Photo du mois #76 : le vent

Chaque mois, les blogueurs et blogueuses qui participent à la Photo du Mois publient une photo en fonction d’un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogs respectifs des participants le 15 de chaque mois à midi, heure de Paris.

Cette fois, c’est au tour de Pat de choisir le sujet : le vent.

Suspendu au-dessus de New York au 102e étage du One World Trade Center, j’admirais la vue magnifique à 360° sur la ville ensoleillée.
C’était sans compter l’arrivée d’une masse de nuages en provenance du Nord, de Harlem.
Fascinant de voir engloutir, petit à petit, Manhattan, jusqu’à embrasser ma tour d’observation. Fascinant aussi d’entendre son déluge, vent et pluie, frapper les parois de verre.
Aucun intérêt à redescendre sous les tombereaux de précipitations. Alors comme beaucoup,  j’ai profité de ce spectacle de déchainements des éléments pendant 1h, à 380 mètre du sol !

le vent

D’autres coups de Mistral sont à découvrir sur les blogs participants :
Sandrin, Gine, Morgane Byloos Photography, Gilsoub, Xoliv’, Lavandine, Céline in Paris, Marie-Paule, Rythme Indigo, Pat, Laurent Nicolas, La Tribu de Chacha, Christophe, Pilisi, Dr. CaSo, Chiffons and Co, FerdyPainD’épice, écri’turbulente, DelphineF, Renepaulhenry, Escribouillages, J’habite à Waterford, Eurydice, Lau* des montagnes, Nicky, Bubble gones, Jakline, Pink Turtle, Nanouk, Blogoth67, Krn, Sous mon arbre, Ventsetvoyages, Mirovinben, Cricriyom from Paris, Angélique, Amartia, Philisine Cave, Who cares?, Akaieric, El Padawan, Weeteweete, Lilousoleil, Nanie, Mamysoren, Tambour Major, Betty, magda627, Frédéric, Giselle 43, Julia.

Share

123 DATA l’expo qui fait adorer les données digitales !

Sur le papier, une expo sur les datas (les données numériques) ce n’est pas forcément très glamour.
Avec 123 Data, la Fondation EDF réunit en un espace des œuvres iconoclastes qui mettent en relief des manières différentes de traiter les données. A travers des visions d’artistes originales, elles prennent forme et vie pour se rendre plus accessibles.
Plongeon dans l’art des données.

Data-Art ou Data-Design, on peut être dubitatif face à ce sujet.
Mais c’est sans compter sur la richesse créative des artistes et leur travail basé sur les traces que les données (personnelles ou non) laissent à travers la toile, entre autres.

123 data

Tout l’art du commissaire de l’expo,  David Bihanic, a été de rendre sexy et ludique des chiffres et des ondes totalement abscons.

123 Data : une expo en 3 temps

Exposer, Expliquer et Explorer.
En 1, l’artiste utilise les données comme un matériau brut pour créer une installation vidéo, photo ou plus concrète.
En 2, le créateur cherche à rendre lisible des données, à éclairer le visiteur sur la signification réelle de ses données.
En 3, c’est au visiteur de se confronter aux données via les interfaces créées afin de se faire sa propre idée de l’interprétation des données. #Visiteur2.0

123 data

Comme aucun domaine n’échappe au stockage numérique,  l’imaginaire des créateurs est sans limite. Il leur est alors permis de vulgariser ce que sont les  « Big Data ».

Biométrie maritime, météorologie, acoustique, statistiques, données issues d’Instagram ou venue de Google, tout est bon pour créer de nouveaux modes de représentations de ces datas totalement immatérielles.

Quand les 1 et les 0 deviennent tangibles

Pour comprendre l’importance des enjeux de la data et pourquoi  il faut visiter cette expo, voici quelques exemples.

Simple et basique interprétation avec l’œuvre 4D de David BowenTele-Present Water retranscrit en temps réel les mouvements d’une parcelle d’eau de l’océan pacifique.

123 data

Les données proviennent d’une balise dont la position GPS a été perdue.  Cette représentation est la seule façon de montrer cette parcelle d’océan venue de l’autre côté du globe.

Avec Income Inequality, l’autrichien Herwig Scherabon questionne la gentryfication de grands centres urbains.

123 data

Sur un plan de ville en photo 3D, il montre, via des volumes, certaines réalités des territoires. A partir des chiffres issus des données publiques, l’artiste crée donc pour Los Angeles, New York, Chicago et Paris une architecture nouvelle et basée sur les revenus moyens des habitants.
Un résultat saisissant.

Pour Wind of Istanbul, un an de mesures a permis à Refik Anadol de modéliser les mouvements des vents au-dessus de la capitale turque.

123 dataPuissance, direction et température : tout est présent sur cet écran, en 3D et en 4K.
Et c’est très poétique.

Multiplicity pourra être obsessionnelle tellement Instagram a envahi nos vie de blogueur.
A la demande d’EDF, Moritz Stefaner a créé une installation qui agglomère des clichés publiés sur Instagram et localisés à Paris.123 data
Les photos répertoriées sont regroupées par similitude graphique et colorimétrique et forme des amas de photos.
Via une tablette, il est possible de naviguer dans ces amas et de se balader dans ce grand nuage de photo.
#hypnotique

123 data

Data Cuisine : quand les artistes et statisticiens choisissent de combiner chiffres et nourritures cela donne des interprétations totalement visuelles et gourmandes.

Et malgré tout, tous les sujets peuvent être traités très sérieusement  comme  cette étude sur la mortalité en Belgique illustrée avec des cercueils en chocolat.123 data

123 data

Et aussi cette étude sur la place des femmes dans les universités déclinée en œuf au plat ! Visuelle mais très parlante.

Avec On Broadway, on sort des données institutionnalisées.
Pour créer cette balade numérique du sud au nord de l’Avenue mythique de New York, ce sont les ressources des réseaux sociaux qui ont été compilées.

123 data

A travers Google Street View, Instagram, Twitter ou Foursquare,…  c’est près de 660 000 photos qui ont été traitées.
On y retrouve aussi les commandes de taxis, les revenus moyens des habitants.

123 data

Cette création propose un périple complet (à retrouver sur le site dédié), en data, le long de cette avenue emblématique qui traverse Manhattan des quartiers riches du sud aux quartiers pauvres du nord.

Loin d’être rasoir

Avec 123 Data, la Fondation EDF rend vivante toute une nébuleuse de chiffres et de données que l’on pourrait penser imbitable au décodage.

Ces données qui peuvent être poétiques, sont parfois utiles, mais peuvent aussi faire peur.
A nous de les dompter !

Exposition123 Data

du 4 mai au 6 octobre 2018

du mardi au dimanche de 12h à 19h

Fondation EDF
6 rue Récamier
75007 Paris

Share

L.A Confidential à la Lock Academy : génial du début à la fin

La Lock Academy vient d’ouvrir une nouvelle adresse avec 2 aventures inédites et palpitantes. 
Rdv à l’Académie Sébastopol pour L.A Condifential.
La référence au film avec Kim Basinger est totalement fortuite. Pas d’ambiance film noir rétro, il faut en fait simplement deviner les initiales de l’enseigne d’escape game. 

L’équipe de créateurs adore jouer avec les férus d’aventure comme nous et n’a pas fini de nous bluffer. 

L.A Confidential

Joue-la comme dans une start-up ! 

On nous propose de pénétrer dans la salle détente de la Lock Academy pour le bien-être des élèves détectives. Pas d’ambiance bureau en bois avec archives, ni de musée. On cache un peu notre surprise (déception ?).
Pour le moment, on ne nous vend pas du rêve : bien joué ! 😉 
Une fois entrés, on se retrouve face à des coussins au sol, des bonhommes Lego et d’autres accessoires. 
On part à la recherche de quoi au juste ? On ne sait toujours pas. Mais on s’applique à chercher.

L.A Confidential
Alors oui, on joue un peu, mais ce n’est pas le plein repos et la décompression. La tension monte assez vite : il y a, bien sûr, un compte à rebours, des messages qui viennent nous révéler et ensuite nous rappeler l’échéance.
Bien sûr, on bloque sur des conneries, quand on y repense, on pourrait avoir honte ! 🙂

L.A Confidential, la mécanique percutante 

Et puis d’un seul coup, basculement, la tension monte d’un cran. On se prend un coup de chaud collectif car une surprise arrive pile à mi-parcours. Et c’est le pied total même si on angoisse un peu. Arriverons-nous à nous en sortir cette fois ? Ou faudra-t-il hurler pour être libéré ?
En fin de partie, Manu trouve que « l’aventure est intuitive et fluide. »
En effet, les mécanismes sont en lien avec l’histoire. Marie, elle, a flashé sur le cadre : « les décors sont vraiment canon ! »

L.A Confidential

La Lock Academy ne joue pas dans la demi-mesure et assure à tous les niveaux. La salle de jeu a été réalisée par un archi d’intérieur.
Jean-Philippe de rajouter : « Parfois dans certains escapes, certains bossent plus que les autres. Alors qu’ici, tout le monde bosse. »
Alexandre a adoré se faire surprendre. Il a dû mettre un peu d’ordre dans la répartition des tâches au sein du groupe dans les dernières minutes du jeu : « c’était un peu le bordel ! 🙂 »
On est tous et toutes sortis crevés mais avec le smile. Preuve de l’efficacité encore de cette nouvelle aventure qui est programmée pour être à l’affiche 6-7 ans.

L.A Confidential

Debrief avec Rémy, un des concepteurs de cette aventure, avec Laurent et Océane (qui a participé au Casse du Siècle).
Il a à son actif près de 210 escapes testés (80-90 à Paris, le reste en France, Angleterre, Belgique…). Il a été game master pour une autre enseigne. « Je sais ce qui plait et ce qui ne plait pas aux joueurs. »
Pour ouvrir cette adresse et concevoir les 3 nouvelles aventures : » On ne dort plus beaucoup mais on est très contents. »

Pendant les beta-tests, Rémy a pu remarquer que : « changer de cachette peut modifier la fluidité du jeu. » Preuve que tous les détails doivent être réfléchis pour que l’aventure soit au top de l’adrénaline.

Une fois de plus avec la Lock Academy, vous ne verrez rien venir !

L.A Confidential

Lock Academy
Académie Sébastopol

131, boulevard de Sébastopol
75002 PARIS

2 nouvelles aventures : L.A Confidential et Révolte à la Lock
Et une 3e prochainement : L’Examen 

Share

Bohème, notre jeunesse à l’Opéra Comique : profond et audacieux !

Paris, 1889. De jeunes gens insouciants et désinvoltes vivent d’amour et d’amitié. Ils sont sans le sou mais possèdent l’envie furieuse d’être heureux. Bohème, notre jeunesse, c’est l’opéra de Puccini dans une version repensée, écourtée et accessible à tous et toutes. Énergique, élégante et incisive, découvrez à l’Opéra-Comique une œuvre pleine de génie où les liens entre deux époques pourtant différentes se font avec délicatesse et discernement.

Mimi est venue vivre à Paris où elle se prend à rêver en brodant. Dans la chambre de bonne attenante à la sienne, Rodolphe, Marcel, Colline et Shaunard écrivent, chantent, peignent ou composent de la musique. Leur effervescence prolifique n’a d’égale que celle d’une capitale en pleine mutation où la Belle Époque est à son apogée.

D’amours éphémères en amitiés sincères, d’un printemps lumineux à un hiver plus sombre, nous sommes transportés avec eux, au gré des rencontres, dans une vie de bohème où la candeur et l’impétuosité de leur jeunesse l’emportent sur quasiment tout…

Bohème, notre jeunesse
photo DR Pierre Grosbois

Une interprétation moderne

L’opéra souffre auprès des jeunes d’une image un peu désuète. Le rajeunir, conserver son identité tout en essayant de le démocratiser, voici le pari lancé par Pauline Bureau et Marc-Olivier Dupin.

En proposant un format réduit d’une heure trente sans entracte, l’intrigue se devait d’être plus centrée sur l’intimité des personnages ainsi que leurs émotions. La partition rééquilibre également la place donnée aux personnages féminins. Alors que Mimi incarne la fragilité de la femme qui n’ose pas, Musette (la maîtresse de Marcel), elle, représente celle qui n’a peur de rien. Malgré leurs différences, un solide lien va se construire face à l’adversité.

Par ailleurs, la performance des artistes est comme le reste : dynamique. Ils ont l’âge de leurs personnages et l’énergie allant avec !

La scénographie est astucieuse. Une structure mobile s’adapte en fonction des décors et tout se fait sur scène. Ainsi, de la neige tombe en hiver tandis que la chaleur du soleil semble irradier lors de scènes estivales… La lumière, le recours à la vidéo et à des effets spéciaux surprennent et satisfont pleinement. Tout est fait pour accentuer le vécu des personnages. Passé, présent, où sommes-nous ? Un peu entre les deux. Nous traversons des époques qui communiquent, s’éclairent et se complètent.

De ce fait, l’opéra est terriblement actuel sans en retirer le sens, la musique où l’écriture voulus par Puccini.

Bohème, notre jeunesse
photo DR Pierre Grosbois

Un outil pédagogique

Et si l’opéra sortait des murs pour mieux se faire connaître ?

C’est pourquoi ce spectacle va; de par sa vocation, son format et sa lecture contemporaine, voyager à la rencontre d’un nouveau public éloigné de l’opéra pour des raisons géographiques, culturelles ou économiques. Une tournée est déjà prévue en Normandie ainsi que des représentations dans des lycées franciliens.

En tout cas, voir Bohème, notre jeunesse est une occasion qu’il faut absolument saisir… Nous souhaitons une très belle route à ce spectacle ayant trouvé la clé essentielle pour faire perdurer l’opéra : exprimer son époque.

Bonus : surtitrage en français ET en anglais tout au long de la représentation !

by Jean-Philippe

Bohème, notre jeunesse
photo DR Stefan Brion

Bohème, notre jeunesse

d’après La Bohème de Giacomo Puccini

Mise en scène, adaptation et traduction : Pauline Bureau
Adaptation musicale : Marc-Olivier Dupin
Direction musicale : Alexandra Cravero
Orchestre : Les Frivolités Parisiennes
Avec : Sandrine Buendia, Kevin Amiel, Marie-Eve Munger, Jean-Christophe Lanièce, Nicolas Legoux et Ronan Debois.

Les 13 et 17 juillet 2018 à 20h, matinée le 15 juillet à 15h

au Théâtre national de l’Opéra-Comique
1 Place Boieldieu
75002 Paris

Puis en tournée en 2019 : Opéra de Rouen puis d’autres dates à venir.

Image de prévisualisation YouTube
Share

Mystères aux Tuileries : le surprenant adventure game du Musée du Louvre !

Situé en plein cœur de Paris, le jardin des Tuileries est l’endroit idéal pour qui désire se relaxer le temps d’une pause. Souvent traversé à la hâte, mais rarement observé dans le détail, que savons-nous de ce jardin maintes fois foulé pour rejoindre l’Étoile ?
Tout l’été, le Musée du Louvre, en partenariat avec GameScape, nous offre un jeu stimulant totalement gratuit pour (re)découvrir un décor aux mille secrets. Nous avons adoré !

Mystères aux Tuileries : La mission

Un archiviste du Louvre a retrouvé par hasard les plans d’énigmatiques colonnes érigées par André Le Nôtre, jardinier du Roi, peu de temps avant sa mort. Elles détiendraient le secret pouvant mener à un trésor jusqu’ici bien conservé…
Mais pour permettre à ces colonnes de s’ouvrir, il nous faut trouver un mot de passe…

mystères aux tuileries

Ainsi, comme seules pistes, nous avons un objet insolite, une lettre au contenu nébuleux, des plans d’époque et un décodeur d’un autre temps.

C’est parti !

mystères aux tuileries

Des surprises à foison

Nous commençons alors à sillonner le jardin à la recherche d’indices en rapport avec le peu que nous avons. De ce fait, nous l’observons bien plus attentivement et nous sommes surpris par tout ce que nous voyons. Les bassins, forcément, mais aussi les nombreuses statues et d’autres choses bien plus inattendues !

mystères aux tuileries

Des œuvres d’art contemporain sont disséminées un peu partout, à côté d’aires de jeux pour enfants, de divers kiosques et même de trampolines ! (D’ailleurs, nous les avons testés au cours de la mission mais, chut, ça reste entre nous…).

Autre curiosité : saviez-vous que Charles Perrault avait une statue en son honneur dans un des bosquets ?

La végétation est également surprenante… Ici, se dresse un jardin à la française étriqué tandis qu’à côté profite une petite jungle luxuriante, quasiment sauvage !

mystères aux tuileries

Le déroulement des énigmes

Le jeu est vraiment bien conçu et totalement adapté à l’endroit. Pour réussir, il faut, bien sûr, faire preuve d’une bonne observation, de pas mal de réflexion et d’un esprit logique.

Mais si vous êtes bloqués, pas de panique ! Vous avez deux indices à déchiffrer pour avancer. Et si vous n’y arrivez toujours pas, de nombreuses personnes du Louvre sillonnent le parc pour vous aiguiller. Ainsi, que vous soyez un joueur habitué ou novice, vous trouverez votre plaisir.

mystères aux tuileries

Nous avons particulièrement apprécié la qualité des supports ! Les parchemins, les visuels ou le souci du détail, tout est vraiment là pour rentrer dans l’histoire. Et ce n’est tout de même pas gagné lorsque le jeu se fait en plein air !

Au final, la seule chose nous ayant perturbé est une touriste américaine au goût vestimentaire incertain hurlant en voyant mon canotier : «Oh ! It’s so cute, it’s so French !!»... Ahem…

mystères aux tuileries

USofParis a particulièrement aimé :

  • Les supports !
  • Être en extérieur avec ce temps.
  • Se poser tranquillement sur les fauteuils verts pour réfléchir aux énigmes.
  • Discuter avec les passants intrigués autour de nous.
  • Pouvoir aller à notre rythme et du coup profiter du jardin en même temps. Notre équipe a mis environ deux heures.
  • Découvrir le lieu avec attention.
  • Pouvoir utiliser au moins une fois dans nos vies le théorème de Pythagore !
  • L’investissement du personnel du Louvre, pourtant peu habitué à ce genre d’expérience.

Lorsque vous arrivez enfin à découvrir le mot mystère, une véritable surprise vous attend ! Et si finalement l’aventure ne faisait que commencer ?… 😉

by Jean-Philippe

Mystères aux Tuileries

du 7 juillet au 26 août 2018 au jardin des Tuileries.

Tous les jours de 11h à 18h15, départ toutes les 30 minutes.

Sessions nocturnes jusqu’à 21h15 les mercredis et vendredis.

Jeu gratuit, conseillé par équipes de 2 à 4 dès 12 ans.

Réservations : mysteres-aux-tuileries-l-adventure-game-du-louvre

Share

Fnac Live Paris 2018 : soirée parfaite avec Angus & Julia Stone, Gaël Faye et Ibeyi

Share

Fnac Live Paris 2018 : vendredi énergie avec Sting & Shaggy, Feder et Synapson

Ce vendredi, J2 du Fnac Live Paris version 2018. C’est sous une chaleur moite qu’on a rejoint le festival pour une soirée haute en musiques.
Angèle a boosté notre pop-rock, on a pris notre pied avec Sting et Shaggy,  on a découvert Degree, Synapson est toujours groovy et Feder a fait danser le parvis.

Fnac Live Paris 2018

Angèle : une fausse ingénue pop

Cette journée commence déjà bien quand l’espiègle Angèle arrive sur scène.
Le jeune public, fébrile, scandait le prénom en attendant la jeune Belge.

Fnac Live Paris
Angèle est parfaitement à l’aise et prend un vrai plaisir à être là.
« Il fait chaud, on aime quand il fait chaud ! » Elle a la communication facile avec le public.
La douceur de ses mélodies pop s’accommode parfaitement avec la chaleur de cette fin d’après-midi.
Un petit moment de bonheur en chansons.

Sting et Shaggy : comme devant une cheminée

Exceptionnellement, on fait une infidélité à la grande scène et donc à Eddy de Pretto vu tout récemment à Bourges.

Le grand salon de l’Hôtel de ville affiche quasi complet pour ce qui devait être un des temps forts du Fnac Live Paris 2018.
En duo, Sting et Shaggy sont accompagnés d’un guitariste et deux choristes.
L’ambiance sur scène est funky, douce et langoureuse
Dans la salle, beaucoup se sont levés à leur arrivée.

Sur le deuxième titre Message in a bottle, tous les portables de la salle sortent des poches pour immortaliser l’instant.

Après les tubes s’enchainent : Angel, Every Breath You Take , Fields of gold. C’est une communion musicale qui s’opère avec le public.
Au fond de la salle, les gens montent sur les chaises pour mieux voir. La magie Sting est toujours intacte.
Grandes Émotions.

Degree : l’outsider qui va percer

Quand on voit le frêle jeune homme arriver, on se demande comment il va s’imposer après la déferlante Eddy de Pretto.

Fnac Live ParisEn 20 minutes, le Nantais déroule un set énergique et un peu enragé : inattendu !
« C’est un vrai rêve de gosse d’être là, c’est un gros kiff »
Et, pour son kiff, il a grave assuré,et on a pas mal apprécié la fougue de Degree.
On devrait le croiser à nouveau dans un festival…

Synapson live : un set sans fausse note

On a plaisir à retrouver les 2 DJ et leurs guests.
Leur électro aux multiples influences fait rapidement monter la température.

Fnac Live Paris
Dans la moiteur de la nuit tombante, les corps sur le parvis n’arrêtent plus de danser.
Saxo, guitares chanteuse, chanteur, les complices du duo apportent chacun leur touche jazzy, rock ou world.
Petit à petit, le tempo s’accélère l’électro devient moins sage.
Au bonheur des festivaliers…

Feder : beats et pyrotechnie

On poursuit en mode électro, mais avec plus de beats. Les beats qui montrent que la nuit a pris possession des corps et des oreilles.
Et pour ses morceaux house, Feder s’accompagne aussi d’un chanteur et d’une chanteuse qui interviennent sur certains titres. Et ça change tout !

Fnac Live Paris

Cette ambiance plus clubbing transforme le parvis en un dancefloor à ciel ouvert. Giclées de fumée et aussi serpentins argentés surgissent régulièrement au devant de la scène.
C’est une vraie teuf à laquelle nous a conviés Feder.
Et pour un vendredi soir, c’est top !

Fnac Live Paris 2018

Le Fnac Live Paris 2018 c’est encore une soirée de concerts samedi en plein Paris.

Share

Fnac Live Paris 2018 : bouffées vibrantes avec Petit Biscuit, Vitalic, Asaf Avidan

Le Fnac Live Paris fait son grand retour avec trois belles longues soirées de concerts. Le festival 100% gratuit mixe à merveille les têtes d’affiche du moment et les sons émergeants.
Ce jeudi, on a pensé vacances avec L’Impératrice, on s’est encanaillé avec Voyou, Asaf Avidan nous a fait vibrer. On veut les mêmes abdos que Moha La Squale,
Petit Biscuit prend de l’assurance et Vitalic clôt ce 1er jour en grande force.

Fnac Live Pari

L’impératrice : même pas peur en avion !

Début de festival en mode on débranche de la monotonie et on passe en mode farniente et vacances.
L’Impératrice ravie les festivaliers de ses ondulations sonores guillerettes et mignonnes pour le détendre.

Fnac Live Paris
En shootant sur les premiers titres, j’entends une festivalière lancer à sa voisine : « Elle est trop mignonne », en parlant de la chanteuse.
Son sourire a fait ma soirée.

Voyou : prêt pour le buzz

Il y a de jeunes artistes qui nous intriguent tout autant qu’ils arrivent à nous faire déhancher. Voyou est de ceux-ci avec une chevelure désordonnée, un chemise surprenante et une présence sur scène loufoque.

Fnac Live Paris
Seul sur ton tandem est déjà un hymne de la jeunesse France qui connaît les paroles et lève ses écrans pour immortaliser le moment. Le clip affiche déjà plus de 300 000 vues sur YouTube.

Fnac Live Paris

Asaf Avidan : moment authentique VS entertainment

Débardeur / bretelles, le chanteur joue la sobriété dans le dressing mais pas sur la peau.Fnac Live Paris

On peut y découvrir ses nombreux tatouages.
De sa voix inimitable, il confie quelques-uns de ses plus beaux titres pour un set en solo.
Il savoure le soleil qui lui fait face et donne ses couleurs à la foule de festivaliers devant lui.

Fnac Live Paris
« Santé » avec un verre de vin rouge, l’artiste n’oublie pas d’échanger avec le public.
Il se confie même : il n’est pas un showman, il préfère le moment authentique.
#Respect.

Fnac Live Paris

Moha La Squale : le voir pour le croire

Grand écart absolu avec le tonitruant Moha La Squale, le rappeur à la coupe de cheveux improbable. #haircutpolice

Fnac Live Paris Fnac Live Paris
On a du mal à saisir toutes les paroles, est-ce vraiment essentiel ? Reste que le chanteur a un effet défouloir sur le public et que l’on rêve d’avoir les mêmes abdos que lui.

Petit Biscuit : de sa chambre au Fnac Live Paris

Petit Biscuit c’est une course folle.
Il y a deux ans, il était encore dans sa chambre. Ce jeudi, il se prend un bain de foule en pleine face sur le Parvis de l’Hôtel de Ville.

Fnac Live Paris
Il jouera la toute première musique qu’il a composée, Iceland – pour garder le lien entre le rêve de son âge et la réalité d’un soir.
Le jeune homme prend une assurance. Il ose, il s’impose sur scène. Et sait exciter la foule, faire se lever les bras à coups de beats et de jets de serpentins. Imparable.
L’éclosion n’est pas terminée.

Fnac Live Paris

Vitalic : puissance visuelle

Ce qu’on retient du set de Vitalic c’est avant tout les effets visuels, trippants, prenants et bluffants.

Fnac Live Paris
Pourtant ils sont simples : une série de cadres de différentes dimensions qui ondulent au-dessus du crâne glabre du DJ dijonnais. De quoi faire un max de photos, impressionner ses potes sur les RS. Le set est imparable, avec un rythme prenant en continu.

Fnac Live Paris

Côté public, ça dansait en débardeur, claquettes sans chaussettes, bermudas. L’été imprègne les corps des fêtards du jeudi soir.
Nous, on a trippé avec ce dernier live de la journée.

Le Fnac Live Paris 2018 c’est encore des dizaines et dizaines de concerts vendredi et samedi en plein Paris.

Share

Ludwig II – le roi perché à Avignon : enchanteur & captivant

Si la vie tumultueuse de Louis II de Bavière vous est inconnue, rendez-vous à Avignon off 2018 ! Vous serez fasciné par le côté avant-gardiste et la personnalité tourmentée de ce monarque. Plus qu’un récit biographique, Olivier Schmidt signe un portrait tendre, enivrant et bouleversant de celui qu’on nommait le « roi perché ».

ludwig

À tout juste 18 ans, Ludwig accède au trône de Bavière. Il doit faire face à une crise politique risquant de changer à tout jamais l’avenir de son pays… À la compagnie de ses ministres, il préfère celles de Richard Wagner, son amour inconditionnel, d’Élisabeth d’Autriche, sa cousine qu’il admire profondément et de jeunes hommes avec lesquels il se donne et s’abandonne, au grand désespoir de sa mère désirant lui imposer un mariage conforme au protocole, qu’il rejette…

ludwig

Ludwig est un homme libre, fantasque et lunaire se laissant dominer par ses passions destructrices dont certains proches abusent… Il va connaître la splendeur puis l’abandon, l’amour et ses désillusions, la défection des siens, la fourberie des autres, la folie et la trahison…

Avec ferveur, énergie et sans surjouer, les comédiens abordent des thèmes de la vie du souverain dont l’écho reste terriblement actuel : le droit à la différence, les enjeux du pouvoir, la liberté sexuelle et morale.

ludwig

L’aspect intime et enveloppant dû à la mise en espace du théâtre ne fait qu’accentuer l’intensité de l’œuvre. Quant à l’interprétation des comédiens, c’est juste un délice que de les voir évoluer sur scène ! Du partage, une belle complicité, un plaisir évident et beaucoup de talents. Vous ajoutez une mise en scène moderne et dynamique et vous obtenez Ludwig : un excellent moment de théâtre !

By Jean-Philippe

Ludwig

 II, le roi perché

de et mise en scène : Olivier Schmidt
avec : Julien Hammer, Rafael Vanister, Charlotte Moineau, Séverine Wolff, Olivier Schmidt

à Avignon off 2018

du 6 au 29 juillet à 21h
(relâches les 10 et 24 juillet)

au Théâtre Le Verbe Fou
95, rue des infirmières
84000 AVIGNON
Tel. 04 90 85 29 90

Share

Yorina : en état de grâce au Pop-Up du Label

Il fait beau en ce lundi de juin et on se presse au Pop-Up du Label pour découvrir Yorina, la nouvelle artiste qui grimpe sur la scène parisienne.

La claque de la première partie

Ce soir, pour sa première partie, Yorina a convié Degree : jeune lauréat du prix Nouvelles Scènes Music Machines 2018 par Les Inrocks Lab (prix attribué par le passé à des artistes qu’on ne présente plus comme Eddy de Pretto ou encore Feu!Chatterton). C’est dire si on s’attend à une belle découverte !

C’est un artiste timide qui monte sur la scène pour entamer son set. Voix mélancolique et profonde, déhanché sensuel et rythmes électros, Degree nous emporte rapidement en quelques tracks bien enchaînés. Il y a du paradoxe dans la musique de Degree. Et quand il prend sa guitare, c’est en douceur qu’il se révèle avec des sonorités qui ne sont pas sans rappeler des artistes comme James Blake.

On est conquis par cette première partie qu’on ne peut que vous inviter à écouter, si ce n’est pas encore fait…

Yorina

La révélation Yorina

C’est dans des applaudissements du public qu’apparaît Yorina, en toute simplicité : pieds nus, robe à pois, longue chevelure blonde. Elle irradie de grâce dès les premiers accords de son EP Dry your tears.

La musique de Yorina, c’est un peu comme une plongée dans les 70’s, portée par une voix élégante, une orchestration simple et un song-writing mature, que vous n’auriez pu ne jamais entendre. Car oui, il y a encore trois ans, Yorina était couturière. Et c’est lors d’une soirée chez Dan Lévy (The Do) qu’elle se met à chanter. Une vraie révélation. Elle commence alors à écrire et à composer.

YorinaC’est ainsi qu’elle débarque aujourd’hui pour susurrer à notre oreille une pop flamboyante.

Let me Belive, Dry Your Tears, Wild as a horse, les titres s’enchaînent et on regrette qu’il n’y en ait pas plus.

En rappel, elle nous surprend avec une reprise Pas vraiment fini comme elle l’annonce, de Changer de Maître Gims. Choix étonnant mais qui achève de nous convaincre : en anglais ou en français, Yorina transperce notre âme avec sa voix lumineuse.

Elle ne cesse de remercier l’assistance. En effet, c’est son premier concert et il est complet. Pour nous, c’est pourtant une évidence : la lumière est faite pour elle.

Report by Sarah

Yorina

YORINA
EP Dry Your Tears

(Barclay)

Share

Blog Paris – La capitale autrement WITH TIPS IN ENGLISH !

Translate »