts par le Chef Pâtissier
Assortiment de desserts par le Chef Pâtissier

Un ou deux de plus n’auraient pas été de refus, mais mon nouveau maillot de bain aurait pu m’en vouloir.
Tout à côté, la salade de fraises chantilly (ou sucrée selon l’envie) a été aussi un bel appel à la gourmandise.

Salade-de-fraises-chantilly-dessert-Restaurant-le-W-Hôtel-Warwick-Paris-chef-patissier-rooftop-bar-terrasse-champs-élysées-photo-usofparis-blog
Salade de fraises chantilly

 

Les plus :
– proximité avec les Champs Élysées, l’affluence et la nuisance sonore en moins – parfait pour impressionner vos amis de passage à Paris
– un menu à tarifs uniques midi et soir : Entrée, Plat, Dessert à 39 € | Entrée, Plat ou Plat, Dessert à 34 €
– un bar ouvert toute la journée pour s’offrir une pause en plein calme
– un cadre intime, sans excès de fréquentation

Restaurant Le W

@ Hôtel Warwick Paris
5, rue de Berri
75008 Paris

Rooftop terrasse spécial été à Paris

Petit-déjeuner
de 7h à 10h
à partir de 11h le week-end

Déjeuner Le W
12h à 14h30
lundi à vendredi

Dîner le W
19h à 22h
lundi à vendredi

Le Bar du W
8h à 22h30
lundi à dimanche

Share

Blog Paris – La capitale autrement WITH TIPS IN ENGLISH !

Translate »